CIVILISATIONS : Le statut de la femme étrusque

logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE AU CHOU :

Coucou c’est toujours moi merci d’être revenu nous voir aujourd’hui….


Comme convenu nous allons en savoir plus sur le statut de la femme étrusque…

Si belle  dans toutes ces sculptures

barre grenat

logo lardon DLe statut de la femme étrusque

Les grecs et les romains ne comprennent pas la liberté et le statut de la femme étrusque, et ils n’hésitent à faire une description peu flatteuse des femmes étrusques.
Dans l’art grec, seule une courtisane peut être représentée en train de banqueter :
il est impossible qu’une citoyenne grecque soit représentée en train de banqueter.

Femme étrusque, statue en terracotta peinte, IIe siècle av. J.-C., retrouvée à Chiusi, conservée à Karlsruhe

 barre grenatlogo lardon DLes femmes et la société étrusque

La condition féminine dans la civilisation étrusque représentait une particularité par rapport à ce qu’elle était dans le monde méditerranéen. Chez les Grecs et les Romains par exemple, les femmes occupaient une position marginale et de second plan par rapport aux hommes.

La femme étrusque a une grande importance tant au niveau politique qu’administratif et vit pleinement une vie de famille au sein de la société civile où son rôle est prépondérant. Parée de tous ses bijoux, la femme participe aux banquets et assiste aux jeux étrusques ; elle pouvait aussi posséder des biens en son nom propre.

La femme participe à l’intense activité de la société. Elle « sort » souvent « sans rougir, pour être exposée au regard des hommes », participe aux cérémonies publiques, aux danses, concerts, jeux ; elle préside même parfois à partir d’une estrade appropriée

Cette civilisation accorde à la femme un statut bien supérieur à celui des femmes des autres civilisations méditerranéennes, la plupart du temps confinées dans le gynécée.

La femme idéale pour les Etrusques est mère de famille, maîtresse de maison mais aussi compagne de vie.

Ce dernier rôle est figuré avec tendresse sur les sarcophages doubles, représentation qu’on ne retrouve jamais dans le monde gréco-romain.

barre grenat

logo lardon DLa femme étrusque vue par les autres civilisations

Les femmes assistaient aux banquets auprès des hommes chez les Étrusques, ce qui n’était pas le cas chez les Grecs, leurs contemporains où la démocratie était uniquement masculine.

La femme étrusque ne jouissait pas d’une grande réputation auprès des écrivains grecs et romains.

Par les Grecs
Voisins directs des Étrusques dans l’Italie du sud qui appartenait alors à la Grande Grèce les grecs comprenanient assez mal les coutumes étrusques car chez eux la femme vivait dans l’ombre de la maison. En effet, la fille ou l’épouse grecque reste à sa place dans le cadre domestique et ne se montre que rarement en communauté.
Les Grecs définissent les mœurs comme dissolues :

Par les Romains
La femme romaine est un peu plus libre que la femme grecque mais, le statut de la femme étrusque était jugé scandaleux par les romains qui n’hésitaient pas à juger son comportement de licencieux et de mauvaise moralité, les comparant aux musiciennes ou aux prostituées des banquets grecs ou romains.
Alors que le mari étrusque tient son épouse en haute considération, les maris romains écrivaient tout au plus sur la tombe de leur épouse « domum servavit » (A été une « bonne servante de ma maison »).

SOURCES:
https://parisartreview.wordpress.com/2016/04/03/art-etrusque-le-sarcophage-dit-des-epoux/
http://www.altritaliani.net/spip.php?article1720
http://www.panoramadelart.com/sarcophage-des-epoux-de-cerveteri

barre grenat

logo lardon 1LE LARDON

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.