ALLEZ MAMY RACONTE : La nuit de la saint Barthélémy


Logo allez mamy raconte étéALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Tout cet été dans la Chouette, ma Mamy se transformera en conteuse de bord de mer….ou d’Arrière pays….
Préparez les esquimaux glacés…..
Pour les autres ….??
ceux qui ne partent pas en vacances faute de moyens ou de forces pour assumer le voyage….
Ben..! Faisons les rêvez…..! ou instruisons les
Aujourd’hui, c’est la saint Barthélémy racontons:
LA NUIT DE LA SAINT BARTHÉLÉMY


logo mamy turlututu smallMes chers enfants moi aussi j’avais une grand mère qui, comme moi, aimait à raconter des histoires à la choupinette que j’étais en ce temps là….!

Elle se plaisait à me parler de l’histoire de la FRANCE à l’aide de peintures et tableaux de maitres, qui m’aidaient à mieux me connaitre ou à modifier mon comportement ma manière d’être ou de me conduire avec les autres….. Je me rappelle de celle ci qui m’a amené à changer mon regard sur l’autre … L’autre ce mystère qui n’ait pas moi …. et pourtant si proche….!

ÉCOUTEZ-LA VOUS AUSSI POUR QUE DEMAIN VOUS SOYEZ MEILLEURS …

« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. »
Montaigne

LA NUIT DE LA SAINT BARTHÉLÉMY

Les guerres de religion, en France, correspondent
à huit conflits religieux qui ont eu lieu au XVIe siècle
entre les catholiques et les protestants, aussi appelés « huguenots » à l’époque.

Origines et déroulement
Jusqu’au XVIe siècle, les Français étaient catholiques.
Sous le règne de François Ier, certains protestèrent contre le luxe des évêques et du pape.
On les appela alors les protestants.
Cette réforme, menée par Martin Luther en Allemagne et Jean Calvin en France, se répandit dans toute l’Europe.
Les guerres de religion entre catholiques et protestants déchirèrent la France pendant plus de 30 ans.

La paix

Elle fut rétablie par Henri IV qui signa le traité de l’Édit de Nantes en 1598.


La fin des guerres de religion
En 1598, le roi Henri IV a signé l’Édit de Nantes, une déclaration qui autorisait les protestants de pratiquer librement leur religion.
L’Édit de Nantes mit fin aux guerres de religion

commencées en 1562… elle auront causé d’importants ravages et massacres dans toute la France. durant  plus de trente ans.

l’Événement du  24 aout 1572 :

Massacre de la Saint-Barthélemy

En 1572, le roi Charles IX ordonna le massacre de la Saint-Barthélemy.
Plus de 3000 protestants furent tués par les catholiques.

– Allez.. ACTION Mamy..!
Raconte nous cette histoire de la nuit de la saint Barthélemy.. Nous on était pas là et pas d’accord du tout avec tout ça…!

– Le massacre commence en sortant du château royal du Louvre à Paris. Il a été enclenché par ordre du roi.
Il commence par l’assassinat des hauts représentants des protestants à Paris qui y étaient rassemblés en vue de cérémonies marquant la réconciliation des deux communautés.

Exclamation prêtée au roi Charles IX lors de la décision du massacre : “Tuez-les tous et qu’il n’en reste pas un seul pour me le reprocher.”

– Ce tableau du massacre de la Saint Barthélemy fut réalisé entre 1576 et 1584 par François Dubois (1529-1584), rescapé de la tuerie alors que toute sa famille de confession huguenote s’est fait assassiner par les catholiques.

Il souhaitait que son tableau reflète la réalité du massacre à travers les vêtements.
Ainsi, les catholiques sont représentés en rouge et les protestants en noir ou en chemise de nuit.
Dubois a surement voulu afficher ici l’esprit qu’avaient les catholiques :
– les protestants en noirs symbolisent les démons à tuer
– les catholiques en rouge sont les bourreaux, ceux qui versent le sang impur des huguenots.

Le sang est partout sur le tableau même à des endroits vides :
On peut observer certaines taches de sang sans qu’il y ait de victimes à côté. Les chiens, présents dans le tableau représentent à la fois la fidélité et la violence qu’ils peuvent montrer envers leurs ennemis.
L’assassinat de Gaspard de Coligny est ici fort bien représenté :
On voit son corps à la fenêtre de sa demeure puis en bas de celle-ci, l’image du corps de l’amiral qui est émasculé. Les restes sont ensuite jetés à la Seine comme si il s’agissait de détritus.
Ce qu’on retrouvera sera pendu au gibet de Montfaucon (en haut à l’extrême droite du tableau).
Le Louvre (au fond au centre) conserve son aspect médiéval.
La porte de Saint-Honoré est fermé par une porte de bois (porte Lucy) avec des soldats : il n ’y a aucun point de fuite, on ne ressort du tableau que mort.

logo mamy turlututu small– François Dubois utilise le système du collage pour donner une vision totale de Paris et de l’horreur de la Saint-Barthélemy dans l’ensemble de la capitale française.
On a une impression de chaos, sans grands axes de direction de la part de Dubois, pas de parallélisme, des couleurs diverses et des lances partants dans tous les sens.
Le massacre n’épargne personne : Dubois nous montre des vieillards, des femmes, des enfants morts, des bébés sortis du ventre de leur mère. On remarque même deux enfants (probablement catholiques) qui traînent un nourrisson au bout d’une corde vers la Seine.

Mamy je crois que j’ai peur …  ils tuaient aussi les petits canards
– T’es gentil mon petit Jonas …
Non non  pas le canetons… mon petit canard
– HEU ….. c’est dur comme au BATACLAN les guerres de religion  !!!
– HEU oui…oui  mais Écoute la suite et tu sauras…..

– Sur un toit, un homme cherche une échappatoire à cette tuerie mais semble déjà condamné. 
Prés du Louvre, on remarque Catherine de Médicis dans sa robe noire ayant massacré en masse des protestants. Si la reine-mère n’a pas participé physiquement à la tuerie, François Dubois veut souligner son poids de responsabilité dans ce massacre.
A la fenêtre droite du Louvre, Dubois a pu vouloir représenter le roi Charles IX tirant sur des huguenots.

Le sable qui sert de support ne semble pas pouvoir aspirer tout le sang rependu d’où les traces de sang sans personne. Dubois donne l’impression que le sang sort du tableau : c’est une vision de « vrai sang » que nous percevons.

– La scène, vécue par François Dubois, s’inscrit dans une violence frénétique (massacre) mais également une violence dite « purificatrice » et universelle.
Dans un contexte de tension, de foi contre foi, Dubois peint le martyr de tous les protestants et la vision de deux camps irréconciliables.

– Tous les détails de cette terrible nuit de la Saint-Barthélemy se trouvent dans cette œuvre :
les femmes transpercées, les pillages, l’assassinat de Coligny…. pour nous donner une véritable vision de ce massacre.

– BEN Mon colon….. j’aime mieux les contes espagnols ou africains

– T’as raison…..  c’est mortel… même Dieu ne reconnait pas les siens dans cette histoire….

 

 

UN PEU D’HISTOIRE ENTRE POTES ÂGÉS

Pendant longtemps, la tradition historiographique a fait du roi Charles IX et de sa mère Catherine de Médicis les principaux responsables du massacre.
Au début du XVIIe siècle, faute de sources, les historiens sont encore partagés sur le rôle exact de la couronne.
Ils retiennent que seuls les chefs militaires du clan protestant étaient visés par l’ordre royal.
Dès le matin du 24 août, Charles IX avait ordonné l’arrêt des tueries mais dépassé par le zèle et la fureur du peuple, il n’avait pu les empêcher.
Pour en savoir plus avec vos adolescents seulement ….!!!

Le coin des mouflets..
Une video extraite de education.france tv

Nous sommes à Paris, le 24 août 1572. Jimmy et Josépha assistent à la scène, terrifiés. La nuit de la Saint Barthélémy restera dans les mémoires comme un massacre majeur avec plus de 3000 protestants tués, qu’ils soient adultes ou enfants.

SOURCE :
http://www.matierevolution.fr/spip.php?article403

http://stock.wikimini.org

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac
RETRO : C’est une récap des histoires déjà racontées….

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.