Archives par étiquette : guerre espagne

RETROCHOUPOTEE .. DEUX ANS DÉJÀ : Espagne cette guerre si vile qui n’en finit pas…!

la retrospective et best off du BLOC NOTE DU TOP2O DU BLOC NOTE DE LA
RETRO CHOUPOTEE
par le Chouriant

Le meilleur de la Chouette…
L’AILE ET LA CUISSE

Ce bloc note est destiné à nous lancer des fleurs même si parfois ce sont des crises en thèmes; c’’est une mesure de l’’audience et la taupe 20 du potager.

logo semaine espagnole

DANS SON COMMENTAIRE DE MAI 2013 , LE CHOURIANT TITRAIT
“Espagne les bébés robados” Voici pourquoi…..

BÉBÉS VOLÉS EN ESPAGNE :UN APPEL AU PAPE
AFP – International – 25/05/2013 – 08:18

Une association de victimes de vols de nouveaux-nés commis en Espagne pendant la dictature franquiste (1939-1975) et dans les années 1980 a demandé au pape, dans une lettre rendue publique vendredi, d’intervenir pour l’ouverture des archives de l’église.

Au cours des dernières années, “on a découvert le drame immense constitué par les réseaux d’achat et de vente d’enfants qui ont fonctionné impunément à partir des années 1940”, déclare la lettre adressée au pape François par l’avocat Enrique Vila Torres, président de l’une des associations créées après la révélation de ce scandale, SOS Bebes Robados (SOS Bébés Volés).

Selon les associations, jusqu’à 300.000 bébés pourraient avoir été volés pendant la dictature du général Francisco Franco et aussi après la fin en 1975 du franquisme, aucune loi espagnole n’ayant encadré les adoptions avant 1987.

Sous le franquisme, ces bébés étaient enlevés à leurs mères républicaines en vertu d’un décret de 1940 qui permettait au régime de s’en emparer des nouveaux-nés s’il estimait que leur future “éducation morale” était en danger.

Dans les premières années de la démocratie, le trafic d’enfants s’est poursuivi, dont la vente de bébés, parfois dans des cliniques gérées par des institutions catholiques.

Née dans la Clinique Santa Cristina de Madrid en 1957, Paloma pense qu’elle a pu être volée à sa naissance. C’est dans ce même hôpital qu’officiait Soeur Maria le 31 mars 1982, lorsque Maria Luisa Torres, 58 ans aujourd’hui, est venue accoucher. Cette infirmière accuse Soeur Maria de lui avoir volé son enfant, qu’elle avait auparavant accepté de lui confier temporairement, contre rémunération, jusqu’à ce qu’elle retrouve une situation financière plus aisée. C’est sa plainte, la première à aboutir en Espagne, qui a mené la religieuse devant le juge.

Lorsque ces faits ont été révélés, les autorités espagnoles ont pris des mesures pour faciliter les recherches des familles. Mais un obstacle se présente “lorsque les archives contenant les identités de mères et d’enfants sont des archives ecclésiastiques”, déclare la lettre de l’association, envoyée au pape il y a quelques jours.

Certains responsables catholiques “refusent encore au jour d’aujourd’hui de permettre l’application de la loi et de communiquer, même lorsque des décisions de justice le leur ordonnent, les identités des femmes qui ont accouché dans leurs institutions”, écrit l’avocat Vila Torres.

minilogo chouriantUNE HISTOIRE DE VACHE FRANQUISTE LIVRÉE FRANCO DE PORC

C’est bien une histoire de vaches espagnoles livrées Franco de porc au pape à quelques jours de la fête des mères par calcul d’un avocat cruel ……. Quand une religieuse est impliquée pour trafic d’enfants dans les années 80 ……. C’est de bonne guerre de continuer à se faire des incivilités plus de 70 ans après la guerre civile

Dring dring

– Qui sonne en ce dimanche de fête des mères ?
Mi Hijo… ?? Surprise un homme de bonne éducation morale dit cette vieille républicaine à qui on avait pris son enfant

Tu vois la gueule des frères et sœurs un type débarque et s’invite

Tu arrives juste pour le gâteau …il reste la part du pauvre

Eh oui tout n’est pas sentiments et émotions….. il faut bien vivre surtout en Espagne ou on s’arrache le bout de gras qui peut rester autour des os et parfois plus dans certains héritages

Bobo la tête… bobo la bête espagnole …….La vache… ! Dure réalité d’un guerre si vile qu’elle ne semble jamais se terminer.. !

Dring dring

Qui sonne en ce dimanche de fête des mères
Mama Mia… !
Mais c’est que moi …… j’ai qu’un seul cadeau pour deux mamans

Je ne te dis pas la tête de la mère adoptive qui vit déjà avec cette épée d e Damoclès depuis des années

Ça y est ….. Elle est planté là dans le parquet de la salle à manger
Je te dis pas la larme est tranchante ….. L’alarme est au rouge … !

Bonjour le choix à faire de devoir partager l’amour que l’on croyait unique et inébranlable

Pauvre Espagne engluée dans son désastre économique ou l’on voit des familles vendre les bijoux pour nourrir leurs enfants

Pauvre Espagne qui voit se rouvrir des procès et avec eux les tombes des cimetières pour rechercher des paternités certaines et des reconnaissances improbables des proches qui restent.

Pobres bébés robados…. Pobres mamas en lagrimas …. Oui des larmes et des cris surtout quand vous venez semer la division en divisant le gâteau

Pauvre gâteau qui peut vite finir en tartes directement sur ta poire…..

– Hombre c’est juste une poire pour ta soif de bières….. desesperados

LE CHOURISTE Bébé volés….
Baisers volés……
Baisés volés…..
amours perdus de part et d’autre…

Quel gâchis… plus jamais la guerre mon fils . !


 SOURCES :
EUROPE 1 ET AFP – 2013

la retrospective et best off du minilogo chouriant

Share Button

Seconde guerre mondiale : Division Bleue….? Recordaté es la Division azul..!

les potes doivent être éclairés

 CHRONIQUES CHOUCROUTE
  par le Pote H

 Dans mes chroniques on m’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser,  et de bien comprendre le sens des choses  …..

Espagne (1941 -45) …. La Division Bleue.

250e Division d'Infanterie Division Azul - Drapeau du 3e bataillon de la Division bleue La Division Bleue (en espagnol División Azul) était un corps de 17 692 volontaires espagnols créé à la fin du mois de juin 1941 par le général Francisco Franco et mis à disposition de la Wehrmacht de l’Allemagne nazie, qui devait les équiper, pour combattre sur le front de l’Est.
La division était ainsi appelée à cause de la couleur des chemises portées par ses membres.

La 250e division d’infanterie est créée en Espagne au cours de la dernière semaine de juin 1941 immédiatement après l’attaque allemande contre l’Union soviétique.

Composée de volontaires espagnols, elle est nommée à l’origine División Española de Voluntarios’ (Division Espagnole de Volontaires).
Bien que l’Espagne ne participe pas officiellement à la Seconde Guerre mondiale au côté de l’Allemagne nazie, Franco autorise des volontaires à se joindre à l’armée allemande.
Ainsi, il peut ainsi préserver la neutralité espagnole tout en récompensant Hitler pour son aide pendant la guerre civile (voir Légion Condor ci dessous).

Des combattants ou des marionnettes

Víctor-M. Amela. LA VANGUARDIA, jueves, 12 Mayo 2005.

“De la Division Bleue, je ne savais pas qu’ils étaient des héros pour les uns et des vilains pour les autres.”

Connaître son histoire est déprimant : Elle est ourdie des cruautés, des vilenies et des misères : c’est une partie intime de histoire de l’Espagne à ses heures les plus noires.
il faut refaire une lecture de cette histoire là  : Ainsi nous  empêcherons de dormir les diplomatiques et politiques, qui dans l’ombre,  ont mû comme des marionnettes les vies de tant de personnes : certains de ses “volontaires” , octogénaires aujourd’hui  survivent comme ils peuvent …. comme par exemple ceux qui au Pays basque, par pression des travailleurs,ont à leur retour étaient chassés des usines et ont fini par mendier dans  les rues…!

Quelle misère la guerre et ce….. surtout quand on pense aux autres, ceux qui sont restés pour toujours sous les glaces lointaines de la Russie…
Pour les descendants …. ils cherchent toujours à comprendre  pourquoi p
lus de 65 ans après les gouvernements sont restés sourds à leurs demandes de rapatriement….  et les corps toujours dans les fosses de Russie
Que nous approuvions ou non leur engagement, découvrons leur histoire pour que plus jamais passion politique n’entraine les hommes à leur perte…

L’entraînement militaire et le serment

En juillet 1941 le premier train de volontaires a quitté Madrid pour l’Allemagne.
Partis d’Espagne avec les uniformes de leurs unités d’origine, les volontaires perçoivent à leur arrivée leurs uniformes de la Wehrmacht ; cependant, après le refus de phalangistes d’abandonner la chemise bleue, la division se fait désormais connaître sous le nom de Division bleue.
Après cinq semaines de formation en Bavière il leur a été demandé de prêter serment …!

¿Juráis ante Dios y por vuestro honor de españoles absoluta obediencia al jefe supremo del ejército alemán, Adolf Hitler, en su lucha contra el bolchevismo y que combatiréis como valientes soldados dispuestos a dar vuestra vida en cada momento por cumplir este juramento?
 Jurez-vous devant Dieu et pour votre honneur espagnol, obéissance absolue au chef suprême de l’armée allemande, Adolf Hitler, dans sa lutte contre le bolchevisme et que vous lutterez en braves soldats prêts à donner votre vie à chaque instant pour remplir ce serment?

Le serment fut modifié pour les prêtres militaires espagnols, car il y avait une condamnation pontificale du nazisme

Combativité sur le front RUSSE

En septembre 1941, la division Azul, est affectée sur le front du Volkhov,  en octobre 1941, la division Azul occupe un front de 80 km, partant de la pointe nord du lac Ilmen jusqu’au sud de Bor.

Tout au long de la campagne d’hiver et de la guerre, et au cours de 18 engagements où elle a participé, les volontaires ont  montré une grande combativité.

Bilan–  “Sangre española en Rusia, 1941-1945”

Monument dédié à la Division Azul situé à Almudena.

Près de 50 000 hommes servirent dans les rangs de la division, il y eut 3 934 morts, 8 466 blessés, 326 disparus et 350 prisonniers qui seront rapatriés durant l’année 1954.

En octobre 1943, il est ordonné aux soldats de retourner en Espagne, en laissant la place à la Légion espagnole, une unité composé d’environ 1 500 soldats espagnols qui choisissent de ne pas retourner en Espagne pour continuer la lutte contre les Soviétiques.

Les premiers soldats étaient de retour en Espagne fin octobre 1943.
La 250e Division d’Infanterie dite Division Azul est dissoute en novembre 1943.

Franco a mis l’accent sur le fait que ce bataillon était composé de volontaires, et non de membres de l’armée espagnole. Ainsi l’Espagne n’était pas en guerre contre l’Union soviétique. Pour définir l’attitude de l’Espagne pendant l’intervention de la Division Bleue, Franco parlait de « non-belligérance », position intermédiaire entre la neutralité et la participation à la guerre.

Escadrilles Azul et volontaires de la marine

Un Messerschmitt Bf 109-G toujours en vol en 2005Parallèlement, des volontaires-pilotes forment l’escadrille Azul (Escuadrilla Azul). Il s’agit en fait de cinq escadrilles qui se succédèrent sur le front de l’est sous le vocable du 15 Spanische Staffel.
L’escadrille Azul est  commandée par le général Wolfram von Richthofen qui avait commandé de la Légion Condor pendant la guerre civile espagnole.
Faute d’appareils convenables, ces escadrilles hispaniques reçoivent des avions de chasse Messerschmitt Bf 109F et Focke-Wulf FW 190A, soit une vingtaine d’appareils pour autant de pilotes

Elle combat ensuite devant Moscou  Elle a perdu 4 pilotes pour 14 appareils ennemis abattus.

L’année suivante, c’est 4 escadrilles qui successivement se remplacent particulièrement efficace la 4éme détruira 74 avions ennemis pour la perte de 7 pilotes.

L’escadrille Azul a abattu près de 156 avions soviétiques soit moins que les pertes matérielles subies.
Outre l’aide matérielle apportée, la rotation des escadrilles Azul permet à l’Espagne de former au mieux les pilotes de combat et d’assimiler des techniques allemandes.

C’est dans le même esprit que la marine espagnole envoie des volontaires  en Baltique à différents postes de novembre 1942 à janvier 1943.

Des tractations ont lieu pour construire 6 sous-marins de Type VII dans le port de Carthagène entre 1944 et 1945, mais la défaite allemande rend ce projet caduc

La légion  Condor

La Légion Condor était une force aérienne formée de volontaires à partir d’effectifs de la Luftwaffe de l’Allemagne nazie, qui combattit en Espagne aux côtés du camp nationaliste durant la guerre civile, entre juillet 1936 et avril 1939.

Heinkel He 111 de la Légion Condor

Elle fut envoyée par Adolf Hitler afin d’aider les forces nationalistes de Franco qui s’étaient soulevées contre la IIe République espagnole, en juillet 1936 à Melilla (une enclave espagnole en territoire marocain).
Les 6 000 hommes engagés seront relevés régulièrement, 19 000 y auront servi.

LÉGION CONDOR….. SOUVIENS TOI DE GUERNICA (bombardement  lundi 26 avril 1937 )

Ce fut la première fois que l’action de l’aviation allemande aboutit à un grand nombre de victimes civiles. Ordre fut donné aux pilotes par le général von Richthofen de bombarder le pont de Renteria et la ville basque de Guernica, peuplée de 7 000 habitants, « sans égards pour la population civile ». Le pont, principal prétexte et objectif stratégique du bombardement aérien, fut paradoxalement épargné !

Le gouvernement basque de l’époque compta 1 654 morts et 889 blessés – une ampleur sans précédent pour un bombardement aérien sur une population civile à l’époque.

L’opération Rügen – le bombardement de Guernica, le lundi 26 avril 1937 a abouti à une virulente condamnation internationale. C’est à ce moment que l’attention internationale s’est portée sur l’implication de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste dans le conflit. Jusque-là, la politique allemande avait refusé publiquement le transit de l’aide militaire et de personnel.
Le tableau GUERNICA commenté et en 3D – cliquez
Source WIKIPEDIA

retour sur la rubrique du même tabacRETRO : C’est du même tabac…..


POTACHE

 

Share Button