M.T.C : C’est médecine traditionnelle chinoise… mais encore…? Éclairez moi…?


Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline– BLOC NOTE de Choucaline
– “Les capacités de notre cerveau:

 – J’avais un magnétiseur de mes amis   qui me disait un jour:

Aidez les gens à dominer leurs angoisses et leurs peurs c’est leur demander de reconnaitre qu’ils ont un esprit…… et qu’il fait la guerre à leur corps en se servant de lui comme un champ  de bataille… “

“SORTEZ TOUS DU DÉSÉQUILIBRE CORPS /ESPRIT “

PETITES PIERRES Je l’ai écouté … et je me suis dit que ce constat, ce n’était pas neuf  et que j’avais déjà entendu ça quelque part … Où …???

Mais dans la M.T.C comprenez la  médecine traditionnelle chinoise ..
QUESACO..?  Lisez on vous la joue simple

Les Principes fondamentaux  de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC)

De tout temps les êtres humains ont cherché à donner un sens à la vie. Ils l’ont fait à travers trois axes qui sont la religion, la science et la philosophie. C’est dans ce dernier cadre que s’inscrit la MTC, qui prend ses racines dans la philosophie taoïste. Car le Taoïsme est une philosophie et non une religion comme d’aucuns le prétendent.

Ses deux grandes références, Lao Tseu et Confucius, étaient des lettrés et non des religieux.

L’idée de base qui sous-tend toute la logique de la MTC et du Taoïsme est simple:
La vie étant bien faite, elle est cohérente et régie par les mêmes règles, de l’infiniment petit à l’infiniment grand.
De là est issu un principe fondateur qui conclut que du fait de cette cohérence, en observant l’infiniment grand, qui est perceptible par les sens, on va pouvoir en déduire l’infiniment petit et l’invisible qui ne le sont pas.

Les anciens Chinois ont donc observé le monde dans lequel ils vivaient.
Ils ont tout d’abord constaté qu’ils se trouvaient entre deux pôles, le ciel qui était au-dessus de leur tête …
ciel lunaire bleuet la terre qui se trouvait sous leurs pieds.

les vignes du Canigou
Ils constatèrent que chacun de ces pôles possédait des caractéristiques totalement différentes et pourtant complémentaires puisque c’est ainsi qu’était constitué l’univers.

Le ciel était au-dessus de leur tête, en haut. Il était léger, subtil, insaisissable, intangible, etc., et la terre était sous leurs pieds, en bas, ‘c’est-à-dire lourde, dense,matérialisée, tangible, etc.

La « philosophie de l’Homme entre le Ciel et la Terre»

 

En référence à leur principe de logique (macrocosme/microcosme), les anciens Chinois considérèrent que pour tous les plans de l’univers on devait sans doute retrouver une bipolarisation similaire. Ils décidèrent de nommer chaque pôle. Ils nommèrent «Yang» tout ce qui était en cohérence avec les caractéristiques célestes, et « Yin» tout ce qui était en cohérence avec les caractéristiques terrestres.

L’homme ne faisait pas exception à cela puisqu’il possédait lui aussi une dimension lourde, dense, pondérale, yin, son corps et une dimension légère, subtile, yang, son esprit.
La « philosophie de l’Homme entre le Ciel et la Terre» venait de naître.

L’équilibre corps esprit… L’harmonie du YING et du YANG

Leur observation leur permit également de constater que lorsque le ciel et la terre étaient en harmonie, en équilibre, cela produisait une harmonie équivalente dans toute la nature.

Cela produisait le beau temps. Alors que lorsqu’ils étaient en déséquilibre, en dysharmonie, cela produisait la pluie, la tempête, le mauvais temps.

« Yin Yang, c’est l’unité qui engendre la dualité » Lei JingLes anciens Chinois élargirent le constat et considérèrent que, de façon globale, lorsque le Yin et le Yang sont en équilibre, cela produit l’harmonie et lorsqu’ils sont en déséquilibre, cela produit

la dysharmonie. L’être humain ne faisait à nouveau pas exception puisqu’en lui aussi, lorsque le Yin, le corps, et le Yang, l’esprit. sont en équilibre, cela produit la santé et lorsqu’ils sont en déséquilibre, cela produit la maladie.

Ce constat majeur est à la base même de toute la MTC, dont la finalité n’est pas de lutter contre la maladie mais de préserver l’état de santé.

“Dans la Chine antique d’ailleurs, chaque village avait son médecin, dont la mission était d’empêcher les maladies et de faire en sorte que tous les habitants demeurent en bonne santé.
Chaque mois, le médecin était rémunéré pour ses services, à condition que tout le monde soit en bonne santé.
Si quelqu’un était malade, on considérait cela comme un échec et le médecin n’était pas payé.”

La théorie des méridiens

Les anciens Chinois n’en restèrent pas là dans leur observation.

Ils constatèrent deux éléments importants pour eux. Tout d’abord ils virent que la vie était réglée par des cycles, des périodes comme le jour et la nuit, le cycle des saisons, et que tous ces cycles étaient marqués dans le ciel par la course des astres et du temps.
Ils constatèrent également que tous ces cycles, s’ils étaient certes induits par le ciel, s’inscrivaient dans la terre et dans la nature, notamment à travers les changements que produisent les saisons, le sommeilla nuit et l’activité le jour, etc.
Ils en déduisirent que l’observation des éléments de la nature pourrait leur permettre de mieux comprendre ce que le ciel induit.

Ils ont d’abord fait un premier constat fondamental. Ils ont pu observer que ce qui était à la base même de toute forme de vie, était un fluide, un liquide qui tombait du ciel et ainsi fécondait la terre: l’eau.

Ils ont également constaté que cette eau, lorsqu’elle était sur terre, était « vivante» et circulait dans des trajets particuliers, les fleuves et les rivières.

Dans le corps humain  la vie circule aussi dans un réseau


À l’identique de ce qui était observable dans le corps humain où la vie circulait dans un réseau, le système sanguin, la vie circulait et irriguait la terre grâce à un réseau identique, les fleuves.

Tout ceci étant visible et manifesté, ils se dirent qu’en toute cohérence, il devait exister également dans le champ non visible, subtil, yang, un fluide vital qui devait nourrir la vie subtile et circuler dans un réseau, lui aussi subtil mais identique aux fleuves et aux vaisseaux sanguins.

LE CHOURISTE

 

“Et c’est là  qu’est née la théorie des méridiens énergétiques que l’on connait grâce à l’acupuncture.”

SOURCE :
le livre de Michel Odoul

“Dis- moi QUAND tu as mal je te dirai pourquoi”
ALBIN MICHEL juin 2013
 
lexique
Dis-moi où tu as mal – Le lexique – Michel Odoul
” Pour la médecine orientale, la maladie témoigne d’un obstacle à la réalisation du Chemin de Vie. La conscience exprime ainsi par des troubles énergétiques générateurs de maladies, les entraves à son plein épanouissement. ” Praticien et fondateur de l’Institut français de Shiatsu, également auteur de plusieurs autres ouvrages, Michel Odoul nous propose, dans la continuité de son best-seller Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi, ce Lexique, véritable dictionnaire de plus de 300 maladies et traumatismes. Près de 20 ans d’expérience, plusieurs milliers de stagiaires et plus de 8 000 consultations individuelles lui ont permis d’établir et de vérifier la nature des liens existant entre le corps et l’esprit. La maladie ou les accidents ne sont alors plus des fatalités. Chacun peut redevenir ” l’acteur ” de sa vie et s’approprier à nouveau le pouvoir de changer, s’il le veut, ce qui est à l’origine de sa souffrance. Ce livre est destiné à tous ceux qui veulent en savoir plus. Son écriture simple le rend accessible à tous et en fait un ouvrage de référence pour ceux qui cherchent un sens à leurs souffrances. Par la qualité de ses informations il représente aussi un excellent outil de travail pour tous les praticiens de santé (acupuncteurs, praticiens Shiatsu, psychothérapeutes, ostéopathes, médecins, personnel soignant, etc.)

https://amzn.to/2IoeOCO

 

Choucaline plus proche de toi tumeur

CHOUCALINE Lire mon dernier article cliquez pour accéder - Oh mon Dieu il gèle en enfer

 242

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.