Archives par étiquette : verboriculteur

HUMOUR : Mes deux seins à distance

BLOG NOTRE MARRANT

 

MESDOC ET MOI …
C’EST PAS TRISTE..!!!

 

 


Le téléphone portable… une puissante
médecine !

Une dame qui aimait beaucoup les chiens, accepta de s’occuper du chien de ses voisins en leur absence.

Sa chienne était en chaleur … mais elle pensait pouvoir garder les deux chiens à l’écart l’un de l’autre.
Or, dès le premier soir, au moment de s’endormir, elle entend du bruit et des gémissements…
Elle se précipite au bas de l’escalier… et trouve le chien et sa chienne accouplés !
Comme elle n’arrive pas à les séparer, et malgré l’heure tardive, elle saisit son portable et appelle le vétérinaire qui décroche en ronchonnant…
Après avoir écouté la dame, il lui donne le conseil suivant :

– Bon, raccrochez et placez votre téléphone près des chiens. Je vais vous rappeler et le bruit de la sonnerie fera perdre son érection au mâle. Il sera ainsi en mesure de se retirer.

Un peu interloquée la femme demande : 

– Et vous êtes sûr que ça va marcher ?  

– Sûr et certain !…
ça vient juste de fonctionner pour moi !

 

:
> > > –

 

 

 

 

 

 

AUPRÈS DE MA BLONDE……

Les blondes à l’école 

C’est un professeur qui donne un cours d’histoire à 20 blondes. Première question :
Où est l’Amérique sur la carte ?
– Nicole, une des blondes, se lève et trouve l’endroit sur la carte.
– Bien, dit le professeur.
Deuxième question :
  » Qui a découvert l’Amérique ? « 
Les 19 blondes se lèvent d’un coup sec et disent :
 – C’est Nicole !

Les deux blondes et le routier
Deux blondes tombent en panne sur une route de campagne.
Elles sortent de la voiture et se mettent à la pousser.
Survient un routier, qui plein de bonnes intentions, leur demande
– « Dites, mes p’tites dames, voulez-vous que je vous tire ? »

–   Non merci, répond l’une des deux, nous sommes pressées et déjà en retard.

PAPY MARRANT

Share Button

Ah la vache…!!! Y’a des affaires qu’on peut point expliquer…



BLOG NOTRE MARRANT

L’histoire se déroule dans les Pyrénées …
il y a bien des lunes

C’est ERNEST qui sort du bistrot , au beau milieu de la journée, bien allumé enfin bien saoul. Il rencontre en sortant son ami EMILE, qui voit bien qu’il y quelque chose qui coince.

– Bé, ERNEST , pourquoi qu’t’es là, en train de te saouler, par une belle journée comme aujourd’hui ?
– Y’a des affaires qu’on peut point expliquer…

– Qu’est-ce qui t’arrive de si grave ?
– Bé, tu vois, ce matin, j’étais dans l’étable en train de traire ma vache. Cette saloperie a donné un coup avec sa patte gauche sur le seau et l’a renversé.
– Ça a pas l’air si grave que ça…
– Ouais, mais si… Y’a des affaires qu’on peut point expliquer…

– Alors, il s’est passé autre chose ?
ERNEST, accablé, hoche la tête :
– Là, j’ai décidé d’attacher la patte gauche de la vache au poteau pour pas qu’elle recommence.
– Et puis ?
– Bé, j’me suis rassis et j’ai recommencé à la traire. Quelques minutes plus tard, elle a donné un coup sur le seau avec sa patte droite.

– Encore ?
– Bé oui… Saloperie ! Y’a des affaires qu’on peut point expliquer…
– Alors, qu’est-ce que t’as fait ?
– J’ai décidé d’attacher la patte droite sur l’autre poteau pour pas qu’elle recommence. Là, elle ne pouvait plus donner de coup de patte puisque les deux étaient attachées de chaque côté.
– Et ça a marché ?
– Bé, j’me suis rassis et j’ai recommencé à la traire. Tout allait bien, jusqu’à cette saleté de vache donne un coup de queue et renverse le seau encore une fois.
– Ah, la vache !
– Ouais. Tu l’as dit. Y’a des affaires qu’on peut point expliquer…

– Qu’est-ce que t’as fait ensuite ? qu’il demande EMILE, intrigué…
– Bé là, je n’avais plus de corde sous la main, alors j’ai enlevé ma ceinture pour attacher sa queue sur un poteau pour pas qu’elle recommence cette carne. Seulement, juste comme je venais de finir d’attacher la queue, mon pantalon est tombé.
– Et alors… ? ! ? !
– Bé, c’est à ce moment que la Ginette, ma femme, elle est entrée dans l’étable… Y’a des affaires, j’te l’dis qu’on peut point expliquer… On peut point…



Le gynécologue c’est une personne qui travaille là où les autres s’amusent…..

 

CHOUCHOUTTE ET LE CONSEIL DU CHOU

Je n’aime pas prendre un savon en public… C’est une question d’amour propre…!

 « LES ARTILLEURS « 


“
EH ERNEST …
Tu te rappelles de cet artificier qui cherchait une femme canon …. Eh bien il l’a trouvée même qu’avec elle, ça sentait souvent la poudre…! »

– Ah oui mon cochon… Tu parles de la grosse Bertha …. Je veux que je me rappelle, c’est même avec elle que j’ai appris combien de temps met le fût du canon pour se refroidir…!

LES PETITES ANNONCES


ACHAT – VENTE

– Cause fausse alerte, vends cercueil en ébène, jamais servi.

– Chien à vendre : mange n’importe quoi. Adore les enfants

– A vendre robe de mariée portée une seule fois par erreur.

Beauté Cosmétiques

Chou vert

Share Button

Les mystères du verbe être et du verbe avoir….!

CHOUONS ENSEMBLE
par Chou fleur

 C’est mercredi les choupinets et les choupinettes voilà de quoi jouer avec Papy et Mamy et s’instruire parfois….

Aujourd’hui,  devoir sur les verbes être et avoir

 « Avant de sortir du ventre de sa mère, Hamlet se posait déjà la question : Naître ou ne pas naître ?... »
Yves Gouroux

 ÊTRE ET AVOIR EN PÂTURE AUX VERBORICULTEURS  SUBTILS

(Il ne faut surtout pas perdre le fil… car c’est très subtil

.

.ÊTRE  ET AVOIR

Loin des vieux livres de grammaire,
Écoutez comment un beau soir,
Ma mère m’enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir.

Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et Être étaient deux frères
Que j’ai connus dès le berceau.

Bien qu’opposés de caractère,
On pouvait les croire jumeaux,
Tant leur histoire est singulière.
Mais ces deux frères étaient rivaux.

Ce qu’Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l’avoir.
À ne vouloir ni dieu ni maître,
Le verbe Être s’est fait avoir.

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro,
Alors qu’Être, toujours en manque.
Souffrait beaucoup dans son ego.

Pendant qu’Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités,
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter.

Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités,
Pendant qu’Être, un peu dans la lune
S’était laissé déposséder.

Avoir était ostentatoire
Lorsqu’il se montrait généreux,
Être en revanche, et c’est notoire,
Est bien souvent présomptueux.

Avoir voyage en classe Affaires.
Il met tous ses titres à l’abri.
Alors qu’Être est plus débonnaire,
Il ne gardera rien pour lui.

Sa richesse est tout intérieure,
Ce sont les choses de l’esprit.
Le verbe Être est tout en pudeur,
Et sa noblesse est à ce prix.

Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord,
Entre verbes ça peut se faire,
Ils conjuguèrent leurs efforts.

Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés,
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier.

Le verbe Avoir a besoin d’Être
Parce qu’être, c’est exister.
Le verbe Être a besoin d’avoirs
Pour enrichir ses bons côtés.

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées,
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.

SOURCE: chanson d’ Yves Duteil

chou fleur le roi du mercredi CHOU FLEUR

Share Button