Savoir pourquoi vous avez toujours froid…


logo com pote comnunique LE BLOC NOTE
DE COM’ POTE

– C’est l’information du pote âgé faite par un pote pas con … mais très COM…!!!

« De tes aliments tu feras ta médecine » – Hippocrate

littel com potePourquoi avez-vous souvent froid ?

Les raisons sont nombreuses et concernent votre âge, votre alimentation, votre médication, votre métabolisme aussi…


Pourquoi certai
nes personnes sont-elles plus frileuses que d’autres ?
Nous ne sommes pas tous égaux face à la baisse des températures, et cela s’explique par des différences d’activités métaboliques, pour commencer.
On ne fonctionne pas tous de la même manière !

Voyons les raisons principales…..

 

Les 6 raisons principales

Vous mangez peut-être trop peu, ou pas assez riche
Régimes stricts et hypoglycémies peuvent être à l’origine d’une sensation de froid. Pourquoi ? Simplement parce que pour produire de l’énergie, le corps se nourrit de… calories !
Il faut donc lui en apporter. Notre thermogenèse (le travail du corps pour réguler notre température) dévore 50% des calories que nous ingérons chaque jour.
D’autre part, il brûle plus de calories s’il fait froid, parce que cela lui demande plus d’efforts de se maintenir à 37 degrés.
Ajoutez à cela les calories dépensées en bougeant et en se dépensant…
Bref, donnez-lui suffisamment à manger

Vous êtes malade
Il existe des maladies qui ont tendance à nous donner froid, notamment les maladies infectieuses : cystite, grippe, rhume, sinusite, gastro-entérite, méningite…
Avoir froid est un symptôme précurseur de la fièvre, vous ne savez peut-être pas encore que vous allez être malade, mais la sensation de froid peut être un indice.
On peut aussi avoir des frissons quand on fait une allergie.
Une pathologie de la circulation du sang rend les extrémités froides, il s’agit de la maladie de Reynaud.

Vous manquez peut-être de fer
Le fer est essentiel pour permettre à notre organisme de produire de l’énergie. Lorsque vous êtes anémié (que vous présentez une carence en fer), le processus de réchauffement ne se fait plus comme il le devrait, le corps ne régule plus sa température correctement.
Avoir des frissons répétés, même s’il ne fait pas particulièrement froid, ou avoir les extrémités (mains, pieds) toujours froides, peuvent alerter.

Vous vieillissez…
Quand on vieillit, notre température corporelle est naturellement moins élevée.
On l’estime entre 36 et 36,6 degrés, contre une moyenne entre 36,6 et 37,5 degrés avant d’atteindre le grand âge.
Cela s’explique de différentes manières :
le rétrécissement de nos vaisseaux sanguins qui irriguent moins bien nos mains et nos pieds, une perte de masse graisseuse, une réduction de l’exercice physique, un thermostat interne qui globalement fonctionne moins bien à mesure que le corps prend de l’âge…

Vous prenez un traitement dont c’est l’effet secondaire
On a arrêté de lire la longue liste d’effets secondaires de tous les médicaments que l’on consomme, à tort ! Certains traitements peuvent être à l’origine d’une hypothermie, sans que vous soyez forcément au courant. Certains médicaments contre l’hypertension, contre l’épilepsie, qui permettent de dilater les vaisseaux sanguins (vasodilatateurs), des traitements qui sédatent aussi, des antipsychotiques…

Vous êtes fatigué
Quand on est fatigué, on a souvent froid. Quand l’organisme est fatigué, il se protège et se concentre sur ses fonctions vitales.
Or, le fait de conserver sa température à 37 degrés n’en fait pas partie. La thyroïde, qui est un peu notre thermostat, se met en mode économie d’énergie et ne fonctionne plus aussi bien.
De fait, on produit moins de chaleur et on a davantage tendance à avoir froid.

Pourquoi certaines personnes sont-elles plus frileuses que d’autres ?

Des études en cours font la part belle à :
Une récente étude expliquait qu’environ 1,5 milliard de personnes posséderait un gène qui protégerait du froid.
Il leur permettrait d’y être plus résistants, de moins en souffrir, et serait du à une mutation survenue au fil de la migration de l’Homme de l’Afrique vers l’Europe, nettement plus fraîche. Peut-être donc avez-vous froid car vous ne possédez pas ce gène ?

– Une histoire de surface corporelle et de métabolisme

Ainsi, les personnes particulièrement frileuses souffriraient avant tout d’un rapport défavorable entre leur surface et leur masse :
« Les gens qui ont « toujours froid » ont généralement une masse musculaire trop faible par rapport à leur surface corporelle », explique le médecin américain Christopher Minton, spécialiste de la question, à Upworthy. « Leur température corporelle réelle n’est peut-être pas vraiment inférieure à la normale, mais ils ont froid parce que leur corps leur dit de conserver la chaleur. »

– Mais ce n’est pas tout. Les différences d’activité métabolique entre les individus entreraient également en ligne de compte.
« Nos cellules vont utiliser en permanence toute sorte de molécules carbonées pour faire différentes transformations », précise ainsi le professeur de biochimie Daniel Ricquier « Quand nos cellules fonctionnent, elles oxydent des substrats à partir de l’oxygène que nous inhalons. Et quand on oxyde des substrats, il y a inévitablement une partie de l’énergie d’oxydation qui est perdue sous forme de chaleur. »
Résultat :
celles et ceux qui, pour de mystérieuses raisons, bénéficient de cellules particulièrement performantes seraient donc moins frileux.

– Une loterie tout aussi injuste, par ailleurs, que celle de la graisse brune /
iL s’agit
  des tissus adipeux producteurs de chaleur repérés chez les animaux hibernants et les nourrissons, mais récemment découverts chez les adultes également.
Seulement là, aussi, tout le monde n’en affiche pas la même quantité. Ce qui pourrait expliquer pourquoi vous portez un pull quand d’autres se promènent en débardeur.

 SOURCES top santé.com

 

 

 

Les clés de l’alimentation anti-cancer et maladies inflammatoires, infectieuses,
auto-immunes… (Livre
Poche) –
Jean-Christophe Charrié
Excellent livre avec une partie théorique indispensable pour

comprendre ce qu’on fait et une partie pratique avec de bonnes recettes.
Facile à lire, accessible à tous , nul besoin de posséder des connaissances médicales approfondies pour comprendre les enjeux d’une alimentation saine dans la lutte anti cancer et les maladies inflammatoires génératrices de nos douleurs.
Les recettes claires et pas trop compliquées vous ouvrent à d’autres façons de se nourrir
Ce livre explique clairement et simplement les conséquences de nos habitudes alimentaires sur notre santé et en particulier sur celle des malades du cancer, des dégénérescences mentales et les maladies inflammatoires ou auto-immunes.
Offrez vous cette merveille ou offrez le à vos amis, ceux que vous voulez garder!

duo compoteCOM’POTE

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.