Archives par étiquette : Renoir

« Le Déjeuner des canotiers » de Renoir

logo lardon 1
L’ART ET LA PALETTE
AU
CHOU :

Coucou, c’est toujours moi le petit Lardon… Merci d’être passés nous voir, l’autre jour,pour déjeuner sur l’herbe avec Manet Monet et Renoir et même Cézanne..! 
Cette semaine déjeunons au bord de l’eau dans la guinguette de Renoir

Le mois d’aout est le mois des dejeuners entre amis au bord de l’eau
Les peintres ont immortalisé ces scènes….
Découvrons sur ce thème ..!
Le Déjeuner des canotiers » de Renoir

logo lardon D.
« Le Déjeuner des canotiers » de Renoir :
Une guinguette, des amis, le bonheur

En mal de fraîcheur et de gaieté ? Plongez-vous dans « Le Déjeuner des canotiers » ! Exposé à Washington, ce tableau peint par Renoir en 1881 célèbre une certaine époque, celle des dimanches passés au bord de l’eau, attablés entre amis dans une guinguette.

Elle raconte aussi un lieu, la maison Fournaise, à Chatou dans les Yvelines, sorte de « place to be » des impressionnistes de l’époque.

Des artistes, des amis, un bourgeois et un aristocrate : en une scène, Renoir capture la société de l’époque et l’atmosphère d’un lieu où les Parisiens venaient se divertir, se détendre et s’observer aussi un peu. « C’était un lieu de rencontres… Il n’y avait pas Meetic à l’époque ! »


Une composition vivante

Auguste Renoir Le Déjeuner des canotiers 1880-1881 USA Washington Phillips Collection

Le tableau est d’autant plus réussi qu’on a vraiment l’impression d’être partie prenante de cette fin de repas avec les bouteilles entamées, la corbeille de fruits, les serviettes de table dépliées… « La composition de Renoir est très efficace » explique Anne Galloyer, la Conservatrice du Musée Fournaise. « Il  utilise la perspective du balcon, il l’accentue jusqu’à la déformer. Ça me permet au spectateur d’entrer littéralement dans la scène« . On peut s’identifier à certains personnages, notamment Angèle, cette jeune modèle, assise au centre du tableau, qui est en train de boire, les yeux perdus dans le vague, comme étrangère au brouhaha des conversations ambiantes…

logo lardon DLa destinée des lieux

L’endroit va beaucoup inspirer Renoir – il peindra ici une trentaine de toiles – mais aussi de nombreux impressionnistes parmi lesquels Monet, Sisley, Morisot Manet, Pissaro, Caillebotte… Fréquentée par les artistes, la Maison Fournaise a pourtant failli disparaitre. En 1906, le restaurant ferme et quatre ans plus tard, les activités nautiques cessent.
La maison reste dans la famille Fournaise mais c’est le déclin.
La relance du site s’est faite par la création d’une association et l’ouverture d’un musée restaurant sur la même terrasse …. les canotiers en moins ..!

Restaurant de la Maison Fournaise. Photo: Comite régional du Tourisme Paris
SOURCES :
France info.fr

logo lardon DLE LARDON

 

Share Button

MONET, MANET, RENOIR ET CÉZANNE déjeunent sur l’herbe..!

logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE
AU
CHOU :

Coucou, c’est toujours moi le petit Lardon… Merci d’être revenu nous voir pour déjeuner sur l’herbe avec Manet Monet et Renoir et même Cézanne..!

Le mois d’aout est le mois des pic-niques et autres repas champêtres où l’on adore déjeuner sur l’herbe..!
Les peintres ont immortalisé ces scènes….
Découvrons sur ce thème quelques tableaux et leur histoire..!

logo lardon DLe Déjeuner sur l’herbe de Édouard Manet
le Déjeuner sur l’herbe est un tableau d’Édouard Manet achevé en 1863, d’abord intitulé Le Bain, puis La Partie carrée. Exposé brièvement pour la première fois au Salon des refusés le puis décroché, ré-exposé l’année suivante non sans scandale en marge du Salon, il entra dans le patrimoine public en 1906 grâce à la donation du collectionneur Étienne Moreau-Nélaton.

La brutalité du style et surtout la juxtaposition d’une femme nue « ordinaire », regardant le public, et de deux hommes tout habillés, ont suscité un scandale autant esthétique que moral et des critiques acerbes lorsque l’œuvre a été proposée au Salon. Manet bouscule en effet le bon goût des bourgeois qui visitent les expositions et tue d’une certaine manière la peinture mythologique6.

Le style et la facture choquèrent presque autant que le sujet.
Manet abandonne les habituels dégradés pour livrer des contrastes brutaux entre ombre et lumière.
Aussi, lui est-il reprochée sa « manie de voir par taches ». Les personnages ne semblent pas parfaitement intégrés dans ce décor de sous-bois davantage esquissé que peint, où la perspective est ignorée et la profondeur absente.
Avec Le déjeuner sur l’herbe, Manet ne respecte aucune des conventions admises, mais impose une liberté nouvelle par rapport au sujet et aux modes traditionnels de représentation.Cette toile peut ainsi être considérée comme l’une des premières œuvres de la peinture moderne.

Le déjeuner sur l’herbe
Claude Monet (1840-1926)
Ce tableau est un puzzle partiellement reconstitué….
Ce fragment, avec un second également conservé au musée d’Orsay, constituent les seuls vestiges du monumental Déjeuner sur l’herbe de Monet.

Commencée au printemps 1865, l’œuvre mesurait plus de quatre mètre sur six et devait constituer un hommage mais aussi un défi à l’égard de Manet dont le tableau du même titre avait été l’objet des sarcasmes du public et des critiques lors de son exposition au Salon des Refusés en 1863.
Mais le projet fut abandonné en 1866, juste avant l’inauguration du Salon auquel Monet le destinait.

En 1920, Le peintre raconte lui-même ce qu’il est advenu du tableau :
« je devais payer mon loyer, je l’ai donné en gage au propriétaire qui l’a roulé dans sa cave, et quand, enfin, j’ai eu de quoi le retirer, vous voyez si il avait eu le temps de moisir« .
Monet récupère la toile en 1884, la découpe, et n’en conserve que trois fragments.
Le troisième a aujourd’hui disparu.

Le déjeuner sur l’herbe  1865-1866 Huile sur toile H. 248 ; L. 217 cm

Monet avait commencé par exécuter une série de petites études sur nature, puis compose en atelier une esquisse très poussée (Moscou,musée Pouchkine).
La différence la plus notable entre l’esquisse et la toile définitive consiste à remplacer le jeune homme imberbe assis sur la nappe par un solide gaillard barbu qui ressemble de manière frappante à Courbet.
Ce dernier est venu voir Monet et Bazille dans leur atelier commun pendant l’hiver 1865-1866.
Il aurait, selon Bazille « été enchanté » devant Le déjeuner. Ce témoignage diffère de celui de Gustave Geffroy, d’après lequel des commentaires de Courbet auraient été la cause de l’abandon du Déjeuner.
Le tout n’est pas incompatible, un avis défavorable ayant pu être formulé après les compliments.
Toujours est-il que pour Monet qui écrivait en mai 1865 à Bazille « Je ne pense plus qu’à mon tableau et si je devais le manquer, je crois que je deviendrais fou« , on imagine aisément le découragement qu’a pu susciter la moindre réticence manifestée par le maître de l’avant-garde.

Critiqué ou non par Courbet, Monet devait être parfaitement conscient des difficultés rencontrées dans la transposition à échelle monumentale de l’esquisse.
Il accentue les contrastes lumineux, « monte » les couleurs, mais préserve plus difficilement l’éclat, la spontanéité des études.
En avril 1866, voyant qu’il ne peut achever l’immense peinture pour le Salon, Monet annonce à Armand Gautier sa décision de « laisser de côté pour le moment toutes les grande choses en train qui ne feraient que me manger de l’argent et me mettraient dans l’embarras ».

Vous l’avez vu certains tableaux ont leur histoire…
D’autres figurent dans les collections sans bruits et sans passions comme celui de Renoir.

 Picnic (Le Déjeuner sur l’herbe) PIERRE AUGUSTE RENOIR

Les peintres impressionnistes ont tous fait leur « déjeuner sur l’herbe ».
Auguste Renoir, qui  a passé les dernières années de sa vie à Cagnes-sur-Mer, n’y a pas dérogé! 

cliquez vous y allezLe jardin de sa villa des Colettes, à Cagnes-sur-Mer, a donc accueilli, comme un hommage et un clin d’oeil à l’artiste, un déjeuner sur l’herbe grandeur nature.
Seule condition pour y participer: être costumé à la mode 1900.

Pas de glacière ni de barbecue, tout s’est fait à l’ancienne: quelques bonnes bouteilles, des malles en osier, de grandes nappes étalées dans l’herbe, des dames  en robe d’époque, des hommes en marinière et canotier, ont donc pique-niqué à l’ombre des oliviers, bercés par la musique d’un accordéon lui aussi très « 1900 ».

Paul Cézanne a lui aussi traité Le Déjeuner sur l’herbe

cliquez vous y allez

Le titre n’est pas attribué de manière certaine à Cézanne et a pu être donné ultérieurement.
Cependant, s’il s’avérait avoir été dispensé par le peintre, on pourrait y voir une citation non dénuée d’humour à la célèbre toile de Manet (1832-1883) ci dessus évoquée.
Les deux hommes exposent en effet tous deux au Salon des Refusés de 1863 où Manet fait scandale avec Le Déjeuner sur l’herbe.
Dans ce cas, la toile serait un clin d’œil de Cézanne à Manet,

SOURCESSITES musée d’orsay et musée orangerie

logo lardon DLE LARDON

 

Share Button