Archives par étiquette : psy

Expression : Pourquoi notre pote était toujours en colère


Jusqu’au 28 02 19 – 5% de réduction sur les outils électriques avec le code DXECTL

BLOC DU BÉTON DÉSARMÉ…!!
A l’heure où le médecin est en cabinet fermé…. où le barman de fin de soirée arrosée est aux 35 heures….
La parole semble prisonnière….
Allez voir le curé…? Oui.. Mais il y a si longtemps que vous n’avez pas vu un confessionnal que vous avez peur de vous tromper de porte …!
Alors … « Entrez sans frapper » …. est fait pour vous ….
Soufflez, sur les braises si vous le voulez…
Ainsi jaillira la lumière..!
L
a parole est à vous….. Soyez les rédacteurs d’un jour pour vous exprimer ….
Pour nous parler…!
ALLEZ Y ON VOUS ÉCOUTE….
La Chouette est sur votre épaule pour mieux vous entendre..!

– Les réactions à l’article sur « la colère » publié dans le blog note de Choucaline a suscité quelques réactions dont celle de Jean Marc qui nous parle en toute franchise de SA colère …. Merci à lui

AUJOURD’HUI : la colère de Jean Marc

Je ne me sentais pas responsable de ma colère

Accepter l’idée que l’unique responsable de notre colère c’est nous-même, cela peut prendre un certain temps.

Ça en a pris pour moi, en tous cas, qui était sujet à de fréquentes colères noires.
Des colères qui, d’une certaine façon, prenaient comme possession de moi : je me voyais me mettre dans une colère furieuse, dire des choses blessantes et me comporter de façon agressive sans rien pouvoir faire pour m’arrêter.
C’était comme vomir quelque chose qui se trouvait à l’intérieur de moi, sans rien pouvoir contenir plus longtemps.
Comme un trop plein qui se met à couler avec la goutte de trop, vous savez, celle qui fait “déborder le vase”. Et dieu sait que mon vase débordait souvent.

En fait, j’étais une vraie barrique de colère liquide. 

Je ne me sentais pas responsable de ma propre colère, comme si j’avais besoin de trouver un coupable à l’extérieur :
“je n’en peux plus de ces embouteillages qui me fatiguent”!!! Ou “il doit se comporter différemment avec moi s’il veut que je reste calme”!!! Ou “elle ne peut pas dire ça en pensant que je ne vais pas réagir” !!! Etc.
Je prenais tellement les choses personnellement ; très à cœur même. J’étais incapable de voir la nature profondément impersonnelle et illusoire de toutes choses.
Quelque chose en moi guettait chaque occasion de pouvoir vider un peu ma barrique de colère, mon trop plein d’impuissance. Et lorsque cela se produisait, je me sentais ensuite vide, sans énergie et très coupable de n’avoir pas su me contrôler.
Bref, le remède était pire qua la plaie.

Dans mon cas, ma colère remontait au décès de mon papa alors que
j’avais dix ans.

Derrière cette colère se trouvait en fait un enfant broyé par un immense sentiment d’impuissance et de tristesse face à un évènement douloureusement incontrôlable.

D’une nature plutôt calme et introvertie, la seule façon que j’avais trouvé pour exprimer, expurger, extérioriser tout cela consistait à ouvrir une “soupape de colère” au sommet de ma barrique ; juste pour laisser s’échapper toute la pression et l’amertume accumulée.
J’étais simplement prisonnier et esclave d’une histoire que je me racontais depuis des années.

Les conséquences sur ma vie et mon entourage en furent douloureuses et, le plus souvent, disproportionnées par rapport à la nature de l’évènement déclencheur.

Jean Marc
( je témoigne pour aider les autres à chercher la cause de leur propre colère)

Bonjour à toutes et à tous

je m’invite dans la rubrique « Expression » car le témoignage de jean marc est émouvant et peut vous laisser désemparé pour trouver la cause de votre propre colère. C’est pourquoi je vous apporte ici ce complément d’information sur la méditation de pleine conscience pour vous aider à progresser dans votre enquête personnelle.

Observer la colère en conscience

Bien-entendu, le sentiment de colère peut parfois être justifié et, lorsqu’il est contrôlé, tout à fait utile même. L’énergie de cette colère peut être canalisée pour agir concrètement et, parfois, déplacer des montagnes. Mais que de travail, dans mon cas, pour en arriver là et ressentir une saine (sainte?) colère!

Alors, prenez note attentivement de la façon dont vous ressentez physiquement votre colère. Comment elle modifie votre façon de penser et de vous comporter.
Notez également ses différents aspects désagréables et comment elle agit sur votre niveau d’énergie personnel et de bonne ou de mauvaise volonté pour faire certaines choses.

  1. Quelle est votre histoire personnelle avec la colère ? Qu’avez-vous appris de la colère dans votre famille, dans votre culture, avec vos amis et vos collègues ? Quelles ont été certaines des vos expériences les plus marquantes avec la colère ? Avez-vous déjà exprimé de la colère ? Avez-vous déjà subi de la colère ? Qu’avez-vous appris de la colère ?
  2. Quelle place l’irritation et la colère tiennent-elles aujourd’hui dans votre vie ? Quelle part de votre temps et de vos pensées est consacrée à l’irritation et au mécontentement ? Quelles activités quotidiennes génèrent souvent de l’irritation chez vous ? Qu’est-ce que vous éviter de faire régulièrement à cause de votre irritation ?
  3. Physiquement, émotionnellement et mentalement comment votre expérience personnelle de la mauvaise volonté diffère de votre expérience des choses désagréables ? De quelle façon votre expérience de la mauvaise volonté ou de l’irritation diffère de vos expériences du déplaisir ou du désaccord ?
  4. Quelles sont, pour vous, certaines des conséquences malencontreuses d’avoir agi avec mauvaise volonté ou irritation ? Que vous a déjà coûté votre mécontentement ? Comment impacte-t-il votre état physique, émotionnel mental et social ?
  5. Quelles sont les croyances qui soutiennent votre attitude de mécontentement ? Que croyez-vous à votre sujet ou au sujet des autres qui tend à se transformer en irritation ?

SOURCE :
https://mmindfulness.fr/apropos-mmindfulness/

AVIS AUX LECTEURS CONTRIBUTEURS

Si vous avez un texte à nous soumettre voici nos coordonnées
SI vous devez encore l’écrire ….
Alors laissez les plumes de la chouette tranquilles, Prenez plutôt une alouette elle a l’habitude d’être plumée … En chantant..!

choublanc@mafeuilledechou.fr

AVERTISSEMENT CAMARADES :
– j’en suis le modérateur.. Aussi pour que la Chouette ne se fasse pas voler dans les plumes et que les autorités du web et ne la fasse tomber de son clocher, nous ne publierons rien qui ne soit dans l’esprit de notre ligne éditoriale ou qui soit contraire aux bonnes mœurs, au respect de la vie privée etc etc…
« Expression libre comme le vent » OUI mais le vent peut tourner et dans ce cas c’est pas la girouette qui tournera mais le vent…. pareil que dans les ronds points..!
Débat donc… mais pas déballage..!

retour sur la rubrique du même tabacChou Blanc

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

PSY : Ma colère ou mon mal être..?


Choucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucalineBLOC NOTE
de
Choucaline

  • Nos émotions…
    LA COLÈRE…!!!

La colère….  et si on en riait
La colère, une question de bile ?

Un professeur de psychologie commence son cours :
– Aujourd’hui, nous allons étudier les différents stades de la colère.
Il fait venir un téléphone dans la salle, compose un numéro au hasard et demande :
– Bonjour Madame, pourrais-je parler à Jacques, s’il vous plaît?
– Vous faites erreur, il n’y a pas de Jacques à ce numéro.
Il se tourne alors vers les étudiants et dit :
– Vous venez d’assister à la phase de mise en condition.
Il recommence et la dame, un peu agacée, répond :
– Je vous ai déjà dit qu’il n’y avait pas de Jacques ici!
Il réitère une bonne douzaine de fois, raccroche après s’être fait hurler dessus par cette dame devenue hystérique et s’adresse à son auditoire :
– Voilà enfin le niveau ultime de la colère.
Là-dessus, un étudiant lève la main :
– Monsieur, il y a pourtant un stade supérieur.
Et, pour illustrer, il se saisit du téléphone, compose encore une fois le même numéro et dit :
– Bonjour Madame, je suis Jacques. Y a-t-il eu des messages pour moi.. ?

La colère a une origine grecque similaire au choléra : les deux mots viennent de « kholê » qui signifie « la bile ».
En effet, au Moyen Âge, on croyait que la colère était provoquée par un échauffement de la bile.

 

Qu’en pensent les toubibs

La colère n’est jamais que le symptôme, le marqueur d’un mal-être.

La colère est l’expression du fait que nous n’acceptons pas les choses telles qu’elles sont : Peut-être voudrions-nous lire un article de la Chouette et, justement, le voisin fait des travaux! Ou alors il y a un moustique affamé qui tourne dans la pièce!
Peut-être même que le coussin est bien trop dur ou bien trop mou et c’est i-n-s-u-p-p-o-r-t-a-b-l-e.
Nous voudrions que la situation soit différente de ce qu’elle est! Nous refusons, en fait, qu’elle ne soit pas telle que nous le désirions tout en ressentant une forme d’impuissance.
Nous perdons alors notre attention à l’instant présent et nous ne parvenons pas à lire.

Au moindre sentiment d’aversion, de rejet, de dépréciation, de mécontentement ou de haine, nous faisons donc face à  :
LA COLÈRE
Elle est engendrée par la plus petite pensée d’insatisfaction et elle est le plus souvent une manifestation de surface de quelque chose de plus profond, de plus enfoui dont nous n’avons généralement pas conscience.
Elle peut provenir d’un désir frustré, d’une peur, d’une blessure ou d’un inconfort affectif, d’un sentiment d’infériorité ou d’abandon, d’un conflit intérieur ou extérieur, voire même d’un comportement acquis depuis la petite enfance.

Si nous n’y prenons pas garde, la colère peut entretenir une forme de malveillance permanente envers nous-mêmes et envers autrui.
Elle installe de la mauvaise humeur, de l’irritabilité et même de la suspicion envers les intentions d’autrui. C’est comme une maladie rampante qui s’installe et grignote inlassablement notre confiance en nous, dans les autres et dans la Vie: nous vivons alors des querelles fréquentes et des conflits dans la plupart de nos relations, avec notre famille, nos amis et nos collègues.

Et  tant que nous ne réalisons pas que le Monde n’est, en fait, que le reflet de notre âme, nous ne comprenons pas pourquoi notre environnement est si hostile et malveillant.

Maitriser le tigre qui est en nous

Tout l’enjeu de notre humanisation est précisément de « contrôler la réponse physique apportée de manière réflexe par le corps à ce stimulus », En la remplaçant par une réponse verbale le plus souvent:
Parler plutôt que de balancer son poing dans la figure de l’autre. Ainsi, exprimer sa colère, dire ce qui ne va pas et libérer l’énergie piégée dans ce nœud émotionnel.

« Tout être a besoin d’être reconnu et pour cela entendu, rappelle le sociologue François Chalais. En entreprise, le seul fait pour un personnel mécontent de pouvoir exprimer ses revendications désamorce la moitié des crises.
Et cela vaut pour la majorité des situations dites « de conflit »,»
 Enfin presque toutes….

La difficulté est que la colère déclenche des réflexes biologiques qui brouillent les pensées et stimulent l’agressivité.

Si, à l’image de saint Michel, on parvient à « terrasser le dragon », c’est-à-dire la partie animale, reptilienne de notre cerveau, alors on s’affirme en tant qu’être humain.

Ce qui n’est pas une tâche facile …

« Pour endiguer cette montée de la colère, explique Didier PIeux, le seul moyen est souvent de se couper de la situation: s’écarter pour éviter le pire et respirer profondément pour retrouver son calme.« 


SOURCES
:



Choucaline

 

Share Button

LIVRES: La Méthode Aora


BLOC NOTE LITTÉRAIRE

par Chou Blanc

«  Paroles d’hommes« 

La méthode AORA 

Éveillez votre pouvoir guérisseur
Poche – 8 février 2013

Aora est une technique simple, rapide, efficace, à réaliser sur soi sans l aide d une tierce
personne.
Elle permet l effacement quasi immédiat d émotions, de peines, d’angoisses ou de chagrins.
Et au-delà de ces aspects purement psychologiques, cette technique peut soulager également
les douleurs, les contractures, les tensions, les démangeaisons,les brûlures et autres troubles présents dans le corps.
– Aora est le fruit de l expérience et des recherches du Dr Luc Bodin sur les aspects
énergétiques de l être humain.

Le mot Aora vient de l hébreu « aor » qui signifie
« lumière » et de « Ra » le dieu solaire des anciens
égyptiens.

Le mot « Aora » veut donc dire « mettre en lumière »…
Cette technique permet de mettre en lumière les souffrances présentes chez une personne et ainsi son organisme peut en prendre conscience et les corriger.

– Le Livre « Aora » est tourné vers la pratique. Il présente beaucoup d exemples concrets issus de la vie quotidienne afin que chacun s y retrouve. Il décrit le fonctionnement de cette méthode révolutionnaire, mais aussi la manière dont il convient de la pratiquer afin d obtenir les meilleurs résultats et cela immédiatement.
– Aora est ainsi un excellent outil d autonomie individuelle.
Grâce à lui, chacun pourra soulager les maux les plus courants de son quotidien et cela en tous temps et en tous lieux.

– On me demande jamais rien quand c’est la rubrique LIVRES.! Comme si la vidéo n’était pas un complément ou un outil pour donner envie de lire le livre…
Je vais le dire ça dans le grand déballage public..!

– PAPY VIDÉO… Il vieillit mal…!!!
Il veut dire le grand débat public

durée 5 minutes

Propolis 60 gélules

durée 15 minutes

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Chou Blanc Restez svelte 160px

reguler-vos-emotions-avec-la-methode-tipi

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button