Archives par étiquette : poires

CONTE : Les poires du pays de Tegor


BLOG DE LETENDRE…
ET DOUX..!!!

Moi qui n’ai pas mes choupinettes prés de moi
pour leur lire des contes…  Je vous délègue le soin de prendre du plaisir en  lisant ce conte breton pour moi à vos petits enfants…

Les poires du pays de Tegor
(Conte breton- Tegor )
Il était une fois un roi qui adorait les poires…
Il promit de marier sa fille à celui qui lui rapporterait les plus belles poires…

Tête de paysanne, par Pieter Bruegel l'Ancien, 1568Dame Bertrande possédait le plus beau verger du royaume et aussi les plus belles poires.


Elle pensa que c’était là l’occasion d’assurer l’avenir de l’un de ses trois fils.

Elle envoya donc l’aîné, Morvan, qui était un gros fainéant avec un plein panier de poires. Se disant que c’était vraiment facile et qu’il allait devenir riche, le voilà parti sur les chemins.

Il rencontra une vieille femme avec un panier d’œuf frais :
– Des bons œufs frais
pour le roi..?
lui répondit-il pour se moquer.

– Qu’as-tu là dans ton panier ? lui demanda-t-elle.
– Des poires pour le roi….
– Tu es sûr de ça..????

Mais arrivé à la Cour du roi, ses belles poires s’étaient transformées en poussins voletant et piaillant.
Le Roi en fut énervé… et le menaça du cachot s’il reparaissait devant lui.

 Tête de paysanne, par Pieter Bruegel l'Ancien, 1568Le lendemain, fâchée de l’imbécillité de son fils aîné,
Dame Bertrande envoya son cadet, un peu plus malin remplir la mission à son tour.

Et, c’est chargé d’un nouveau panier de poires que Brieg prit à son tour le chemin du château…

En route, il croisa une mendiante :
– Qu’as-tu là dans ton panier ? lui demanda-t-elle.
– Des crapauds ! Un plein panier de crapauds, la vieille !

Mais lorsqu’il voulut montrer ses belles poires au Roi, voilà que de son panier sortit une ribambelle de crapauds coassant.

Le Roi était furieux qu’on se moque de lui et il s’en fallut de peu que le garçon ne soit pendu haut et court !

 

Tête de paysanne, par Pieter Bruegel l'Ancien, 1568

Dame Bertrande se désola…
– Qui va épouser la Princesse maintenant ?

Erwan, le plus jeune de ses fils s’approcha.
Il n’était pas très grand ni très costaud mais il était le moins sot.
– Puisque tu es là, il nous reste encore une chance.
Demain, tu iras porter les poires au château.

Le lendemain matin, Erwan cueillit les plus belles poires du verger, les mit dans son panier et prit le chemin du château.
En route, il croisa lui aussi une vieille mendiante :
– Qu’as-tu là dans ton panier ? lui demanda-t-elle
– Des poires, ma bonne Dame, dit-il en soulevant le torchon qui couvrait son panier.
– En voulez-vous une ? lui proposa t-il en lui tendant la plus belle.
– Merci mon garçon,
sourit la vieille femme.

Et aussitôt, elle se transforma en une splendide jeune fille qui, de sa baguette dorée, éclaboussa de lumière les fruits qui grossirent, grossirent, grossirent…

Lorsque le Roi découvrit ces fruits magnifiques, il fut émerveillé.
Erwan épousa la Princesse et n’oublia pas d’inviter au mariage la jolie fée qui l’avait si bien aidé.
Erwan et la Princesse vécurent heureux et eurent beaucoup de ….. poires !
MORALITÉ:
Vous direz de ma part à vos choupinets :

“Que la charité et la bonté sont toujours récompensées”
Citez leur ceux qui savent mieux parler que moi :

Quand on voit quelqu‘un de généreux, on a envie de
marcher dans ses pas.
~ Jacques Lecomte, psychologue

De même que le fleuve retourne à la mer, le don de l’homme revient vers lui. ~ Proverbe chinois

La goutte que tu donnes, on ne sait jamais quelle grosseur elle peut atteindre. ~ Laurent Viens

SOURCES:   https://www.luminessens.org/post/2016/10/21/le-poirier
 
(d’après les Contes de la bonne graine de Lionel Hignard)
illustration inédites de JEP PAPY pour la CHOUETTE
l
LETENDRE


Share Button

LADY LADINDE : Avaler des poires d’angoisse



dinde BLOC NOTE LADY LADINDE   Bloc note
de LADY LADINDE

” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote… Aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part…. De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique ” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture...” Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

Elle s’élargissait sans aucun moyen de la refermer sauf à l’aide d’une clé. Photo Cornette de Saint-Cyr AUJOURD’HUI LADY LADINDE

PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

.

Avaler des poires d’angoisse

Signification:

– Vivre une situation très pénible.

ou même me très désagréable

– Subir des traitements cruels

Origine:

La poire d’angoisse n’est pas un fruit effrayant mais un instrument de torture dont les origines remontent au Moyen Âge

Au Moyen Âge, la pratique de la torture était monnaie courante dans les geôles. Pour ne pas entendre les hurlements des victimes, les tortionnaires leur enfonçaient dans la bouche une « poire d’angoisse » qui étouffait leurs cris.

L’expression s’emploie toujours, bien que dans des situations moins terribles.
Autant dire quand même que celui qui avait cette chose dans la bouche, devait ressentir une certaine angoisse, incapable qu’il était d’extérioriser ce qu’il ressentait.

Technique :

Cette Machine vraiment diabolique dont l’invention a été attribuée par quelques auteurs au capitaine Gaucher qui servait, du temps de la ligue, au pays de Luxembourg, et par quelques autres à un Toulousain nommé Palioly, chef d’une bande de filous établie à Paris.

Introduite dans la bouche, la vulve ou l’anus (suivant l’endroit où l’on avait péché) et pouvant augmenter de volume, elle étouffait les cris des suppliciés qui pouvaient troubler les juges, lors de l’Inquisition.

Cela dit, ces instruments, servaient aussi plus simplement à bâillonner un prisonnier pour l’empêcher de parler.

Celle-ci glissée par les voleurs dans la bouche d’un homme qu’ils voulaient dépouiller, et s’y détendant par la pression d’un ressort secret, accroissait son volume au point de lui couper la parole et de ne pouvoir être retirée qu’avec l’aide d’un serrurier.

Par plaisanterie, certains faisaient aussi le rapprochement avec les poires du village d’Angoisse, en Dordogne, qui étaient, paraît-il, très âpres et dures à mâcher.

Selon l’Académie ce fruit était «  si âpre et si revêche au goût, dit-elle, qu’on a de la peine à l’avaler. Mais elles n’avaient probablement pas le potentiel de déplaisir des véritables poires d’angoisse

Mais elle se trompe, car ce fruit est assez doux dans sa maturité, et les Parisiens, qui le trouvaient fort bon autrefois, devaient en faire une consommation assez considérable, puisque les colporteurs le criaient dans les rues.

LE CHOURISTE–  Ma chère Lady avant de nous séparer, je voudrais te recommander de ne pas utiliser cette poire d’angoisse pour tenter de faire taire les cris de Chou de gueule et les bavardages du Chouriant…
Ils vont bien se taire un jour…..

 dinde LADY LADINDE

retour sur la rubrique du même tabac “La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button