Archives par étiquette : sainte catherine

C’est sainte Catherine…. Tout bois reprend racine

portadaimgvert.JPGBLOC NOTE
par Chou vert

« L’année dernière les potes âgés se sont plaint que nous n’honorions pas la profession des jardiniers en ayant consacré la publication du jour de la sainte Catherine aux Catherinettes….

Pour cette année si vous n’êtes pas jardinier cliquez la Catherinette
vous serez sur l’article de l’année dernière
bestiole des potagers resistant et inépuisable » – C’est vrai que les deux prenant racine nous nous devions d’y donner accès « 

barre verte

C’est sainte Catherine…. Tout bois reprend racine

La Sainte Catherine est le 25 novembre, et le dicton est bien connu des jardiniers :
« A la Sainte Catherine, tout bois prend racine ! »

En effet, c’est le moment de s’occuper des plantations (arbres à racines nues, arbustes…), De là à planter tout et n’importe quoi, qu’il vente ou qu’il neige, pourvu que le calendrier affiche la date du 25 novembre… il y a un pas qu’il vaut mieux ne pas franchir! Rassurez-vous cela dure tout l’hiver…! En effet, il faut noter que les plantations faites en novembre ou décembre résistent mieux aux sécheresses de l’été suivant car elles ont eu le temps de bien s’enraciner.

En réalité, tout dépend des conditions climatiques de votre région :
il ne faut rien faire lorsqu’il gèle car l’arrosage nécessaire lors des plantations serait contrarié par le gel…
Éviter aussi de planter par temps de pluie.

La majorité des arbustes sont aujourd’hui vendus en container, ce qui permet de les planter une grande partie de l’année.

Conseil d’achat
• Si vous plantez tard dans la saison, surveillez l’état de la plante que vous achetez. Racines, branches et bourgeons peuvent avoir souffert du stockage.
• Quand vous achetez des sujets en container, n’hésitez-pas à attendre des conditions absolument favorables à la plantation : ils sont aussi bien à attendre chez vous qu’à la pépinière !

 LE SAVIEZ VOUS:

AU CANADA

L
e jour de cette fête, on fait cuire une sucrerie à base de mélasse, la tire de la Sainte-Catherine.
La tire d’’érable consiste à faire chauffer le sirop d’érable à 113,5°C (précisément !!!). La tire est ensuite déposée chaude directement sur la neige fraîche, propre et compacte.
On se sert ensuite de spatules en bois (palettes) pour prendre la tire sur la neige et la déguster.

L’ARBRE DE LA LIBERTÉ

 C’est, à l’époque de la Révolution, l’’un des signes symbolisant, entre autres, la liberté.
Plantés, en général dans l’’endroit le plus fréquenté, le plus apparent d’une localité, comme signes de joie et symboles d’’affranchissement, ces végétaux devaient grandir avec les institutions nouvelles.
L’’usage de planter des arbres comme signe de la joie populaire est immémorial. On le trouve chez les Gaulois comme chez les Romains.
Ces arbres eurent pour précurseurs l’’arbre de mai, que l’’on plantait dans beaucoup d’’endroits pour célébrer la venue du printemps

LES PREMIERS ARBRES : 1789 1791

À l’’époque de la Révolution, par imitation de ce qui s’était fait en Amérique à la suite de la guerre de l’’indépendance avec les poteaux de la Liberté, l’’usage s’’introduisit en France de planter avec cérémonie un jeune peuplier dans les communes françaises. L’’exemple en fut donné, en 1790, par le curé de Saint-Gaudent, dans la Vienne, qui fit transplanter un chêne de la forêt voisine au milieu de la place de son village.

Un poteau de la liberté (Liberty Pole en anglais) est un grand poteau de bois, souvent utilisé comme porte drapeau, planté au sol, qui peut être surmonté par une insigne ou un bonnet phrygien.
Ils étaient souvent érigés dans les places avant et pendant la Guerre d’indépendance des États-Unis. Une lutte souvent violente concernant les Poteaux de la liberté érigés par les Fils de la Liberté à New York et périodiquement détruits par les autorités britanniques (puis remplacés à nouveau par les Fils de la Liberté) fit rage pendant 10 ans :
Quand un drapeau était en place (le plus souvent rouge) sur un poteau, c’était un appel aux Fils de la Liberté ou aux citadins afin qu’ils se rencontrent et exprime leurs opinions vis-à-vis des règles britannique.
1793
barre verte

2048

Share Button

INFO DU JOUR 29 04 2017 – Sainte Catherine de Sienne

LE CHOURISTEC’est sa fête : SAINTE CATHERINE DE SIENNE  est  la sainte protectrice des journalistes, des médias, et de tous les métiers de la communication, en raison de son œuvre épistolaire en faveur de la papauté.

On préfère rester en bons termes avec notre sainte patronne…. des fois que la grande faucheuse passe au lendemain d’une de nos sottises  anti-cléricales ….. Pas vrai CHOURIANT…!

SAINTE CATHERINE DE SIENNE  (1380 1347)

Catherine de Sienne est née en 1347 à Sienne, en Toscane est une tertiaire dominicaine mystique, qui a exercé une grande influence sur l’Église catholique. Elle est déclarée sainte et docteur de l’Église.

Elle rejoint très les sœurs de la Pénitence de saint Dominique. Très vite marquée par des phénomènes mystiques comme les stigmates et le mariage mystique, elle se fait connaître.

Son influence auprès du pape Grégoire XI joue un rôle avéré dans sa décision de quitter Avignon pour Rome. De  retour à Sienne, elle dicte à des secrétaires un ensemble de traités spirituels.

Elle meurt le 29 avril 1380, épuisée par ses pénitences

La dévotion autour de Catherine de Sienne se développe rapidement après sa mort. Elle est canonisée et, déclarée sainte patronne de Rome et de l’Italie. Puis de l’Europe par Jean-Paul II.
Elle est aussi la sainte protectrice des journalistes, des médias, et de tous les métiers de la communication, en raison de son œuvre épistolaire en faveur de la papauté.

COMMENTAIRE DU CHOURIANT

Unique femme dont l’Église catholique a reconnu les stigmates par décision pontificale

Pendant le carnaval de 1368, Catherine a une apparition qu’elle décrit comme étant son « mariage mystique avec le Christ .
Au cours de la vision, le Christ lui apparaît et lui remet un anneau, signe qu’elle est son épouse La vision s’efface mais Catherine dit ressentir en permanence cet anneau et même le voir, et elle est la seule à l’avoir vu.
Le mariage mystique, est le symbole de l’union entre l’homme et Dieu.

 

mini chouriantEh véééé le malin… !  Belle et fraiche comme elle était, le chef n’a pas laissé trainer le matériel,  puisqu’il la ramène à lui à 33 ans seulement..!
J’ai déjà noté, qu’il aime se distraire et affectionne aussi les blagueurs et les humoristes. Il nous en a rapatrié quelques uns à la fleur de l’âge :  Le Luron, Coluche,  Desproges….. etc
Il faut que j’arrête de tenter de faire rire ou sourire tous mes potes car si ça marche …… bye bye…

Eh…rigolez pas trop fort, on pourrait vous entendre…. Pour ma part,  je vais éviter des textes trop rigolos le samedi ….. parce qu’avec les cerveaux lents que je traine au raz du sol… ils risquent de rire le dimanche à la messe… !  (pour eux  je veux dire de « rire à retardement »… c’est pénible ces gens que leur mère a bercé trop prés du mur…. SVP progressez que Diable)

LE CHOURISTE– je vous l’avais dit …! A demain peut être….

Share Button

Ca.ca…ca… ca… CA…tastrophe…J’ai 25 ans …et seulitude…! C’est caca…Catherinette…!

« Les potes âgés du comité de rédaction se sont plaint que nous n’honorions pas la profession des jardiniers en ayant consacré la publication du jour de la sainte Catherine aux Catherinettes…. et pas au dicton  » Tout bois reprend racine  » – C’est vrai que les deux prenant racine nous pouvions facilement nous tromper »

Aussi AU DIABLE LES VARICES …. généreusement nous vous donnons accès aux plantations d’automne en cliquant sur le jardinier

les indiscretions du salon de coiffureBLOC NOTE FRIVOLE
de Chou Frisé


Pour toutes les Catherine… s

« Sainte Catherine, toute fille veut la fêter,
Mais point ne veut la coiffer. »
Dicton con

Origine de  cette tradition

La catherinette, une tradition médiévale
La fête de la Sainte Catherine concerne Catherine d’Alexandrie, martyrisée en 307, et patronne des jeunes filles à marier mais aussi des philosophes et des étudiants. La jeune femme avait refusé d’épouser l’Empereur Maxence car elle était déjà spirituellement mariée au Christ.
Les jeunes filles célibataires ont tout naturellement été placées sous le patronage de la sainte au Moyen Age et la fête de la Sainte Catherine était l’occasion pour une catherinette de se mettre en valeur et de rechercher un mari

L’expression « coiffer Sainte Catherine », que l’on emploie lorsqu’une jeune fille arrive à l’âge de 25 ans sans avoir convolé en justes noces, s’explique par une tradition qui remonte au XVIème siècle. En effet, à cette époque, on renouvelait la coiffe de la statue de la sainte dans les églises, et c’était les jeunes femmes célibataires entre 25 et 35 ans qui se chargeaient de cette tâche.

 Le 25 novembre, on fête les Catherinettes !

Décapitée vers l’année 310, un 25 novembre, c’est donc pour  la Sainte Catherine,que l’on fête les Catherinettes, c’est-à-dire les jeunes filles ayant dépassé l’âge de 25 ans sans être mariées. Le sens originel de la fête s’est un peu perdu et aujourd’hui c’est la mode, plus que le mariage qui est à l’honneur.
La fête de la Sainte Catherine a en effet été choisie en 1920 par les créatrices de mode et les couturières pour démontrer leur savoir faire et confectionner des chapeaux et des tenues fantaisistes où le vert et le jaune prédominent et qu’elles porteront tout au long de cette journée festive..
A Paris, les modistes défilaient joyeusement, tandis que chaque catherinette allait courageusement mettre une couronne sur la statue de Sainte Catherine à l’angle de la rue Cléry, accessible par une échelle de pompier. Un jury désignait ensuite le chapeau le plus réussi.

La Sainte Catherine, protectrice des filles célibataires

A l’origine de toutes ces traditions, il y a la vie légendaire de Sainte Catherine d’Alexandrie. La vie de cette sainte est tout à fait édifiante, puisqu’elle fut à la fois vierge, martyre et savante, ce qui lui vaut d’être représentée avec 3 auréoles : la blanche des vierges, la rouge des martyrs et la verte des savants.
Originaire d’une famille noble d’Alexandrie, Catherine se convertit au christianisme à la suite d’une vision. L’empereur Maxence, qui persécutait les chrétiens, lui proposa de renoncer à sa foi en échange d’un mariage royal. Catherine refusa et allégua qu’elle avait contracté avec le Christ un mariage mystique.
On raconte que lors de son procès, elle tint tête à toute une armée de philosophes qui lui avaient été envoyés pour lui démontrer la fausseté de sa foi. Elle contre leurs propos les uns après les autres au point qu’ils capitulent tous et qu’elle réussit même à les convertir.
L’empereur la condamna à mourir du supplice de la roue. La légende dit que la roue se brisa miraculeusement, et qu’elle fut donc finalement décapitée vers l’année 310, un 25 novembre.

La sainte Catherine des potes âgés

Notons également que pour les jardiniers, le jour de la Sainte Catherine est réputé idéal pour planter boutures et plantes à racines nues, ainsi que l’affirme les dictons :

« A la sainte Catherine, tout bois prend racine »
ou encore :
« Quand Sainte Catherine au ciel fait la moue
Il faut patauger longtemps dans la boue. »
« Sainte Catherine ne va pas sans un blanc manteau ».

 La sainte Catherine des gourmands

Au Canada une tradition liée à la Sainte Catherine reste vivante encore aujourd’hui, celle de fabriquer la tire, une confiserie à base de mélasse et de cassonade.
A l’origine, le but était pour les Catherinettes de démontrer leur talent de cuisinière en offrant cette gourmandise aux hommes célibataires !

MACHANADA
Parlait de sa première dégustation en ces termes :
« Le lendemain a été consacré à la dégustation de la tire d’érable.
La tire d’érable consiste à faire chauffer le sirop d’érable à 113,5°C (précisément !!!).
La tire est ensuite déposée chaude directement sur la neige fraîche, propre et compacte. On se sert ensuite de spatules en bois (palettes) pour prendre la tire sur la neige et la déguster. »

Le saviez vous

Il faut savoir que les hommes célibataires ont eux aussi leur saint patron en la personne de Saint Nicolas : en effet, tout comme on dit « coiffer sainte Catherine » pour les filles, on dit « porter la crosse de Saint Nicolas » pour les garçons…
Mais aussi….

Elle est également patronne des imprimeurs, des savants, des notaires, des orateurs, des chausseurs, des bibliothèques et de l’université de Paris.

Les chapeaux des Catherinettes sont jaunes et verts car ce sont les couleurs qui indiquent respectivement, la connaissance et la foi.


LA DERNIÈRE DE TROUSSE CHEMISE 

Vive la Sainte Catherine ! Sainte de lumière….

Dans les campagnes, la Sainte Catherine est également associée à une Foire qui se tient aux alentours du 25 novembre.
La Foire Sainte Catherine permet aux éleveurs de présenter leurs bestiaux à un public toujours nombreux. Cette foire était autrefois l’occasion idéale pour les jeunes hommes de rencontrer une Catherinette afin de mettre fin à son célibat…
Certaines allaient jusqu’à provoquer la chance en mettant dans cette période d’ouverture des annonces dans les journaux avec plus ou moins de succès
jugez plutôt :
Sur le champ de foire deux jeunes filles de 25 ans  discutent :
– Tu te souviens de la petite annonce que j’ai fait paraître dans le journal de la ville ?
– Oui, oui… c’est moi qui ai écrit le texte : ” Qui apportera un peu de lumière dans ma vie ? ”
– C’est bien ça !
– Et alors ?… Tu as eu des réponses ?
– Oui… J’ai reçu un prospectus de l’ E.D.F. !…

Et la lumière fut….. mais pas futée

– « La fête de la Sainte Catherine est surtout l’occasion de se moquer gentiment des jeunes femmes célibataires de plus de 25 ans, et de les affubler de chapeaux fantaisistes.
La catherinette est la reine de la fête, le temps d’une journée.
C’est un événement convivial qui est encore pratiqué dans de petites villes et certaines entreprises, et la fête de la catherinette est devenue un spectacle folklorique, qui met un peu de gaieté à l’approche de l’automne. »

CHOU Frisé
4398

Share Button