SAINTS GUERISSEURS : Sainte Marthe

    SAINTE MARTHE  

I ème siècle 
(morte vers 81)
– Fête le 29 Juillet
Patronne des Servantes, des hôteliers, des aubergistes, des lavandières

 

sainte marthe

Iconographie
Marthe est représentée avec la tarasque morte à ses pieds ou comme dans notre gravure en maîtresse de maison avec un trousseau de clés à la ceinture, et tenant un vase d’eau bénite

Sainte Marthe de l'église Sainte-Madeleine de Troyes, oeuvre du Maître de Chaource - - La sainte Marthe de Sainte-Madeleine de Troyes Sainte-Madeleine ou Sainte-Marthe ? La question fait débat depuis la fin du XVIIIe siècle. Les commentaires les plus récents et les plus nombreux y voient Sainte-Marthe.

 Invoquée contre:

la mort subite , la damnation, le flux de sang et les maladies contagieuses

Selon le Nouveau Testament (Jean 11 / 1-2), Marthe de Béthanie est une femme disciple de Jésus-Christ, sœur de Lazare et de Marie de Béthanie (Marie Madeleine), qui assiste à la résurrection de son frère Lazare.
Marthe, ou Sancta Martha, vient du grec Marthas, transcription de l’araméen martâ = maîtresse de maison, hôtesse.

Vie de sainte Marthe
Marthe est connue pour avoir donné hospitalité au christ  et à ses disciples.( ces actes sont l’origine de son patronage des servantes et des aubergistes et hoteliers) et pour avoir été le témoin de la résurrection de son frère Lazare ressuscité par  Jesus

Marthe l’hospitalière
Marthe, qui donna l’hospitalité à J.-C., descendait de race royale et avait pour père Syrus et pour mère Eucharie. Son père fut gouverneur de Syrie et de beaucoup de pays, situés le long de la mer. Marthe possédait avec sa sœur, Marie de Béthanie( Marie Madeleine) et du chef de sa mère, trois châteaux, savoir Magdalon, Béthanie et une partie de la ville de Jérusalem. On ne trouve nulle part qu’elle se soit mariée, ni qu’elle ait eu commerce avec aucun homme.

Episode Marthe le Christ et Marie de Béthanie

tableau de Jan Vermeer van Delft - Sa soeur Marie de Béthanie est dans le culte catholique assimilée à Marie de Magdala (Marie Madeleine) et à la pêcheresse, à l'origine annonyme, dont il est question dans l'évangile selon Saint Luc. C'est le pape Grégoire le Grand qui au VIème siècle décida que ces trois femmes n'en fairaient plus qu'une... Comme ils faisaient route, Jésus entra dans un village, et une femme, nommée Marthe, le reçut dans sa maison.
Celle-ci avait une sœur appelée Marie, qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Marthe, elle, était absorbée par les multiples soins du service. Intervenant, elle dit :
 » Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur me laisse servir toute seule ? Dis-lui donc de m’aider. « 

Mais le Seigneur lui répondit :
 » Marthe, Marthe, tu te soucies et t’agites pour beaucoup de choses ; pourtant il en faut peu, une seule même. C’est Marie qui a choisi la meilleure part ; elle ne lui sera pas enlevée.  »

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs Jésus ne lui en fait pas grief. Il lui demande seulement de rester calme et de donner à chaque chose sa valeur. « Marthe, Marthe, tu t’agites, tu t’inquiètes pour beaucoup de choses…. » Ce n’est pas l’activité que Jésus condamne, (que s’en consolent les maîtresses de maison), mais l’activisme, l’agitation. Il vaut mieux recevoir dans la paix du cœur, que de voir la maîtresse de maison sans cesse à la cuisine, venir en éclair à la table, abandonner son hôte et repartir pour que la salade soit au point.
L’essentiel c’est la convivialité, avec un équilibre des réalités.

Marthe témoin de la résurrection de son frère Lazare

la résurrection de lazare musée de Beauvais -MAZZUCHELLI Pier Francesco, MORAZZONE IL (dit) -AVEC SAINTE MARTHE AU CENTRE DE LA SCENE

Lorsque Marie ne sait que pleurer devant le tombeau de son frère, Marthe est confiante:
« Je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, il te l’accordera. »
La réponse ne se fait pas attendre:

Jésus à son arrivée, trouva Lazare dans le tombeau depuis quatre jours déjà. Beaucoup  de Juifs étaient venus auprès de Marthe et de Marie pour les consoler au sujet de leur frère. Quand Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla à sa rencontre, tandis que Marie restait assise à la maison.
Marthe dit à Jésus :
« Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais maintenant encore, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera.  »
Jésus lui dit :  » Ton frère ressuscitera.  »
– « Je sais, dit Marthe, qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour.  »
Jésus lui dit : « Je suis la résurrection. Qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Le crois-tu ?  »
Elle lui dit :  » Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui vient dans le monde. « 
c’est donc ainsi et sur sa demande expresse que Jésus ressuscita  son frère Lazare


Marthe et son exil en Provence

 

Après l’ascension du Seigneur, quand les apôtres se furent dispersés, elle et son frère Lazare, sa soeur Marie-Madeleine, ainsi que saint Maximin qui les avait baptisés et auquel elles avaient été confiées par l’Esprit-Saint, avec beaucoup d’autres encore, furent mis par les infidèles sur un navire dont on- enleva les rames, les voiles et les gouvernails, ainsi que toute espèce d’aliment.
Sous la direction de Dieu, ils arrivèrent à Marseille. De là ils allèrent au territoire d’Aix où ils convertirent tout le peuple à la foi.
Là, elle participe à l’apostolat de son frère Lazare, qui devint évêque de Marseille, et à la sainte vie de Madeleine.
C’est à Tarascon sur les rives du Rhône que Marthe est devenue célèbre en  neutralisant par aspersion d’eau bénite un dragon que l’on nommait en ces lieux Tarasque.

La légende de la Tarasque

La Tarasque est un monstre amphibie dont l’aspect est décrit en détail dans « La légende dorée » de Jacques de Voragine.
« Il y avait à cette époque […] un dragon moitié animal-moitié poisson, plus épais qu’un boeuf, plus long qu’un cheval avec des dents semblables à des épées et grosses comme des cornes, qui était armé de chaque côté de deux boucliers. »

La Tarasque répandait la terreur autour de Tarascon. Hantant le Rhône, la bête perturbait la navigation et se plaisait à faire chavirer les navires. Lors de ses incursions sur les rives du fleuve, au temps où la forêt était encore dense, elle dévorait moutons, enfants et bergers. C’est à Sainte Marthe que revient l’honneur d’avoir dompté le dragon.

Le peuple demanda à Marthe de le délivrer de la bête. La sainte aurait alors dompté miraculeusement le dragon par un simple signe de croix. Une autre version de la légende rapporte que c’est en l’aspergeant d’eau bénite qu’elle le maîtrisa. Mais on s’entend pour dire qu’après la sainte intervention, le monstre devint doux comme un agneau. Marthe l’attacha avec sa ceinture et, docile comme un chien en laisse, la Tarasque fut livrée au peuple qui la fit périr à coups de lames et de pierres.

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs

LA LÉGENDE COMPLÈTE POUR VOS CHOUPINETS:
Il y a très longtemps, à l’endroit où s’éleva plus tard le château du roi René, se dressait un rocher dont les pentes plongeaient dans les eaux profondes du Rhône.
À quelques pieds en dessous de la surface, béait un large trou.
Et, dans ce trou, se tapissait un monstre aussi laid que cruel que les habitants de ce lieu redoutaient plus que tout

Miracles et guérisons de sainte MartheSainte Marthe de église sainte madeleine Troyes

Elle prêchait un jour auprès d’Avignon, entré la ville et le fleuve du Rhône, et un jeune homme se trouvait de l’autre côté du fleuve, jaloux d’entendre ses paroles, mais dépourvu de barque pour passer, il se dépouilla de ses vêtements et se jeta à la nage ; tout à coup il est emporté par la force du courant et se noie aussitôt. Son corps fut avec peine retrouvé, deux jours après ; on l’apporta aux pieds de sainte Marthe pour qu’elle le ressuscitât. Elle se prosterna seule, les bras étendus en forme de croix sur la terre et fit cette prière :
« O Adonay, Seigneur J.-C., qui avez autrefois ressuscité mon frère Lazare, votre ami, mon cher hôte, ayez égard à la foi de ceux qui  m’entourent et ressuscitez cet enfant. »
Elle prit, par la main ce jeune homme qui se leva aussitôt et reçut le saint baptême.

Eusèbe rapporte au VIIe livre de son Histoire ecclésiastique *, que l’Hémorrhoïsse, après avoir, été guérie, fit élever dans sa cour ou son verger, une statue à la ressemblance de J.-C., avec une robe et sa frange, comme elle l’avait- vu, et elle avait pour cette statue une grande vénération. Or, les herbes croissant aux pieds de la statue et qui n’étaient bonnes à rien auparavant, dès lors qu’elles atteignaient à la frange, acquéraient une telle vertu que beaucoup d’infirmes qui en faisaient usage étaient guéris.
–  Cette Hémorrhoïsse que le Seigneur guérit; saint Ambroise dit  que ce fut sainte Marthe, Saint Jérôme de son côté rapporte, et l’Histoire tripartite confirme, que Julien l’apostat fit enlever la statue élevée par l’Hémorrhoïsse et,y substitua la sienne; mais la foudre la brisa.-

Or, comme il s’opérait beaucoup de miracles au tombeau de sainte Marthe, Clovis, roi des Francs, qui s’était fait chrétien et qui avait été baptisé par saint Remy, souffrait d’un grand mal de reins; il vint donc au tombeau de la sainte et y obtint une entière guérison. C’est pourquoi il dota ce lieu, auquel il donna une terre d’un espace de trois milles à prendre autour sur chacune des rives du Rhône, avec les métairies et les châteaux, en affranchissant le tout.


La Mort de sainte MARTHE .

Elle créa à Tarascon un couvent de femmes, en honneur de sainte Marie-Madeleine, et elle y mena une vie très rude, ne vivant que de pain et d’eau, une fois par jour, et s’agenouillant cent fois le jour et la nuit pour prier Dieu. »

L’heure de sa mort approchant, elle se fit transporter dehors, afin de pouvoir regarder le ciel ; et elle ordonna qu’on la posât par terre sur de la cendre; ensuite qu’on lui tînt une croix devant elle : et elle fit cette prière :

« Mon cher hôte, gardez votre pauvre petite servante ; et comme vous avez daigné demeurer avec moi, recevez-moi de même dans votre céleste demeure. »
Elle se fit ensuite lire la Passion selon saint Luc, et quand on fut arrivé à ces mots :

« Mon père, je remets mon âme entre vos mains », elle rendit l’esprit.

Sainte Marthe mourut à Tarascon vers l’an 81.

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteursUne belle légende dit que Jésus lui-même est venu l’accueillir à la porte du paradis.
« Venez, hôtesse chérie, et où je suis, vous y serez avec moi. Vous  m’avez reçu dans votre maison, et moi je vous recevrai dans mon paradis ; ceux qui vous invoqueront, je les exaucerai par amour pour vous. »

Le culte de sainte Marthe

Depuis lors, de nombreux pèlerins visitent la collégiale Sainte-Marthe, érigée à sa mémoire près du château du roi René

On dit que Louis XI qui avait une grande dévotion pour sainte Marthe lui offrit un superbe buste reliquaire en or massif de 25 kg où l’on plaça son crâne. Qu’est-il devenu ? « en 1793, le conseil municipal contraint d’envoyer à la monnaie de Marseille l’argenterie de l’église, s’efforça d’en excepter le buste d’or, mais il fut obligé de céder aux ordres du district. Personne à ce moment-là ne pensa à retirer du reliquaire le chef de la sainte ni un autre ossement considérable renfermé dans un reliquaire en forme de bras, et ces deux reliques furent perdues par suite d’une imprévoyance. »

De reliques, il ne reste aujourd’hui à Tarascon que des fragments d’os et un reliquaire qui n’est que la copie de celui offert par Louis XI. En revanche, le bras gauche et la main de Marthe avaient été offerts au prieuré royal de Notre Dame de Cassan au XVème siècle. On peut les vénérer encore aujourd’hui à l’église de Roujan.

PRIERE DE SAINTE MARTHE

« je suis Marthe, l’hôtesse du christ, fils de dieu vivant. Qui se confie en moi ne mourra jamais de maladie épidémique parce que cette grâce m’a été accordée par mon seigneur J-C…… Ainsi soit il. »

Dictons

Mauvais temps le jour de Sainte Marthe n’est rien car il faut qu’il parte.

Ne crains pas du mauvais temps de Sainte-Marthe, Vite, il faut qu’il parte.

Grande purée, petite vinée. Beaucoup de pois, peu de vin. (Anjou)

Précédente rubrique :  Sainte Lucie
La ligne éditoriale de cette série est accessible 
  BON COURAGE...!

Chou Blanc est effectivement magnétiseur- voir son site CLIQUEZ

CHOU BLANC (Les autres saints guérisseurs – faire catégorie SAINT THOL )


1369

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.