Archives par étiquette : saint martin

SAINTS GUERISSEURS : SAINT MARTIN… contre boutons, furoncles, herpès

Print pagePDF pageEmail page

UNE SERIES POUR TOUT CONNAITRE SUR NOS SAINTS GUERISSEURS -un par mois

    SAINT   MARTIN      
IV siècle (336 – 397 )
– Fête le 11 Novembre
Patron des policiers
et des vignerons

 Invoqué contre :
Boutons, furoncles, herpès, maladies vénériennes, petite vérole, ergotisme (mal des ardents ou feu de saint Antoine)

Iconographie :
La charité de saint Martin
Saint très populaire en France et notamment dans l’ouest de la France, saint Martin est né en Hongrie au IVe siècle. II fut enrôlé, comme fils de vétéran, dans l’armée romaine et mena pendant plusieurs années la vie de soldat en Italie puis en Gaule.
Étant en garnison à Amiens  il aperçut un jour d’hiver un mendiant à l’une des portes de la ville par un froid rigoureux,  il sollicitait de quoi se protéger du froid. Sans hésiter, Martin coupa en deux son manteau avec son épée et en donna la moitié au mendiant.

La nuit suivante le Christ lui apparu habillé avec ce pan de manteau.
Cet épisode dit de « la Charité » est également la représentation iconographique la plus courante du saint.


En 370 à Tours quand saint Martin quitta l’armée, le peuple le choisit comme évêque . II réalisa de nombreux miracles, guérisons et conversions. II symbolise « l’évêque‑moine » qui évangélise le milieu rural et participe au développement du christianisme comme religion de la France.
Sa vie fut racontée par son disciple Sulpice Sévère qui contribua ainsi à l’expansion de son culte et son tombeau, à Tours, fut très vite un lieu de pèlerinage.

La popularité de saint Martin que l’on appelait le treizième Apôtre fait que, aujourd’hui encore, de nombreuses églises portent son nom.
Saint Martin fût l’un des premiers saints, mis sur les autels sans avoir subi le martyre.

Les grandes dates de la vie de saint Martin :

SAINT MARTIN UN GUÉRISSEUR…!

Son statut d’ancien homme de guerre l’empêche d’être prêtre et il refuse la fonction de diacre que lui propose l’évêque. Il devient donc exorciste ce qui lui permet d’être confronté aux réalités concrètes sur le terrain.
Cette fonction d’exorciste peut indiquer que Martin possédait des dons de guérisseur.

Il se retire avec des compagnons dans l’île déserte de Gallinara non loin du port d’Albenga et tous se nourrissent de racines et d’herbes sauvages pour exercer leur foi sur le modèle évident de saint Jean-Baptiste. Martin s’empoisonne avec de l’hellébore et il s’en faut de peu qu’il ne meure. Cet épisode indiquerait une fois encore qu’il était guérisseur et aurait peut-être essayé sur lui-même un remède (l’hellébore ayant des vertus médicinales)
.

Martin avait-il des dons de guérisseur ?
Sinon comment expliquer tous les miracles qu’on lui attribue :
on dit qu’il fait « jaillir des sources, qu’il guérit les paralytiques, les possédés, les lépreux, il ressuscite les enfants, il fait parler les muets, il peut même guérir à distance, ou par l’intermédiaire d’un objet qu’il a lui-même touché. Il calme les animaux furieux et même la grêle. « 

La drôle de  guérison du possédé:
On présenta un jour un possédé à Saint Martin, mettant ses doigts dans sa bouche il dit au démon de ces lieux  » Si tu as quelque puissance, dévore cette main » contraint par le saint et ne voulant l’affronter…..  il sortit par « le chemin qui convenait le mieux à un esprit immonde »
Sur ce vitrail l’artiste a représenté un diablotin vert sortant du derrière du possédé.

Magnifiques bandes dessinées d’époque les vitraux transmettent les miracles des saints….Voici quelques exemples des guérisons spirituelles de saint Martin en liaison avec l’excellent site des vitraux de Chartres (http://www.vitraux-chartres.fr)  – Ici celui consacré à saint Martin ……
————— 3 autres miniatures sur les guérisons vous y attendent ————

– Guérison de la paralytique en lui administrant de l’huile bénite 
– Guérison d’un lépreux qu’il embrassa
                                        
Guérison d’un enfant « Rends le moi c’est mon fils unique »        

L’APOTRE ET SON ÉVANGÉLISATION DES CAMPAGNES

Évêque de Tours il n’en continue pas moins de vivre en saint homme. Il crée un ermitage à 3 km de la ville : c’est l’origine de Marmoutier (Marmoutier signifie « grand monastère » car en gaulois « grand » se dit « mar »)
L’autorité de l’évêque est limitée à l’enceinte de la cité, Martin et ses moines sortent des murs et pénètrent profondément à l’intérieur des terres. Martin. Vêtu d’une pauvre tunique et d’un grossier manteau, assis sur un âne, semble ainsi avoir largement sillonné le territoire de la Gaule.
Il parcourt presque toutes les provinces gauloises: ni les montagnes, ni les fleuves, ni les dangers d’aucune sorte ne l’arrêtent; partout sa marche est victorieuse, et il mérite par excellence le nom de Lumière et d’Apôtre des Gaules.

Il utilise à merveille la psychologie par sa connaissance des réalités quotidiennes et leur transformation en images que le petit peuple comprend tel que le Christ le faisait.
Il remplace les sanctuaires païens par des églises et des ermitages Comprenant fort bien l’homme de la campagne et ses besoins, il se donne les moyens de le convertir à l’heure où la foi chrétienne est pour l’essentiel cantonnée derrière les murs des villes.
Marmoutier sert de centre de formation pour l’évangélisation et la colonisation spirituelle des campagnes ; c’est pour l’essentiel la première base de propagation du christianisme en Gaule.

Épuisé par cette vie de soldat du Christ, Martin meurt à Candes sur Loire à la fin de l’automne, le 8 novembre 397 sur un lit de cendre comme mouraient les saints hommes ; disputé entre Poitevins et Tourangeaux, son corps est subtilisé par ces derniers et rapidement reconduit par le fleuve jusqu’à Tours où il est enterré le 11 novembre.

TOMBEAU DE SAINT MARTIN BASILIQUE DE TOURS LA PRIÈRE A SAINT MARTIN

Bienheureux Martin,
nous venons à toi
Soldat de Dieu, Apôtre du Christ, Témoin de son Evangile et Pasteur de son Église, nous te prions :
« Tu étais présent à Dieu dans le grand silence des nuits solitaires, donne-nous de lui rester fidèles dans la foi et la prière.
– Catéchumène, tu donnas au mendiant la moitié de ton manteau, aide-nous à partager avec nos frères.
– A travers champs et bois tu as défié le démon et détruit ses idoles, prends-nous en ta garde et protège-nous du mal.
– Au soir de ta vie, tu n’as point refusé le poids des jours et des travaux, – fais que nous soyons dociles à la volonté du Père.
– Au ciel de gloire, tu jouis de ton repos dans la maison de Dieu, mets en nos cœurs le désir de te rejoindre »

Et sur la fin de vos jours……
 » Mon Dieu, je soupire après vous, je voudrais quitter la vie pour vous être réuni, cependant, si je suis encore utile ici-bas, je ne refuse pas le travail… Mon Dieu, que votre volonté se fasse.  » Saint Martin, priez pour moi, je me recommande bien à vous, grand saint de la France »

LE SAVIEZ VOUS
– L’été de la Saint Martin :
Au passage de son corps sur la Loire entre Poitiers et Tours, les fleurs se mettent à éclore en plein mois de novembre. Ce phénomène étonnant donnera naissance à l’expression « été de la Saint Martin » quand on constate un temps doux début novembre !
– Cape chapelle et capétiens : Le reste de son manteau, appelé « cape » sera placé plus tard, à la vénération des fidèles, dans une pièce dont le nom est à l’origine du mot : chapelle (capella en latin, chapel en anglais, Kapelle en allemand).
La cape de Saint Martin de Tours est aussi à l’origine du mot « Capet » nom de la dynastie des Rois de France : Francs Capétiens.

La cape est aujourd’hui conservée à la cathédrale d’Amiens.

– Les martins-pêcheurs: – On dit qu’un jour, voyant des martins-pêcheurs se disputer des poissons, il explique à ses disciples que les démons se disputent de la même manière les âmes des chrétiens. Et les oiseaux prirent ainsi le nom de l’évêque.
-Pourquoi ne donner que la moitié de son manteau..? Il ne donne en effet que la moitié de son manteau, car pour ce militaire l’autre moitié appartient à l’État et il ne peut donc la céder…!

wikipédiatre« Je crois utile de vous rappeler que les fêtes et traditions populaires du nord et des Flandres honorent à leur manière Saint Martin et son âne qui pendant que Martin aide les mendiants se sauve à la joie de tous les enfants qui le cherchent pour obtenir en récompense brioches et friandises « …… 

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...Mais pas un saint..! voir son siteCHOU BLANC (Les autres saints guérisseurs – faire catégorie SAINT THOL )

Précédente rubrique JUIN 2011:  
La ligne éditoriale de cette série est accessible 
  BON COURAGE...!

 

Share Button

De Saint Martin à…… pauvre Martin pauvre misère

Print pagePDF pageEmail page

UN  DE  NOS  LECTEURS  EN  LISANT LA  RUBRIQUE  DE   SAINT MARTIN   ( SAINT GUÉRISSEUR) A  DEMANDÉ  LE  RETOUR  DE  CETTE  CHANSON  DE  GEORGES  BRASSENS 

BLOC NOTE
POÉTIQUE


par
WIKI

Hommage aux amis de la terre:   Georges Brassens

 

Pauvre martin raconté aux enfants par GEORGES BRASSENS Pauvre Martin GEORGES BRASSENS CHanté par Barbara     PAUVRE MARTIN

Avec une bêche à l’épaule,
Avec, à la lèvre, un doux chant,
Avec, à la lèvre, un doux chant,
Avec, à l’âme, un grand courage,
Il s’en allait trimer aux champs!

Pauvre Martin, pauvre misère,
Creuse la terre, creuse le temps!

Pour gagner le pain de sa vie,
De l’aurore jusqu’au couchant,
De l’aurore jusqu’au couchant,
Il s’en allait bêcher la terre
En tous les lieux, par tous les temps!

Pauvre Martin, pauvre misère,
Creuse la terre, creuse le temps!

Sans laisser voir, sur son visage,
Ni l’air jaloux ni l’air méchant,
Ni l’air jaloux ni l’air méchant,
Il retournait le champ des autres,
Toujours bêchant, toujours bêchant!

Pauvre Martin, pauvre misère,
Creuse la terre, creuse le temps!

Et quand la mort lui a fait signe
De labourer son dernier champ,
De labourer son dernier champ,
Il creusa lui-même sa tombe
En faisant vite, en se cachant…

Pauvre Martin, pauvre misère,
Creuse la terre, creuse le temps!

Il creusa lui-même sa tombe
En faisant vite, en se cachant,
En faisant vite, en se cachant,
Et s’y étendit sans rien dire
Pour ne pas déranger les gens…

Pauvre Martin, pauvre misère,
Dors sous la terre, dors sous le temps!

Georges Brassens

SAINT MARTIN   ( SAINT GUÉRISSEUR)

Allez hop hop hop Coup de pied au cul au spleen et …..
Hauts les coeœurs …!
Place à la musique GAIE…! GAIE …! GAIE…!

VOILA UNE SÉLECTION ADAPTÉE

Découvrez la playlist liste y’a d’la joie avec La Compagnie Créole

4083

Share Button

SAINTS GUÉRISSEURS : Saint BRICE

Print pagePDF pageEmail page

 SAINT BRICE  
Évêque de Tours après Saint Martin
Ve siècle (mort en 444)
– Fête le 13 novembre

Patron des JUGES

Invoqué contre les maux de ventre ou pour calmer un chien furieux. Pour les blessures qui ne se referment pas.

barre bleue

EN BREF….

Disciple de saint Martin de Tours et devenu prêtre, Brice (Briscio) quitta assez vite le monastère pour vivre de façon luxueuse et licencieuse.
Il fut accusé d’avoir rendu mère une religieuse, mais il succéda pourtant à saint Martin et occupa l’évêché de Tours pendant une trentaine d’années (397-428).
A Rome, où il séjourna durant sept ans, il convainquit le pape de son innocence et revint, pardonné, occuper son siège.
Il avait tellement changé que, juste après sa mort, le peuple le proclama saint !
En 580, Grégoire de Tours transféra ses reliques à Clermont-Ferrand, en Auvergne.

barre bleue

Saint Brice, mort en 444, fut le successeur de Saint Martin à l’évêché de Tours.

Au culte de St.Martin, on ne peut dissocier celui de Brice (ou Brisson) qui l’accompagna dans ses tournées d’évangélisatrice des Gaules,avant de lui succéder sur le siège épiscopal de Tours.

Brice était natif de Tours. Dès son plus jeune age, il fut disciple de St. Martin qui le forma dans le célèbre monastère de Marmoutier.
Il fut admis dans les ordres sacrés et reçut l’onction sacerdotale.

– BRICE un compagnon turbulent

Saint Brice rentre en lui-même et demande à saint Martin, qu’il avait couvert de sarcasmes, de lui accorder sa bénédiction. Vies de saints. Jeanne de Montbaston. XVIe.

Brice, diacre de saint Martin, était jaloux de lui et souvent il l’accablait d’outrages.
Un pauvre en effet étant venu demander Martin,
Brice lui dit :
« Si tu cherches ce radoteur, lève la tête, c’est celui qui regarde le ciel comme un insensé ».
Le pauvre ayant reçu ce qu’il demandait de saint Martin,
le saint homme appela Brice et lui dit :
« Je te semble donc un radoteur, Brice ? ».
Or, comme il avait honte d’avoir ainsi parlé et qu’il le niait,
Martin lui dit :
« Est-ce que mes oreilles n’étaient pas près de ta bouche quand tu disais cela tout haut ? Je te dis en vérité que j’ai obtenu du Seigneur de t’avoir pour successeur dans l’épiscopat ; mais sache que tu éprouveras alors bien des adversités. »
En entendant cela, Brice se moquait en disant :
« N’ai-je pas dit vrai, que c’était un radoteur ? ».

Saint Brice reçu par saint Martin qui lui annonce qu’il sera évêque un jour, mais que son gouvernement n’ira pas sans tribulation. Legenda aurea. Richard de Montbaston. XVIe.

Brice quitta le monastère ou il était arrivé pauvre « pour vivre avec de beaux chevaux dans ses écuries et de jolies esclaves dans sa maison. »
il mena la vie d’un séculier libre et riche, élégamment vêtu et entouré d’esclaves, ce qui est aberrant…
Il devint un sujet de scandales.
Cependant jamais Martin ne consentit à le dégrader du sacerdoce.
A ceux qui lui reprochaient sa patience,
Martin répondait :
« Le Christ a bien supporté Judas, pourquoi je ne supporterait-je pas Brice ? »

– Dieu aime la variété. Parfois, Il semble prendre plaisir à faire cohabiter deux saints dont les caractères sont si dissemblables qu’il nous semblerait impossible de les voir vivre ensemble.
Sans aucun doute, Dieu veut leur apprendre l’humilité, en leur montrant que chacun d’entre eux ne représente qu’une infime partie du mystère de la sainteté ; probablement Dieu veut-il aussi nous rassurer, en nous montrant qu’en matière de caractère il y a de très nombreuses demeures dans le Ciel.

barre bleue

La vie de  saint Brice ? un histoire sulfureuse….

Après la mort de Martin, Brice fut élu évêque, et depuis ce moment, il se livra à la prière, et quoique encore orgueilleux, il était toutefois chaste de corps. C’est lui qui bâtit une basilique sur le tombeau de St Martin.

Trente  durant, Brice enseigna, baptisa, confirma, administra, et remplit toutes ses charges d’évêque.

Mais Brice n’oubliait pas que Martin lui avait prédit qu’il serait soumis aux épreuves et que son gouvernement n’irait pas sans tribulation. Chaque jour, 30 ans durant, Brice attendit l’accomplissement de la prophétie. C’était peu confortable, mais Dieu avait choisit cette voie pour affaiblir l’excessive suffisance de la jeunesse.

Saint Brice accusé d’être le père du fils d’une lingère, réunit un grand concours de peuple et commande au nouveau-né de dire s’il en est le père. Legenda aurea. Jean Le Tavernier. Flandres. XIVe.

Or, la trentième année de son épiscopat, une femme qui portait l’habit d’une religieuse, et qui lavait ses vêtements, conçut et mit au monde un fils.
Alors tout le peuple se rassembla avec des pierres, à la porte de Brice, en disant :
« Par égard pour saint Martin, nous avons caché ta luxure ; mais nous ne pouvons plus désormais baiser des mains polluées. »

Brice nia vigoureusement le crime qu’on lui imputait.
« Amenez-moi l’enfant », dit-il.
Quand on lui eut amené cet enfant qui n’avait que trente jours,
Brice lui dit :
« Je t’adjure, par le fils de Dieu, de déclarer, en présence de tout le monde, si c’est moi qui t’ai engendré. »
L’enfant répondit :
« Ce n’est pas toi qui es mon père ».
Le peuple pressa alors l’évêque de lui demander le nom de son père, et il répondit :
« Ceci n’est pas mon affaire ; j’ai fait ce qui m’intéressait ».

Alors le peuple attribua tout cela à la magie en disant :
« Tu n’exerceras plus désormais sur nous le pouvoir sous le nom mensonger de pasteur ».

Alors Brice, pour se justifier, porta, sous les yeux de tous, des charbons ardents jusqu’au tombeau de saint Martin, et quand il les eut jetés, il ne parut pas que son vêtement en eût été atteint, et il dit :
« De même que ce vêtement, qui est le mien, est resté intact, de même mon corps est pur de tout contact avec une femme. »
Le peuple, qui n’était point encore convaincu, accabla saint Brice d’outrages et d’injures, et lui enleva sa dignité, afin que la parole de saint Martin s’accomplît.
Brice vint alors en pleurant auprès du Pape, y resta sept ans, et effaça par sa pénitence toutes ses fautes envers saint Martin.

Sept ans après, Brice revint à Tours par l’autorité du pape. A peine était-il en vue de la ville de Tours, une fièvre tua l’évêque qui avait été élu comme son successeur. Ne voulant pas manquer de politesse, Brice hâta son pas, et arriva à temps pour accomplir les rites funéraires.
Brice prit son siège qu’il gouverna sept ans avec une conduite digne d’éloges.
Il s’endormit en paix la 48° année de son épiscopat.

Brice fut canonisé à sa mort et enterré auprès de son bienfaiteur.
Mais, en 580, Grégoire de Tours fit transférer ses reliques à Clermont, en Auvergne.

barre bleue

La dévotion à St. Brice

Dans l’art, on représente saint Brice qui porte des charbons ardents dans ses vêtements.

Parfois on le dépeint :
1. portant du feu dans sa main ;
2. avec un enfant dans ses bras ou près de lui ;
3. avec Saint Martin de Tours.
Il est significatif qu’en plusieurs régions de France que deux localités voisines portent le nom de St. Martin, l’autre celui de St Brice ou Brisson. C’est le cas en Berry, de St Martin sur Ocre et de St. Brisson sur Loire…

Prière :

Saint Brice est invoqué particulièrement pour les blessures qui ne se ferment pas.
Saint Brice est aussi appelé Bris. En récompense de sa vie humble et toute dévouée aux pauvres, Dieu le destina à exercer la haute fonction d’évêque de Tours.

Invocation

En mémoire de vos souffrances, Seigneur, et de vos peines, aidez-moi à supporter plus vaillamment mes propres souffrances. Je sais que mes blessures ne sont rien auprès de celles que vous endurâtes sur la croix ; mais je vous en supplie, par les mérites de saint Brice, faites que ces plaies se ferment, faites que la chair redevienne saine. Ainsi soit-il.

Saint Brice, qui avez reçu de Dieu le pouvoir de guérir les blessures rebelles, soulagez-nous, priez pour nous.

Oraison

Bon Jésus, chargé de votre croix, et conduit au lieu de votre supplice, comme un agneau à la boucherie, ayez pitié de moi, Seigneur, ayez pitié de moi. Ainsi soit-il.

Extrait de : « Les saints guérisseurs de Picardie », Jean-Luc Dubart, AB Editions, avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Dicton

Tel jour Saint Brice, tel jour Noël, tel premier janvier.

barre bleue

Chou Blanc est  effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Chou Blanc –

Share Button