JOURNÉE DES DÉFUNTS : Le livre des morts de l’Égypte ancienne

MON MONDE EST BIZARRE ET PARFOIS PLEIN DE MYSTÈRES INEXPLIQUÉS

Nous vous ferons découvrir ce que le ciel, la terre, l’eau et le feu ont de plus beau…. avec toujours un mystère que la nature ou les hommes semblent vouloir maintenir sur bien des choses bizarres et parfois étranges….

CHOU BLANC nous entraine dans son monde… son monde bizarre …. Ambiance… Ambiance

barre bleue
Le livre pour sortir le jour, aussi appelé Livre des morts
Le Livre des Morts/Livre pour sortir le Jour, est donc un recueil de formules et
Hymnes funéraires, placé dans la tombe du défunt qui lui était utile pour son voyage dans l’au-delà.

Papyrus d’Ani, vers 1200 avant notre ère (Nouvel Empire égyptien)

barre bleue
Tous les égyptiens souhaitaient accéder au salut post mortem, et  entrer dans le royaume des morts, paradis de et d’Osiris.
Le livre pour sortir le jour, aussi appelé Livre des morts, apparut
au Nouvel empire, avec cette démocratisation de l’accès à l’au-delà,
Son nom lui fut donné par Karl Richard, un égyptologue allemand, qui en 1842 effectua une traduction d’un papyrus de ce genre conservé au musée de Turin. Il le nomma Todtenbuch/Livre des Morts, nom qui restera par la suite.

Le Livre des Morts/Livre pour sortir le Jour est donc un recueil de formules et hymnes funéraires placés dans la tombe du défunt qui lui était utile pour son voyage dans l’au-delà.
Les plus anciennes formules funéraires de ce genre, étaient inscrites sur les murs des chambres funéraires, au sein des pyramides :
Ces « Textes des pyramides » seront repris avec les « Textes des sarcophages », qui comme leurs noms l’indiquent, étaient inscrits à même le sarcophage du défunt.
Ils assuraient, comme le Livre des morts, la survie du défunt dans l’au-delà.


Chaque Livre des Morts étaient organisés en chapitres,

. Les principales étapes de ces recueils étaient :
– l’enterrement
– l’invocation des divinités
– le réveil des sens,
– la conjuration des dangers
– les transformations
– la navigation avec
– les corvées agricoles
– le jugement, avec la Pesée du cœur

Adapté sur papyrus, roulé et placé à même le sarcophage ou dans la chambre funéraire, le Livre des morts était remplit de formules accompagnées de « vignettes », d’illustrations,pouvant mesurer jusqu’à 41 mètres de longueur.

Le Livre des morts de Khonsoumes, peinture et encre sur papyrus, 1040 - 991 av. J.-C., Kunsthistoriches museum de Vienne - Photo tirée de l'ouvrage Susie Hodge, L'Art Egyptien, ed. Milan, 2011Elles avaient pour mission de protéger le défunt et de subvenir à ses besoins dans sa périlleuse traversée du monde souterrain pour qu’il puisse accéder au Jugement d’Osiris et ainsi à une renaissance dans l’au-delà.

Dans une vignette de ce papyrus, on y voit Nout, debout, et Khonsoumes, agenouillé, recevant du pain et de l’eau de la déesse pour le soutenir dans son voyage.

Les anciens égyptiens pensaient qu’il fallait une nuit entière au défunt pour traverser le monde souterrain.
Les formules et hymnes du Livre des morts devaient l’aider à passer indemne les différentes épreuves, pour qu’il puisse arriver le lendemain, au lever du soleil, sain et sauf dans l’au-delà.

L’obtention de ces recueils n’était pas seulement réservée aux égyptiens les plus aisés.

Partie du Livre des Morts de Naoumé, peinture et écritures sur papyrus, vers 1040 - 945 av. J.-C., Metropolitan Museum of Art, New York - Photo tirée de l'ouvrage Susie Hodge, L'Art Egyptien, ed. Milan, 2011 En effet, tout égyptien pouvait acheter un Livre des Morts déjà préparé, découlant d’une fabrication en série où des espaces y sont laissés pour y inscrire le nom du défunt client, ou pour y peindre un vignette.
Papyrus du Livre de Nakht, pigment sur papyrus, vers 1350 - 1300 av. J.-C., British Museum, Londres - Photo tirée de l'ouvrage Susie Hodge, L'Art Egyptien, ed. Milan, 2011Cependant, l’originalité, l’authenticité et la qualité d’un recueil montre qu’il a été créé et réfléchi de toute pièce pour son défunt.

Les riches égyptiens engageaient des scribes, profession considérée comme l’une des plus distinguée d’Egypte antique, pour écrire et choisir formules, et pour peindre les vignettes.

 

SOURCE : article de Lorine.L
egypteaudela.

barre bleue
Chou Blanc est  effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Chou Blancretour sur la rubrique du même tabac
RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.