Archives par étiquette : ritournelles

Mamy Ritournelle : Le sens caché des ritournelles enfantines – N°1


  BLOG DE MAMY
RITOURNELLE
ET DE LA SOURIS SOTTE…

Beaucoup de
ritournelles enfantines ont un sens caché.

Comme chacun le sait, on peut apprendre à tout âge…
Alors venez on apprendra ensemble…!

la souris sotteOn a tous appris la chanson du furet dès la maternelle :

 « Il court, il court, le furet, le furet du bois, Mesdames.

Il court, il court, le furet, le furet du bois joli.

Il est passé par ici, il repassera par là. »


C’est magnifique de tendresse et de naïveté, mais pourquoi est-ce un furet qui court ?
Pourquoi pas un petit lapin, un chat, un chien, une souris, ou même un ourson ?
Vous allez me dire : parce que c’est une chanson très ancienne, et qu’autrefois, à la campagne, on avait parfois un furet comme animal domestique.

Ou alors elle fait référence au jeu ancien jeu du furet…
Pas du tout !

 Son succès remonte aux années 1710-1720, pendant l’épisode de la Régence, quand le pouvoir était exercé par Philippe d’Orléans, neveu de Louis XIV.

Son principal conseiller était le cardinal Dubois, réputé pour son amour des femmes.

Guillaume Dubois, appelé « l’abbé Dubois », puis « le cardinal Dubois », est un ecclésiastique et un homme politique français, né le à Brive-la-Gaillarde et mort le à Versailles. Il fut le principal ministre de l’État sous la Régence de Philippe d’Orléans.

Cette rengaine de cour d’école était à l’époque une chanson populaire, connue de tous.
Il s’agit d’une contrepèterie qui se moquait de ce curé trop porté sur la gente * féminine.
Il court, il court, le furet” est à comprendre ainsi : “ Il fourre, il fourre, le curé”.

il court, le furet, le furet du bois, Mesdames.

Ce n’est pas un furet qui vient du bois, mais le curé Dubois, en un seul mot.

Sinon quelle raison d’ajouter « Mesdames »?

 

Précepteur et éminence grise du régent Philippe d’Orléans, secrétaire d’État des Affaires étrangères, archevêque de Cambrai, Premier ministre de Louis XV, le cardinal Dubois (1656-1723) est le génie politique de la Régence. Pourtant, le personnage peine à être reconnu.
Présenté comme un ambitieux machiavélique, raillé pour ses escapades amoureuses et vilipendé pour son impiété, Dubois apparaît comme un libertin sans vergogne.

Machiavélique et ambitieux, Dubois le fut assurément, sinon comment aurait-il pu réussir le tour de force de devenir cardinal et Premier ministre de Louis XV, lui, le modeste fils d’un apothicaire de Brive ?
Dubois est surtout le plus grand stratège politique de son temps. En réussissant à imposer l’alliance avec l’ennemi de toujours, l’Angleterre, il devient le principal architecte de la paix européenne.
Sur le plan intérieur, en tant que Premier ministre, digne héritier de Richelieu et de Mazarin, il réussit à apaiser les divisions qui ont gangrené le royaume durant la sombre fin de règne de Louis XIV.
Audacieux, curieux et toujours prêt à tenter des nouvelles réformes, Dubois marque de son empreinte son époque, à l’aube du siècle des Lumières.
C’est cette trajectoire fulgurante qu’Alexandre Dupilet retrace dans cette biographie d’un personnage au destin hors du commun.

Ritournelle

Share Button