Archives par étiquette : poulet aux crevettes

PAPY COOK: LE POULET AUX CREVETTES


BLOC NOTE de Papy Cook
” PAROLES  D’HOMMES ”

De la cuisine sexy et simple comme un bon jour

Dans ma jeunesse les amies de ma mère qui venaient faire la cuisine avec elle,  ont contribué à mon éducation cul inaire de jeune adolescent boutonneux.
Je retenais tout avec application…  surtout quand il arrivait à une de ces crevettes,  au détour d’une découpe de cuisse de poulet, de dévoiler (j’espère involontairement) un sein généreux qui troublait application comme moi.
Nous étions même devenus croyants et envieux en voyant la position idéale et stratégique du Christ en croix…. enchainé … pendu dans leur corsage… mais entre deux saints seins.

La meilleure recette de ces catalanes, c’est le poulet aux gambas… à cause de la découpe minutieuse des cuisses…
Je vais vous  faire profiter… de cette recette.
Ceux qui ont perdu, comme moi , une partie de la vue dans les vapeurs des cuisines méridionales pourrons noter que je suis passé dans une police de caractère supérieure.. des fois que vous vouliez tester la recette avec Laetitia Casta…. il vaut mieux lire facilement pour avoir le temps de ……. penser à autre chose..!

Poulet aux crevettes

– «Pollastre amb gambes»


PROPORTIONS POUR 8 PERSONNES

– 1 beau poulet de 1,800 kg environ ou.2 petit» coupés en petits morceaux
– 24 grosses «gambes»
– 1 dcl 1/2 de très bonne huile d’olive
– 4 à 5 cuillères à soupe de farine
– 1/2 verre à vin rouge de Cognac
– 50 g de pignons
– 1 noix de beurre
-1 verre à eau de vieux Banyuls
– 1 grosse tomate mûre pelée et hachée
– 2 cuillères à soupe de persil haché
– 1/2 tête d’ail pilée
-1 cuillère à café rase de sel fin.
– 1 dizaine de tours de moulin à poivre. 1 pincée de cayenne
– 1 dosette de safran
– 1 tranche de jambon cru coupée en petits carrés
– 2OO g de champignons frais émincés s’ils sont gros

CUISSON

Poulet en cocotte; 30 à 35 minutes
Poulet avec gambes ; 15 minutes

Recette aimablement communiquée. par la cuisinière du petit Bar « Marqueta» à la « Bisbal» Province de Gérone.

1. Dans une grande poêle ovale faire chauffer 1/3 de l’huile et faire blondir de chaque côté 12 gambes soigneusement enfarinées (les secouer afin d’éliminer le surplus de farine qui brûlerait). Disposer les gambes au fond d’une sauteuse en cuivre sans les abîmer. Ajouter le deuxième tiers d’huile et faire blondir les 12 gambes restantes de chaque côté. Les arroser avec le cognac et les flamber. Aligner les gambes sur les autres et verser le jus obtenu dans la sauteuse, couvrir et mettre de côté.
2. Essuyer la poêle avec un papier absorbant, enfariner soigneusement les morceaux de poulet. Faire chauffer l’huile restante et y faire dorer les morceaux de poulet sur toutes leurs faces, les ranger au fur et à mesure dans une cocotte en fonte.
Déglacer le jus de cuisson avec le vin,
faire réduire d’1/3. Ajouter alors la tomate hachée, l’ail, le persil, sel, poivre, cayenne, safran. Verser le tout sur le poulet. Couvrir la cocotte, mettre de l’eau sur le couvercle et laiser mijoter 30 à 35 minutes.

3. Essuyer la poêle, y faire fondre le beurre et faire blondir les pignons. Les ajouter aux gambes, Faire sauter les champignons 10 mn environ, les ajouter aux gambes ainsi que les petits carrés de jambon.

 

4, Mettre la sauteuse sur feu doux. Recouvrir les gambes avec le poulet et sa sauce. A ébullition, laisser cuire 15 mn à petit feu. Servir très chaud, la sauce doit être courte, les assiettes chaudes.
Accompagner d’un vin rouge fruité et chambré.

SOURCE:
ELIANE COMELADE  – Publications sur la cuisine catalane
-Cliquez pour découvrir son site et ses séminaires

  wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs Précisions:
Mme Comelade n’a jamais été l’amie de ma mère… Voyez ce que je veux dire…. C’était l’amie de mon père… Là vous n’y êtes pas non plus, parce que mon père même si c’était pas un saint n’a jamais mis ses pieds dans une cuisine… Non, Non….  mon père cuisinait plutôt les zygomatiques de ses contemporains avec des pièces de théâtre populaire et comique, de celles qui vous secouent  le boyau de la rigolade… alors que Mme Comelade elle, s’occupait dans les cuisines catalanes  de tout faire pour garnir au mieux les mêmes boyaux.
Elle et mon père ont tout fait pour défendre la culture catalane …! Dommage, s’était sans moi, puisque j’avais encore  le nez dans d’autres fourneaux.



PAPY  COOK     
retour sur la rubrique du même tabac
RETRO :

C’est du même tabac…..

Share Button