Archives par étiquette : sorcières

CONTE : Les poires du pays de Tegor


BLOG DE LETENDRE…
ET DOUX..!!!

Moi qui n’ai pas mes choupinettes prés de moi
pour leur lire des contes…  Je vous délègue le soin de prendre du plaisir en  lisant ce conte breton pour moi à vos petits enfants…

Les poires du pays de Tegor
(Conte breton- Tegor )
Il était une fois un roi qui adorait les poires…
Il promit de marier sa fille à celui qui lui rapporterait les plus belles poires…

Tête de paysanne, par Pieter Bruegel l'Ancien, 1568Dame Bertrande possédait le plus beau verger du royaume et aussi les plus belles poires.


Elle pensa que c’était là l’occasion d’assurer l’avenir de l’un de ses trois fils.

Elle envoya donc l’aîné, Morvan, qui était un gros fainéant avec un plein panier de poires. Se disant que c’était vraiment facile et qu’il allait devenir riche, le voilà parti sur les chemins.

Il rencontra une vieille femme avec un panier d’œuf frais :
– Des bons œufs frais
pour le roi..?
lui répondit-il pour se moquer.

– Qu’as-tu là dans ton panier ? lui demanda-t-elle.
– Des poires pour le roi….
– Tu es sûr de ça..????

Mais arrivé à la Cour du roi, ses belles poires s’étaient transformées en poussins voletant et piaillant.
Le Roi en fut énervé… et le menaça du cachot s’il reparaissait devant lui.

 Tête de paysanne, par Pieter Bruegel l'Ancien, 1568Le lendemain, fâchée de l’imbécillité de son fils aîné,
Dame Bertrande envoya son cadet, un peu plus malin remplir la mission à son tour.

Et, c’est chargé d’un nouveau panier de poires que Brieg prit à son tour le chemin du château…

En route, il croisa une mendiante :
– Qu’as-tu là dans ton panier ? lui demanda-t-elle.
– Des crapauds ! Un plein panier de crapauds, la vieille !

Mais lorsqu’il voulut montrer ses belles poires au Roi, voilà que de son panier sortit une ribambelle de crapauds coassant.

Le Roi était furieux qu’on se moque de lui et il s’en fallut de peu que le garçon ne soit pendu haut et court !

 

Tête de paysanne, par Pieter Bruegel l'Ancien, 1568

Dame Bertrande se désola…
– Qui va épouser la Princesse maintenant ?

Erwan, le plus jeune de ses fils s’approcha.
Il n’était pas très grand ni très costaud mais il était le moins sot.
– Puisque tu es là, il nous reste encore une chance.
Demain, tu iras porter les poires au château.

Le lendemain matin, Erwan cueillit les plus belles poires du verger, les mit dans son panier et prit le chemin du château.
En route, il croisa lui aussi une vieille mendiante :
– Qu’as-tu là dans ton panier ? lui demanda-t-elle
– Des poires, ma bonne Dame, dit-il en soulevant le torchon qui couvrait son panier.
– En voulez-vous une ? lui proposa t-il en lui tendant la plus belle.
– Merci mon garçon,
sourit la vieille femme.

Et aussitôt, elle se transforma en une splendide jeune fille qui, de sa baguette dorée, éclaboussa de lumière les fruits qui grossirent, grossirent, grossirent…

Lorsque le Roi découvrit ces fruits magnifiques, il fut émerveillé.
Erwan épousa la Princesse et n’oublia pas d’inviter au mariage la jolie fée qui l’avait si bien aidé.
Erwan et la Princesse vécurent heureux et eurent beaucoup de ….. poires !
MORALITÉ:
Vous direz de ma part à vos choupinets :

“Que la charité et la bonté sont toujours récompensées”
Citez leur ceux qui savent mieux parler que moi :

Quand on voit quelqu‘un de généreux, on a envie de
marcher dans ses pas.
~ Jacques Lecomte, psychologue

De même que le fleuve retourne à la mer, le don de l’homme revient vers lui. ~ Proverbe chinois

La goutte que tu donnes, on ne sait jamais quelle grosseur elle peut atteindre. ~ Laurent Viens

SOURCES:   https://www.luminessens.org/post/2016/10/21/le-poirier
 
(d’après les Contes de la bonne graine de Lionel Hignard)
illustration inédites de JEP PAPY pour la CHOUETTE
l
LETENDRE


Share Button

MON MONDE BIZARRE : La Mandragore ….. herbe des sorcières

Meilleurs complements alimentaires

MON MONDE EST BIZARRE ET PARFOIS PLEIN DE MYSTÈRES INEXPLIQUÉS
Nous vous ferons découvrir ce que le ciel, la terre, l’eau ,et le feu ont de plus beau….avec toujours un mystère que la nature semble vouloir maintenir sur bien des choses bizarres et parfois étranges….
CHOU BLANC nous entraine dans son monde…son monde bizarre ….Ambiance…Ambiance

La mandragore est une plante de la famille des Solanacées, présente sur le pourtour du bassin méditerranéen.

La partie aérienne est constituée de grandes feuilles près du sol. C”est sa racine, une énorme rave fourchue pouvant atteindre 60 à 80 cm, qui la rendit célèbre.
Cette racine, brune à chair blanche, a en effet, avec quelque imagination, une forme humaine, avec notamment deux “jambes”.
La plante contient différents alcaloïdes aux propriétés soporifiques, sédatives et hallucinogènes, et, à forte dose, toxiques et mortelles.
 La tradition lui prête des vertus aphrodisiaques et fertilisantes.
rappelons par prudence  que c‘est une plante de la famille des solanacées … comme la belladone ou la datura…
PLANTE VÉNÉNEUSE!!!!


Attention à la cueillette

Les précautions lors de la cueillette sont aussi énoncées dans les écrits de Paracelse (14931541).Sa cueillette au Moyen-âge devait obéir à un rituel très précis, car celui qui ne deviendrait pas fou ou qui ne se ferait pas tuer en la déterrant sans précaution serait poursuivi par une malédiction :

La nuit du vendredi, lorsque les mandragores sont lumineuses après l?orage, il convient de les rechercher au pied d?un gibet, où le sperme du pendu leur apporte vitalité, ou sur les places de supplice ou de crémation.
Un chien noir affamé, animal condamné, est attaché au pied de la plante, et, excité par le son du cor, est appelé au loin, devant franchir trois cercles concentriques inscrits à terre autour de la mandragore à l?aide d?un poignard magique.
La plante émet lors de l?arrachage un cri d?agonie insoutenable, tuant l?animal, et l?homme non éloigné aux oreilles non bouchées de cire.

La racine devient magique après lavage, macération et maturation en linceul ; elle représente l?ébauche de l?homme, ?petit homme planté? ou ?homonculus?.
Ainsi choyée, elle reste éternellement fidèle à son maître et procure à son possesseur, prospérité prodigieuse, abondance de biens, et fécondité.
De ce fait, elle est vendue très chère en raison du risque à la cueillette, et ce d?autant plus que la forme est humaine, de préférence sexuée par la présence de touffes judicieusement disposées.

En d”autres termes ces choses là peuvent être dites

Arrachage d'une mandragore. Manuscrit Tacuinum Sanitatis, Bibliothèque nationale de Vienne, v. 1390.La Mandragore
(Mandragora Officinarum)

Durant la nuit du vendredi
Si l’orage nous offre ses pluies

Il convient de la chercher,
Dans les sous bois près d’un gibet…

Par la lune elle sera éclairée
Du dernier fruit du pendu, elle tire vitalité

Prends garde à elle, elle saura te tuer
Si par mégarde tu veux l’arracher…

Un grand chien noir et affamé
Une bête maudite et condamnée

Au pied de la plante est attaché
Au son du cor est appelé…

Quand le grand chien vient à tirer
Son cri magique l’a foudroyé

Quiconque entend cette plante crier
Trouve une mort instantanée…

Si tu recueilles ses racines
Dans un linceul fais les mûrir

Une fois lavées et macérées
Fidèle à toi, elle deviendra…

Grande fortune tu trouveras
Longue descendance tu engendreras

Prospérité tu connaîtras
Si ta mandragore reste près de toi…

La plante des sorcières

La mandragore est surnommée l’herbe au magicien ou la belladone sans tige elle a fait couler beaucoup d’encre , c’est une plante représentée dans les écrits du moyen âge comme une femme (forme humaine).
SI on l’utilise en médecine principalement sa racine en herboristerie et en usage interne des  connaissances et des précautions s’imposent

Elle est très utile pour l’asthme la coqueluche le rhume des foins et les maladies respiratoires.

 

 

L’onguent des sorcières

Mais la mandragore c’est avant tout la plante de la sorcière …. Elle s’utilisait en baume (racine broyée avec du beurre pour fabriquer un onguent) les sorcières l’utilisaient pour les voyages astraux….pour voler !!!!
Une croyance très répandue aux XVIe et XVIIe siècles, voulait que les sorcières s’enduisent le corps d’un onguent avant de s’envoler dans les airs pour aller au sabbat. Elles s’y rendaient à cheval sur un balai ou une fourche, enduits eux aussi d’onguent.
Elles utilisaient aussi la belladone qui a des propriétés similaires.. Pourquoi ?
Mais parce que cette plante donne des effets hallucinogènes qui favorisent la sortie du corps (plantes similaires chez les chamanes).

La Mandragore est conseillée pour la protection la fertilité et la prospérité mais toujours a des fins collectifs!!!!suspendue a la cheminée de la maison elle empêchera toutes énergies ou entités négatives d’y pénétrer! là ou il y a une mandragore les démons ne peuvent y habiter!!!La Mandragore est difficile a trouver mais il existe une racine qui lui ressemble beaucoup est qui est souvent utilisé en remplacement la racine de Bryone….. (Très toxique également). 

ILS L’ONT DIT SUR LE NET
MANDRAKE le magicienEn anglais, la mandragore s’appelle mandrake, ce qui nous donnera un fameux magicien…..

Petite présentation du personnage, Mandrake est un magicien tout ce qu’il y a de plus fidèle ! La cape, le haut de forme, la moustache, tout !

Mais en plus, il lutte contre le mal grâce à ses pouvoirs. Télépathe et doué de projection mentale, il est cependant aidé par son valet Lothar et une princesse, Narda.

On dit que la Warner Bros qui a l’âme charitable ces derniers temps  vient de racheter les droits du comic.Si Warner l’a repris en main, ce serait pour le transcrire à notre époque et la final touch qui fait tout son effet, elle souhaiterait le moderniser à la Sherlock Holmes

 La mandragore est une plante qui ramené la vie aux gens qui ont étaient pétrifié. A l'école Poudlard c'est le professeur Chourave et Madame Pomfresh qui ont prépapé le filtre de mandragore. De même dans les romans liés à l’univers de Harry Potter, de nombreuses plantes magiques imaginaires sont mentionnées “

 Mandragore d’Harry Poter

Mandrake ou Mandragora) ? Plante tirée de la sorcellerie traditionnelle. Il s’agit d’une plante qui pousse sous les gibets, dans une terre fécondée par les pendus.
Elle a d’immenses propriétés magiques, et notamment celui de redonner vie à ceux qui ont été pétrifiés par la vue indirecte du regard du Basilic.
Par ailleurs, à l’image de la racine de la vraie mandragore qui peut ressembler à un corps humain, la racine de la mandragore dans Harry Potter a l’apparence d’un bébé qui pleure, et dont le cri est néfaste à l’humain, pouvant, dans le cas des jeunes pousses, l’étourdir voire le rendre inconscient pendant quelques heures.
Par contre le cri de la Mandragore adulte peut tuer celui qui ne se protège pas  

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Restez svelte 160px
Chou Blanc
   retour sur la rubrique du même tabac
RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Poésie: Le sabbat

BLOC NOTE LITTÉRAIRE
par Chou Blanc

La poésie d’Halloween

The sabbat comes softly Musique d’ambiance

illustration jep papy réalisé sur table graphique d'ordinateur
Le sabbat

Je connais l’’endroit,
Je connais la clairière
Où font leur sabbat,
Les affreuses sorcières !
Elles dansent en rond,
Hurlant dans le vent,
D’’ignobles chansons
Le démon encensant !
Crachant le feu.
Avec soudain,
Des éclairs dans les yeux,
Elles lancent à pleines mains,
Des maléfices dans la nuit,
Aux hôtes de la forêt,
Qui loin de la clairière fuient
Ce sabbat endiablé !

Et je n’avais que vingt ans,
Une âme d’’enfant,
Quand, parmi la ribambelle,
Dansant avec elles,
Et crachant le feu,
Des éclairs dans les yeux
J’’ai vu la fille que j’’aimais !
Elle dansait et hurlait,
Dans la sinistre clairière,
Avec les sorcières !
Brisant pour toujours,
Mon premier amour !

Je connais l’’endroit,
Je connais la clairière
Où font leur sabbat,
Les affreuses sorcières !
La lune apeurée,
Ce jour là se voile,
Se cachant pour pleurer,
Parmi les étoiles !
Cet affreux sabbat,
Cette ronde,
Ces sinistres ébats
Cet effrayant monde,
Ces maléfices dans la nuit,
Désespérée la lune fuit,
Loin de cette forêt,
Loin du sabbat endiablé !

Et je n’’avais que vingt ans,
Une âme d’’enfant,
Quand, parmi la ribambelle,
Danser avec elles,
Et cracher du feu,
Des éclairs dans les yeux,
J’’ai vu la fille que j’’aimais,
Danser et hurler
Dans la sinistre clairière,
Avec les sorcières,
Brisant pour toujours,
Mon premier amour

PERE GUISSET (auteur catalan)  1998

 Le SABBAT

Il a lieu certains mercredis et vendredis vers 22h. seules les créatures démoniaques sont sensibles à son appel.

 

Le sabbat a généralement lieu près d’un monument mégalithique ou des ruines. Là, le Diable accueille des hôtes transformé en bouc noir. La célébration est une parodie de tous les usages sociaux et moraux.

Après la messe, un immonde banquet est servi où l’on s’empiffre, on rote et on fait grand vacarme pendant que le Diable copule avec chaque sorcière.
Cela dure jusqu’à l’aube.

Les plus grand Sabbats ont lieu durant les nuits des 21 mars, 30 avril, 21 juin, 23 septembre, 31 octobre pour l’Halloween et 21 décembre.

 

Comment réagir face à une sorcière ?

– Pour conjurer un sort, il faut immédiatement tendre le bras en direction de la sorcière en faisant le signe : majeur et annuaire repliés sous le pouce sur la paume, index et auriculaire pointés en avant

Lui faire les cornes avec les doigts.
– Si une sorcière vous tape l’épaule, il faut tout de suite se taper la tête.
Si elle vous tape la tête, élever les mains et de l’une frapper l’autre pour rompre le charme.

Chou Blanc est effectivement magnétiseurChou blanc retour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est du même tabac…..
Bannière ruedesplantes 468/60px

Share Button

ALLEZ MAMY RACONTE : Les lavandières de la nuit et la princesse courant d’air


logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette ma Mamy se transformera en conteuse au bord du feu…. Préparez les buches….. Pour les autres ….??
Ben..! Rêvez…..! Vous sentirez très vite les odeurs de fumée, la chaleur du feu de bois, vous entendrez l’écorce crépiter….. et vous verrez au milieu des flammes…. la fantasmagorie de l’imaginaire… ça y est.. vous tenez le soufflet bien en main….?
Oui.. !
– Alors.. ACTION Mamy..! Raconte nous une légende pour petits et grands…!!
– Mes petits …. Vous me demandez toujours de vous de vous raconter des histoires… aujourd’hui je vais vous raconter une légende un peu effrayante  qui se situe en BRETAGNE et un conte sonore pour vos petits frères….
– OH YES… OUI OUI Oui avec ça, il en aura pour les grands et les petits…!

– BEN CHOUETTE alors ..! On va enfin avoir des contes pour adultes et adolaidschiants….!!!
– je trouve que tu es très réaliste…
– Allez les petits allez jouer au jardin vous reviendrez tout à l’heure pour écouter la princesse courant d’air

jonas

– Bon Mamy on a compris .. C’est quand que tu donnes de la chair de poule à ton petit canard  ..!

– Voilà voilà on y vient .. Toujours pressé…. comme les citrons jaunes?… jaunes comme toi Jonas..!

Les lavandières de la nuit
Logo mamy raconte DEncore un petit instant .. le temps que Papy vous dise à quel moment cette histoire s’est déroulée….

LE CHOURISTE Une lavandière de nuit ou lavandière de la mort est un personnage de légende, une créature féminine ou une revenante, rencontrée de nuit, nettoyant un linge dans un cours d’eau ou un lavoir.
La lavandière est toujours liée au domaine de la mort : selon les traditions, elle est annonciatrice d’un décès, ou bien, elle, condamnée dans la mort à expier ses anciens péchés.
Les lavandières de la nuit Mais qui sont ces lavandières ?
Ce sont des âmes damnées errantes qui hantent de nombreuses cultures.
La Bretagne, Terre de Légendes, se l’est tout naturellement appropriée.
La naissance de cette légende est ancrée dans les lavoirs et fontaines. Leur apparition est toujours un funeste présage.Si d’aventure ils entendaient au loin frapper les battoirs, ils s’ensauvaient. Il ne fallait jamais leur répondre, ni les approcher, encore moins les déranger. Le seul fait de les apercevoir était signe de trépas : “Car le linceul qu’elles préparent est celui dans lequel “l’averti” sera enseveli avant trois jours.” “Ton linceul t’attend, ton linceul t’attend”……
Selon la tradition, il s’agit de lavandières qui étaient chargées de laver le linge des pauvres.
Par cupidité, elles remplaçaient le savon par des cailloux avec lesquels elles frottaient le linge.

Non seulement celui-ci ne pouvait redevenir vraiment propre, mais il était terriblement abimé par ce traitement.
Pour les punir de ce forfait, elles ont été condamnées à laver éternellement des linges qui restent sales lors de nuits sans lune et sans étoiles, dans ces mêmes lavoirs où elles avaient jadis travaillé.

 

– C’est casse tête ton truc PAPY .. Et en plus tu parles comme la maitresse …!jonas
– Il a raison terminé c’est à mamy maintenant…!

 

Logo mamy raconte D Elles ont l’apparence de vieilles femmes, mais qui sont très grandes, elles peuvent se rencontrer qu’aux abords des lavoirs.
Tout au long de la nuit elles travaillent à laver, essorer et faire sécher des suaires dans l’attente d’être libérées.
Un suaire, également appelé linceul ou drap mortuaire, est une pièce de tissu s’apparentant à un drap dans laquelle on enveloppe un cadavre.
Elles interpellent les passants, les entraînant à les aider à essorer et étendre le linge.

La seule façon de ne pas finir les membres brisés et étouffés dans les linceuls est de tourner toujours les suaires dans le même sens.
Ainsi, la lavandière, voyant que son travail n’en finit pas, se lasse et laisse sa victime libre.Elles n’apparaissent qu’aux hommes, en particulier les ivrognes qui rentrent de la taverne à la nuit tombée en suivant le chemin – ô combien déconseillé ! – qui longe la rivière ou le lavoir.
Gare au malheureux qui, reconnaissant une parente défunte accède à la demande : s’il ne prend garde à tourner dans le même sens que la femme pour éviter de tordre le suaire, c’est son propre corps qu’il tordra dans le linceul.
Il s’effondrera, et on le retrouvera noyé et membres brisés au petit matin..


– Tu racontes ça pour nous faire peur …! Mais moi dans le noir elles ne m’auraient même pas vu…. HEIN MAMY que c’est vrai…?

Logo mamy raconte D
Oui mon petit …. ! Maintenant tu écoutes mon histoire …..!!!

 

GUILLO ET LES LAVANDIÈRES DE NUIT

Peut-être avez vous déjà entendu des bruits sourds, près des ruisseaux, la nuit.
Comme des coups de battoir sur le linge. Alors, passez votre chemin bonnes gens, et ne cherchez pas à savoir d’où vient ce bruit : Ce sont les lavandières de nuit.

Guillo, c’est le bon à rien du village, paresseux du soir au matin. Il ne sait que boire, boire et chanter après avoir bu. Tout le monde le connaît à Tréhorenteuc.
Ce soir là, Guillo a le vent en poupe. Il a passé toute la soirée au café du village et le voilà qui rentre chez lui, sous la pleine lune, en chantant à tue-tête. La nuit est trop douce pour prendre le raccourci par les prés, aussi prend-il la route qui monte vers Trébottu.

Lorsqu’il arrive au petit pont sur le Rauco -le ruisseau qui descend le Val sans Retour- Guillo entend des bruits sourds, des battements, à sa gauche, près du moulin en ruine. Intrigué, il quitte la route et longe le ruisseau pendant un bon moment.

Il se heurte sur les souches, il trébuche sur les pierres, et il patauge dans la boue.
C’est là qu’il aperçoit deux femmes, vêtues de blanc, à genoux au bord du ruisseau. Elles lavent un grand drap et le frappent de leur battoir.
Guillo, malgré l’ivresse, n’en croit pas ses yeux : est-ce une heure pour laver du linge en pleine forêt ? Peu importe, il fait demi-tour, mais alors qu’il repart, le voilà qui trébuche sur une grosse pierre et tombe dans le ruisseau. Les deux lavandières sursautent et se tournent vers lui.

Mon Dieu, quels visages ! La lumière blafarde de la lune éclaire ces visages sans vie, aux traits durs et profonds ; leurs yeux sont noirs et vides. Guillo, térrifié, bondit hors de l’eau, mais il n’a pas le temps de fuir que l’une des femme lui crie :
_ Approche ! Viens nous aider.
L’homme, comme pétrifié, s’approche des lavandières en titubant. Impossible de fuir, la voix l’attire comme une guêpe sur une tartine de miel. Les femmes lui tendent alors le drap qu’elles ont lavé et qui ruisselle d’eau.
_ Eh bien ! dit l’une d’elles, qu’attends-tu ? Aide nous à tordre ce drap.
Sans réfléchir, embrumé par les vapeurs d’alcool, Guillo saisit l’extrémité du drap. A l’autre bout, les lavandières tordent le linge, mais lui ne bouge pas. Avec peine, il parvient quand même à dire :
_ Mais qui êtes-vous ? Et pourquoi lavez-vous ce drap en pleine nuit ?
_ Nous lavons le linceul d’un homme qui doit mourir cette nuit. Si nous ne le faisons pas, le pauvre n’aura même pas un linceul pour son dernier voyage.
Sur le coup, Guillo prend ça pour une plaisanterie et le voilà qui éclate de rire. Il est maintenant de tellement bonne humeur, qu’il se met à tordre le drap de son côté.
Et il tord le drap en le tournant de gauche à droite.
_ Malheur ! s’écria l’une des femmes. Il a tordu le drap dans le sens maléfique !
_ Malheur ! Malheur ! répéta l’autre.

Ces cris résonnent dans les arbres, réveillant tous les animaux de la forêt.

Quand Guillo s’est un peu remis de sa frayeur, les lavandières ont disparu.
Il s’imagine avoir rêvé, surtout avec tout ce qu’il a bu.
Mais c’est alors qu’il sent l’humidité du drap qu’il porte encore sur son bras.
Tout à fait dégrisé, Guillo n’a plus qu’une pensée : courir jusqu’à chez lui, sans se retourner. Mais il n’a pas le temps de faire trois pas qu’il entend un énorme grincement.

C’est le grincement des roues d’une charrette qui n’ont pas été graissées depuis des années.
Incapable de faire le moindre geste, Guillo attend, l’oreille tendue.
Mais d’où vient cette charrette ? Il n’y a pas de chemin forestier par ici.
Cependant l’attelage s’approche, et en plus du grincement des roues, il peut maintenant entendre le claquement de sabots sur le sol, et les branches qui se brisent sur le passage du cheval et de la carriole.

L'ANKOU

L’ankou est le serviteur de la mort : son rôle est de collecter dans sa charrette grinçante les âmes des défunts récents. Lorsqu’un vivant entend le bruit de la charrette, c’est qu’il va mourir. On dit aussi que celui qui aperçoit l’Ankou meurt dans l’année. Le dernier mort de l’année, dans chaque “village”, devient l’Ankou de cet endroit pour l’année suivante.

La charrette vient s’arrêter au bord de l’eau. Le cheval se penche pour se désaltérer. C’est alors qu’un personnage vêtu de noir s’approche de Guillo, un fouet à la main :
_ Holà, l’homme ! crie-t-il. Je cherche un nommé Guillo, est-ce que tu l’aurais vu par hasard ?
Guillo ne répond pas.
Ses dents claquent, ses mains tremblent, il a l’impression que sa tête va exploser. Le mystérieux personnage tourne autour de lui et dit d’une voix rauque :
_ Mais je ne me trompe pas ! Tu portes ton linceul sur le bras. C’est donc toi Guillo ! Guillo de Tréhoranteuc.

C’est alors que la lune éclaire le visage de cet étrange personnage. Guillo, avec une indicible horreur, voit ce visage et le reconnait :
c’est l’Ankou, le Serviteur de la Mort. Alors, ne pouvant supporter cette vision, Guillo tombe à genoux sur le sol.

Logo mamy raconte D– On raconte qu’à ce moment il y eut un ricanement qui se prolongea dans les arbres et sur la lande.
Puis un grand bruit de branches brisées.
On raconte aussi que le cheval hennit trois fois et que la charrette s’évanouit dans la nuit.
On raconte encore que personne n’a revu Guillo, Guillo de Tréhoranteuc, depuis cette nuit-là.

 

 

 

LA PRINCESSE COURANT D’AIR


– MAMY C’EST A NOUS MAINTENANT..!
C’est sûr ? elle fait pas peur l’histoire de la princesse courant d’air 

Logo mamy raconte D– NON mes agneaux….
Allez arrête de pleurer toi …! 
et écoute le monsieur qui raconte

 

SOURCE : 
http://www.contes.biz/index.php
http://triskele.eklablog.com/les-lavandieres-de-la-nuit-a103171785


logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac

Share Button