Archives par étiquette : vertus

SANTÉ : Les vertus de l’ortie

 

retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraité– LE BLOC NOTE
CHOULAGER

par CHOU BLANC

Ma grand mère Marthe, magnétiseuse connaissait avant moi les vertus de l’ortie.
Voilà ce qu’elle m’a confié :

« Petit écoute ta grand-mère…Tu leur diras que pour leur santé ils doivent manger des orties  »
Cette phrase résonne encore dans ma tête, si bien que je ne résiste pas à vous donner un remède naturel anti-fatigue, anti-inflammatoire et diurétique.

C’est un Remède d’autrefois, mais si économique et bio que ça vaut pas la peine de s’en priver

 L’ORTIE

Riche en vitamines C et pleine de vertus, l’ortie est l’allié de la cuisine, mais aussi de la santé et du jardin.

LE CHOURISTE– Mémé a dit mémé a dit .. Faut pas pousser mémé dans les orties

Mais parlons de ce qu’elle aurait du ajouter

Qu’est-ce qu’une ortie?

L’ortie est le nom générique d’une trentaine de plantes urticantes, les urticacées qui portent bien leur nom. L’urtica, donc, le petit nom de l’ortie, se décline en 5 variétés en France. Les orties les plus courantes sont la grande ortie et l’ortie brûlante.

L’ortie est une plante vivace, qui a tendance à s’étaler. Ses racines, des rhizomes, courent sous la terre et envahissent les coins favorables à sa croissance. Tu peux contenir ton petit jardin d’ortie à la manière des menthes, en plantant tout autour une barrière bois/terre cuite/plastique (mais c’est moins top) enterrée.

Les tiges et le dessous des feuilles en forme de cœur sont recouverts de petits poils chargé d’un poison urticant, c’est-à-dire qu’il brûle la peau.
Ces poils qui la ornent sont en silice (comme le sable) et sont cassants comme du verre.
Ils libèrent un cocktail intéressant de liquide histaminique, d’acide formique, de sérotonine et d’un neuro-transmetteur. Une vraie arme de destruction à elle toute seule.

Comment se prémunir des piqûres de l’ortie?

Le port de gants est indispensable pour se prémunir des piqûres des orties: gants en caoutchouc ou gants en cuir car les petits poils de l’ortie sont si fins, qu’ils passent à travers les tissus. Ils sont capables de passer la barrière protectrice des poils des animaux, c’est te dire qu’ils sont vicieux.

Comment soulager les piqûres d’ortie?

Il ne faut surtout pas gratter! cela aurait pour effet d’étendre l’action du poison et d’aggraver l’inflammation.

12 Astuces contre les piqures d’orties
retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraité1. Le rinçage La première chose à faire, c’est de faire un nettoyage de la zone piquée avec de l’eau fraîche ou du sérum physiologique.
2. Comment enlever les poils urticants Prenez un morceau de ruban adhésif et disposez-le sur la ou les piqûres puis retirez-le délicatement pour enlever les poils.
3. Le plantain Le plantain est considéré par beaucoup de gens comme une « mauvaise herbe », mais c’est en réalité un excellent anti-inflammatoire et antiallergique.
4. La salive Si vous n’avez absolument rien sous la main, utilisez votre propre salive. Crachez sur la piqûre et puis étalez doucement avec un mouchoir

5. Les huiles essentielles
On peut également utiliser de l’huile essentielle de lavande, qui est cicatrisante, antiseptique et bactéricide, ou de la camomille matricaire, qui est cicatrisante et anti-inflammatoire

6. La menthe fraîche  La menthe, surtout si elle est fraîche, a des propriétés antibactériennes, pour en profiter, il faut prendre quelques feuilles de menthe et les malaxer entre les doigts. Le jus obtenu sera à appliquer sur la zone à traiter et il calmera l’inflammation rapidement.7. L’oseille   Ce qui est pratique avec l’oseille, c’est qu’elle se trouve assez proche des orties. Si vous savez la reconnaître, vous pourrez l’utiliser tout de suite après vous être fait piquer. Il faut utiliser son jus
8. Le bicarbonate de soude  On peut préparer une pâte avec du bicarbonate de soude et un peu d’eau. Ensuite, il faut l’appliquer sur la zone visée et on laisse sécher avant de rincer.

9. Le vinaigre   Le vinaigre blanc modifie le pH de la peau et l’apaise. Il faut imbiber une compresse et l’appliquer sur l’endroit à traiter. 
10. L’oignon  On peut également couper un oignon en deux et en utiliser une moitié en l’appliquant sur la piqûre.
11. L’aloe vera   Appliquez un gel d’aloe vera sur la zone qui est rentrée en contact avec l’ortie. Il faudrait répéter cette action trois fois par jour. 1
2. Le lierre
Pour favoriser la cicatrisation, stopper les démangeaisons et bénéficier des propriétés antibactériennes du lierre, mettez-en une feuille sur la zone piquée.

Restez svelte 160pxA quoi peut servir l’ortie?
Du côté de la cuisine, l’ortie est une source de bienfaits côté la santé. Riche en vitamine C, elle est aussi pleine de vitamines B2, K et pro-vitamine A. Elle contient 4 fois tes besoins journaliers en manganèse, presque 2 fois en calcium, et 100 % de tes besoins en fer, en magnésium et en cuivre.
De quoi faire de cette petite championne de la santé, un anti-fatigue, un anti-inflammatoire et un diurétique.

Côté nutritionnel pur, elle est riche en eau et en… protéines: elle contient les 8 acides aminés essentiels à l’organisme, pour 10 g de protéines environ au 100g.
L’ortie est alcalinisante pour l’organisme (elle a un indice PRAL à -60, plus alcalinisante que le curcuma par exemple, dont on parle tant en ce moment).

Côté jardin, enfin, sa richesse en minéraux renforce les autres végétaux quand elle est transformée en purin, ce qui leur permet de se défendre contre les nuisibles.
Une fois hachée et macérée plusieurs jours à l’abri de la lumière, le mélange d’ortie sent assez fort.
Mais versé dilué dans l’eau, il renforce les défenses des arbres et arbustes.
Pulvérisé, il chasse les pucerons et le mildiou.

Comment préparer l’ortie?

  • enfiler des gants
  • tenir la tige d’ortie et à l’aide de ciseaux, couper les feuilles à leur base, sans prendre la queue.
  • Rincer l’ortie dans deux eaux: une eau vinaigrée, puis une eau claire.
  • L’ortie est prête à cuisiner!

Quelles recettes d’ ortie?

L’ortie ressemble beaucoup à l’épinard. Toutes les recettes d’épinards ou d’autres feuilles bien vertes (laitue, roquette, cresson) peuvent donc être adaptées avec des orties.
Pense donc aux omelettes et autres œufs en cocotte ou bénédictine.
Bien sûr, aux tourtes ou aux quiches au printemps, ou aux soupes s’il fait froid.

Retrouvez la recette de
la Soupe d’orties de ma grand-mère.

 

SOURCES:
https://www.panierdesaison.com/2018/04/les-orties.html
https://www.femmeactuelle.fr/sante/medecine-douce/ortie-quels-sont-ses-atouts-et-comment-lutiliser-2103674
L’EXPRESS

Chou Blanc est effectivement magnétiseur -cliquez pour visiter son siteretrouver régulièrement la rubrique le mal maltraité

Chou Blanc

Share Button

QUE DIRE À UN JEUNE DE 20 ANS

BLOC DU BÉTON DÉSARMÉ…!!
A l’heure où le médecin est en cabinet fermé…. où le barman de fin de soirée arrosée est aux 35 heures….
La parole semble prisonnière….
Allez voir le curé…? Oui.. Mais il y a si longtemps que vous n’avez pas vu un confessionnal que vous avez peur de vous tromper de porte …!
Alors … « Entrez sans frapper » …. est fait pour vous ….
Soufflez, sur les braises si vous le voulez…
Ainsi jaillira la lumière..!
L
a parole est à vous….. Soyez les rédacteurs d’un jour pour vous exprimer ….
Pour nous parler…!
ALLEZ Y ON VOUS ÉCOUTE….
La Chouette est sur votre épaule pour mieux vous entendre..!

QUE DIRE À UN JEUNE DE 20 ANS

« Quand on a connu tout et le contraire de tout,
quand on a beaucoup vécu et qu’on est au soir de sa vie,
on est tenté de ne rien lui dire,
sachant qu’à chaque génération suffit sa peine,
sachant aussi que la recherche, le doute, les remises en cause
font partie de la noblesse de l’existence.
Pourtant, je ne veux pas me dérober,
et à ce jeune interlocuteur, je répondrai ceci,
en me souvenant de ce qu’écrivait un auteur contemporain :
«Il ne faut pas s’installer dans sa vérité
et vouloir l’asséner comme une certitude,
mais savoir l’offrir en tremblant comme un mystère».
A mon jeune interlocuteur,
je dirai donc que nous vivons une période difficile
où les bases de ce qu’on appelait la Morale
et qu’on appelle aujourd’hui l’Éthique,
sont remises constamment en cause,
en particulier dans les domaines du don de la vie,
de la manipulation de la vie,
de l’interruption de la vie.
Dans ces domaines,
de terribles questions nous attendent dans les décennies à venir.

Oui, nous vivons une période difficile
où l’individualisme systématique,
le profit à n’importe quel prix,
le matérialisme, l’emportent sur les forces de l’esprit.

Oui, nous vivons une période difficile
où il est toujours question de droit et jamais de devoir
et où la responsabilité qui est l’once de tout destin,
tend à être occultée.

Mais je dirai à mon jeune interlocuteur que malgré tout cela,
il faut croire à la grandeur de l’aventure humaine.
Il faut savoir, jusqu’au dernier jour,
jusqu’à la dernière heure, rouler son propre rocher.
La vie est un combat le métier d’homme est un rude métier.

Ceux qui vivent sont ceux qui se battent.
Il faut savoir:
que rien n’est sûr,
que rien n’est facile,
que rien n’est donné,
que rien n’est gratuit.
Tout se conquiert, tout se mérite.
Si rien n’est sacrifié, rien n’est obtenu.

Je dirai à mon jeune interlocuteur que pour ma très modeste part,
je crois que la vie est un don de Dieu
et qu’il faut savoir découvrir au-delà de ce qui apparaît comme l’absurdité du monde,
une signification à notre existence.

Je lui dirai
qu’il faut savoir trouver à travers les difficultés et les épreuves,
cette générosité, cette noblesse,
cette miraculeuse et mystérieuse beauté éparse à travers le monde,
qu’il faut savoir découvrir ces étoiles,
qui nous guident où nous sommes plongés
au plus profond de la nuit
et le tremblement sacré des choses invisibles.

Je lui dirai
que tout homme est une exception,
qu’il a sa propre dignité
et qu’il faut savoir respecter cette dignité.

Je lui dirai
qu’envers et contre tous
il faut croire à son pays et en son avenir.

Enfin, je lui dirai
que de toutes les vertus,
la plus importante, parce qu’elle est la motrice de toutes les autres
et qu’elle est nécessaire à l’exercice des autres, de toutes les vertus,
la plus importante me paraît être le courage, les courages,
et surtout celui dont on ne parle pas
et qui consiste à être fidèle à ses rêves de jeunesse.
Et pratiquer ce courage, ces courages,
c’est peut-être cela. »
«L’Honneur de Vivre»

Hélie de Saint Marc

– Crévindiou ce Saint Marc… Il cause bien dans le poste..!
C’est presque parole d’avant GILLES

SOURCE :
Violaine ma contributrice
Petit Cyr & Cie

AVIS AUX LECTEURS CONTRIBUTEURS

Si vous avez un texte à nous soumettre voici nos coordonnées
SI vous devez encore l’écrire ….
Alors laissez les plumes de la chouette tranquilles, Prenez plutôt une alouette elle a l’habitude d’être plumée … En chantant..!

choublanc@mafeuilledechou.fr

AVERTISSEMENT CAMARADES :
– j’en suis le modérateur.. Aussi pour que la Chouette ne se fasse pas voler dans les plumes et que les autorités du web et ne la fasse tomber de son clocher, nous ne publierons rien qui ne soit dans l’esprit de notre ligne éditoriale ou qui soit contraire aux bonnes mœurs, au respect de la vie privée etc etc…
« Expression libre comme le vent » OUI mais le vent peut tourner et dans ce cas c’est pas la girouette qui tournera mais le vent…. pareil que dans les ronds points..!
Débat donc… mais pas déballage..!

retour sur la rubrique du même tabacChou Blanc

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

Le buis et ses vertus oubliées

Restez svelte 160pxBannière ruedesplantes 468/60px


retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraité LE BLOC NOTE

CHOULAGER
par
CHOU BLANC

 

Ma grand mère Marthe, magnétiseuse connaissait avant moi les vertus du buis

Le buis et ses vertus oubliées

Nombre de coutumes sont liées au buis.
Placés aux œillères des chevaux ou dans les cages des oiseaux, les rameaux de buis éloignaient les influences malignes.

Lors de la construction d’une maison, on consacrait la première pierre à l’aide d’un rameau de buis trempé dans de l’eau bénite.

Rameau scellé ensuite dans le mur, en protection contre la foudre, la tempête, les inondations, la vermine…

le buisLa tradition veut que le buis ait un pouvoir divinatoire.
En effet, après avoir émis un souhait, on jette des feuilles de l’arbuste sur le poêle ou la cuisinière et, si celles-ci gonflent et tournent sur elles-mêmes, le vœu se réalisera.

Dans les rites chrétiens, le dimanche des Rameaux (dimanche précédant Pâques), les prêtres bénissent des branches de buis au cours d’une cérémonie religieuse (France, Belgique).
Ce buis bénit aurait de multiples vertus : jeté dans l’âtre, éloignerait l’orage ; planté dans les champs, fixé dans les étables, les maisons, les voitures, sur les crucifix, il aurait le pouvoir de chasser le mauvais oeil, de protéger et de favoriser la prospérité.

Les Chrétiens s’en servaient pour commémorer la Passion et la Résurrection du Sauveur.

Le buis fut l’objet d’un culte archaïque. Dédié par les Hellènes à Hadès, le dieu des Enfers, et surtout à l’Asiatique Cybèle, laquelle, dans le Panthéon grec, incarnait la puissance sauvage de la végétation, jaillie des profondeurs.
Le buis, dont le feuillage ne cesse de se renouveler, représentait non tant la mort que la perpétuelle reviviscence de la nature. Mais ce symbolisme était lui-même austère, telle l’odeur âcre que répand le buis lorsqu’il fleurit et s’auto-féconde avec une remarquable discrétion ; d’ailleurs en septembre, les abeilles viennent faire une de leurs dernières récoltes.

Elles recueillent un exsudat très sucré qui couvre les fruits et donne un miel jaune-clair, d’une saveur excellente.

 Le Buis un bois dur pour les tourneursIl nous a aussi fourni depuis la préhistoire un bois très dur qui nous servit de premiers outils avant le fer comme de percuteur pour la taille des silex.
Cette qualité comme son poli brillant sont d’ailleurs encore appréciés aujourd’hui en sculpture et tournage, notamment pour les instruments de musique à vent et les pièces d’échec .. Les pendules…!

Pour les anciens, le bois du buis, très dur, représentait la fermeté et la persévérance et, c’est dans ce sens qu’il est utilisé encore aujourd’hui pour confectionner les maillets dans les loges maçonniques.

   Objets en buis

 

apothicaire

 

Usages médicinaux

–        Au XVIe siècle, on attribuait des vertus antisyphilitiques au Buis.

–        Les feuilles contiennent de la buxine et servaient à purifier le sang et favorisaient la pousse des cheveux. L’arbre contient de la buxine G (alcaloïde) qui inhiberait le développement des cellules cancéreuses.

–        L’écorce des racines soignait les rhumatismes, la fièvre et les vers. On la considère aujourd’hui comme toxique sauf à dose homéopathique.

–        Le bois est narcotique et sédatif, son huile distillée soignait les douleurs dentaires et les hémorroïdes.

–        Les animaux qui mangent les feuilles peuvent en mourir.

–        Les feuilles et le bois filtrés donnent une teinture auburn pour les cheveux.

FLEUR DE BUIS

Voici un extrait Proposé sur le magazine MERE NATURE.com

Hôte admiré de nos jardins quand il est taillé en topiaire ou en haie
Le buis, de son nom latin Buxus sempervirens L., est un arbuste de la famille des buxacées qui fleurit de mars à mai.

Nous avons pourtant perdu ces autres usages : anciennement officinal, le buis était utilisé contre les rhumatismes et comme substitut de la quinine dans la lutte contre la malaria.

Le buis est l’ennemi n° 1 des virus

Aucun remède de synthèse ne peut être comparé à ce redoutable adversaire quant à son efficacité absente de toute nocivité. Dans la plupart des affections virales, à commencer par la grippe mais également en cas de refroidissement, infection quelconque, un résultat est toujours assuré.
Tout observateur impartial témoin d’un traitement de cette sorte ne peut que reconnaître les vertus de ce remède naturel.
L’action du buis est extraordinaire aussi bien en usage interne qu’externe mais c’est dans ce dernier emploi que son action est la plus spectaculaire et la plus probante.

décoction de buisIl suffit de boire au cours de la journée un litre de décoction et, avec le concours de couvertures et bouillotte, la transpiration ne tarde pas à survenir : le mécanisme de la guérison est enclenché.

Cette opération peut être répétée une ou deux fois par semaine tant que dure une infection interne (urinaire, génitale ou intestinale).

Cette même décoction peut servir au pansement d’ulcères et de toute plaie infectée. Le résultat apparaît très vite : on est généralement stupéfait, en retirant la compresse, de constater qu’il n’y a plus aucune trace de pus, que les tissus sont propres et nets !
La cicatrisation apparaît encore plus rapidement si vous faîtes alterner ces compresses avec des cataplasmes d’argile.

Mais il fait aussi merveilles pour…

Il soulage également rhumatismes, goutte et éruptions cutanées ! Si la tisane est indiquée, n’hésitez pas également, quand la localisation le permet (pied, coude, main), à pratiquer des bains tièdes de cette même décoction.

Le buis est également un actif antiparasitaire qui peut être utilisé en brumisation sur vos animaux de compagnie ou vous-même.

Comment faire une décoction ?

Faîtes bouillir quarante grammes de feuilles par litre d’eau pendant dix à quinze minutes, ensuite laisser tiédir voire refroidir avant de la boire ou de l’utiliser en compresse.

SOURCES :
https://www.mr-plantes.com/2011/04/buis-buxus-sempervirens/
http://quetedesoi.unblog.fr/2017/07/05/les-vertus-oubliees-du-buis/

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez retour sur la rubrique du même tabac

CHOU BLANC

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button