Archives par étiquette : poésie

POÉSIE: Mon vieux … si je pouvais t’appeler papa..!

pour les amoureux de la littératureVos poèmes, vos poèmes préférés …

– Des livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller….

Ou tout simplement comme aujourd’hui un beau texte à nous faire partager
Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!

POÉSIE: Mon vieux … si je pouvais t’appeler papa..!

Daniel Guichard est un auteur-interprète né à Paris le 21 novembre 1948, d’un père breton soudeur en usine, Henri Guichard, et d’une mère à la triple origine russe, polonaise et ukrainienne.
Il habite aujourd’hui à Sauvian, dans l’Hérault.

Grandissant non loin du quartier des Halles, Daniel perd son père à l’âge de quinze ans et doit, pour vivre, travailler aux Halles de Paris, où il décharge les légumes et les fromages. Attiré par la carrière musicale, il se produit le soir, après le travail, dans des cabarets .

En 1966, signe un contrat d’interprète, chez BARCLAY. Mais les premières années de carrière de Daniel Guichard sont assez discrètes : il enregistre des disques à partir de 1967 mais doit se contenter de chanter dans des petites salles ou des cabarets. Daniel Guichard s’est surtout logo poésie smallrévélé au début des années 1970 grâce à  » La tendresse « 

Et surtout « Mon vieux…. »


La tendresse

Les Meilleurs Chansons de Daniel

J’ai toujours été admiratif des chanteurs qui dégagent une vraie âme. Qui portent dans leur voix le durcissement des années qu’ils ont passées pour arriver à matérialiser leurs rêves.

Dans son vieux pardessus râpé
Il s´en allait l´hiver, l´été
Dans le petit matin frileux
Mon vieux.

Y avait qu´un dimanche par semaine
Les autres jours, c´était la graine
Qu´il allait gagner comme on peut
Mon vieux.

L´été, on allait voir la mer
Tu vois c´était pas la misère
C´était pas non plus l´paradis
Hé oui tant pis.

Dans son vieux pardessus râpé
Il a pris pendant des années
L´même autobus de banlieue
Mon vieux.

L´soir en rentrant du boulot
Il s´asseyait sans dire un mot
Il était du genre silencieux
Mon vieux.

Les dimanches étaient monotones
On n´recevait jamais personne
Ça n´le rendait pas malheureux
Je crois, mon vieux.

Dans son vieux pardessus râpé
Les jours de paye quand il rentrait

On l´entendait gueuler un peu
Mon vieux.

Nous, on connaissait la chanson
Tout y passait, bourgeois, patrons,
La gauche, la droite, même le bon Dieu
Avec mon vieux.

Chez nous y avait pas la télé
C´est dehors que j´allais chercher
Pendant quelques heures l´évasion
Tu sais, c´est con!

Dire que j´ai passé des années
A côté de lui sans le r´garder
On a à peine ouvert les yeux
Nous deux.

J´aurais pu c´était pas malin
Faire avec lui un bout d´chemin
Ça l´aurait p´t´-êt´ rendu heureux
Mon vieux.

Mais quand on a juste quinze ans
On n´a pas le cœur assez grand
Pour y loger tout´s ces chos´s-là
Tu vois.

Maintenant qu´il est loin d´ici
En pensant à tout ça, j´me dis
« J´aim´rais bien qu´il soit près de moi »
PAPA…

COFFRET DE 16 CHANSONS https://amzn.to/3FwCEcZ

 

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

POÉSIE: Les oies sauvages – Guy de Maupassant

Vos poèmes, vos poèmes préférés …
– Des livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller…. O
u tout simplement comme aujourd’hui un beau texte à nous faire partager

Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!

Les oies sauvages – Guy de Maupassant

Tout est  muet, l’oiseau ne jette plus ses cris.
La morne plaine est blanche au loin sous le ciel gris.
Seuls, les grands corbeaux noirs, qui vont cherchant leurs proies,
Fouillent du bec la neige et tachent sa pâleur.
Voilà qu’à l’horizon s’élève une clameur ;
Elle approche, elle vient, c’est la tribu des oies.
Ainsi qu’un trait lancé, toutes, le cou tendu,
Allant toujours plus vite en leur vol éperdu,
Passent, fouettant le vent de leur aile sifflante.
Le guide qui conduit ces pèlerins des airs
Delà les océans, les bois et les déserts,
Comme pour exciter leur allure trop lente,
De moment en moment jette son cri perçant.
Comme un double ruban la caravane ondoie,
Bruit étrangement, et par le ciel déploie
Son grand triangle ailé qui va s’élargissant.
Mais leurs frères captifs répandus dans la plaine,
Engourdis par le froid, cheminent gravement.
Un enfant en haillons en sifflant les promène,
Comme de lourds vaisseaux balancés lentement.
Ils entendent le cri de la tribu qui passe,
Ils érigent leur tête ; et regardant s’enfuir
Les libres voyageurs au travers de l’espace,
Les captifs tout à coup se lèvent pour partir.
Ils agitent en vain leurs ailes impuissantes,
Et, dressés sur leurs pieds, sentent confusément,
À cet appel errant, se lever grandissantes
La liberté première au fond du cœur dormant,
La fièvre de l’espace et des tièdes rivages.
Dans les champs pleins de neige, ils courent effarés,
Et jetant par le ciel des cris désespérés
Ils répondront longtemps à leurs frères sauvages.

Guy de Maupassant

logo poésie small« Les oies sauvages » a été publié en 1880 dans le recueil de poèmes de Maupassant intitulé « Des vers ».
Bien que Maupassant soit de nature profondément pessimiste, ce qui m’exaspère parfois, je ne peux m’empêcher d’admirer son talent de conteur.
Quelle aisance pour planter un décor en quelques mots choisis, et créer une atmosphère qui laisse une empreinte forte sur le lecteur !
Dans ce poème, il va faire s’entrechoquer deux mondes qu’il décrit avec beaucoup de finesse et d’intelligence…..

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC http://mafeuilledechou.fr/2021/11/20/poesie-lame-du-vin/

RETRO :
C’est du même tabac…..

Ainsi font, font, font les petites marionnettes,

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette ma Mamy se transformera, cet automne, en conteuse au bord du feu…. Préparez les buches….. conservez vos braises on va faire griller les châtaignes

Pour les autres ….??
Ben..! Rêvez…..! Vous sentirez très vite les odeurs de la grillade , la chaleur du feu de bois, vous entendrez l’écorce crépiter….. et vous verrez au milieu des flammes…. la fantasmagorie de l’imaginaire…
ça y est..
Vous tenez le soufflet bien en main….?
Oui.. !

Aujourd’hui c’est une comptine pour les tout petits :

AINSI FONT FONT FONT LES PETITES MARIONNETTES

logo mamy turlututu smallMes chers enfants moi aussi j’avais une grand mère qui, comme moi, aimait à raconter des histoires à la choupinette que j’étais en ce temps là….!

Elle se plaisait à me chanter des comptines que j’ai redécouvertes moi même quand je les ai chantées à votre maman

logo mamy turlututu small– ALLEZ.. ACTION Mamy chante pour le pitchou..!

OH mais je vais  faire mieux…!


j’ai deux vidéos pour vous avec des marionnettes ..!
et les jeux de mains qu’il faut faire en chantant

– jeux de mains …. jeux de vilains…!!!
C’est toi qui l’a dit l’autre jour…!!!!

Paroles de la comptine

Ainsi font, font, font
Les petites marionnettes,
Ainsi font, font, font
Trois p’tits tours et puis s’en vont.

Les mains aux côtés,
Marionnettes sautez, sautez,
Les mains aux côtés
Marionnettes recommencez.

Ainsi font, font, font
Les petites marionnettes,
Ainsi font, font, font
Trois p’tits tours et puis s’en vont.

Et elles danseront
Les petites marionnettes,
Et elles danseront
Quand les enfants dormiront.

 

– Sous prétexte que j’entends pas bien on ne m’écoute jamais ..!

Viens ISABELLE écoute et regarde  ce que ma grand mère à moi chantait avec ses mains

– Pas mal je la montre à Mamoune dimanche

– Planquons nous Papy y va encore nous coller au piano!!!!

 \absolute { \clef treble \key g \major \time 2/4 \set Score.tempoHideNote = ##t \tempo 4 = 120 \partial 4 b'8 b'8 | g'4\4 b' d'' c''8 b' c'' a' g' fis' g' d' \break b'8 b'8 g'4\4 b' d'' c''8 b' c'' a' g' fis' g'4 | % Sautez sautez b'8 b' g'4\4 b' a' g'8 fis' e' d' e' fis' g' d' b' b' g'4\4 b' a' g'8 fis' e' d' e' fis' g'4 % Refrain b'8 b'8 g'4\4 b' d'' c''8 b' c'' a' g' fis' g' d' b'8 b'8 g'4\4 b' d'' c''8 b' c'' a' g' fis' g'4 % enfants dormiront b'8 b'8 g'4\4 b' a' g'8 fis' e' d' e' fis' g'4 b'8 b'8 g'4\4 b' a' g'8 fis' e' d' e' fis' g' } \addlyrics { Ain -- si font, font, font les pe -- ti -- tes ma -- rion -- net -- tes, ain -- si font, font, font trois p'tits tours et puis s'en vont. Les mains aux cô -- tés sau -- tez sau -- tez ma -- rio -- net -- tes Les mains aux cô -- tés ma -- rio -- nettes re -- com -- men -- cez Ain -- si font font font les pe -- ti -- tes ma -- rio -- net -- tes Ain -- si font font font trois p'tits tours et puis s'en vont Et elles dan -- se -- ront les pe -- tites ma -- rio -- net -- tes Et elles dan -- se -- ront quand les en -- fants dor -- mi -- rons }

La lecture audio n’est pas prise en charge dans votre navigateur. Vous pouvez télécharger le fichier audio.

 

 

SOURCES :

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!

retour sur la rubrique du même tabac
RETRO : C’est une récap des histoires déjà racontées….

 

ÊTRE JEUNE…. COMME TOUS LES POTES ÂGÉS QUI LISENT LA CHOUETTE


BLOC NOTE LITTÉRAIRE
par Chou Blanc

La poésie inoxydable

Vos poèmes, vos poèmes préférés – Les livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller…. Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!

 « La jeunesse n’est pas une période de la vie , elle est un état d’esprit , un effet de volonté , une qualité de l’imagination , une intensité émotive , une victoire du courage sur la timidité , du gout de l’aventure sur l’amour du confort. on ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années , on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal .
Les années rident la peau, renoncer à son idéal ride l’âme »
SAMUEL ULLMAN ( extrait du poème – ETRE JEUNE – ci-dessous publié)

ÊTRE JEUNE

La jeunesse n’est pas une période de la vie,
elle est un état d’esprit, un effet de la volonté,
une qualité de l’imagination, une intensité émotive,
une victoire du courage sur la timidité,
du goût de l’aventure sur l’amour du confort.
On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années :
On devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.
Les années rident la peau, renoncer à son idéal ride l’âme

Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs
sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre
et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille.
Il demande, comme l’enfant insatiable :
Et après ? Il défie les événements,
et trouve de la joie au jeu de la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre foi.
Aussi vieux que votre doute.
Aussi jeune que votre confiance en vous-même.
Aussi jeune que votre espoir.
Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune, tant que vous resterez réceptif.
Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
Réceptif aux messages de la nature, de l’homme et de l’infini.
Si, un jour, votre cœur allait être mordu par le pessimisme
et rongé par le cynisme, puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

QUI ÉTAIT SAMUEL ULLMAN

Samuel Ullman est né en 1840 à Hechingen en Allemagne – mort en  1924 à Birmingham dans l’Alabama) est un poète et homme d’affaires américain.

Né en 1840 à Hechingen, Hohenzollern, de parents juifs, Ullman a immigré avec sa famille en Amérique pour échapper à la discrimination à l’âge de onze ans.

Ullman a laissé sa marque sur la vie religieuse, éducative, et de la communauté des Natchez et Birmingham.

Dans sa retraite, Ullman trouve plus de temps pour l’un de ses passions favorites – écrire des lettres, des essais et de poésie. Ses poèmes et ses essais poétiques couvrent des sujets aussi variés que l’amour, la nature, la religion, la famille, le mode de vie précipitée d’un ami, et la vie « jeunes ».

Le 21 mars 1924, Samuel Ullman meurt à Birmingham dans l’Alabama.

LE CHOURISTESAMUEL ULLMAN est aujourd’hui principalement connu pour ce poème Youth qui était le favori du général Douglas MacArthur, qui a facilité la popularité d’Ullman en tant que poète – il a accroché une copie encadrée d’une version de Ullman poème « Être jeune » sur le mur de son bureau à Tokyo et souvent cité le poème dans son discours.

Grâce à l’influence de Mac Arthur, le peuple du Japon a découvert « Être jeune » et est devenu curieux au sujet de l’auteur du poème.

.

ILS L’ONT DIT SUR LE NET

par Georges,

Aujourd’hui officier en retraite, j’ai toujours eu ce texte encadré près de moi avec « If » de R. Kipling. ( Déjà publié dans la Chouette -CLIQUEZ)
 Je précise qu’il était renseigné en : poème de Samuel Ullman transmis au monde par le Gal Mac Arthur.
Si mes renseignements sont bons, ce texte a été lu le 10 Oct 1945 sur les docks du port de Tokyo par le Gal Mac Arthur à ses troupes afin de leur remonter le moral. Plusieurs personnes savent que c’est Samuel Ullmann qui en est l’auteur mais sans plus (……)

A près de 70 ans, je peux dire que ce sont de tels textes…et, les actions les faisant vivre, qui permettent d’appréhender la poursuite de l’action.
Bonnes continuations aux lectrices et lecteurs. Georges

SOURCES:   

https://longbull13.wordpress.com
https://longbull13.wordpress.com/2011/05/16/etre-jeune-samuel-ullman/


Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez
CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..