Archives par étiquette : nature

Alimentation : De la pastèque pour les diabétiques..?

barre verte
LE BLOC NOTE
DE COM’ POTE

– C’est l’information du pote âgé faite par un pote pas con … mais très COM…!!!

Un Coupe Pastèque Polyvalent.
Il peut être utilisé comme trancheuse, coupe et carottier. Parfait pour des fruits (pastèque, melon d’eau, cantaloup, pitahaya et papaye, etc). Un outil idéal pour la salade des fruits. Motiver vos enfants à manger des fruits.
Quicken votre appétit !
https://amzn.to/2ATkuGD

barre verte

littel com poteRégime diabétique :
Peut-on manger de la pastèque ?

En cas de diabète non insulinodépendant, un régime alimentaire est particulièrement recommandé. Certains fruits comme la pastèque peuvent faire partie de ce type de régime. Zoom sur des idées de recettes pour les régimes diabétiques.

littel com poteLa pastèque, la star du régime antidiabétique

Même s’il n’existe pas d’aliments antidiabétiques, certains aliments sont plus recommandés que d’autres.

Dans le cadre d’un régime diabétique (notamment pour les diabètes de type 2), il faut éviter certains produits comme les aliments trop gras ou trop sucrés, les produits industriels.
Les fruits et les légumes sont donc privilégiés à condition que les fruits ne contiennent que peu de sucre. Avec ces 92 % d’eau, sa richesse en oligoélément et sa faible charge glycémique, la pastèque fait figure de favorite aux côtés de la pomme ou de la framboise.

barre verte

100 grammes de pastèque

Calories environ 50
Glucides : 7 grammes
Index Glycémique : 65 à 75
Charge glycémique faible
Fibres : 0,3 g, Vitamine C : 7 mg, Magnésium: 11 mg

La pastèque ou melon d’eau (Citrullus lanatus) est une plante herbacée de la famille des Cucurbitacées, originaire d’Afrique, largement cultivée pour ses gros fruits lisses, à chair rose, jaune, verdâtre ou blanche et à graines noires ou rouges.

Le terme désigne également ce fruit. Le fruit pèse généralement, à maturité, entre 5 et 20 kg.
Un peu comme le melon, elle pousse à terre.

– Elles poussent à l’état sauvage dans certaines régions subsahariennes et permettent de découvrir des sources.
Leur effet désaltérant est très agréable sous de fortes chaleurs

Composé à 92 % d’eau, avec des propriétés hydratantes, le melon d’eau est faible en matière grasse et ne contient pas de cholestérol.
Il contient de nombreux éléments intéressants d’un point de vue nutritionnel, comme la citrulline, qui sert à synthétiser un autre acide aminé capital dans l’organisme, l’arginine, qui joue un rôle clé dans la division cellulaire et la cicatrisation.
La pastèque est surtout réputée pour être riche en antioxydants.

Elle contient également quelques vitamines (vitamine C, vitamine B1, vitamine B6 et vitamine A).

barre verte

PATACHOU vous dévoile son dessert à la pastèque dans le cadre d’un régime diabétique

La pastèque est un dessert frais et rafraîchissant.

Afin de profiter de ce fruit savoureux, on peut le consommer sous forme de soupe ou de granité.

En granité, il suffit de mixer environ 100 grammes de pastèque par personne avec un peu de jus de citron et quelques feuilles de menthe et un peu d’édulcorant type stévia. Le granité peut être agrémenté d’un peu de fromage blanc.

On peut également utiliser la pastèque en petits cubes dans une salade de fruits contenant de la pomme ou de l’orange, voire du pamplemousse.

– Attention tout de même à ne pas abuser de ce fruit….
Il contient environ 7 grammes de glucides pour 100 grammes de fruit.

barre verte
SOURCES :
http://dianantes.free.fr/
http://www.medisite.fr/

barre verte
duo compoteCOM’POTE

Share Button

AU FIL DES HEURES : Mois d’Août


barre verte

 

 


« Au fil des heures »,
c’est un pote âgé
grand amoureux
LE CHOURISTEdes enluminures
médiévales qui
s’est déguisé en
moine Top O’Clock.

Il fait sa rentrée en faisant son entrée dans la rédaction.


Pendant un an, LA CHOUETTE lui a réservé un des premiers week-end du mois pour nous présenter le mois qui arrive avec l’enluminure et les commentaires qui figurent dans le plus beau des manuscrits enluminés du Moyen Age.

Les Très riches Heures du Duc de Berry

L’Homme anatomique, ou Homme zodiacal, enluminure réalisée par les Frères de Limbourg et portant les armes du duc Jean de Berry, f.14v.

Les Très riches Heures du Duc de Berry constituent, de l’avis unanime, l’un des plus beaux, et pour beaucoup, le plus beau des manuscrits enluminés du Moyen Age.

ll est commandé par le duc de Berry aux frères Paul, Jean et Herman de Limbourg vers 1410-1411. Inachevé à la mort des trois peintres et de leur commanditaire en 1416, le manuscrit est probablement complété, dans certaines miniatures du calendrier, par un peintre anonyme dans les années 1440.

C’est en tous cas le plus réputé. Jean, duc de Berry, était fils, frère et oncle des rois de France. Il fut donc mêlé à tous les grands moments de l’histoire de son époque.
Sa passion était toutefois de collectionner les splendeurs artistiques de son temps. Il possédait notamment une bibliothèque de près de 150 manuscrits enluminés, dont quinze Livres d’Heures.

On appelait ainsi des recueils de prières à l’usage des laïcs, qui voulaient se tourner vers Dieu à différentes heures fixes de la journée.

Et comme les prières variaient suivant le temps de l’année, et que chaque jour amenait la fête de tel ou tel saint, les Livres d’Heures s’ouvraient presque toujours par un calendrier.
C’est dans ces mois de l’année, accompagnés des représentations des travaux des champs et des activités diverses (réjouissances, offices, travaux, astrologie…) que je puiserai l’essentiel de mes rubriques….
C’est avec les pièces de ce remarquable Livre d’Heures du Duc de Berry, que j’espère enluminer vos dimanches par les plus belles illustrations qui constituent l’essentiel de l’ouvrage.

AOÛT, folio 8

La miniature présente plusieurs plans :

Au premier figure une scène de
fauconnerie : le cortège à cheval part pour la chasse, précédé d’un fauconnier.

Celui-ci tient dans la main droite le long bâton qui lui permettra de battre arbres et buissons pour faire s’envoler le gibier.

Il porte deux oiseaux au poing et, à la ceinture, un leurre en forme d’oiseau que l’on garnissait de viande pour inciter les faucons à revenir.

Le cortège est accompagné Faucon émerillonde chiens destinés à lever le gibier ou à rapporter celui qui aura été abattu.

Sur leur cheval, trois personnages portent un oiseau, sans doute un épervier ou un faucon émerillon.

 

Au second plan sont représentés les travaux agricoles du mois d’août.

Un paysan fauche le champ, un deuxième réunit les épis en gerbes alors qu’un troisième les charge sur une charrette tirée par deux chevaux.
À proximité, d’autres personnages se baignent dans une rivière — peut-être la Juine — ou se sèchent au soleil.

Le donjon tel qu'il était à l'origineÀ l’arrière-plan se dresse le château d’Étampes

Le duc de Berry l’avait acquis en 1400, à la mort de Louis d’Évreux, comte d’Étampes.
Derrière les remparts, on distingue le donjon quadrangulaire et la tour Guinette, qui existe toujours.
Le duc de Berry offrit le château à Charles d’Orléans, mari de sa petite-fille Bonne d’Armagnac, peut-être représentée ici sur un cheval blanc.
Selon Saint-Jean Bourdin, cette scène représente la prise de possession du château par cette dernière, avant 1411, hypothèse confirmée par Patricia Stirnemann.

Mais pour lui, le couple est représenté à gauche :

Le duc de Berry est sur le cheval blanc (bien qu’assis en amazone) et le duc et la duchesse d’Alençon se trouvent à droite.
Pour Meiss, la miniature est de Jean de Limbourg alors que pour Cazelles, elle est de « Limbourg B », avec peut-être un ajout de la scène centrale vers 1440.

source : WIKIPEDIA

barre verte


TOP O’CLOCK

 

Share Button

Une larme de Rê créa l’abeille… Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel…!


BLOG DE
DAME MIELINE

Le thème s'inspire d'une fable de l'Antiquité grecque : un épisode des Idylles du poète bucolique Théocrite (IIIe siècle avt JC -mais ce chant XIX est parfois attribué à un pseudo-Théocrite). On y raconte que Cupidon/Eros/Amour (dieu du désir) vola du miel à des abeilles qui le piquèrent. Il se plaignit alors à sa mère Aphrodite/Vénus (déesse de l’amour terrestre) qu'il était injuste qu'une si petite créature (l'abeille) provoque autant de douleur. A quoi Vénus lui répond que lui aussi, Cupidon, était petit, mais que ses flèches de l'amour pouvaient, elles aussi, faire très mal. L'amour donc est à la fois douceur sucrée comme le miel (quand il est spirituel et platonique), et amertume et douleur brûlante (quand il est physique et terrestre).

 

C’est comme ça que tout a commencé entre Dame MIELINE et moi...

Un neveu turbulent je devrais dire un cul bidon de banlieue.. Tant tout ce qui dépassait, de ses vêtements trop courts, était tentant pour mes abeilles affolées par son bâton enfoncé dans la ruche..

Je me suis précipité le premier avant sa Taty MIELINE… Béatrice m’avait appris et démontré que la chromothérapie était efficace sur les piqures d’abeilles…
Après 3 minutes de lumière rouge et
30 secondes de vert dans la pénombre de mon sellier et je pouvais me retourner pour voir plus calmement la Taty qui m’observait…
AH la classe… Rien à voir avec son neveu ..
j’étais troublé .. Elle y avait mis les formes …. Mais aussi par un sentiment, qui devint vite certitude, que je l’avais déjà vue maintes fois sur grand écran.. Je… non non..!
On n’est pas à Paris Match ici..
Depuis que nous nous sommes liés d’amitiés… Elle a confirmé son appartenance au PAF venant soigner l’enveloppe de ses nerfs dans le potager du voisin..
Oh bonheur le mien…!
Elle savait jouer la comédie mais pas avec moi .. D’une grande culture… Elle ne savait pas écrire… C’est ce qu’elle croyait car à partir d’aujourd’hui nous lui ouvrons nos colonnes pour une série sur… Devinez :
LE MIEL ET LES ABEILLES … Histoire de se faire pardonner, son cul bidon de banlieue suit notre Déesse Venus pour profiter, et nous aussi, de sa grande culture…..
Cherchez pas… Pour vous et moi, elle s’appelle Mieline …. Sans doute pour mettre de la douceur autour de ses nerfs malades.

La larme de Rê créa l’abeille… Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel

Un mythe égyptien explique la naissance des abeilles et du miel en ces termes :

Le dieu Rê pleura et les larmes de son oeil tombèrent sur le sol ; elles se changèrent en abeille ; l’abeille construisit (ses rayons), son activité s’exerçant sur les fleurs de toutes les espèces végétales ; ainsi naquit la cire, et ainsi naquit le miel, à partir des larmes du dieu Rê.

“Les scènes d’apiculture sont rarement représentées, bien qu’on en trouve depuis l’Ancien Empire. Un homme à genou s’affaire à sortir les rayons de miel qu’il empile dans deux plats, tandis que son aide enfume les abeilles (de Nina de Garis Davies : 1881–1965)” (osiris.net)

Tombe de PasabaLe miel est très apprécié des anciens Égyptiens.

On retrouve notamment trace de leur savoir-faire en apiculture sur un bas-relief de la “Chambre des saisons” dans le temple solaire de Niouserrê, sixième roi de la Ve dynastie, à Abou Ghorab en Basse-Égypte, ainsi que dans les tombes thébaines de Pabasa (TT279), majordome de la divine adoratrice Nitocris, et de Rekhmiré, de la XVIIIe dynastie (TT100).

Les ruches sont constituées de poteries oblongues entreposées horizontalement, ou peut-être de tubes faits de roseaux agglomérés avec de la boue. Pour l’extraction du miel – détail que l’on peut voir dans la tombe de Rekhmiré – les apiculteurs ont recours à la technique de l’enfumage.

Par contre, aucune protection individuelle n’est représentée.

Dans l’Égypte ancienne, le miel trouve plusieurs utilisations.

– Dans l’alimentation tout d’abord,
comme édulcorant pour la fabrication de pâtisseries ou du vin,
– Puis dans la pharmacopée de l’époque :
le miel est alors connu pour ses vertus cicatrisantes (par exemple après une circoncision), antiseptiques (pour soigner les blessures ou les brûlures), anti-inflammatoires (problèmes ophtalmologiques).

– Il est également utilisé comme aphrodisiaque, ou comme spermicide dans une préparation à base d’épines d’acacia finement broyées, mélangées à des dattes.

Est-il par ailleurs utilisé pour la momification ?
Georges Posener (Dictionnaire de la civilisation égyptienne) ne le pense pas, contrairement à ce qu’affirment d’autres sources selon lesquelles le miel et la cire entrent dans la composition d’onguents destinés à oindre le corps du défunt.

De naissance divine, l’abeille ne peut qu’avoir une place de choix dans la mythologie égyptienne.

Le miel “semble jouer un rôle dans des rites associés à la royauté, particulièrement en liaison avec le ‘Per-our’ et le ‘Per-neser’, les deux sanctuaires archaïques de Haute et Basse Égypte ; vu la symbolique attachée à l’abeille, il n’y a là rien de surprenant puisque l’image de l’hyménoptère, qui était évidemment utilisée pour écrire le nom de l’insecte lui-même – ‘bit’ – , l’était aussi pour noter ceux, homophones, du miel et de la couronne rouge, ou encore le mot ‘bity’ – “celui qui appartient à l’abeille” – qui désignait le roi de Basse Égypte, et parfois même le souverain du pays tout entier.” (Jean-Pierre Corteggiani, L’Égypte ancienne et ses dieux, Fayard, 2007)

La spécificité apicole de l’Égypte a étrangement traversé les siècles.

Ainsi, dans sa “Description de l’Égypte contenant plusieurs remarques curieuses sur la géographie ancienne et moderne de ce pays”, Benoît de Maillet, consul de France en Égypte et inspecteur des Établissements français au Levant, observe et écrit en 1740 :

En vous entretenant des oiseaux que produit l’Égypte, je ne dois pas oublier de vous parler des abeilles ou mouches à miel. Il y en a une très grande quantité dans ce pays, et on y conserve encore aujourd’hui un usage introduit par les anciens Égyptiens de les nourrir d’une manière très singulière. Vers la fin d’octobre, lorsque le Nil, en baissant, a laissé aux laboureurs le temps d’ensemencer les terres, la graine de sainfoin est une de celles qu’on sème des premières, et qui rapporte le plus de profit.

 
Comme la Haute Égypte est plus chaude que la Basse, et que les terres y sont de même plus tôt découvertes de l’inondation, le sainfoin y croît aussi plus tôt.
La connaissance que l’on en a fait qu’on y envoie de toutes les parties de l’Égypte les ruches à miel qui s’y trouvent, afin que les abeilles jouissent de meilleure heure de la richesse des fleurs qui naissent dans cette contrée, plutôt qu’en aucun autre endroit du royaume.

Ces ruches, parvenues à cette extrémité de l’Égypte, y sont entassées en pyramides sur des bateaux préparés pour les recevoir, après avoir été toutes numérotées par les particuliers qui les y déposent.

Là, ces mouches à miel paissent dans les campagnes pendant quelques jours ; ensuite, lorsqu’on juge qu’elles ont à peu près moissonné le miel et la cire qui se trouvent dans les environs à deux ou trois lieues à la ronde, on fait descendre les bateaux qui les portent deux ou trois lieues plus bas, et on les y laisse de même à proportion autant de temps qu’il est nécessaire pour moissonner les richesses de ce canton.

Enfin, vers le commencement de février, après avoir parcouru toute l’Égypte, elles arrivent à la mer, d’où l’on repart pour les conduire chacune dans les lieux de leur domicile ordinaire.
Car on a soin de marquer exactement sur un registre chaque quartier d’où partent les ruches au commencement de la saison.

Comment clore ce très rapide survol sans une interrogation :
Née des pleurs de Rê, divinité solaire par excellence, l’abeille a-t-elle également quelque lien, grâce aux vertus stimulantes du produit qu’elle sécrète, avec l’autre astre sous lequel s’abritent toutes les “lunes de miel” ?

Il est peut-être trop beau de l’imaginer…

M C

SOURCE PRINCIPALE DE CET ÉPISODE :

http://egyptophile.blogspot.com/2015/05/le-miel-une-histoire-qui-ne-manque-pas.html

MIELINE VOUS PROPOSE SES ARTICLES
PARUS OU A PARAITRE

La larme de  Rê créa l’abeille…
Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel
– Vénus et Cupidon voleur de Miel de Lucas Cranach l’Ancien

A PARAITRE DANS L’ÉTÉ 2018

– Cupidon voleur de miel dans les gravures d’Albrecht Dürer
Le thème du miel dans l’art
– Le miracle des abeilles

– Le miel dans l’art contemporain

DAME MIELINE ET CUL BIDON

 

 

Share Button