Archives par étiquette : voyages

MON MONDE BIZARRE: Les statues de l’ile de Pâques ont un corps

Propolis 60 gélules

MON MONDE EST BIZARRE ET PARFOIS PLEIN DE MYSTÈRES INEXPLIQUÉS
Nous vous ferons découvrir ce que le ciel, la terre, l’eau ,et le feu ont de plus beau….avec toujours un mystère que la nature semble vouloir maintenir sur bien des choses bizarres et parfois étranges….
CHOU BLANC nous entraine dans son monde…son monde bizarre ….Ambiance…Ambiance


L’île de Pâques, est une île du Chili isolée dans le sud-est de l’océan Pacifique, particulièrement connue pour ses statues monumentales (les moaï) et son écriture océanienne unique (le rongorongo).

Les pierres aux mille visages … parlent…?.

Les statues de l’ile de pâques ont un corps….

La découverte ne date pas d’’hier mais depuis quelques temps refait surface sur internet : les statues de l’’ile de Pâques ont un corps !

Ça fait très très longtemps que les archéologues savent que les statuts de l’ile de Pâques ont un corps.
Il y a eu des travaux d’excavation depuis « toujours ».
Voir les notes inédites de l’archéologue britannique Katherine Routledge Maria (1866-1935) responsable de l’expédition scientifique du mana à l’Île de Pâques (1914-1915), excavations de plus de 30 Moai. Les premières excavations archéologiques sur l’île datent de 1882 par les Allemands.
La plupart de nos photos , sont sans doute prises durant la quatrième campagne de fouilles en juillet 2011 qu’assure de nos jours un groupe privé.
En revanche, nulle part il fait mention d’un quelconque étonnement à l’idée de découvrir que les statues ont un corps, et qu’il est couvert de pétroglyphes.
A mon avis, mon contributeur, qui ne connaissait l’Île de Pâques que superficiellement est tombé sur ces photos, s’est étonné et a voulu faire partager sa surprise à tout le monde.
C’est gentil… surtout pour ceux qui découvrent que mon monde est bizarre….mais pas que sur l’ile de pâques voyez notre archive….

Connues pour avoir une grosse tête…. la moitié de leur taille est enfouie sous terre

Alors qu’elles sont vraisemblablement connues pour avoir une grosse tête, ces statues recèlent visiblement de nombreux secrets puisque plus de la moitié de leur taille est enfouie sous terre et révèle l’existence d’un corps et de mains.

Si on attribue au couple Routledge la découverte des parties enterrées des statues de l’ile de Pâques, un groupe privé de recherches a récemment excavé une des statues pour y découvrir de nombreuses écritures sur le corps.

Située dans l’océan Pacifique, cette ile volcanique a été découverte par le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen, le jour de Pâques de l’an 1722, et est devenue ensuite possession Chilienne en 1888.
Si de nombreux mystères entourent l’ile de Pâques, la découverte de ces écritures enfouies sous terre risquent de relancer de nombreux débats.
En effet, si les scientifiques sont presque tous d’accord pour dire que c’est à la suite d’un écocide que la population (environ 4000) de l’ile a disparue, qu’en est-il de ces géants de Pierre enfouis sous terre ?
L’ont-ils été dès le départ par les Rapanui (premières civilisations de l’île) ou bien le temps a t-il eu raison de ceux-ci ?



 

Bien évidement les Pascuans (Rapanui) n’avaient pas sculpté des têtes de Moai uniquement… il suffit de regarder celles qui sont érigées sur leur ahu (Autel piédestal) elles ont bien un tronc mais qui s’arrête au bassin…

Vous feriez le même constat en vous promenant sur les flancs de la carrière du volcan Rano Raraku d’où proviennent 99% des Moai que l’on trouve sur l’île.

La plupart des « Moai tête » que l’on voit dans les reportages se trouvent en station « d’attente » sur la pente en descendant de la carrière de Rano Raraku.

Après avoir été détachés de la roche volcanique (Tuf volcanique très tendre que l’on sculpte facilement) Il étaient amenés sur le lieu de leur destination selon les moyens (échange de valeur) du commanditaire… ils pouvaient rester en station calés sur le flanc pendant des années avant de continuer leur route…

ET ELLE PEUVENT AUSSI MARCHER ALLEZ VOIR CETTE VIDÉO

En 2011, un test a été mené à Hawaï. 18 hommes, répartis en trois groupes, sont parvenus à déplacer une statue de cinq tonnes sur une centaine de mètres./CC

Restez svelte 160px
RETRO : C’est du même tabac…..retour sur la rubrique du même tabac

Share Button

Laisse les gondoles à Denise

Giovanni Antonio Canal dit Canaletto Venise, 1697 – Venise, 1768 Vers 1740, huile sur toile, 76 x 45 cm Salon des peintures Jacquemart-André. – Canaletto a le souci de rendre avec la plus grande précision les vues les plus courues de la Sérénissime

vos impressions à partagerLaisse les gondoles à Denise

Romeo et Juliette

«Laisse les gondoles à Venise»…. chantait un couple célèbre il y a… pas mal d’années déjà..!

Est-ce dire que Venise, c’est ringard….. ?

Pour beaucoup de gens (qui n’y sont jamais allés), ça l’est en effet; le cliché du Pont des soupirs, des gondoles, des pigeons de la Place St Marc, du Rialto avec ses boutiques de souvenirs( de Hong-Kong, ou made in China), a la vie dure…et pourtant !

Un nombre incroyable de gens, japonais, chinois, européens de partout, y viennent encore en voyage de noces, et y sont apparemment très heureux; sans parler des touristes, photographes ou non, qui s’y pressent chaque année, pour en rapporter des souvenirs merveilleux et inoubliables… Venise, surannée, vieillotte, désuète ?

NON… Venise,est  magique, unique, vivante, moderne et historique à la fois…

On y vient, on y revient, c’est comme un drogue.
Une fois qu’on a attrapé le virus, rien à faire pour s’en débarrasser. Il n’y a pas besoin de campagne de vaccination, les malades sont consentants, et ne rêvent que d’en droguer d’autres, de les contaminer, pour qu’ils rejoignent le club des passionnés …. en costumes ou non , au carnaval…

 C’est une expérience qu’on fait une fois, souvent par hasard, et qu’on renouvelle, quelque soit l’âge; des gens de plus de 70 ans se disent « accros » et n’ont pas peur de l’être. Après tout, si ça fait du bien au moral, pourquoi s’en priver ?
Ça ne coûte pas plus cher qu’autre chose.. .la sécu ne rembourse pas (encore), mais les restaurants de luxe, (où l’on déguste trois rondelles de carottes vichy), non plus !

Chacun prend son plaisir là où il le trouve, selon sa Culture, ses goûts, son éducation, ses moyens… il n’y a rien à redire à ça.

Il existe des thérapies ,anodines au premier abord, qui sont très efficaces…
Celle-ci en est une, je peux témoigner !
Je suis partie, à 65 ans, avec des sérieux handicaps (de dos, de pied, d ‘hémorroïdes, bref, j’en passe et des meilleures), mais une fois sur place, à respirer l’air de la lagune, pourtant  froid (-2°), à regarder le soleil couchant, sur les mosaïques dorées et colorées de St Marc, sur les marbres roses et gris de San Zaccaria, sur les flaques de la piazetta (où se reflètent tous les monuments autour), on oublie tout !

Découvrez la playlist rondos veneziano avec Rondò Veneziano

Musique d’ambiance – Rondo Veneziano –

On se sent pousser des ailes, on rajeunit de 20 ans… ou plus !

En effet, une fois dans mon costume de « Dame aux camélias », on me prenait pour une jeunette de 18 ans… comme notre règle de masqués est de se taire (le silence est d’or donc on s’y enrichit beaucoup), je ne pouvais pas décevoir mes admirateurs; et intérieurement je me disais « heureusement qu’ils ne me voient pas en civil… ».
Je continuais le pied léger, à poser pour tous mes photographes; du reste, le claudiquement que j’avais, du fait de ma tendinite de la cheville, était pris pour un effet de crinoline, (ou un déhanchement voulu du faux-cul de mon autre costume de Nana, pour inviter le client à me suivre! ah ah ah …rigolo, non ?).

 

  Jouer la comédie, sortir de son personnage quotidien, c’est une expérience que seuls les acteurs de cinéma ou de théâtre connaissent, et qui est bienfaisante.

D’ailleurs les carnavals n’étaient-ils pas conçus pour évacuer les rancoeœurs, les misères, sous couvert de l’anonymat ?
Alors, que tous les détracteurs des carnavals ravalent leur fiel, on s’y fait du bien, à Venise l’élégante, (avec ses marquis poudrés et ses masques extravagants mais toujours luxueux),
comme à Dunkerque (avec ses parapluies multicolores et ses bandes musclées tonitruantes), et il n ‘y a rien à redire à cela; c’est du pur bonheur, qu’il ne faut pas bouder.

La place Saint-Marc (vers 1723, musée Thyssen-Bornemisza, Madrid)

  Ceux qui prétendent que Venise pue, que c’est insalubre, vétuste, délabré, sont des cons…

Ceux qui prétendent que Venise pue, que c’est insalubre, vétuste, délabré, sont des cons; ils ne connaissent pas Paris et ses banlieues, n’ont jamais mis les pieds dans les crottes de chiens qui empestent et dégueulassissent tous les trottoirs de la capitale, n ‘ont jamais pris le métro aux heures d’affluence… etc etc et que dire des voitures en bouchons qui polluent l’atmosphère ?
La jalousie envenime tout, voilà la vérité… il y a ceux qui « peuvent », soit-disant, et ceux qui ne « peuvent pas »; mais on n’est pas obligé de descendre au Danièli ou au Gritti pour s’éclater… Il y a des adresses superbes, calmes, confortables, bien situées, où on est soignés comme des coqs en pâte, pour un prix normal; pas pire qu’en Bretagne en Juillet…(où on n’a pas toujours le soleil en prime…).
Alors arrêtons de diffuser des informations empoisonnées sur la plus belle ville du monde, par bêtise ou chauvinisme absurde.



Vive Venise …
et vive son Carnaval !

 vos impressions à partagerDenise

Wikipédiatre :     « BRAVO ….! Quel talent personnel pour la conception artistique et la réalisation de ces costumes….C’est une vrai passion qui la déborde…! Comme Denise, envoyez nous votre carnet de voyage.. Pensez à ceux qui restent….Ou à notre pote SYNTHOL qui ne peut pas se déplacer »

Meilleurs complements alimentaires

Share Button

LILI LABAFOUILLE : la lettre au fil du temps


LE  BLOG DE LILI LABAFOUILLE

 

Nous confions cette nouvelle série sur :
« Les lettres au fil du temps » 
à Lili Labafouille car comme son nom l’indique elle n’en est pas à sa première bafouille.
Au delà de la présentation générale de ce jour, Lili prenant pour support les timbres de cette série publiée en 1998 viendra nous commenter de façon plus détaillée les étapes de nos lettres au fil du temps.


Présentation générale

Ayant connu déluge et décrue, Noé lâcha la colombe hors de l’arche et cette messagère, le soir venu, revint porteuse d’un rameau d’olivier tout frais, preuve que la terre n’était plus engloutie sous les eaux.
Ce premier message fut bien un extraordinaire témoignage de communication. L’ information était d’extrême importance. Et ce besoin de communiquer se retrouva ensuite sous bien des latitudes, en de nombreuses occasions.

N° Yvert & Tellier 3151 Date de vente 11/05/1998 Auteur Galeron, Henri Metteur en page Durand-Mégret, Michel

Songeons aux Égyptiens qui, avec régularité, écrivaient aux morts. Ces correspondances avec leurs proches se faisaient sur du tissu, des vases contenant une offrande funéraire ou sur un papyrus accolé à l’effigie du destinataire. Lettres portant une adresse et quelquefois des formules épistolaires conventionnelles.

Songeons aussi à ce valeureux soldat qui, pour porter la nouvelle de la victoire jusqu’à Athènes, courut pendant plus de 42 km. L’information était de taille et pouvait mériter quelque souffrance. Si Pétrarque, Pline le Jeune, Gicéron ou Sénèque avaient très largement utilisé ce mode de communication pour évoquer, parfois quotidiennement, leurs expériences ou le fruit de leurs méditations, les lettres des chevaliers à leur dame furent magistrales de délicatesse et de courtoisie.

Ces messagères surent abolir éloignement et temps. Combien salvatrices et douces semblaient alors les nombreuses lectures de ces papiers scellés !
Héloïse et Abélard séparés ne purent-ils ainsi trouver paix et réconfort dans ces échanges sans cesse renouvelés ?

Qu’elles fussent Lettres à Sophie Volland, écrites jour après jour par Diderot pour lui parler de ses conceptions de la vie, ou Lettres anglaises de Voltaire, volontairement audacieuses et satiriques, elles reflètent leur temps tout comme Les Lettres à une inconnue de Mérimée sont le témoin d’une extrême solitude.


Réflexions personnelles, spirituelles ou politiques, récits de faits divers, épisodes historiques ou portraits, éloges à des grands ou correspondance filiale, toutes ces lettres qui ont su être les précieux témoins de l’évolution humaine seront les merveilleuses amies qui toujours nous accompagneront.

SOURCE :
présentation générale (c) Jane Champeyrache
http://www.phil-ouest.com/Timbre.php?Nom_timbre=JdL_colombe_AA18_1998
Restez svelte 160px
Lili LABAFOUILLE

Share Button