Archives par étiquette : poésie

LES POÈTES DE LA RÉCRÉ N°4 : La neige au village et dans les bois

Print pagePDF pageEmail page

LE BLOG
DE TOM ET DOUCE

Elles existent encore, dans mes vieux rêves, ces cours de récréation où les enfants déclamaient avec éloquence, et chacun leur tour, des poèmes appris l’heure d’avant…
Des poèmes courts souvent faciles à retenir que
TOM ET DOUCE vous feront revivre de temps en temps histoire de vous dire qu’il n’est pas encore venu le temps des poètes disparus… Écoutez les ..!

La neige au village

Lente et clame, en grand silence,
Elle descend, se balance
Et flotte confusément,
Se balance dans le vide, volant sur le ciel livide
L’église au clocher dormant.

Pas un soupir, pas un souffle,
Tout s’étouffe et s’emmitoufle
De silence recouvert …
C’est la paix froide et profonde
Qui se répand sur le monde,
La grande paix de l’hiver.

FRANCIS YARD

LES BOIS

Les bois gémissent sous les tourments
que leur claque la pluie, que leur siffle le vent,
les bois gémissent, et les feuilles meurtries
tournoient et tombent lentement.

Les maisons du village tapi au coin du bois
se groupent et se pressent
pour résister au vent qui frôle la terre
et vient en ricanant
tordre les fumées bleues des cheminées craintives.
REMI BOURGERIE
 

CHOU BLANC
retour sur la rubrique du même tabac
« La poésie, c’est le sourire du langage »

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Un pote nous manque , il pleut dans nos cœurs

Print pagePDF pageEmail page

logo poésie smallVos poèmes, vos poèmes préférés …

– Des livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller…. Ou tout simplement comme aujourd’hui un hommage à nous faire partager
Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!



Aujourd’hui nous rendons hommage à notre regretté Parpaillou …. qui manque aux orphelins que nous sommes devenus…

LE CHOURISTE Un pote nous manque…
il pleut dans nos cœurs
à   ROBERT
Il y a déjà bien des lunes Robert que je t’ai accompagné à ta dernière
demeure….

    Ce jeudi 24 novembre 2016 à 11 heures au temple protestant, nous étions de nombreux collègues… Mais toi Danièle tu n’étais pas là …?
Je suis venu t’apprendre son décès 2 mois après au hasard d’une conversation.
J‘ai ressenti ce jour là ton émotion et ton regret ..! Ce fut un choc dont je viens  de   mesurer

l’ampleur en voyant arriver la semaine dernière ton poème hommage que je vous fais partager
aujourd’hui.

Je te le dis Robert tu as partagé, avec le chef que j’étais, bien des responsabilités avec fidélité, courage et humanité … Nous avons fait au mieux ensemble pour gérer le sort des étrangers qui nous étaient confiés …. C’est dans les paroles de ton pasteur que j’ai compris mon cher
parpaillou que j’étais passé à coté et de bien d’autres de tes qualités et richesses intérieures…

Danièle une de tes collaboratrices n’était pas passé à côté…!
Elle exprime avec ce poème le respect qui est le notre…. et qui au fil des mois ne s’éteint pas …. Repose en paix camarade


 logo poésie small

IL PLEUT

 

Il pleut mais rien n’arrêtera mes pensées, pas même une étincelle;

Pas même les gouttes qui, à la façon de mes souvenirs, passent sans sas;

Ces gouttes passent sans sas;

Elles laissent un horizon gris, une couleur pas même virtuelle.

Il pleut, je ne suis plus moi même depuis quelques jours,

Je voudrais oublier ces souvenirs, qui eux, ne m’oublient pas

Je voulais rendre hommage à un homme bon, un guerrier sans arme

J’aurais aimé que mes souvenirs reviennent sans détour.

J’ai oublié d’acheter les aliments pour notre déjeuner,

J’ai failli manquer l’heure de mon rendez-vous,

Il me semble que je suis ailleurs, depuis ce « rendez-vous »;

Qu’est-ce qu’il m’arrive, à tout, je suis anesthésiée.

Des hommes ou des femmes aussi charismatiques

Ne devraient jamais s’en aller, comme une étoile, mourir,

Trop tôt, trop bons, trop humains, c’est trop triste

Je ne pourrai plus parler de son franc sourire.

A des centaines de personnes, vous avez redonné vie,

Par quelques mots, quelques intonations de voix sans jugement

Votre sourire était un soleil; à chaque étranger un printemps

Il pleut mais votre sourire transparaitra toujours à travers ma pluie..

Belle des champs

J’ai fait ce poème pour Robert qui est parti la bas..!
j’espère que ce n’est pas trop triste mais il me fallait l’écrire
mes amitiés sincères  – Danièle


Parpalhon « papillon », représente le latin papilionem
Le mot a été interprété en français :  parpaillaud
avec le sens « huguenot, calvinistes »
                                                                 MUSIQUE :
Chère Danièle cette chanson Hallelujah a été interprétée en catalan au temple par la chorale de Bompas (66) dont il était membre …..
Communions et partageons ensemble…..

 « Selon un ami protestant des Cévennes, on appelait les protestants « parpaillous » parce qu’ils se réunissaient la nuit comme les papillons de nuit. »
Depuis que je le sais le réverbère devant chez moi est plein d’amis…. Si un jour il pleut trop fort dans ton cœur à toi … Rentre quand tu veux Robert…
La porte est ouverte et mon cœur aussi…!!!

Paroles de la chanson
T’es venu de loin par Gilbert Becaud

Mais quand tu reviendras, ce sera bien bien bien.
Quand tu reviendras, ce sera bien, oui.
Quand tu reviendras, ce sera bien bien bien :
Tu seras chez moi tout comme chez toi.
Quand tu reviendras de si loin loin loin,
Tu étonneras nos voisins, oui,
Mais tu n’étonneras pas mes garçons
Qui poseront leurs trente mille questions :

T’es venu de loin ?
– Très loin.
Tu as mis longtemps ?
– Longtemps.


Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

 

Share Button

PEINTURE : Les femmes de John William Waterhouse

Print pagePDF pageEmail page

L’ART ET LA PALETTE AU CHOU
par Chou Blanc
– Wiki..! On a paumé les pinc eaux…
– On s’en fout, c’est de la peinture à l’huile
.

The Danaides

Cette œuvre illustre la publication sur le tonneau des danaïdes A VOIR

PEINTURE :
Les femmes de John William Waterhouse


John William Waterhouse
( – )
est un peintre britannique néoclassique et préraphaélite, célèbre pour ses tableaux de femmes inspirés de la mythologie et de la littérature.

.

Le Préraphaélisme est un mouvement artistique né au Royaume-Uni en 1848.

Ce mouvement tient la peinture des maîtres italiens du XVe siècle, prédécesseurs de Raphaël, comme le modèle à imiter.

John William Waterhouse, Pre-Raphaelite

Music: “Blowing in the Wind” (Bob Dylan) piano Harry Völker

Son tableau le plus célèbre: The Lady of Shalott

John William Waterhouse The Lady of Shalott.jpg
« John William Waterhouse The Lady of Shalott » par John William Waterhouse

Cette œuvre est la représentation d’une scène tirée du poème du même nom, écrit par Lord Alfred Tennyson en 1832, dans lequel le poète décrit le destin d’une jeune femme languissant d’un amour non partagé envers le chevalier Lancelot, enfermée pour une raison secrète dans une tour voisine du château du roi Arthur, Camelot.

Très prisés des poètes et peintres préraphaélites, les vers de Tennyson ont été illustrés par de nombreux artistes,

Résumé de la lègende

D’après la légende, il était interdit à la Dame de Shalott de regarder directement la réalité du monde extérieur ; elle était condamnée à voir le monde à travers un miroir et se mit à tisser ce qu’elle voyait sur une tapisserie. Son désespoir allait grandissant lorsqu’elle observait des couples amoureux enlacés au loin. Nuit et jour, elle se languissait d’un retour à la normalité. Un jour, apercevant le reflet de Lancelot passer devant le miroir, la Dame se mit à l’épier directement, ce qui déclencha une malédiction.
Durant la tempête automnale qui se produisit alors, la Dame embarqua dans un bateau sur la proue duquel elle inscrivit « La Dame de Shalott ». Elle chantait sa complainte en naviguant vers Camelot et une mort certaine.
Son corps gelé fut retrouvé peu après par les dames et chevaliers de Camelot dont Lancelot, qui prièrent ensuite pour le repos de son âme. La tapisserie qu’elle avait tissée durant toute sa captivité recouvrait un des bords de son embarcation.

logo poésie smallExtrait du poème

« Et dans les eaux sombres de la rivière
Tel un prophète téméraire en transe,
Réalisant toute son infortune —
C’est avec une figure terne
Qu’elle regarda Camelot.

Et lorsque le jour déclina,
Desserrant la chaîne, elle s’allongeait ;
Le courant au loin l’emportait,
La Dame de Shallot… »

— Lord Alfred Tennyson, Extrait de la IVe partie
LE CHOURISTE

COMMENTAIRES:
Si cette peinture est typiquement préraphaélite dans sa composition et ses tonalités, elle illustre parfaitement l’histoire d’une femme vulnérable et condamnée par le destin, enveloppée dans une lumière chaude de fin d’après-midi. La jeune femme est peinte fixant un crucifix, posé près de trois chandelles.
Durant la fin du XIXe siècle, les bougies étaient souvent utilisées pour symboliser la vie : dans cette image, deux d’entre elles sont éteintes.

Chou Blanc est effectivement magnétiseurChou blanc

 

Share Button