ALIMENTATION : Tout n’est pas à jeter aux chiens

Print pagePDF pageEmail page

logo com pote comnunique LE BLOC NOTE
DE COM’ POTE
– C’est l’information du pote âgé faite par un pote pas con … mais très COM…!!!

littel com poteDans ma rubrique , je voulais, cette semaine, vous parler des DLC…. date limite de consommation
DLUO
«date limite d’utilisation optimale» ou plutôt DDM, pour date de durabilité minimale 

Il existe 2 catégories de date limite pour les produits alimentaires : la date limite de consommation (DLC) et la date de durabilité minimale (DDM), qui remplace la date limite d’utilisation optimale (DLUO).
Seul le dépassement de la DLC comporte un risque pour la santé.

Il existe également la date de congélation, qui indique la date de la 1ère congélation d’un produit.

Mangera, mangera pas ?

Le pack de yaourts vous nargue, au milieu de votre réfrigérateur, avec sa date limite de consommation dépassée de quelques jours.
Vous le prenez, hésitez, puis le mettez à la poubelle.
Eh bien, vous avez tort !
Les Danone étaient encore parfaitement comestibles, malgré leur ancienneté.
Vous avez, bien malgré vous, participé à cet étonnant gaspillage collectif que l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a précisément chiffré :

Produits non déballés:  Chaque Français jette en moyenne 7 kilos par an

Le phénomène n’est pas propre à notre pays.


Outre-Manche aussi, on a la main leste et on met au rebut des montagnes d’aliments encore consommables.
Du coup, les Britanniques ont décidé de supprimer la date de péremption quand elle ne présente pas de danger pour le consommateur.

En France, dans ce cas, on utilise la mention DLUO, pour «date limite d’utilisation optimale». Celle-ci se retrouve sur les produits stables dans le temps, dont seules les qualités organoleptiques, c’est-à-dire goût, texture et couleur, sont susceptibles d’être altérées.

 

CAPITAL, une revue française, expose également:
Les dates limites de conservation sont imposées par les industriels pour écouler un maximum de produits et renouveler régulièrement leurs stocks.

  En fait, les yogourts ont été analysés et goûtés 57 jours après le dernier jour de consommation autorisé inscrit sur l’emballage : même saveur, même fraîcheur, donc aucun problème à être consommés.
Même chose pour les charcuteries sous vide qui peuvent être utilisées 15 jours après la date de consommation affichée.
  Pour les gâteaux secs, biscuits sous vide=0 de toutes sortes : confiseries, chocolats, légumes secs, pâtes, riz, lentilles, ces produits sont consommables et de même saveur 3 à 4 ans après la date limite de consommation affichée.
Les industriels organisent ce gâchis alimentaire pour augmenter leurs bénéfices et satisfaire les actionnaires de plus en plus exigeants.

Un médecin a confirmé qu’il en est de même pour les pilules. Il s’agit d’un “racket” des compagnies pharmaceutiques.
La seule différence, c’est qu’après 3 ans, l’efficacité est légèrement diminuée, soit autour de  95 % au lieu de 100 %

Attention
Réglementations
CLIQUEZ MOI
Une DLC est indiquée par la mention « À consommer jusqu’au… » suivie de l’indication du jour et du mois et éventuellement de l’année.
La date du durabilité minimale est une date indicative. La date de durabilité minimale des produits est précédée :

  • par la mention « À consommer de préférence avant le… » ou « À consommer avant fin … » quand la date comporte l’indication du jour,
  • par la mention « À consommer avant fin … » dans les autres cas.
La date de congélation correspond à la date de congélation ou à la date de 1ère congélation du produit (si le produit a été congelé à plusieurs reprises). Elle s’exprime sur les conditionnements par la mention : « Produit congelé le … » suivie du jour, du mois et de l’année.

La « remballe », ou l’art de vendre de la viande périmée

Révélée dans les années 1990 à l’occasion de plusieurs scandales retentissants, la pratique de la «remballe», surtout dans la filière viande, n’a malheureusement pas disparu.

Elle consiste à déballer une marchandise dont la date de péremption approche ou, pire, est déjà dépassée. Ensuite, le vendeur cache la misère en supprimant les zones défraîchies du morceau, notamment celles de couleur plus foncée. Il reste à remballer le tout en apposant une nouvelle vignette dont la date limite sera rallongée de deux à six jours.

Les affaires sortent souvent à la suite d’une dénonciation émanant de salariés contraints par leur direction de jouer les «remballeurs».

Aux halles de Rungis, deux grossistes en viande nous ont confié que la remballe sévissait surtout dans la restauration collective, car la rotation des produits y est rapide et la transformation moins risquée (les aliments sont très cuits). Conseils, néanmoins, pour éviter d’en être victime dans votre supermarché :
préférez les rayons dont le débit est important, regardez si la pièce semble avoir été retaillée et méfiez-vous des barquettes contenant de nombreux petits morceaux.


SOURCES:
neonutrition  SERVICE PUBLIC.FR     http://www.capital.fr/art-de-vivre/conso/faut-il-respecter-les-dates-limites-de-consommation

duo compoteCOM’POTE

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.