Archives par étiquette : cruxifiction

ça me casse les jambes…. de savoir ça…!

Crème anti-douleur 200ml
MON MONDE EST BIZARRE ET PARFOIS PLEIN DE MYSTÈRES INEXPLIQUÉS
Nous vous ferons découvrir ce que le ciel, la terre, l’eau ,et le feu ont de plus beau…. avec toujours un mystère que la nature semble vouloir maintenir sur bien des choses bizarres et parfois étranges….
CHOU BLANC se pose la question:

“Sommes nous de bons larrons….?”
Pour y répondre, il nous entraine dans son monde… son monde bizarre …. Ambiance…Ambiance


Pourquoi brisait-on les jambes des criminels  lors de leur exécution?

Relatant l’exécution de Jésus et de deux criminels sur des po­teaux de supplice….

le récit des Évangiles dit:
.
« Les Juifs [ … ] de­mandèrent à Pilate de leur faire briser les jambes et de faire en­lever les corps»
(saint Jean ).

.
Ce n’est pas en ressuscitant les morts, en commandant aux vents et à la mer, en mettant en fuite les démons, mais sur la croix, alors qu’il était percé de clous, couvert d’outrages, de crachats, d’insultes, accablé d’opprobres, quand il put changer l’âme perverse du larron ; qu’ éclatât sa puissance, quand il attira et glorifia l’âme du bon larron plus dure que la pierre, car il lui dit :
“Aujourd’hui tu seras avec moi en paradis. “

A-t-on jamais vu un roi permettre à un voleur ou à tout autre de ses serviteurs de s’asseoir à ses côtés pour entrer dans sa ville ?

Eglise de Bercy, Saint Dysmas, le bon larron

SAINT DISMAS …
LE BON LARRON
La Croix ouvre le Paradis, même aux larrons que nous sommes..!

Selon l’Évangile de Luc, le bon larron était un bandit du temps de Jésus.
Sa punition fut la même que celle de son comparse, le mauvais larron, et de Jésus-Christ : la mort sur la croix.
La tradition lui attribue le nom de saint Dismas ; il est célébré le 25 mars en Occident.
Selon l’Évangile de Luc, peu avant la mort du Christ et alors que les trois personnages étaient déjà mis en croix, le mauvais larron se mit à l’insulter.
Mais le bon larron prit la défense de Jésus, se repentit de ses péchés et reconnut en lui le Sauveur.
L’Église l’a reconnu comme saint sous le nom de Dismas, en vertu de la promesse du Christ :


Dismas est en effet considéré comme le premier saint de l’Église , canonisé par le Christ lui-même :
« En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis »

« L’un des malfaiteurs suspendus à la croix l’injuriait :
« N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi. »

Mais l’autre, le reprenant, déclara :
« Tu n’as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine ! Pour nous, c’est justice, nous payons nos actes : mais lui n’a rien fait de mal »
Et il disait :
« Jésus, souviens-toi de moi lorsque tu viendras avec ton Royaume. »
Et il lui dit :
« En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis. » Saint Luc

De même que nous admirons surtout un médecin lorsque nous le voyons rendre la santé à des hommes atteints de maladies incurables, ainsi est-il juste d’admirer le Bon Dieu quand il guérit des blessures désespérées, quand il en ramène certains  à un tel état de santé spirituelle qu’ils sont trouvés dignes du ciel.

Mais alors… Pourquoi brisait-on les jambes?

La loi juive ordonnait que le corps d’un criminel qui avait été pendu à un poteau après son exécution « ne passe pas la nuit sur le poteau» (Deutéronome 21:22, 23).

Les Juifs appliquaient, semble-t-il, la même règle lorsqu’un des leurs était mis à mortsur un poteau par les Romains.
Dans le cas cité en introduction, briser les jambes des condamnés allait accélérer leur mort et permettre de les enterrer avant le sabbat, qui débutait au cou­cher du soleil.
Souvent, lors de telles exécutions, on clouait les mains et les pieds du condamné sur un poteau. Quand on redressait le po­teau, tout le poids du corps reposait sur les clous.
La douleur était atroce …
Pour respirer, le condamné devait prendre appui sur les clous enfoncés dans ses pieds. Mais quand les os de ses jambes étaient brisés, il lui était impossible de le faire.
Il mourait alors par asphyxie, si le choc ne l’avait pas déjà tué .

SOURCE : http://monsieurboudon.blogspot.fr/2014_03_01_archive.html

 

 

– C’ est clair maintenant… Si tu veux être un bon larron …
ARRÊTE avec ta blague à deux balles …
Ouais…. Celle où tu racontes que Jésus sur la croix aurait dit aux deux larrons…
Rapprochez-vous, ou vous serez pas sur la photo…!
NON MAIS … !  
– EXCUSES Mec ….. je croyais que c’était parole d’avant GILLES…!

RETRO : C’est du même tabac…..retour sur la rubrique du même tabac

Share Button