Archives par étiquette : variétés

LA TENDRESSE… C’était l’hiver dans ce monde de brutes – N°11

logo-tendresse

LE BLOC NOTE
de
Papy et Mamy
tendresse

90 rue de la tendresse

Un enfant vous embrasse
Parce qu’on le rend heureux
Tous nos chagrins s’effacent
On a les larmes aux yeux
Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu…
Dans votre immense sagesse
Immense ferveur
Faites donc pleuvoir sans cesse
Au fond de nos cœurs
Des torrents de tendresse
Pour que règne l’amour
Règne l’amour
Jusqu’à la fin des jours
( La tendresse – Bourvil)
papy-mamy-la-tendresseBien décidés à tenir une rubrique dans la CHOUETTE….. PAPY tendresse et moi, voulions vous parler de la tendresse… Nous avons vite compris que d’autres avant nous avaient su vous en parler en chansons, mieux que nous ne saurions le faire….
Nous viendrons donc régulièrement, vous faire
réentendre ou découvrir des chansons qui parle d’elle et de vous …
avec beaucoup de … TENDRESSE ….

A BIENTÔT… REVENEZ NOUS VOIR ….
On vous fera une petite place entre nous deux….!!

Aujourd’hui c’est l’hiver

Auteurs: Francis Cabrel
Compositeurs: Francis Cabrel
Editeurs: Warner Chappell Music France

 Paroles de la chanson : C’était L’hiver par Francis Cabrel

Elle disait : « J’ai déjà trop marché
Mon coeur est déjà trop lourd de secrets
Trop lourd de peines »
Elle disait : « Je ne continue plus
Ce qui m’attend, je l’ai déjà vécu
C’est plus la peine »

Elle disait que vivre était cruel
Elle ne croyait plus au soleil
Ni aux silences des églises
Et même mes sourires lui faisaient peur
C’était l’hiver dans le fond de son coeur

Elle disait que vivre était cruel
Elle ne croyait plus au soleil
Ni aux silences des églises
Et même mes sourires lui faisaient peur
C’était l’hiver dans le fond de son coeur
Le vent n’a jamais été plus froid
La pluie plus violente que ce soir-là

 

Le soir de ses vingt ans
Le soir où elle a éteint le feu
Derrière la façade de ses yeux
Dans un éclair blanc

Elle a sûrement rejoint le ciel
Elle brille à côté du soleil
Comme les nouvelles églises
Et si depuis ce soir-là je pleure
C’est qu’il fait froid
Dans le fond de mon coeur

Elle a sûrement rejoint le ciel
Elle brille à côté du soleil
Comme les nouvelles églises
Et si depuis ce soir-là je pleure
C’est qu’il fait froid
Dans le fond de mon coeur

 

– A ma Marie à moi..!

« Le soir de ses vingt ans
Le soir où elle a éteint le feu »

« Et si depuis ce soir-là »  je cherche son pardon

« C’est qu’il fait froid
Dans le fond de mon cœur »

SOURCES :

En savoir plus : https://www.paroles.net/francis-cabrel/paroles-c-etait-l-hiver

papy-mamy-la-tendresseMamy et Papy
Tendresse

Share Button

Dis, quand reviendras-tu?

PAPY SONG –

Écouter la chanson de Barbara

«Dis quand reviendras tu… ? «
… et celles de son album

 DIS QUAND REVIENDRAS TU...? BARBARA...Dis quand reviendras tu ….?

Dis, quand reviendras-tu?

Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,
Voilà combien de temps que tu es reparti,
Tu m’as dit cette fois c’est le dernier voyage,
Pour nos cœoeurs déchirés c’est le dernier naufrage,
Au printemps tu verras, je serai de retour,
Le printemps c’est joli pour se parler d’amour,
Nous irons voir ensemble les jardins refleuris,
Et déambulerons dans les rues de Paris.
Dis, quand reviendras tu ?
Dis, au moins le sais-tu ?
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus.
Le printemps s’est enfui depuis longtemps déjà,
Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois,
voir Paris si beau dans cette fin d’automne,
Soudain je m’alanguis, je rêve, je frissonne,
Je tangue, je chavire, et comme la rengaine,
Je vais, je viens, je vire, je tourne et je me traîne,
Ton image me hante et je te parle tout bas,
Et j’ai le mal d’amour et j’ai le mal de toi.
Dis, quand reviendras tu ?
Dis, au moins le sais-tu ?
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus.
J’ai beau t’aimer encore, j’ai beau t’aimer toujours,
J’ai beau n’aimer que toi, j’ai beau t’aimer d’amour,
Si tu ne comprends pas qu’il te faut revenir,
Je ferais de nous deux mes plus beaux souvenirs,
Je reprendrais ma route, le monde m’émerveille,
J’irais me réchauffer à un autre soleil,
Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin,
Je n’ai pas la vertu des femmes de marin.
Dis, quand reviendras tu ?
Dis, au moins le sais-tu ?
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus.

Paroles et musique de Barbara

A propos de son image BARBARA disait:

Je ne suis pas une grande dame de la chanson
Je ne suis pas une tulipe noire
Je ne suis pas poète
Je ne suis pas un oiseau de proie
Je ne suis pas désespérée du matin au soir
Je ne suis pas une mante religieuse
Je ne suis pas dans les tentures noires
Je ne suis pas une intellectuelle
Je ne suis pas une héroïne
Je suis une femme qui chante

  (citée par « Le dictionnaire Larousse de la chanson mondiale », 1996).

– J’adore BARBARA et j’ai déjà partagé avec vous toutes ses chansons »

  Musique à deux

le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deuxM A 2      Ma musique à deux
Mise en page et sonorisation réalisée avec la complicité de CHOU BLANC

 

 

Share Button

LA TENDRESSE… Dans ce monde de brutes – N°10

logo-tendresse

LE BLOC NOTE
de
Papy et Mamy
tendresse

90 rue de la tendresse

Un enfant vous embrasse
Parce qu’on le rend heureux
Tous nos chagrins s’effacent
On a les larmes aux yeux
Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu…
Dans votre immense sagesse
Immense ferveur
Faites donc pleuvoir sans cesse
Au fond de nos cœurs
Des torrents de tendresse
Pour que règne l’amour
Règne l’amour
Jusqu’à la fin des jours
( La tendresse – Bourvil)
papy-mamy-la-tendresseBien décidés à tenir une rubrique dans la CHOUETTE….. PAPY tendresse et moi, voulions vous parler de la
tendresse… Nous avons vite compris que d’autres avant nous avaient su
vous en parler en chansons, mieux que nous ne saurions le faire….
Nous viendrons donc régulièrement, vous faire
réentendre ou découvrir des chansons qui parle d’elle et de vous …
avec beaucoup de … TENDRESSE ….

A BIENTÔT… REVENEZ NOUS VOIR ….
On vous fera une petite place entre nous deux….!!

La tendresse
On peut vivre sans richesse
Presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses
Y’en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse
On ne le pourrait pas
Non, non, non, non
On ne le pourrait pas
.
On peut vivre sans la gloire
Qui ne prouve rien
Etre inconnu dans l’histoire
Et s’en trouver bien
Mais vivre sans tendresse
Il n’en est pas question
Non, non, non, non
Il n’en est pas question
.
Quelle douce faiblesse
Quel joli sentiment
Ce besoin de tendresse
Qui nous vient en naissant
Vraiment, vraiment, vraiment
.
Le travail est nécessaire
Mais s’il faut rester
Des semaines sans rien faire
Eh bien… on s’y fait
Mais vivre sans tendresse
Le temps vous paraît long
Long, long, long, long
Le temps vous parait long
.
Dans le feu de la jeunesse
Naissent les plaisirs
Et l’amour fait des prouesses
Pour nous éblouir
Oui mais sans la tendresse
L’amour ne serait rien
Non, non, non, non
L’amour ne serait rien
.
Quand la vie impitoyable
Vous tombe dessus
On n’est plus qu’un pauvre diable
Broyé et déçu
Alors sans la tendresse
D’un cœur qui nous soutient
Non, non, non, non
On n’irait pas plus loin
.
Un enfant vous embrasse
Parce qu’on le rend heureux
Tous nos chagrins s’effacent
On a les larmes aux yeux
Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu…
.
Dans votre immense sagesse
Immense ferveur
Faites donc pleuvoir sans cesse
Au fond de nos cœurs
Des torrents de tendresse
Pour que règne l’amour
Règne l’amour
Jusqu’à la fin des jours

Douce France

Il revient à ma mémoire
Des souvenirs familiers
Je revois ma blouse noire
Lorsque j’étais écolier
Sur le chemin de l’école

Je chantais à pleine voix
Des romances sans paroles
Vieilles chansons d’autrefois

(refrain)
Douce France
Cher pays de mon enfance
Bercée de tendre insouciance
Je t’ai gardée dans mon coeur!
Mon village au clocher aux maisons sages
Où les enfants de mon âge
Ont partagé mon bonheur
Oui, je t’aime
Et je te donn’ ce poème
Oui, je t’aime
Dans la joie ou la douleur.
Douce France
Cher pays de mon enfance

Bercée de tendre insouciance
Je t’ai gardée dans mon coeur.

J’ai connu des paysages
Et des soleils merveilleux
Au cours de lointains voyages
Tout là-bas sous d’autres cieux
Mais combien je leur préfère
Mon ciel bleu mon horizon
Ma grande route et ma rivière
Ma prairie et ma maison.
CHARLES TRENET


papy-mamy-la-tendresseMAMY ET MOI VOUS PRÉSENTONS TOUS NOS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE
ANNÉE  2018
Bien sûr nous l’espérons pour vous et votre famille pleine de tendresse….

Share Button