Archives quotidiennes :

ALLEZ MAMY RACONTE : L’OISEAU DE NOËL


ALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette ma Mamy se transformera en conteuse au bord du feu…. Préparez les buches…..
Pour les autres ….??

Ben..! Rêvez…..! Vous sentirez très vite les odeurs de fumée, la chaleur du feu de bois, vous entendrez l’écorce crépiter….. et vous verrez au milieu des flammes…. la fantasmagorie de l’imaginaire… ça y est.. vous tenez le soufflet bien en main….?
Oui.. !
– Alors.. ACTION Mamy..! Raconte nous une histoire pour petits et grands…!!
– Mes petits …. Vous me demandez toujours de vous de vous raconter des histoires …

Logo mamy raconte D Aujourd’hui je préfère préparer l’arrivée de Noël en vous lisant un conte poétique de PERE GUISSET (1920 – 2000) traduit du catalan qui nous parle du sort des oiseaux l’hiver ….
D’ailleurs j’y pense …. PAPY va remettre des graines et la boule de graisse sur l’arbre du jardin…..
jonas– C’est vrai ça PAPY
..!! Si tu déconnes comme ça … les noms d’oiseaux vont vite voler très bas…. Gare à ton béret…!!!!

– Il a raison le petit .. Allez zou … Ouste… Trotte, on n’a pas besoin d’être deux pour garder les enfants.. et en plus…
Tu le connais par cœur ce conte…!!!



L’oiseau de Noël

Un oiseau au poitrail rougeoyant,
Tapait depuis un instant,
A la porte d’une masure,
Dans la nuit de Noël obscure.
Le pauvre rouge gorge grelottait,
A moitié mort de froid, appelait,
Le berger endormi l’ignorait,
Et rien ne l’aurait éveillé

Mais, les cloches se sont mises à sonner,
Un chant dans la nuit s’est élevé,
Ce chant de nuit de Noël obscure,
Retomba du ciel sur la masure.
Pour faire du bruit un angelot,
Dans un chaudron agitait des grelots.
Les brebis déchaînées bêlaient,
Dans ce tintamarre, c’est le tranquille bélier,
Qui avec sa clochette fit merveille,
En secouant sa tête, près de l’oreille,
Du berger toujours bien endormi,
Sauvant ainsi notre rouge gorge transi

Notre oiseau au poitrail rougeoyant,
Est entré sans perdre un instant,
Dans la chaleur de cette masure.
Au cœur de la nuit de Noël obscure,
Notre petit rouge gorge eut droit,
A être ainsi sauvé du grand froid,
Distribuant, généreux, à ses sauveurs,
Mille et un baisers avec ardeur.

Les cloches continuèrent de sonner,
Un chant du fond de la nuit montait,
Ce chant de nuit de Noël obscure,
S’envola tout droit vers la masure,
Égayant notre doux angelot,
Qui veillait déjà notre petit oiseau.
La brebis sans se lasser bêle,
Les cloches sonnent de plus belle,
C’est la fête dans toute la masure,
Dans la nuit de Noël obscure.
Mais, fourbu, meurtri et affaibli,
Notre rouge gorge s’était endormi.

Pere GUISSET (1920 – 2000)

logo-mamy-raconte-2015logo-mamy-raconte-recapitulatif-2016Les vacances sont là..!
Pensez à votre réserve de contes, légendes et histoires à raconter
à vos choupinets et choupinettes….
Plus de 50  sont disponibles en 2 clics ..!

Je vous confie à Taty MARIA
elle raconte aussi bien que moi les personnages de la crèche… elle l’a déjà fait l’autre jour avec LE RAVI et LE CAGANER…

A bientôt dans MAMY RACONTE ….OUPS ..! J’OUBLIAIS…
BON NOËL A TOUS LES PETITS CHOUPINETS… et CHOUPINETTES

CRÈCHE : Savez vous qui est le Ravi…?

CRÉCHE : Le Caganer

Même si personne ne me demande rien .. Ben je vais quand même vous monter comment nourrir les oiseaux du ciel l’hiver Hé Toc  …!
– Siiiii…. ça m’intéresse à MOAAA..!!!


jonasMOI JE PRÉFÈRE L’HISTOIRE
La bête au bon Dieu
et le vieux grillon

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!

Le sermon de l’âne

Le sermon de l’âne


La mèche au vent, l’œil et l’oreille coquine,
un âne allait en riant, portant la Vierge Marie et l’Enfant Jésus,
créateur du monde et des hommes.
Qu’un âne porte l’enfant Jésus, c’est extraordinaire,
mais qu’il en soit tout joyeux, c’est une chose normale.
Je ne vois pas pourquoi l’âne réciterait les Psaumes de la Pénitence,
alors qu’il porte sur son dos Dieu-Enfant.
Cet âne-là, j’en suis sûr, n’est pas triste,
il rit, il parle aussi, de temps en temps.

À la cathédrale d’Autun, la nuit de Noël,
quand tout le monde est parti,
tous les animaux de la Cathédrale descendent de leurs piliers:
il y en a soixante-seize.
Ils viennent vers la Crèche, lorsqu’elle est jolie.
Autrement, ils se mettent devant le chapiteau de la Nativité
et dansent et ils chantent:
Il est né le divin Enfant.

L’âne de la fuite en Égypte,
qui est descendu en riant de la Salle Capitulaire,
là où, autrefois, les Chanoines se faisaient des discours
l’âne de la fuite en Égypte,
qui est le plus subtil des animaux,
monte en chair et fait un sermon.

Une année, il fit le discours suivant:
« Mes frères, les humains vont bientôt venir,
vous allez remonter sur vos piliers,
car les humains, qui ne comprennent rien,
ne comprendraient pas de vous voir ici.
Ils se croient importants, et ils sont capables de s’entendre !
Que chacun d’entre vous, par sa tenue,
soit une prédication pour ces pauvres humains
qui me font pitié.

Voici ce que j’essaie de leur dire lorsqu’il me regardent:
Mesdames et messieurs, je suis le seul être au monde
qui soit heureux de son sort
et qui ne cherche pas une autre place;
je voudrais que ce soit tout le temps la Fuite en Égypte.
Je vous prie, mesdames et messieurs
de temps en temps, faites comme moi, vous serez heureux.
De temps en temps, allez sur la route d’Égypte,
mettez-vous du côté de celui qui est mis à la porte;
de temps en temps, faites l’âne et portez Dieu.
Ainsi soit-il. »

Et tous répondirent: « Deo Gracias »
et tous firent un salut au Choeur
et tous remontèrent, chacun sur son pilier,
l’âne le dernier, avec le sourire.

Denis Grivot
extrait de le monde d’Autun,
La pierre-qui-Vire, 1965
(Collection Zodique)