Archives par étiquette : poésie

PSY : Tu fais la différence

Choucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucaline
BLOC NOTE
de Choucaline
.
Histoires positives

Tu fais la différence

Si chaque goutte de pluie disait:  » Une goutte ne fait pas l’océan » Il n’y aurait aucune flaque, ni aucune mer.

Si chaque grain de sable disait :
un grain ne fait pas une montagne
Il n’y aurait aucune terre, aucun
continent.

Si chaque goutte de pluie disait
Une goutte ne fait pas l’océan
Il n’y aurait aucune flaque, ni
aucune mer.

Si chaque note de musique disait
Une note ne fait pas la symphonie,
Il n’y aurait pas même le début d’une
mélodie.

Si chaque mot disait
Un mot ne fait pas une bibliothèque
Il n’y aurait même pas de livre.

Si chaque brique disait
Une brique ne fait pas un mur
Personne n’aurait de maison.

Si chaque graine disait
Une graine ne fait pas un champ
Il n’y aurait pas de moisson.

Et vous ? Vous êtes un père, une mère, un enfant dans une famille, un joueur dans une équipe, un salarié dans une entreprise, un membre actif dans une association… Demain, si vous ne faites plus partie de ces touts, votre famille, votre équipe, votre entreprise, votre association….
Seront-elles exactement les mêmes ?

Non bien sûr. Car c’est vous, être singulier, qui faites toute la différence…!

SOURCE
(Histoire proposée au club positif)



Choucaline

Share Button

LES POÈTES DE LA RÉCRÉ N°8 : Une année s’en va

LE BLOG
DE TOM ET DOUCE

 


Elles existent encore, dans mes vieux rêves, ces cours de récréation où les enfants déclamaient avec éloquence, et chacun leur tour, des poèmes appris l’heure d’avant…
Des poèmes courts souvent faciles à retenir que
TOM ET DOUCE vous feront revivre de temps en temps histoire de vous dire qu’il n’est pas encore venu le temps des poètes disparus…
Écoutez les ..!

POÈME DE SOEUR MARIE LUC 
93 ANS

Une année s’en va
Une année s’en vient
Douze mois déjà :
Que ça paraît loin !

 

 

 

 

En janvier les Rois,
Février les crêpes
En mars giboulées
Avril, pas un fil …

 

 

 

 

En mai tout renaît
Juin on fait les foins
Juillet à la mer
En août, c’est le moût

 

 

Automne et ses pommes
Novembre et ses brumes
En décembre il neige
Et l’année s’achève !

 

 

 

 

 

 

Sœur Marie Luc   le   1er janvier 2019

Tu vois TINA (1) t’aurais du rester encore un petit peu …
car Soeur MARIE LUC nous en montre tous les jours… et des belles qui font chaud au cœurJ’adore recevoir des lettres de ce type …

Je te salue MARIE… Luc

(1) ma petite chatte TINA est morte il y a quelques mois… Prières et Pensées..!

Extrait d’une poésie de DANIÈLE pour nous consoler

– La poésie apaise l’âme –

Ne le dit à personne de tes souhaits, à personne ni à ta fleur totem,
Ni à un zéphir passager, ne dit rien, tout finit par transpirer.

De fil en aiguille, le canevas s’effilochera ; du joli tableau commence;
Chaque pensée, chaque mot tissé, sera du cœur, évidé de tout aura.

Un secret n’a pas de coffret, pas de tiroir, pour le garder secret,
Un agneau, un chiot, ou un chaton, possède tous les secrets en venant au monde.

Pourtant, il ne le révèlera qu’à son maître,
Qu’à sa maitresse ou à un être qui le mérite. et cela de sa naissance à son décès.
On se demande comment il fait;
Car fabriquer cet élixir du bonheur, demande des jours des nuits, des veilles.

A toi, pourtant il apprendra son langage,
A vous une berceuse, les soirs de brouillard et à toi, il n’aura point besoin de s’exprimer
Et il pourra s’endormir, apaisé.

Danièle

CHOU BLANC
« La poésie, c’est le sourire du langage« 

RETRO : LA PENDULE
retour sur la rubrique du même tabacC’est du même tabac…..
Je suis la pendule, tic!
Je suis la pendule, tac!
On dirait que je mastique
Du mastic et des moustiques

 

Share Button

POÉSIE: Les gros choux

Meilleurs complements alimentairesbarre verte
logo poésie smallVos poèmes, vos poèmes préférés …
– Des livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller…. O
u tout simplement comme aujourd’hui un beau texte à nous faire partager

Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!
Aujourd’hui c’est notre pote « LÉOPOLD » qui s’y colle…..

barre verte

LES GROS CHOUX
POÈME RURAL – Léopold

 

Les gros choux

Pénibles et tristes sont les gens en ce bas monde
Qui ont le choux si gros que c’est une mappemonde

Tenez dans mon village à quelques pas d’ ici
Se pavanent deux trois paons se mirant le nombril
Ils se prennent pour des rois des phénix des champions
Des êtres bien supérieurs à Durand et Dupont
Des élites atterries en nos lointaines contrées
Pour nous apprendre à lire à écrire à penser

Avant eux c’est certain nous étions des ignares
Des broques des belous et des gens en retard
Aujourd’hui tout va mieux puisqu’ils sont arrivés
Pour nous permettre enfin d’être civilisés
Nous dispensant savoir et culture et idées
Et manière de s’asseoir et façon de marcher

Leur pétrole c’est l’esbrouffe et c’est la suffisance
Et c’est la certitude de leur haute compétence
Ils savent vendre leur soupe, excellent à naviguer
Et rentrent par la fenêtre quand la porte est fermée
Car ils sont persuadés de leur grande importance
Et sont de plus mon cher arrivistes de naissance

Insupportables chieurs égocentriques zélés
Ils aiment d’abord parler et d’abord d’eux parler
Quand ils se nomment Martin ils ne parlent que
De Martin qui pense ceci ou Martin qui dit que
Ce cher Martin braves gens est une perle rare
Un Einstein un Dali un Brassens une gloire

Pourvus parfois de dons mais hélas pas toujours
Ils s’écoutent parler à longueur de discours
Dans lesquels ils dissertent aimant à démontrer
Que ce qu’ils pensent est vrai ce qu’ils disent vérité
Que rien ne leur échappe et mieux qu’ils savent tout
Qu’ ils sont dépositaires uniques du bon goût

A force de se la jouer ces grands mégalomanes
Deviennent pour de bon de foutus mythomanes
M’as tu vu tête à claques culs à coups de pieds aux fesses
Ils ne se rendent plus compte tant elles deviennent épaisses
La couche de mépris qui leur tient lieu de lit
L’autre couche de connerie qui leur tient lieu d’esprit

Coureurs après le train du soir qui est passé
Qui allait à Paris mais qui les a laissés
A quai faute de place et faute de talent
Ils vivent en campagne ils y vivent en croyant
Qu’ils sont très nettement au-dessus du panier
Et que sans eux la Terre cesserait de tourner

Pauvres hommes pauvres pommes pauvres artistes ratés
Et pauvres funambules tombés du fil d’acier
Pauvres vieux pétomanes plus haut qu’vos culs pétant
Pauvres navigateurs en recherche de vent
Un jour il vous faudra peut être vous rendre compte
Que vous n’êtes ni dieu ni roi ni même vicomte

Alors vous jetterez le masque du mépris
Mais il sera trop tard pour vous faire des amis
Restez svelte 160px

Léopold


SOURCE ;
http://www.chateaubriant.org

barre verte

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button