POESIE : Mamy Louisa en octobre

LE BLOG
DE TOM ET DOUCE

POÉSIE : Mamy Louisa d’octobre

C’est ce mois-ci,  une débauche de poèmes, chansons et divertissements pour tous et pour tous les gouts.
Pour vous… Rien que pour vous… Plein les yeux, plein les oreilles …. On vous aime….!!!!

La pleine lune

La lune éclaire un chemin bordé d’aubépines ;
Pendant qu’au loin, la sorcière blanche s’achemine
Vers des plantes qu’elle cueille à perdre haleine :
L‘ail de l’ours, la bruyère, et certaines graines.

Pour que tu trouves le chemin de l’amour,
Certains te donneront l’affection, d’autres, la passion ;
Avec les prières de la sorcière de la guérison.
Du chaudron qui bouillonne, un chant monte.

Endormi, tu ne vois rien, n’entend rien et pourtant
Un monde et le chat veillent le bel amant ;
La lune sourit, le somnifère a fait son effet ;
Sous ses doux doigts, tes cheveux, qu’elle défait.

Louisa


Tableau jep Papy Réalisè en 1978 pour écran d’attente – cliquez il est géant
Ail de l’ours C’est quoi LOUISA ?


SUPER GÉNIAL CES DEUX A NE PAS MANQUER
La nuit, c’est quand je me retrouve
Seul face à face avec tes yeux
Et que bizarrement j’éprouve
L’envie de toujours vivre heureux
L’envie de toujours vivre heureux
        Une nuit

Un jour tu ne seras plus présent;
Toi, qui est en ma mémoire, toi l’irréel ;
Le ciel seul, pourra te revoir présent,
Alors laisses moi respirer ton image virtuelle.

Ou bien j’irai rechercher ton orchidée ;
J’en extrairai tout ce dont tu rêvais :
De son parfum, des pétales à son pistil ;
Et de sa mélodie, un sourire.

Shenzhen-Nongke qui a été gardée huit ans
Dans la nuit, pour un Roi , seulement.

En main propre je te la rapporterai ;
Il parait qu’elle porte le meilleur parfum du monde ;
Il parait aussi que c’est une onde
Que sa beauté est adoubée par sa Royauté.

Louisa

BONUS DU POETE CATALAN PERE GUISSET (1920 -2000)

 LA NUIT

Dans le ciel, les étoiles !
Au loin les sonnailles
Le bétail est a l’étable,
au pied du chêne vénérable.
Dans le maquis, un rossignol,
fait ses sérénades avant l’envol.

Cliquez l’image pour la suite

                                                        Mon amie l’abeille

Elle butine toute sa vie et n’ont pas de problème ;
Elle vrille un fruit ou découpe des feuilles
Ce sont les reines de la dentelle, d’un poème ;
Leur nid est fait de miel, d’amour et d’accueil.

Le jour perce le feuillage, la chanson aux lèvres ;
Le parfum encore imprégné jusqu’aux veines
Elle font un tour sur la pergola remplies de sève ;
Parfois, elles ne repartiront qu’avec un poème.

Elle connaît la maîtresse des lieux, ou le maître ;
Avec ses amies, elles leur feront une haies d’honneur ;
Tout en suçant leur raisin, elles leur feront une fête ;
Quand l’été est brûlant, elles feront de l’ombre en cœur.

Elle fait de jolies rondes pour polliniser ;
Si elle vient et qu’ on l’aime, on peut l’utiliser ;
En leur mettant un bol d’eau et des friandises ;
Ce sont de grands enfants, quoiqu’on en dise.

Louisa

NE RATEZ PAS LE BLOG DE
DAME MIELINE
8 ARTICLES SUR LE MIEL
 POUR LE N° 1 CLIQUEZ L’IMAGE

La larme de Rê créa l’abeille… Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel

  Un mythe égyptien explique la naissance des abeilles et du miel en ces termes :

Le dieu Rê pleura et les larmes de son oeil tombèrent sur le sol ; elles se changèrent en abeille ; l’abeille construisit (ses rayons), son activité s’exerçant sur les fleurs de toutes les espèces végétales ; ainsi naquit la cire, et ainsi naquit le miel, à partir des larmes du dieu Rê.

Je ne vois que toi ,

Le soleil ensoleille tes cheveux déjà gris ;
Je ne vois que toi ,
La montagne a mis ses plus beaux habits ;
Je ne vois que toi.

La musique a envahi tout l’espace ;
Je n’entend que toi,
Quelques enfants chantent, c’est un faste ;
Je n’entends que toi.

La paix est revenue à l’horizon ;
Je ne connaîtrai que ma passion,
Je ne connaîtrai que toi à l’horizon,
Avec toi, le mot guerre est une malfaçon..

La guerre nous a donné une chance ;
Je serais toujours ta providence,
La paix nous a donné une autre chance ;
Je vivrai avec toi, ma providence

Si Dieu le veut

Louisa

Les abeilles ont rendez-vous avec
les trèfles en fleur ;

   Là-bas

Là où tu regardais, les trèfles en fleur ont poussé ;
L’herbe trop haute, a caché des lézards
Et ma maison n’est plus qu’un dortoir
Là où vivent maintenant des fleurs sucrées.

 Les abeilles ont rendez-vous avec les trèfles en fleur ;
Je vais où ces insectes iront, sans aucune peur,
Là où tu regardais, là il y a une abeille sur une fleur ;
La pluie, jamais ne la consolera, ni aucun coeur.

Louisa

LE PRINTEMPS EN TOUTE SAISON

Ne monte pas le son, tes mots sont si beaux !!!
Inutile de parler, seules tes pensées suffisent ;
Tu dis que là-bas, l’automne est encore beau
Tu dis que l’hiver et les frimas ne sont que des frises.

Bientôt reviendront le printemps et ses fleurs
Nous entendrons à nouveau le poète et ses pleurs ;
Pourquoi se dépêcher de le ramener, laisse faire
Ton sourire me suffit, en attendant, laisse faire.

Louisa –

TABLEAU JEP PAPY POUR LOUISA ET LA CHOUETTE CLIQUEZ IL EST GEANT

       MON AMOUR

Toute mon âme, respire, soupire, elle pense à vous ;
Pas seulement aux marginaux, assis sous la pluie ;
Par seulement aux gueux d’ailleurs et chez nous ;
Je pense à vous, les enfants d’ici et de partout.

Je sais que des enfants ne mangent pas, « rêvent »
Rêvent d’une datte, d’un fruit, du lait de chèvre ;
D’autres ramassent les grains de riz, tombés ;
Pendant que le soleil continue de briller.

Quand je déguste une mangue et des Kakis
Des enfants rêvent de fruits poussant dans leur pays ;
Quand pendant des fêtes, je nourris le Boudda
Je me dis que vous mangerez bien ce plat.

Quand je voyage en mangeant , vous venez ici …
Le soir , souvent, je me dis qu’il ne faut rien jeter
Ni un fruit, ni leur pelure , encore moins leur parfum ;
Mon sourire pendant ce temps là, s’est mis à briller.

Et tout ce que le modernisme apporte aux européens
Et que fabriquent tant de mères et leurs enfants ;
L’amour circule, avec la musique et les poèmes ;
Pendant le soleil brille dans ces pays pourtant.

Louisa

 

 Les légendes ne prennent pas seulement naissance dans les temps anciens.

Depuis les années 1980, il en est une qui persiste. Selon la rumeur, posséder un tableau du Garçon qui pleure, c’est s’exposer à voir sa maison partir en fumée dans un immense incendie.
CLIQUEZ CE MALHEUREUX GARÇON ET DÉCOUVREZ LA SUITE

MERCI LOUISA
Je ne vais pas mourir idiot…
je croyais qu’il s’agissait d’un oiseau…

Un ocarina est un instrument de musique à vent ovoïde, ressemblant à une tête d’oie ; d’où son nom : en italien, oca signifie « oie », et ocarina, « petite oie ». –       Écoutez ça
  Tant qu’il aura un ocarina

Tant que l’ocarina chantera, fleuriront les orchidées ;
Tant qu’elle accompagnera les herbes folles
Elles jailliront comme une source, du sol
Tant qu’un ocarina chantera au blé.

Les oiseaux se rassembleront pour écouter
Les enfant s’endormiront sans être bercés ;
Que la pluie danse ou au loin, ses gouttes,diffusent
Il y aura toujours une flûte qui , doucement, s’amuse.

Louisa

Quand

Quand on t’enlèvera, la-bas, pour une éternité ;
Tes souvenirs les plus beaux se souviendront-ils
Du trèfle, des fleurs d’acacia, et du mimosa ?
Tu me chuchoteras à l’oreille de mon oreille ?

Gratteras-tu un coussin avec tes pattes
Pour qu’on t’ouvre la porte du jardin ?
Les chats seront-ils aussi beaux et coquins ?
Tout n’est qu’interrogation pour mon petit lévrier.

Avec ton regard neuf, tu seras, je crois, ému,
De voir des copains, des chiens que j’ai connus ;
La maîtresse céleste t’adorera, autant que moi ;
Et surtout ce sera un bon climat pour toi.

Dans les sentiers, tu grappilleras, humeras des fleurs ;
Tout comme autrefois, une coccinelle t’embêtera
Et en voulant la croquer, tu la rateras,
Ici, on ne t’auras pas effacé des fleurs.

Louisa –


 Je voudrais tant que tu sois là
  Je voudrais tant que tu sois là
Pour te dire ma solitude
Pour te dire ma lassitude
De te savoir si loin de moi

LA COULEUR DE L’AZUR

L’azur du ciel, qu’il soit d’ici ou d’ailleurs
C’est une couleur qui nous parle ;
On fait des projets quand elle couvre les arbres ;
Elle nous nourrit sans aucun tralala .

Le ciel, nous offre des couleurs dans nos yeux
Des saisons dans nos coeurs et aussi Dieu
C’est pourquoi , je lui rends grâce ;
J’admire cette couleur, ses nuances, son faste.

Je rêve à elle, quand l’automne arrive ;
Je rêve tout éveillée, j’en suis ivre ;
A chacun de ses pas, j’y trouve un bonheur ;
A chacun de ses gris, noirs, point de malheur.

Louisa


BLEU BLEU BLEU LE CIEL DE PROVENCE

Devant ma porte

L’automne a bien fait son retour;
La tramontane m’apporte des messages ;
De la note de l’épicier, à quelques sous ;
Parfois une fleur séchée du bougainvillier;

Si je veux je peux les balayer;
Mais c’est sympa de voir les messages ;
Peut être que l’automne offre le passage
D’un petit pas, et des plus grands pas.

Devant ma porte fermée, les empreintes
Se parlent, se communiquent sous le soleil;
La rue en pente récoltera un jour
Un trèfle à quatre feuille.

Louisa –

Tableau du 31 10 21 de jep papy pour LOUISA et la Chouette

Une rose
A peine éclose et jolie comme une rose,
Elle a préféré s’exiler, pas pour un ami ;
A peine éclose, elle a offert toute sa vie
En cueillant une fleur, j’ai pensé à cette rose.

Abandonnés le foyer et les mondanités
Elle s’est vêtu d’un sari aux trois rubans bleus
Et de son sourire pour parcourir la pauvreté;
La couleur bleue c’était sa couleur des cieux.

Quel bonheur que votre parcours :
Tenir un enfant dans vos bras qui sourit,
Soigner un lépreux ou réconforter un petit,
Vous confère le sourire de l’amour.

Le temps d’un ange , d’un ange-gardien
Vous a permis de cajoler la terre entière;
En partant de rien, juste avec un sari indien
Fermez vous, de temps en temps les paupières ?

Des joyaux aussi beaux que les yeux d’un bébé,
Quand, arrive l’automne arrive avec sa misère ;
Repassez vous ces photos, Mère, pour avancer
Juste pour ne pas flancher, juste avec une prière.

Louisa
Pour Mère Térésa

Bientôt une nouvelle année

Puisqu une jolie année va encore se terminer ;
Les pas dans le sable vont avec le vent, s’effacer ;
La pluie les diluer comme une jolie aquarelle
Qu’il ne restera qu’une belle empreinte virtuelle.

Ta voix, tes cheveux naturellement défaits
Surtout ton sourire qu’on devine
Complète cette nonchalance divine
Que seule, une fée, peut interpréter.

Effacer tout cela, ce serait un crime;
Transcender cela ce serait un beau rêve
Un luxe qu’on ne peut s’offrir sans être victime ;
La vision d’un autre monde, d’un beau rêve.

Le soleil de cet été a dû colorer tes étés
Décolorer la mèche qui tombe élégamment
Pour que la moindre brise lisse savamment
Que la moindre brise, seule, lisse avec doigté.

Le vent a dû voler ta voix et ton sourire
Même tes pensées se sont envolées
Que me restera-t-il que mes pauvres pensées ?
De toi, toujours un beau souvenir.

Louisa

LA VOILA TA BELLE AQUARELLE MAMY LOUISA
PAS DE MOI DOMMAGE …  MAIS  UNE DU SITE
    http://lapalettedecouleurs.over-blog.com/

CHOU BLANC
retour sur la rubrique du même tabac
« La poésie, c’est le sourire du langage« 

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.