Archives par étiquette : poésie

LA TENDRESSE N° 21 : les mots bleus

logo-tendresse

LE BLOC NOTE
de
Mamy et
Papy tendresse

papy-mamy-la-tendresse90
rue de la
tendresse

Souvenir de nous deux ……
On peut vivre sans richesse
Presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses
Y’en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse
On ne le pourrait pas
Non, non, non, non
On ne le pourrait pas

LES MOTS BLEUS

Le chanteur Christophe est mort dans la nuit de 17 avril 2020 dans un hôpital de Brest, à 74 ans, L’artiste est décédé des suites d’une maladie pulmonaire, un emphysème, dont il souffrait depuis longtemps,
Les malades souffrant d’emphysème sont plus susceptibles de développer une forme grave du Covid-19.

             LES MOTS BLEUS

  Les Mots bleus est une chanson de Christophe sur des paroles de Jean-Michel Jarre, parue initialement sur l’album Les Mots bleus en 1974 et sortie comme deuxième 45 tours de l’album la même année. Elle a fait l’objet de nombreuses reprises.

Christophe en a composé toutes les musiques, et Jean-Michel Jarre est l’auteur de 6 titres. La chanson Les Mots bleus incarne la difficulté d’exprimer des sentiments amoureux par les vers parler me semble ridicule , Il faudrait que je lui parle à tout prix .

 



papy-mamy-la-tendresse
Paroles de la chanson

 


Les mots bleus

Il est six heures au clocher de l’église
Dans le square les fleurs poétisent
Une fille va sortir de la mairie
Comme chaque soir je l’attends
Elle me sourit
Il faudrait que je lui parle
A tout prix

Je lui dirai les mots bleus
Les mots qu’on dit avec les yeux
Parler me semble ridicule
Je m’élance et puis je recule
Devant une phrase inutile
Qui briserait l’instant fragile
D’une rencontre
D’une rencontre

Je lui dirai les mots bleus
Ceux qui rendent les gens heureux
Je l’appellerai sans la nommer

Je suis peut-être démodé
Le vent d’hiver souffle en avril
J’aime le silence immobile
D’une rencontre
D’une rencontre

Il n’y a plus d’horloge, plus de clocher
Dans le square les arbres sont couchés
Je reviens par le train de nuit
Sur le quai je la vois
Qui me sourit
Il faudra bien qu’elle comprenne
A tout prix

Je lui dirai les mots bleus
Les mots qu’on dit avec les yeux
Toutes les excuses que l’on donne
Sont comme les baisers que l’on vole
Il reste une rancœur subtile
Qui gâcherait l’instant fragile
De nos retrouvailles
De nos retrouvailles

Je lui dirai les mots bleus
Ceux qui rendent les gens heureux
Une histoire d’amour sans paroles
N’a plus besoin du protocole
Et tous les longs discours futiles
Terniraient quelque peu le style
De nos retrouvailles
De nos retrouvailles

Je lui dirai les mots bleus
les mots qu’on dit avec les yeux
Je lui dirai tous les mots bleus
Tous ceux qui rendent les gens heureux
Tous les mots bleus

 

♪ ♪

Sources:
www.paroles.net


papy-mamy-la-tendresseRestez svelte 160px
Mamy et Papy

Tendresse


Share Button

POESIE : Le Chrétien mourant – Lamartine

BLOC NOTE LITTÉRAIRE par Chou Blanc
la poésie inoxydable

sons naturels de la mer et des vagues - fermez les yeux et lachez vousMUSIQUE D’AMBIANCE

A ROSE CAMARADES
l'eau delà
« Le malheur de l’avoir perdue, ne doit pas nous faire oublier, le bonheur de l’avoir connue. »

Le Chrétien mourant

logo poésie smallQu’entends-je ? autour de moi l’airain sacré résonne ! Quelle foule pieuse en pleurant m’environne ?
Pour qui ce chant funèbre et ce pâle flambeau ?
Ô mort, est-ce ta voix qui frappe mon oreille
Pour la dernière fois ? eh quoi ! je me réveille
Sur le bord du tombeau !

.

Ô toi ! d’un feu divin précieuse étincelle,
De ce corps périssable habitante immortelle,
Dissipe ces terreurs : la mort vient t’affranchir !
Prends ton vol, ô mon âme ! et dépouille tes chaînes.
Déposer le fardeau des misères humaines,
Est-ce donc là mourir ?

Oui, le temps a cessé de mesurer mes heures.
Messagers rayonnants des célestes demeures,
Dans quels palais nouveaux allez-vous me ravir ?
Déjà, déjà je nage en des flots de lumière ;
L’espace devant moi s’agrandit, et la terre
Sous mes pieds semble fuir !

Mais qu’entends-je ? au moment où mon âme s’éveille,
Des soupirs, des sanglots ont frappé mon oreille ?
Compagnons de l’exil, quoi ! vous pleurez ma mort ?
Vous pleurez ? et déjà dans la coupe sacrée
J’ai bu l’oubli des maux, et mon âme enivrée
Entre au céleste port !

Alphonse de LAMARTINE (1790-1869)

barre verte
RETRO : C’est du même tabac…..retour sur la rubrique du même tabac

Chou Blanc

 

Share Button

L’homme des bois a perdu ….. LA TRAMONTANE

Meilleurs complements alimentaires

barre verte


L’HOMME DES BOIS
Bloc Note de GUI7
Dans les méandres de l’internet au cœur de la toile d’une araignée céleste jaillit parfois la lumière…
C’est ainsi que j’ai découvert l’origine de mon nom.
Malgré sa consonance bien française, GUI7 est d’origine germanique et se traduit: « celui des bois  »
Ceux qui connaissent mon amour de la terre et de toutes les créatures de l’univers ne s’en étonneront pas.
J’ ai ainsi compris que quelque part dans la généalogie de ma famille, il y avait l’homme, qui avait vu l’homme, qui avait vu l’ours….!
Chatouillez moi ET CLIQUEZ MOI…!
– « si vous n’êtes pas trop dur de la feuille … et si vous n’avez pas peur de valser à en perdre la « Tramontane »

barre verte

MON AMIE LA TRAMONTANE

– Ceux qui m’ont vu sortir l’autre jour de ma bulle sans éclater ne s’étonneront pas que je puisse faire du vent dans mes bois sans perdre LA TRAMONTANE

Je fais les présentations….

La tramontane est un vent froid et violent, qui s’accélère en passant entre les Pyrénées et le sud du Massif central avant de balayer largement les plaines côtières du Bas-Languedoc et du Roussillon.
Ce vent souffle du nord sur la côte méditerranéenne ou du nord-ouest en bas Languedoc par rafales pouvant dépasser 100km/h. En plaine, il est associé à un temps sec et ensoleillé, par effet de foehn.

Origine:

Le mot « tramontane » est attesté sous sa forme actuelle depuis le fin du XIIIe siècle.
Il a été emprunté à l’italien transmontana (de l’italien tramontana, Nord, de trans montes, au-delà des monts – des Alpes- ) et servait à l’origine à désigner l’étoile polaire (transmontana stella : « l’étoile au-delà des monts »).

Arrête arrête….Tu me rends fou.

Ce vent violent peut avoir des effets perturbateurs sur l’équilibre psychique.( Quelques rédacteurs se reconnaitront)
En 1636 apparaît la locution figurée perdre la tramontane pour être désorienté. Cette expression se retrouve dans des vers de Molière du Bourgeois gentilhomme : « Le Ballet des Nations, Première Entrée, autre gascon : Je perds la tramontane »

(Georges Brassens a mis en musique le poème de Victor Hugo Gastibelza dans lequel ce dernier dit : « Le vent qui vient à travers la montagne me rendra fou (… m’a rendu fou) ». ( voir le poème ci dessous)

Georges Brassens utilisa encore cette expression dans sa chanson « Je suis un voyou »

« J’ai perdu la tramontane en trouvant/perdant Margot… »

 

Perdre la Tramontane

Le sens de tramontana s’est ensuite étendu à « vents du nord », « étoile du nord » (stella tramontana, étoile Polaire).
Perdre la tramontane
signifie donc « perdre le nord », ne plus savoir se diriger, ne plus savoir se conduire, et donc, « être fou ».
C’est le synonyme de forcené, au sens originel de ce mot.
En France, l’expression est apparue dans le langage courant au XVIIème siècle; elle est devenue aujourd’hui une expression plus littéraire que populaire.

Les habitants de la région Languedoc-Roussillon parlent d’une règle des 3, 6, 9 qui dirait que quand la tramontane se lève, elle peut souffler 3 jours, 6 jours, ou 9 jours.

– « Au delà tu es vraiment Dingo »

barre verte

Le vent qui vient à travers la montagne …. Me rendra fou !

 
VICTOR HUGO


POÈME GUITARE
(Gastibelza)
EXTRAIT DU RECUEIL :
« Les Rayons et les Ombres »

Guitare

 

Gastibelza, l’homme à la carabine,

Chantait ainsi:

Quelqu’un a-t-il connu dona Sabine ?

Quelqu’un d’ici ?

Dansez, chantez, villageois ! la nuit gagne

Le mont Falù.

– Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou !

Quelqu’un de vous a-t-il connu Sabine,

Ma senora ?

Sa mère était la vieille maugrabine

D’Antequera

Qui chaque nuit criait dans la Tour-Magne

Comme un hibou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou !

Dansez, chantez! Des biens que l’heure envoie

Il faut user.

Elle était jeune et son oeil plein de joie

Faisait penser. –

À ce vieillard qu’un enfant accompagne

jetez un sou ! … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Vraiment, la reine eût près d’elle été laide

Quand, vers le soir,

Elle passait sur le pont de Tolède

En corset noir.

Un chapelet du temps de Charlemagne

Ornait son cou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Le roi disait en la voyant si belle

A son neveu : – Pour un baiser, pour un sourire d’elle,

Pour un cheveu,

Infant don Ruy, je donnerais l’Espagne

Et le Pérou ! –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Je ne sais pas si j’aimais cette dame,

Mais je sais bien

Que pour avoir un regard de son âme,

Moi, pauvre chien,

J’aurais gaîment passé dix ans au bagne

Sous le verrou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Un jour d’été que tout était lumière,

Vie et douceur,

Elle s’en vint jouer dans la rivière

Avec sa soeur,

Je vis le pied de sa jeune compagne

Et son genou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Quand je voyais cette enfant, moi le pâtre

De ce canton,

Je croyais voir la belle Cléopâtre,

Qui, nous dit-on,

Menait César, empereur d’Allemagne,

Par le licou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Dansez, chantez, villageois, la nuit [tombe!]

Sabine, un jour,

A tout vendu, sa beauté de colombe,

Et son amour,

Pour l’anneau d’or du comte de Saldagne,

Pour un bijou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Sur ce vieux banc souffrez que je m’appuie,

Car je suis las.

Avec ce comte elle s’est donc enfuie !

Enfuie, hélas !

Par le chemin qui va vers la Cerdagne,

Je ne sais où … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Je la voyais passer de ma demeure,

Et c’était tout.

Mais à présent je m’ennuie à toute heure,

Plein de dégoût,

Rêveur oisif, l’âme dans la campagne,

La dague au clou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

M’a rendu fou !

Si parleu català

LA TRAMUNTANA
illustration jep papy pour la chouette
La sardane (en catalan Sardana) est une danse traditionnelle catalane où les danseurs en cercle se tiennent par la main, accompagnés par la musique d’un ensemble instrumental appelé cobla. Le terme désigne également la musique qui accompagne la danse.
« La Tramuntana vent del meu pais »
une sardane de Pere GUISSET
Musique Andreu BOSCH

« Quan com l’ocell, lleugera t’envoles
Des del penyal del Canigó
Tots els núvols fan farandoles
Dins el cel blau del Rosselló »
cliquez pour le texte en catalan
barre verte

RETRO : C’est du même tabacretour sur la rubrique du même tabac

L’homme des bois

…..

Share Button