Archives par étiquette : soulager

La philosophie du porteur de lanterne

Propolis 60 gélules


LE BLOG

NOTE 
de
PAPY QUISÉ

La philosophie du porteur de lanterne


« On ne peut donner que deux choses à ses enfants:
des racines et des ailes »

Proverbe juif.

 

LE CHOURISTE

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour à toutes et à tous,

Menons ensemble , un réflexion moins passéiste de la vie, en nous appuyant sur une philosophie dont voici la teneur :

Lorsque l’âge avance et que vous vous interrogez sur votre utilité à continuer votre chemin de vie dans ce  » nouveau monde » qui ne vous ressemble plus, je vous invite à suivre la logique du proverbe chinois qui dit :
 » L’expérience est une lanterne que l’on porte pendue dans le dos et qui n’éclaire que le chemin parcouru. »
Même si je considère, à titre personnel, que mon expérience est utile pour moi et pour mon comportement de demain, il n’en demeure pas moins que si j’accepte de suivre cet adage, je le fais pour cette raison :

Ceux qui marchent derrière moi…. Mes fils, mes petits enfants, vont en suivant mon sillage, voir leur chemin éclairé par la
lanterne de mon dos.


Ainsi, ils pourront mieux voir les difficultés de leur propre chemin et ne pas faire les mêmes erreurs que moi, et surtout s’inspirer ou agir de façon identique quand j’ai pu au cours de mon parcours leur montrer de belles choses dont je suis fier…!
Alors oui, je suis content de poursuivre mon chemin…. et si Dieu met du chemin sous mes pas, j’aspire à être, pour encore longtemps, d’une grand utilité pour eux.
Plus je marche et plus leurs pas sont assurés….!
Moins j’ai peur de la mort et plus ils sont sereins…!

Croyez bien que tel est mon devoir et aussi celui de tous ceux qui me lisent aujourd’hui et qui se reconnaissent dans cette philosophie de fin de vie…!
Bonne et longue route à tous mes potes âgés….




PAPY QUISÉ

Share Button

De Moi-je à je Suis, il n’y a qu’un « pas »

Propolis 60 gélules


Les Points de vue de :
MAYA LACRUCHE

« ça fait du bien de vider sa cruche dans :
« LE BRUIT DE LA RUCHE » aujourd’hui :
« De Moi-je à je Suis, il n’y a qu’un « pas » »

 

Au milieu du bruit de la ruche la voix de Suyin
Lamour poète, auteure et thérapeute s’élève.
Suyin Lamour est née en 1973 et habite près de Montpellier. Suite à une illumination vécue à l’âge de 28 ans, elle a fait de la dimension de l’Être le centre de son existence à travers diverses voies de connaissance de soi.
Extrait

La dissolution

« Je sais maintenant ce qui devait mourir, être dissout. Non pas le personnage-moi, puisqu’il n’existe pas. Mais la croyance en l’existence de ce personnage.
L’individu est en réalité un repliement, une densification de conscience.
La conscience se déplie, et c’est toujours de la conscience. C’est la même chose.
Il n’y a pas de séparation entre l’ego et la conscience.
L’ego est de la conscience qui se prend pour quelqu’un.
Lors de la première révélation, j’étais La conscience cosmique. C’était une forme d’identité. Je ne cessais de répéter, émerveillée : « Je Suis ! »
L’univers, que j’étais, était une entité intelligente. Un être infini, mais un être.
Là, le « je » n’a plus de consistance. Il n’y a pas quelqu’un ou quelque chose qui est, il y a seulement le fait d’être. »

De Moi-je à je Suis, il n’y a qu’un « pas »

Moi, je ne suis pas quelqu’un
Moi, je ne suis pas un être humain
Moi, je ne suis pas une terrienne
Moi, je ne suis pas une citoyenne
Moi, je ne suis pas un prénom
Moi, je ne suis pas une fonction
Moi, je ne suis pas une femme
Moi, je ne suis pas une âme
Moi, je Suis.
Moi, je ne suis pas un numéro
Moi, je ne suis pas un pseudo
Moi, je ne suis pas un profil
Moi, je ne suis pas un style
Moi, je ne suis pas un âge
Moi, je ne suis pas une image
Moi, je ne suis pas un corps
Moi, je ne suis pas une forme
Moi, je Suis.
De Moi-je à je Suis, il n’y a qu’un « pas »
Simplement être là, libre et accompli
Moi, je ne suis pas mon histoire
Moi, je ne suis pas mon terroir
Moi, je ne suis pas mes valeurs
Moi, je ne suis pas mes mœurs
Moi, je ne suis pas mes idées
Moi, je ne suis pas mes pensées
Moi, je ne suis pas mes émotions
Moi, je ne suis pas mes réactions
Moi, je Suis.
Moi, je ne suis pas mes succès
Moi, je ne suis pas mon passé
Moi, je ne suis pas mes blessures
Moi, je ne suis pas mon futur
Moi, je ne suis pas mes choix
Moi, je ne suis pas mes états
Moi, je ne suis pas victime
Moi, je ne suis pas fautive
Moi, je Suis.
De Moi-je à je Suis Il n’y a qu’un « pas »
Simplement être là Libre et accompli
Moi, je ne suis pas une artiste
Moi, je ne suis pas une mystique
Moi, je ne suis pas poète
Moi, je ne suis pas prophète
Moi, je ne suis pas une marginale
Moi, je ne suis pas spéciale
Moi, je ne suis pas une rebelle
Moi, je ne suis pas spirituelle
Moi, je Suis.
De Moi-je à je Suis Il n’y a qu’un « pas »
Simplement être là Libre et accompli
De Moi-je à je Suis Il n’y a qu’un « pas »
Simplement être là, Simplement être là,
Simplement être là, Simplement être là…

Paroles et musique Suyin Lamour © 2018


Suyin Lamour est poète, auteure et thérapeute. Elle accompagne les êtres dans un processus d’éveil et/ou de guérison.
Elle a écrit plusieurs ouvrages et publie régulièrement sur son site des articles sur la non-dualité.

Site : suyin-lamour.fr
Blog de poésie :  poesie-suyin-lamour.eklablog.com

Sources :

http://satsongs.eklablog.com www.suyin-lamour.fr

Site : suyin-lamour.fr
Blog de poésie : poesie-suyin-lamour.eklablog.com


MAYA LACRUCHE

Share Button

MIELINE : Apithérapie et Apipuncture

Propolis 60 gélules

BLOG DE
DAME MIELINE

 

C’est comme ça que tout a commencé entre Dame MIELINE et moi...

Un neveu turbulent je devrais dire un cul bidon de banlieue.. Tant tout ce qui dépassait, de ses vêtements trop courts, était tentant pour mes abeilles affolées par son bâton enfoncé dans la ruche..

Je me suis précipité le premier avant sa Taty MIELINE… Béatrice m’avait appris et démontré que la chromothérapie était efficace sur les piqures d’abeilles…
Après 3 minutes de lumière rouge et
30 secondes de vert dans la pénombre de mon sellier et je pouvais me retourner pour voir plus calmement la Taty qui m’observait… et qui est devenue mon amie MIELINE qui vous fait découvrir les bien faits des abeilles….!

Aujourd’hui :
L’apithérapie
et l’acupuncture avec des abeilles

D’habitude, l’apithérapie consiste à utiliser du miel, de la gelée royale ou encore de la propolis pour des usages thérapeutiques ou cosmétiques.

Mais en Chine, on fait aussi appel aux piqûres d’abeilles pour soigner le mal de dos ou l’arthrite.
L’idée est d’utiliser le venin des abeilles comme remède.


Le docteur Wang pose l’insecte sur ses patients, l’abeille pique avec son dard.
Elle meurt immédiatement et son venin se diffuse lentement.
« J’ai appris de mes ancêtres comment soigner avec des abeilles. Je pique sur les mêmes points que l’acupuncture traditionnelle en fonction des maladies« , explique-t-il.
Cette technique de plus de 2 000 ans n’est pourtant homologuée que depuis six ans en Chine.
Mais cette technique est menacée car il y a de moins en moins d’abeilles.
Le docteur Wang est obligé de les élever lui-même. Il a d’ailleurs une dizaine de ruches dans la banlieue de Pékin. Il n’existe plus que deux centres comme le sien dans la capitale chinoise.

Le venin d’abeille

Utilisé pour soigner les affections rhumatismales et les arthrites chroniques, le venin est administré soit directement sur les zones à soigner par des piqûres d’abeille (aïe !!), soit dilué à l’aide de seringues.
On le trouve également sous forme de comprimés, crèmes, lotions, gouttes, pour le traitement de l’arthrite, des inflammations des tendons et des articulations, et pour certaines affections cutanées.

L’apipuncture est une combinaison du traitement à base de venin d’abeille et de l’acupuncture. Utilisée dans le traitement de certaines épilepsies, de l’incontinence et des troubles arthritiques, elle reste très peu connue du grand public.

– A tous les malades, quelle que soit leur façon de se soigner, je transmets avec conviction le message superbe de la navigatrice Maud Fontenoy

« Ne laissez personne vous dire que c’est impossible » !

Extrait  L’APITHERAPIE pour soigner ma S.E.P ( sclérose en plaques) :

ILS L’ONT DIT SUR LE NET
Quel a été le moteur de ma motivation pour m’aider à supporter, au début, les piqures d’abeilles ?

Curieusement, c’est au cours d’un séjour en rééducation dans les Pyrénées orientales après ma fracture du bassin, que je pus évaluer par comparaison, les nombreux avantages de mon traitement par Apithérapie, avec en particulier l’absence d’effets secondaires aux produits de l’abeille. La seule interdiction étant l’allergie au venin, vérifiée obligatoirement avant de pouvoir envisager un tel traitement. Aussi, à tout choisir, je préférais personnellement ce risque, aux effets secondaires et contre-indications des traitements classiques de mes camarades de séjour.

Au cours de ce séjour, lors de la visite hebdomadaire de l’équipe médicale, je n’avais jamais besoin du moindre médicament :
« – Avez-vous pris vos médicaments ?
– Je n’ai pas de médicaments, docteur.
– Comment cela, vous n’avez pas de médicaments… mais
vous prenez bien un anti-inflammatoire, un anti-spastique ?
– Non, rien de tout cela, absolument rien.
– Très bien, et vous n’avez besoin de rien, pas besoin de somnifères ?
– Besoin de rien, je dors comme un bébé !
– Entendu, si ça ne va pas… » etc.

Dans le réfectoire, avant de commencer les repas, chaque pensionnaire devait prendre plusieurs comprimés rangés dans une sorte de plumier posé devant chaque assiette. Aucun médicament devant la mienne, rien d’autre qu’un verre d’eau. Je tâchais alors de me rendre utile comme d’autres, en aidant celui ou celle qui pouvait avoir besoin d’aide pour extraire la poudre des petites gélules, ou manipuler les nombreux comprimés, tous « anti-quelque-chose» : anti-inflammatoire, anti-spastique, antispasmodique, chacun accompagné de diverses contre- indications. Ce rituel sans joie, si différent de la pharmacie de ma ruche, me rapprocha chaque jour un peu plus de l’abeille et de la relation privilégiée qui s’était établie entre elle et moi.
– Comment expliquer tout cela à mes voisins de table ? Nous étions tous embarqués dans la même galère et je me sentais à la fois très proche d’eux, mais également si différente par ma façon de me soigner !
– Comment parler de mon médicament vivant : l’abeille, qui n’avait certes pas sa place sur la table du réfectoire…
Je n’osais parler des bienfaits du venin, de l’arrêt complet de mes douleurs ainsi que celui de la spasticité* de mes jambes.
-Je n’osais parler de tout cela par crainte de donner à mes amis de faux espoirs. Leur traitement avait le label, il était « médical », le mien ne l’était pas. Et mon enthousiasme risquait d’être pris pour de la dissidence au sein d’un établissement public où nous étions tous admis à la même enseigne.

Sources :
https://www.francetvinfo.fr/sante/video-l-apitherapie-ou-l-acupuncture-avec-des-abeilles_381144.html  –  www.lepoint.fr

MIELINE VOUS PROPOSE SES ARTICLES
PARUS OU A PARAITRE

La larme de Rê créa l’abeille…
Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel
Vénus et Cupidon voleur de Miel de Lucas Cranach l’Ancien– Cupidon voleur de miel dans les gravures d’Albrecht Dürer
– Le miel… Une valeur médicinale démontrée.
Le thème du miel dans l’art
– Le miracle des abeilles
– Le miel dans l’art contemporain

Propolis 60 gélules

DAME MIELINE ET CULBIDON

Share Button