Archives par étiquette : nutrition

Le rédacteur ne travaille pas pour des prunes…!


logo com pote comnunique LE BLOC NOTE
DE COM’ POTE

– C’est l’information du pote âgé faite par un pote pas con … mais très COM…!!!

Pour votre information j’espère vous rafraichir pour cette fin de mois d’aout avec un fruit de saison : LA PRUNE


Com’pote parle d’alimentation depuis longtemps dans la Chouette…
OUI AU FAIT C’EST VRAI…! JAMAIS POUR DES PRUNES..!

IL Y A PRUNE ET PRUNE A NE PAS CONFONDRE… LE MONSIEUR T’EXPLIQUE…

Lorsque l’on écope d’une amende, familièrement, on dit qu’on a pris une prune. Le rapprochement entre la contravention et ce fruit tire ses origines au Moyen Age. Il fait référence à un coup qui fait mal (surtout au portefeuille), la prune désignant depuis le XIVe siècle un coup de poing ou de pied.

L’utilisation de noms de fruits pour signifier des heurts était en effet très courante, comme en témoignent pêche et pruneau, des synonymes nés à la même époque et toujours employés de nos jours.

Dans le même temps, la prune désignait aussi quelque chose de méprisable, sans grande valeur.
C’est ensuite la combinaison des deux significations qui a permis, par extension, d’associer les prunes aux PV, notamment ceux dressés et apposés sur les pare-brise des voitures, dans le courant du XXe siècle.

littel com poteToutes les prunes se ressemblent, mais sont bien différentes..!

 

Quels sont leurs bienfaits?
 Un fruit léger, désaltérant et équilibrant

Malgré sa saveur souvent bien sucrée, la prune reste un fruit modérément énergétique :
Pour une portion de 150 g (soit environ 140 g net : il faut tenir compte des noyaux !), le total énergétique ne dépasse pas 75 à 100 kcalories (313 à 418 kJoules). Un dessert ou une collation constitué par des prunes représente ainsi au maximum 3 à 5 % de l’apport quotidien conseillé pour l’adulte, soit 2000 à 2700 kcalories (8300 à 11400 kJoules).
ne incitation à ne pas s’abstenir !
Juteuse et désaltérante, la prune s’avère aussi intéressante par sa haute densité nutritionnelle : son eau de constitution abondante (82,5 %) est chargée en minéraux et oligo-éléments, notamment en potassium, en fer, en magnésium.
Elle apporte aussi de nombreuses vitamines, notamment du groupe B. La prune contribue ainsi utilement à la couverture des besoins de l’organisme en ces substances.

Une aide aux fonctions d’élimination

La prune favorise l’élimination rénale, grâce à sa richesse en eau, et à un rapport potassium/sodium élevé.
Mais elle est surtout réputée pour faciliter le bon fonctionnement des intestins. Plusieurs raisons à cela : sa richesse en fibres, tout d’abord. Il s’agit de fibres de natures différentes. Avec notamment de la cellulose et des hémicelluloses, qui accélèrent le passage des aliments dans les intestins ; et aussi de la pectine, qui a pour propriété de retenir l’eau, et joue un rôle régulateur sur le transit.

Autre élément favorable : la présence, en proportion relativement importante, de sorbitol. Cette substance stimule le fonctionnement de la vésicule biliaire, et par voie de conséquence, aide à lutter contre la paresse intestinale.

Enfin, la prune renferme de la diphénylisatine, un dérivé de la famille des indols.
Ses effets légèrement laxatifs accentuent l’efficacité de la prune dans ce domaine !
En raison de ses vertus laxatives, que le pruneau d’Agen peut être consommé pour faciliter le transit intestinal.

Un fruit rempli d’antioxydants

Grâce à ses composés phénoliques, la prune aurait des effets anti-inflammatoire, antioxydant et une action bénéfique sur la mémoire :

  • Associée à un régime riche en cholestérol, la prune pourrait limiter les symptômes des maladies neurodégénératives.
  •  Elle réduirait les facteurs de risques cardiovasculaires en limitant l’obésité et les maladies métaboliques telles que le diabète et les dyslipidémies.
  •  Selon une étude, elle pourrait aussi limiter l’ostéoporose chez les femmes ménopausées.
  • Elle aiderait aussi à réduire les symptômes allergiques.
  • Certains composés de la prune pourraient, enfin, contrecarrer les effets de la testostérone sur le développement de l’hypertrophie bénigne de la prostate .
    Une bonne nouvelle pour ces messieurs

littel com poteParmi les variétés de prunes nous avons décidé de vous en présenter quelques unes..!
LA REINE CLAUDE  – LA MIRABELLE – LA QUETSCHE –
LE PRUNEAU

La Reine Claude Prunier 'Reine Claude Verte' : taille en demi-tige Prunus domestica 'Reine Claude Verte' Famille :Acanthacées La 'Reine Claude Verte' est une petite prune jaune-vert qui vous surprendra par la saveur de sa chair. C'est la plus sucrée des reines-claudes. Juteuse et bien parfumée, c'est un excellent fruit de table

La reine-claude est un sous-groupe de variétés de prunes issu du Prunier d’Italie ou Prunier reine-claude .

La reine-claude a été « créée » en France suite à la découverte d’une prune verte sur un arbre importé d’Asie.

Ces prunes ont été nommées ainsi en l’honneur de Claude de France (1499-1524), femme de François Ier et surnommée La bonne reine.
Claude de France était duchesse de Bretagne (1514) et devint aussi reine de France (1515), en épousant François Ier, roi de France.
Elle est la fille du roi Louis XII de France et d’Anne de Bretagne. Elle meurt à 24 ans après avoir mis au monde sept enfants.

La mirabelle

1 Petite histoire de la mirabelle

Les premières traces sérieuses de l’apparition des mirabelles datent du XVe siècle.
Il semblerait que ce fruit provienne d’Asie mineure ou d’Orient, ou selon d’autres sources, de la Chine et serait arrivé à
Grand dans les Vosges et à Jouy-aux-Arches en Moselle.

Ce serait le Duc d’Anjou et de Lorraine, René-le-Bon, qui l’aurait introduit en France au XIIIe siècle en la cultivant à Mirabeau (Vaucluse Luberon) et Mirabel ( Tarn et Garonne) avant qu’elle fasse souche en Lorraine.

Au XVIe siècle Catherine de Médicis et son fils Charles IX se voient offrir des mirabelles confites au sucre lors de leurs voyages en Lorraine.

En 1892, une épidémie anéantit le vignoble lorrain et laissa la place à l’extension du mirabellier au début du XXe siècle. Après la Première guerre mondiale, entre 1920-1930, il y a eu un boom de plantation de mirabelliers à la place de tous les vignobles qui avait été touchés par l’épidémie – les vergers couvraient ainsi plus de 10 000 ha en 1935.
Cette plantation massive en plus de sa qualité gustative, entraîne une valorisation économique de ce fruit aux années 1970.

En 1974, une confrérie autour de la mirabelle lorraine est ainsi créée pour la défense et la promotion de la mirabelle régionale.

2- Les variétés de mirabelles

Il existe deux variétés principales :
– La mirabelle de Nancy
Elle a une peau jaune orangé, qui rougit légèrement au soleil avec une chair très juteuse et sucrée de couleur très claire, c’est la plus grosse des mirabelles.
On la retrouve sur les étals essentiellement à la mi-août.
– La mirabelle de Metz
Plus petite que celle de Nancy, elle a une peau fine et jaune orangé. Elle aussi s’achète vers la mi-août.

– Si tu leurs dis pas qu’il existe de l’eau de vie de Mirabelle …
Je te colle une prune à la récré..!


– Tu la bois tout seul ou avec modération..?

La Quetsche

Prunes bleue ou quetsches, peinture appartenant à la collection des ducs de Lorraine, d’où le probable nom de Quiterie qui sera préféré pour ce tableau. Daté vers 1840.

La quetsche  est le fruit du quetschier, l’un des sous-cultivars du prunier de Damas.

C’est une petite prune qui mûrit dès mi-août, et qui est disponible dans les marchés jusqu’en octobre.
Elle est particulièrement répandue en Alsace, Lorraine, Allemagne, Autriche, en Belgique, au Luxembourg et en Suisse.
Sous sa robe violette, elle cache une chair sucrée, acidulée, d’un jaune d’or légèrement foncé. Sa forme est oblongue et charnue.


En Suisse romande comme en Haute-Saône, on l’appelle pruneau (différent du pruneau français).

Le Pruneau

Le pruneau est le fruit séché d’une variété de prunier cultivé, nommé prunier d’Ente. On le consomme nature, en accompagnement de plats salés, ou dans des desserts sucrés. En raison de ses vertus laxatives, le pruneau peut être consommé pour faciliter le transit intestinal.

En France, le pruneau d’Agen (préfecture de Lot-et-Garonne en Nouvelle-Aquitaine) est protégé depuis 2002 dans l’ensemble de l’Union européenne par une indication géographique protégée. D’autres villes comme Brignoles, Tours, ou Dijon (Vitteaux) étaient connues, surtout au XIXe siècle, pour leurs pruneaux.

Histoire

On suppose que la prune d’ente « aurait été introduite d’Orient à l’époque des Croisades et fut multipliée d’abord dans les vergers du monastère bénédictin de Clairac (Lot & Garonne).
Ce sont probablement les moines qui, les premiers, ont pratiqué le séchage de la prune. Cette variété était appelée autrefois prune d’Agen ou prune datte…
L’appellation « d’ente » semble avoir été donnée pour la première fois en 1846, car à cette époque, on remarqua qu’il était préférable de « l’enter » (ce qui veut dire greffer en vieux français). »

Des preuves demeurent de sa culture au XVe siècle. L’utilisation du terme « pruneaux d’Agen » pour cette production viendra par la suite. Même si l’épicentre de la production se trouve 30 à 40 km plus au nord, c’est bien du port d’Agen que partaient autrefois les embarcations vers Bordeaux puis le reste du monde.

Le pruneau était un aliment favori des marins au XVIIe et XVIIIe siècles et des colons au XIXe siècle, grâce à son aptitude à conserver ses qualités de fruit au cours de longs transports, assurance contre le scorbut. La culture du prunier d’ente a été installée au XIXe siècle dans le Nouveau Monde.

Cette culture, à partir de plants importés de la région d’Agen, a connu un grand succès en Californie, mais aussi en Afrique du Sud, en Australie, en Argentine et au Chili, pays devenus concurrents du pruneau d’Agen sur les marchés internationaux.

LES RECETTES  AUX PRUNES
DE PAPY COOK ET PATACHOU

PATACHOU

La prune en pratique Tajine poulet-mirabelles

Clafoutis aux mirabelles (sans gluten et sans lait)

 Un marché juteux.. pour les importateurs..!

La France importe en 2018  7 % de prunes en plus par rapport à 2017 soit 1007 Tonnes supplémentaires
– On exporte notre production et comme on en manque on en importe d’Espagne et d’ailleurs… OUPS… ???
Heureusement que je retourne à l’école lundi..?

SOURCES :
https://www.lanutrition.fr/la-prune-en-pratique
https://rnm.franceagrimer.fr/bilan_campagne?prune

Compléments alimentaires Ruedesplantes

duo compoteCOM’POTE

Share Button

L’HOMME DES BOIS: Les vertus du son d’avoine

Beauté Cosmétiques


L’HOMME DES BOIS
Bloc Note de GUI7

Dans les méandres de l’internet au cœur de la toile d’une araignée céleste jaillit parfois la lumière…
C’est ainsi que j’ai découvert l’origine de mon nom.
Malgré sa consonance bien française, GUI7 est d’origine germanique et se traduit: « celui des bois  »
Ceux qui connaissent mon amour de la terre et de toutes les créatures de l’univers ne s’en étonneront pas.
J’ ai ainsi compris que quelque part dans la généalogie de ma famille, il y avait l’homme, qui avait vu l’homme, qui avait vu l’ours….!

 

LES VERTUS DU SON D’AVOINE

L’avoine c’est d’abord une céréale…..

D’origine 100% naturelle, l’avoine est cultivée en majeure partie en Russie, aux États-Unis et au Canada. Autrefois, l’avoine était très utilisée dans l’alimentation des chevaux, que ce soit la céréale ou en fourrage. Du côté des humains, l’avoine est très présente dans l’alimentation dans les pays anglo-saxons et dans le nord de l’Europe, sous la forme de flocons d’avoine, de gruau, de porridge ou de biscuits, et même dans certaines bières.

Le son d’avoine :
C’est l’enveloppe de l’avoine

Le son d’avoine est l’enveloppe du grain d’avoine, c’est à dire ce qui reste de la céréale une fois que celle-ci a été transformée en farine.

A partir de 100kg d’avoine, on obtient environ 75kg de farine et 25kg de son d’avoine, aux vertus exceptionnelles pour la santé ou dans le cadre de régimes..!

Différences entre son et flocon
Il ne faut pas confondre les deux ingrédients car leurs propriétés ne sont pas les mêmes.
Le flocon d’avoine
On fabrique les flocons d’avoine en prenant le grain d’avoine entier ou sans son enveloppe. Le grain est concassé, puis pressé et enfin pré-cuit.

Le flocon d’avoine apporte plus de glucides et donc plus de calories, car il s’agit du grain d’avoine, au lieu de l’enveloppe du grain pour le son d’avoine.
Le flocon d’avoine contient beaucoup moins de fibres que le son d’avoine, ce sont pourtant ces fibres qui donnent ses propriétés au son d’avoine. barre verte

L’avoine nous vient tout droit d’Asie.

Difficile de trouver des informations sur son origine et son évolution. On sait seulement qu’il y a environ 2000 ans, les Grecs et les Romains cultivaient la petite graine non pas pour la déguster mais pour des usages purement cosmétiques.Ce n’est que plus tard que lui seront découvertes des vertus médicinales.

Au 12ème siècle, l’avoine s’introduit au Canada.
Avant d’arriver en France, elle s’est d’abord épanouie en Europe de l’Est et du Nord.

D’ailleurs, connaissez-vous la légende ?

Les Écossais et l’avoine
un dictionnaire anglais du 18ème siècle aurait donné cette définition (douteuse) de l’avoine :
«céréale que les Écossais consomment, mais que les Anglais ne donnent qu’à leurs chevaux »…
En Écosse, où le sol trop pauvre ne permet guère de cultiver le blé, l’orge ou le seigle, l’avoine fait partie de l’alimentation, chose que les Anglais considéraient jadis avec une certaine hauteur. Les Écossais auront ce mot, qu’ils n’hésitent pas à reprendre aujourd’hui :
« Voilà pourquoi l’Angleterre a de si bons chevaux et l’Écosse, des hommes aussi admirables! ».

barre verte

L’ avoine en alimentation animale

L’avoine en grains était autrefois très utilisée pour l’alimentation des chevaux, à cause de son « pouvoir excitant », qui était censé stimuler les animaux.
Sa valeur énergétique est cependant bien moindre que celle du blé ou de l’orge. Comme fourrage, on peut la cultiver en mélange avec une légumineuse (comme la vesce), ce qui améliore sa teneur en protéines.
Dans le cadre de l’année internationale de la biodiversité 2010, un projet pilote est en cours dans la région Franche-Comté, projet pilote visant à cultiver des surfaces d’avoine ceci permettant aux abeilles de pouvoir utiliser le pollen produit par ces plantes comme élément nutritionnel.
Alors que depuis une vingtaine d’années, le taux de surmortalité des butineuses a atteint 30%, la qualité du bol alimentaire des abeilles est  donc un facteur-clé de leur survie.
Lorsque l’on nourrit mieux les abeilles, leurs défenses immunitaires sont meilleures, leur production de miel augmente et le service de pollinisation est assuré..!

barre verte

LE MIRACLE DU SON D’AVOINE

Le son d’avoine est réputé pour ses nombreuses vertus, notamment amincissantes, anti diabète et anti cholestérol  :

Le son d’avoine fait maigrir

« Pris régulièrement, le son d’avoine possède des vertus amaigrissantes », selon le Dr Pierre Dukan, nutritionniste.
Pourquoi le son d’avoine aide à mincir ?
Par sa double action, rassasiante et satiétogène. Riche en fibres solubles et en pectine, il possède la propriété d’absorber 30 fois son volume d’eau.
En le consommant pendant les repas tout en buvant suffisamment, ses fibres se solubilisent, s’engorgent d’eau dans l’estomac et procurent un rapide rassasiement mécanique.
Autre atout : son action anti stockage calorique au niveau de l’intestin grêle. La haute viscosité du son le fait coller à tout ce qui l’entoure, notamment les nutriments et calories. Résultat, il les empêche de passer dans le sang et les entraîne avec lui directement dans les selles.

barre verte

Les bienfaits de l’avoine :
Sources de fibres et moins de cholestérol

L’avoine et le son d’avoine sont des sources importantes de fibres alimentaires. Une composante de la fibre soluble dans l’avoine est le bêta-glucane, une fibre soluble qui a prouvé son efficacité dans la réduction du cholestérol (la régulation de la cholestérolémie). Voici comment cela fonctionne.

Les fibres solubles se décomposent et passent dans le tube digestif en formant un gel qui emprisonne des substances reliées au cholestérol. Ce piège réduit l’absorption du cholestérol dans le sang. Le taux de mauvais cholestérol est emprisonné sans abaisser le bon cholestérol.

L’avoine et les céréales sont aussi l’une des meilleures sources de composés appelés tocotriénols (ou vitamine E). Les tocotriénols (vitamine liposoluble, qui se dilue dans les lipides, mais non dans l’eau) inhibent la synthèse du cholestérol. L’accumulation de cholestérol est impliquée dans de nombreux types de maladies cardio-vasculaires, ce qui place l’avoine comme l’un des agents naturels anti-cholestérol parmi les plus efficaces (comme l’expliquent ces articles en anglais : « Powerful Benefits of Barley’s Beta-Glucan for Diabetes » et « β-glucans »

Consommation : 3 c. à soupe par jour avec un verre d’eau, une avant chaque repas, à vie.
A noter : Le son d’avoine ne remplace pas les médicaments prescrits, mais aide à la prévention et participe à la guérison

barre verte

Les bienfaits de l’avoine :
Entretien efficace des intestins

Il prévient le cancer du côlon
36 000 nouveaux cas de cancer du côlon sont diagnostiqués chaque année. Le son d’avoine joue un rôle de protection si sa prise est régulière (à débuter aussi jeune que possible) et associée à une bonne hydratation. Ses fibres présentent l’avantage d’être beaucoup mieux tolérées que celles du son de blé, insolubles, plus rugueuses et inconfortables pour les intestins sensibles. Pourquoi : Ses fibres gorgées d’eau forment un écran protecteur entre les déchets et toxines cancérigènes de notre alimentation industrielle (métaux lourds des poissons, pesticides, colorants, additifs, mauvaises graisses…) et la paroi du côlon. Consommation : 3 à 4 c. à soupe par jour avec un verre d’eau, plutôt en fin de journée, à vie.

Il combat la constipation
Une femme sur trois est constipée, et la moitié d’entre elles de manière chronique. Le son d’avoine est une solution simple pour lutter contre ce problème. Pourquoi : Le son d’avoine est capable d’absorber jusqu’à 30 fois son volume d’eau et permet une meilleure hydratation de selles plus volumineuses, ce qui régule le transit intestinal sans violence ni irritation.
Consommation : 3 c. à soupe par jour avec un verre d’eau avant les repas. L’action n’est pas immédiate mais s’inscrit sur la durée

barre verte

Les bienfaits de l’avoine sur votre peau


Il donne de l’éclat à la peau !

Comme de nombreuses céréales, le son d’avoine constitue une excellente source de minéraux et de vitamines (vitamines B, E, zinc, manganèse…), dont la synergie exerce une action de protection de la structure conjonctive et de l’élasticité de la peau. Pourquoi : C’est notamment l’une des meilleures sources de vitamine B2, très active sur la protection de la peau et des phanères (cheveux, ongles).
Consommation : 2 c. à soupe le matin au petit déjeuner avec un liquide, à vie

barre verte

Les bienfaits de l’avoine :
Il prévient le diabète
Bien qu’il ne remplace pas un régime pauvre en sucres ni l’exercice physique, le son d’avoine permet de ralentir la vitesse d’absorption des sucres, et transforme des sucres rapides en semi-lents.
Pourquoi : Selon une étude canadienne en 2002, le bêta-glucane, une fibre soluble contenue en grande quantité dans le son d’avoine, ralentit l’absorption des sucres, réduit les pics de la glycémie et les besoins en insuline.

Consommation pour les prédiabétiques : 2 c.à s. par jour avec un verre d’eau, une avant chacun des 2 principaux repas, à vie. A noter : Le son d’avoine ne remplace pas les médicaments prescrits pour une pathologie avérée, mais aide à la prévention et participe à sa guérison

Sa consommation régulière aurait cependant un impact non négligeable sur le métabolisme des personnes en pré-diabète.

barre verte

LE CHOURISTE

 

Nous vous éclairons sur les risques dans la consommation du son d’avoine.

Les limites des effets sur le diabète
Il faut rester vigilant :

Le son d’avoine ne permet en aucun cas de remplacer un régime pauvre en sucre nécessaire chez les personnes diabétiques. C’est uniquement associé à un régime spécial qu’il favoriserait la stabilisation de la glycémie (taux de sucre dans le sang).

La perte de certaines vitamines :
Le son d’avoine peut s’avérer dangereux pour la santé si on en abuse.
En effet, il capture une partie des nutriments dans l’estomac, ce qui est certes un avantage en cas de régime minceur, mais cela peut devenir mauvais pour votre alimentation.
En même temps qu’il capture les graisses et sucres inutiles à notre alimentation, il va également capturer certaines vitamines et minéraux.
Le son d’avoine peut donc avoir pour effet de réduire les apports en vitamines et minéraux d’environ 5%.

La perte de certains effets de vos médicaments :
Il faut préciser que vu l’effet film sur la paroi intestinale il est conseillé de ne pas prendre de médicament après la prise du son, les médicaments pourraient être moins bien absorbés…
« il faut espacer la prise de médicaments de la prise du son d’avoine, et le mieux c’est au moins 2 heures

Le son d’avoine peut causer des problèmes de digestions :
il faut réellement veiller à ne pas dépasser les quantités conseillées, surtout si vous n’avez pas de problème de transit.
Il risque de trop accélérer votre digestion et peut alors susciter des maux de ventre.

barre verte

Comment les cuisiner?
Retrouvez toutes les recettes du son: cliquez ici
Ou le trouver?
On trouve principalement le son d’avoine: les supermarchés au rayon bio, les boutiques bio
.Le prix : Il varie beaucoup selon les boutiques mais surtout selon les moutures, entre 3,50 et 4,80 euros par pack de 500 g. « Préférez la mouture 2 bis indiquée sur l’emballage, suffisamment large pour conserver les deux propriétés essentielles de ses fibres, à savoir le pouvoir d’absorption et la viscosité, tout en étant suffisamment moulue pour éviter d’être rugueuse en bouche


SOURCES: 
Florence Massin                    
http://blognutritionsante.com                  
http://forum.aufeminin.com/forum       
Restez svelte 160pxSon d'avoine BIO 500gA saupoudrer sur les salades, mélange aux laitages ou incorpore dans les pâtes à pizza, crêpes, pains…
Ne pas dépasser 3 cuillères a soupes par jour pour éviter tout désagrément intestinal.

Le Seigneur fait pousser les remèdes dans le sol, et quelqu’’un de raisonnable ne les dédaigne pas», peut-on lire dans la Bible


« – Ce vers lisant est agaçant…
il veut toujours briller et tout savoir…
Pardonnez le.. »

barre verte

L’ HOMME DES BOIS

La Chouette a déjà craqué pour le clou de girofle
un article lui est
consacré

Share Button

OUAIS…!!! 5 fruits et lègumes par jour : C’est bon pour le pote âgé..!

BLOC Choucaline plus proche de toi tumeurNbloc note choucalineOTE
de Choucaline

– COMMENT ENTRETENIR NOTRE CAPITAL SANTÉ


POURQUOI CONSOMMER…. 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR..?

Les fruits et légumes sont la base de notre alimentation

 Socle de la pyramide alimentaire, les fruits et les légumes sont notre principale source de vitamines, mais aussi de fibres – devant les céréales et les légumineuses ­ et d’eau, boissons mises à part.
Leur richesse en nutriments et leur faible apport calorique les placent en tête du« score d’adéquation individuel aux recommandations nutritionnelles» (S.A.I.N.), une échelle d’évaluation de l’intérêt nutritionnel des aliments élaborée par l’Inserm et l’Inra .

Selon cet indicateur, 100 kcal de fruits ou de légumes couvrent au quotidien 12 % des apports nutritionnels conseillés. En comparaison, les produits ani­maux (viande, œuf, poisson) en couvrent un peu moins de 10 % et les féculents 4 % .

Ils sont globalement bénéfiques à notre santé

Plus de 250 études d’observation (5) ont établi une relation entre la consommation de fruits et légumes et le cancer.

Dans plus de 80 % d’entre elles, un effet protecteur d’un ou de plusieurs groupes de fruits ou légumes a été trouvé, en particulier dans les cancers des voies aérodigestives supérieures (œsophage, cavité buccale, larynx, pharynx), de l’estomac, du poumon, du côlon et du rectum.

Cette protection pourrait s’expliquer par l’action de plusieurs de leurs composants dont les activi­tés biologiques sont individuelles ou synergiques.

Certains (minéraux ou vitamines) réguleraient des systèmes enzymatiques impliqués dans la neutralisation des composés cancérogènes.

D’autres (vitamines C et E, caroténoïdes) interviendraient plus directement sur la molécule d’ADN, en prévenant l’action pro-oxydante des radicaux libres. Certains enfin, comme le calcium, favoriseraient et restaureraient les transmissions des signaux intercellulaires, altérés lors du développement tumoral.

Les consommer comment….?

Sous toutes leurs formes :
surgelés, frais, en conserve, cuits ou crus… et aussi pressés avec les jus (fruits frais pressés ou 100% pur jus), mixés avec les smoothies, les compotes (de préférence « sans sucres ajoutés »), les soupes… N’oubliez pas que les fruits et légumes de saison sont souvent moins chers et plus savoureux !

Attention : les faux-amis !

Les jus de fruits qui ne portent pas la dénomination « pur jus » ou qui ne sont pas élaborés à partir de fruits pressés ne peuvent pas compter comme une portion de fruits. Il en est de même pour les boissons aromatisées aux fruits, les sodas ou nectars de fruits qui apportent souvent beaucoup de sucre et peu de fibres.
Et même « pur jus » ou pressé, un jus ne peut remplacer de façon systématique les fruits entiers qui restent essentiels pour la mastication, l’apport en fibres et l’effet de satiété.

En quelle quantité ?

400 g par jour:
C’est la quantité de fruits et légumes à consommer recommandée par l’Organisation mondiale de la santé. Dans plus de la moitié des pays de la région Europe de l’OMS (53 États au total), ce minimum n’est pas atteint.

«Vertumne» (1590) d’Arcimboldo,

CLIQUEZ «Vertumne» (1590) d’Arcimboldo,
représentant le Dieu romain des saisons
il vous conduira sur le site des fruits
et légumes de saisons

 

En fait, il s’agit de 5 portions de fruits et/ou de légumes : par exemple 3 portions de fruits et 2 de légumes, 4 de légumes et une de fruit…

et si vous pouvez en manger plus, c’est encore mieux !
L’idéal est d’alterner entre fruits et légumes, d’en diversifier les variétés et de les intégrer le plus souvent possible dans vos recettes :

Gratins, tartes salées ou sucrées….

Et une portion, c’est quoi ?

L’équivalent de 80 à 100 grammes, soit, pour avoir une idée simple, la taille d’un poing ou deux cuillères à soupe pleines.

C’est par exemple :
Une tomate de taille moyenne, une poignée de tomates cerise, 1 poignée de haricots verts, 1 bol de soupe, 1 pomme, 2 abricots, 4-5 fraises, 1 banane…

 » Pour les soupes de légumes mélangés, les salades composées, les salades de fruits : un bol ou une assiette compte pour une seule portion, quel que soit le nombre de légumes ou de fruits entrant dans la composition du plat.
Un yaourt aux fruits ou un biscuit aux fruits ne compte pas pour une portion de fruits ! Il n’y a que très peu de fruits dans leur composition. »

SOURCES:  http://www.nutrition.wikibis.com/
http://www.mangerbouger.fr/bien-manger/
http://helixfelix.blogspot.fr/2008/08/calendrier-des-fruits-et-lgumes.html
Sciences et avenir 2014

LE CHOURISTE

ALLEZ ..! REGARDEZ MIEUX ON FAIT DES EFFORTS

– « Selon Louis-Georges Soler Inra, Ivry-sur-Seine , C’est encore insuffisant…!

Les résultats des campagnes menées en faveur d’une consommation accrue de fruits et légumes, qu’elles soient françaises ou internationales, restent insuffisants.
Ces initiatives n’ont en effet pas changé de manière radicale le comportement des populations.
Mais le bilan semble tout de même positif puisque la part des petits consommateurs a été sensiblement réduite.
Si en France nous ne disposons pas encore d’études chiffrant cet impact, l’évaluation de la campagne nationale menée en Grande-Bretagne indique une augmentation de 0,3 portion par jour (soit 25 g/jour) et par habitant entre 2002 et 2006
« 

Choucaline plus proche de toi tumeur Choucaline

 

Share Button