Archives par étiquette : timbres

PEINTURE : La maja nue puis vêtue de Goya

Meilleurs complements alimentaires
logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE
AU CHOU

par
Chou Blanc


La maja nue puis vêtue de Goya

Francisco de Goya,

Francisco José de Goya y Lucientes, dit Francisco de Goya, né le à Fuendetodos, près de Saragosse, et mort le à Bordeaux, en France, est un peintre et graveur espagnol.

Son œuvre inclut des peintures de chevalet, des peintures murales, des gravures et des dessins.

Il introduisit plusieurs ruptures stylistiques qui initièrent le romantisme et annoncèrent le début de la peinture contemporaine. L’art goyesque est considéré comme précurseur des avant-gardes picturales du XXe siècle.

logo lardonLa maja nue puis vêtue de Goya

La maja nue et La maja vêtue comptent parmi les plus célèbres oeuvres de Goya, en raison surtout d’une certaine auréole d’interdit qui les entoure, et qui, en fait, ne se justifie qu’en partie.

On traina Goya devant le tribunal de l’Inquisition comme auteur de deux tableaux obscènes représentant « una mujer desnuda sobre una cama » et « una mujer vestida da maja, sobre una cama ». C’est le point de départ de leur réputation scabreuse.


La maja desnuda

La Maja nue (La Maja desnuda) est un tableau réalisé sur commande et peint avant 1800 par Goya, . L’une de ses œuvres les plus connues, elle a formé le pendant avec La Maja vêtue (La Maja vestida), datée entre 1802 et 1805, probablement réalisée à la demande de Manuel Godoy, ( courtisan et premier ministre espagnol,)  puisqu’il est certain qu’elles faisaient partie d’un cabinet de peintures de sa demeure.

La maja vestida

La Maja vêtue (La maja vestida) est une des œuvres les plus connues du peintre espagnol Francisco de Goya. Réalisée à l’huile vers 1800-1803, elle mesure 95 cm de haut et 188 cm de large.
La façon dont le costume blanc de cette Maja entoure le personnage, en particulier le sexe et les seins, fait qu’elle a l’air plus nue que l’autre. Une ceinture rose se détache, nouée autour de la taille. La note de couleur du tableau est apportée par le boléro, semblable à celui des toreros, dont les manches orangées se terminent par des poignets garnis de dentelle noire. Elle porte de petites chaussures dorées.

logo lardonUn peu de technique…
Goya l’a peinte à coups de pinceaux vifs, pâteux et très libres, contrairement à la Maja nue, dans laquelle le peintre s’est montré plus soigneux dans le traitement de la carnation et des ombres. Le personnage de la Maja est baigné d’une lumière qui met en valeur les différentes textures.
Dans les deux tableaux est représenté en entier le corps de la même belle femme, allongée paisiblement sur des coussins et regardant face au spectateur. Il ne s’agit pas d’un nu mythologique, mais d’une vraie femme, contemporaine de Goya, et, y compris à son époque, on l’appelait La Gitane. L’antériorité de La Maja nue indique qu’au moment où il a été peint, le tableau n’était pas conçu pour avoir un pendant.

Qui est cette dame qui pose pour GOYA

On a supposé que la personne représentée était la duchesse d’Albe, mais pour de nombreux historiens, il s’agirait plutôt de Pepita Tudó, maîtresse du premier ministre Manuel Godoy et peinte pour son cabinet secret.
On sait qu’au début, les deux grands tableaux, La Maja vêtue et La Maja nue, étaient la propriété du Premier ministre Manuel Godoy , qui était connu comme un séducteur avide. Ils étaient à l origine pendus dans sa maison de telle  une manière que la Maja nue placée sous le tableau de la femme habillée pouvait être révélée, à tout moment, à l aide d un mécanisme de poulie qui permettait de la  découvrir.

Où pouvons nous les voir..?
Actuellement, ils se trouvent tous les deux au Musée du Prado depuis 1910.
Auparavant, ils étaient conservés à l’Académie royale des beaux-arts de San Fernando, mais dans une salle réservée, d’accès restreint, où l’on reléguait les nus quelque peu osés.

Manet s’inspire  des majas

La Maja nue a été une source d’inspiration pour la pose de l’Olympia de Manet.

insolite la polémique sur ce timbre
Le , les postes espagnoles émirent une série de timbres, valant respectivement 1, 4 et 10 pesetas, au motif de la Maja nue ; c’était la première fois qu’une femme nue apparaissait en philatélie, ce qui provoqua un scandale.
La même année, le gouvernement des États-Unis interdit et fit retourner à leurs expéditeurs toutes les lettres d’Espagne portant ces timbres

Beau cadeau pour débuter en peinture

Coffret huile Van Gogh

  • Boîte De Poignée Robuste En Bois Carry
  • Idéal Pour Utiliser Dans Le Champ Ou Le Studio
  • Idéal Cadeau Pour Tous Les Artiste Huile
  • Ensemble Complet
    https://amzn.to/2RVvo2f

logo lardon 1
Chou Blanc

 

 

Share Button

PEINTURE : Bonne fête Madame ÉLISABETH


VETEMENTS ET ACCESSOIRES      SANTÉ ET SOINS DU CORPS     VOYAGES VALISES

Venez avec nous découvrir les archives de la Chouette…
Qui se rappelle de cette belle initiative de la Poste..?
Quand pour célébrer la journée
internationale de la femme  de 2012 elle créa une série de 12 visuels de timbres représentant des portraits de femmes dans la peinture.
En ce jour de la Sainte ÉLISABETH, la reine d’Angleterre  nous ayant
refusé une interview, c’est le timbre de MADAME ÉLISABETH
VIGIE LEBRUN représentant  Mme Molé Raymond qui sera la
découverte du jour..!

Le 8 mars 2012.

Ce carnet de
12 timbres
autocollants
est émis pour célébrer

la journée internationale de la Femme Les timbres représentent des plans rapprochés sur les visages des femmes.
Ceci afin de voir, sur la
petite surface du timbre,
l’expression de chacune : espiègle ou mélancolique,
austère ou rêveuse,
pudique ou sereine, triste
ou Consciente de sa beauté et du pouvoir de sa
féminité, insolente ou charmeuse, fière ou
ombrageuse …

AUJOURD’HUI

ELISABETH VIGÉE LEBRUN

PORTRAIT DE
Madame MOLÉ-RAYMOND
de la comédie italienne ( détail)
Musée du Louvre
par ELISABETH VIGÉE LEBRUN

ÉLISABETH VIGÉE LEBRUN
(1755 – 1842)

Elisabeth-Louise Vigée-Lebrunest née à Paris en 1755 d’un père artiste, Elisabeth décide à l’âge de 14 ans de consacrer sa vie à l’art. Formée par un peintre Élisabeth Vigée-Lebrun commence très jeune à peindre et a du succès très tôt.
C’est Vers 1770 qu’Élisabeth Vigée-Lebrun fait ses débuts dans le métier. Grâce à son talent, elle devient la première femme peintre connue et reconnue en France.
Elle épouse en 1775 Jean-Baptiste-Pierre Le Brun, un marchand de tableau avisé qui fera beaucoup pour la carrière de sa femme.

.

A partir de 1780 Elisabeth Vigée-Lebrun devient la portraitiste de la haute société, elle sympathise avec la reine Marie-Antoinette et fera d’elle plusieurs portraits qui se trouvent au musée de Versailles.

Peintre attitré de la reine Marie-Antoinette, elle est obligée de s’exiler en 1789.

Elle se rend alors dans les diverses cours d’Europe où elle reçoit un bon accueil et continue d’exercer son art, celui du portrait.

Portrait d’ Anna Ivanovna Tolstoy (Baryatinskaya)

Il se trouve qu’Élisabeth Vigée-Lebrun est on succès à un revers, elle est critiquée, on lui reproche surtout son amitié avec la reine Marie-Antoinette qui est très impopulaire avant la Révolution.Dès 1789 elle émigre et fréquente les cours d’Italie, d’Autriche et de Russie où elle séjourne plusieurs années, peignant les nobles de Saint-Pétersbourg, dont la comtesse Skavronskaia, dame d’honneur de Catherine II.

C’est à Vienne, en 1793, qu’elle apprit la nouvelle de l’exécution de Louis XVI et de son amie Marie-Antoinette.

Après la Révolution, c’est grâce aux démarches de son mari, marchand de tableaux et du peintre David qu’elle put revenir en France en 1802.Elle se consacre alors à la peinture des paysages.
En 1835 elle publie ses souvenirs, une vision personnelle de cette époque bouleversée qui connaît un grand succès.

Avant de vous laisser poursuivre seuls la vie et l’oeuvre de cette artiste, je vous propose de regarder avec moi son autoportrait avec sa fille et celui de Madame Molé-Raymond qui était actrice à la Comédie italienne( figurant sur le timbre et dont le portrait en pied figure ci dessous) , Regardez ces personnages qui semblent toujours vivants à travers les siècles.

« – Les femmes régnaient alors, la révolution les a détrônées ».

On peut s’étonner qu’une femme ait connu le succès en tant qu’artiste dans la société masculine du XVIIIe siècle, Elisabeth Vigée-Lebrun l’explique elle-même

« – Les femmes régnaient alors, la révolution les a détrônées »

Il est probable qu’Élisabeth Vigée-Lebrun ouvrit la voie aux femmes.
Mais il faut attendre un siècle, vers 1870, pour découvrir d’autres femmes peintres : Berthe Morisot, Mary Cassatt, Marie Laurencin et Marie Caire, par exemple.

Cliquez le portrait de
-La contesse Skavronskaia ci-dessus
et visitez une galerie de ses meilleurs tableaux

 

logo du livre sonore dans cette page
PORTRAIT SONORE CI-DESSUS

LA FEMME DU JOUR : Madame Molé-Raymond

Le tableau dont le timbre représente un détail montre un visage enjoué, une richesse des tissus, des coloris chaleureux et brillants.

C’est le portrait de Madame Molé-Raymond, comédienne de théâtre.
Le tableau date de 1786.

SOURCE : MUSÉE DU LOUVRE – WIKIPEDIA – PHIL@POSTE
Le Lardon

Share Button

LILI LABAFOUILLE : Derrière moi le déluge….


LE BLOG DE LILI LABAFOUILLE

 

Nous confions cette nouvelle série sur :
« Les lettres au fil du temps »
à Lili Labafouille car comme son nom l’indique elle n’en est pas à sa première bafouille.
Au delà de la présentation générale de ce jour, Lili prenant pour support les timbres de cette série publiée en 1998 viendra nous commenter de façon plus détaillée les étapes de nos lettres au fil du temps.


Les lettres au fil du temps
Derrière moi le déluge….

Ayant connu déluge et décrue, Noé lâcha la colombe hors de l’arche et cette messagère, le soir venu, revint porteuse d’un rameau d’olivier tout frais, preuve que la terre n’était plus engloutie sous les eaux.
Ce premier message fut bien un extraordinaire témoignage de communication. L’ information était d’extrême importance. Et ce besoin de communiquer se retrouva ensuite sous bien des latitudes, en de nombreuses occasions.

Dans ma lettre je vais vous
expliquer cet épisode plus en
détail:

Noé patriarche biblique

L'Arche de Noé par le Französischer Meister (« le maître Français »), Magyar Szépmüvészeti Múzeum, Budapest. c.1675.

On classe Noé parmi les patriarches bibliques. Noé a une femme dont la Genèse ne donne pas le nom, et trois fils : Sem, Cham et Japhet.

Sous les ordres de Dieu, il bâtit l’Arche de Noé afin d’échapper au Déluge, ces eaux dévastatrices lancées pour éradiquer l’humanité corrompue.
Lui et sa famille étant les seuls humains épargnés, Noé est un ancêtre de toute l’humanité.

L’ arche de Noé

Depuis Adam, les hommes sont devenus mauvais, et Dieu projette d’exterminer toute forme de vie animale. Il décide d’épargner toutefois Noé, le seul homme juste. Il lui ordonne de fabriquer une arche, et de s’y réfugier avec sa femme, ses fils et leurs femmes, ainsi que des couples de chaque espèce animale. Puis Dieu déclenche le Déluge, une pluie battante qui submerge les montagnes et tue tous les animaux. Seule l’arche flotte.

Après 40 jours, la pluie s’arrête mais la terre est entièrement sous l’eau. La décrue s’amorce, et un jour, Noé lâche une colombe qui revient avec un rameau d’olivier au bec. Il la relâche sept jours après et elle ne revient plus, signe que la terre se découvre de plus en plus. Au bout de quelques mois, l’arche repose sur le Mont Ararat. Lorsque la terre est enfin sèche, Dieu dit à Noé de faire sortir tous les animaux et leur enjoint de se multiplier à nouveau sur la surface de la terre.

C’est dans le ciel que réside le mystère de notre relation particulière avec les oiseaux….

Ils sont si proche des cieux qu’ils ont toujours été donnés comme des messagers du ciel à l’image de la colombe qui revient annoncer à Noé la fin du déluge ou plus simplement la représentation du saint esprit…..

La colombe est présente dans la peinture  de nombreux thèmes religieux ou pour pour marquer l’innocence des jeunes filles

Antoine Watteau (1684–1721) LA SAINTE FAMILLE Représentation du Saint Esprit sous la forme de la Colombe,dans la basilique Saint-Pierre à Rome

GREUZE Jeune fille à la colombe

GREUZE Jeune fille à la colombe

L‘HOMME DES BOIS: La colombe

OH CON…. Eh bé j’en ai aprés le père Noé…!

limpopo – Mozambique – se trouve un authentique arbre de Noé »!!!

SOURCE :
présentation générale (c) Jane Champeyrache
http://www.phil-ouest.com/Timbre.php?Nom_timbre=JdL_colombe_AA18_1998
Restez svelte 160px
Lili LABAFOUILLE

Share Button

LILI LABAFOUILLE : la lettre au fil du temps


LE  BLOG DE LILI LABAFOUILLE

 

Nous confions cette nouvelle série sur :
« Les lettres au fil du temps » 
à Lili Labafouille car comme son nom l’indique elle n’en est pas à sa première bafouille.
Au delà de la présentation générale de ce jour, Lili prenant pour support les timbres de cette série publiée en 1998 viendra nous commenter de façon plus détaillée les étapes de nos lettres au fil du temps.


Présentation générale

Ayant connu déluge et décrue, Noé lâcha la colombe hors de l’arche et cette messagère, le soir venu, revint porteuse d’un rameau d’olivier tout frais, preuve que la terre n’était plus engloutie sous les eaux.
Ce premier message fut bien un extraordinaire témoignage de communication. L’ information était d’extrême importance. Et ce besoin de communiquer se retrouva ensuite sous bien des latitudes, en de nombreuses occasions.

N° Yvert & Tellier 3151 Date de vente 11/05/1998 Auteur Galeron, Henri Metteur en page Durand-Mégret, Michel

Songeons aux Égyptiens qui, avec régularité, écrivaient aux morts. Ces correspondances avec leurs proches se faisaient sur du tissu, des vases contenant une offrande funéraire ou sur un papyrus accolé à l’effigie du destinataire. Lettres portant une adresse et quelquefois des formules épistolaires conventionnelles.

Songeons aussi à ce valeureux soldat qui, pour porter la nouvelle de la victoire jusqu’à Athènes, courut pendant plus de 42 km. L’information était de taille et pouvait mériter quelque souffrance. Si Pétrarque, Pline le Jeune, Gicéron ou Sénèque avaient très largement utilisé ce mode de communication pour évoquer, parfois quotidiennement, leurs expériences ou le fruit de leurs méditations, les lettres des chevaliers à leur dame furent magistrales de délicatesse et de courtoisie.

Ces messagères surent abolir éloignement et temps. Combien salvatrices et douces semblaient alors les nombreuses lectures de ces papiers scellés !
Héloïse et Abélard séparés ne purent-ils ainsi trouver paix et réconfort dans ces échanges sans cesse renouvelés ?

Qu’elles fussent Lettres à Sophie Volland, écrites jour après jour par Diderot pour lui parler de ses conceptions de la vie, ou Lettres anglaises de Voltaire, volontairement audacieuses et satiriques, elles reflètent leur temps tout comme Les Lettres à une inconnue de Mérimée sont le témoin d’une extrême solitude.


Réflexions personnelles, spirituelles ou politiques, récits de faits divers, épisodes historiques ou portraits, éloges à des grands ou correspondance filiale, toutes ces lettres qui ont su être les précieux témoins de l’évolution humaine seront les merveilleuses amies qui toujours nous accompagneront.

SOURCE :
présentation générale (c) Jane Champeyrache
http://www.phil-ouest.com/Timbre.php?Nom_timbre=JdL_colombe_AA18_1998
Restez svelte 160px
Lili LABAFOUILLE

Share Button