Archives par étiquette : mythologie

Devine qui est Tirésias…?


barre grenat
les potes doivent être éclairés

CHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …..
Ils aiment bien les légendes mythologiques alors ne les privons pas…

Musique d’ambiance


barre grenat

tiseriasTirésias qui es tu ?

Devin grec qui apparaît dans toutes les séquences mythologiques relatives à la ville de Thèbes. C’est lui qui conseille de donner le trône à celui qui libérera la ville du Sphinx.
Ses révélations permettront plus tard à Œdipe de découvrir le secret de sa naissance.

On connait plusieurs versions de sa vie et des conditions dans lesquelles ce devin thébain perdit la vue.

Version 1 : 
Il surprend la déesse Athéna  se baignant nue dans une source.
Pour laver cette atteinte à la pudeur, elle le prive de la vue et lui confère un don de voyance à travers le langage des oiseaux

Version 2 :
il est choisi pour trancher la querelle qui oppose le couple divin : Héra et Zeus il fut l’arbitre d’une dispute pour déterminer qui éprouve le plus grand plaisir dans l’amour
Héra prétend que dans l’acte amoureux c’est l’homme qui éprouve le plus grand plaisir. Zeus soutient le contraire ! Son expertise n’étant pas du gout du perdant …. il y laissera la vue et aura en compensation le don de voyance

barre grenat


Version 1 Tirésias c’est rincé l’œil une dernière fois

Tirésias était un devin thébain, sa mère était la nymphe Chariclo, compagne favorite d’Athéna, et les deux amies aimaient volontiers se baigner nues dans une source du mont Hélicon.

Un jour, le jeune Tirésias était à la chasse non loin d’un lieu de cette source et voulant sans doute rejoindre sa mère, il s’approcha et surprit Athéna dans le plus simple appareil.  La déesse, dont la chasteté était absolue, vit comme une atteinte à sa pudeur cette indiscrétion de Tirésias. « Athéna lui mit alors les mains sur les yeux et le rendit aveugle » (Apollodore III, 6, 7).

Comme la nymphe Chariclo, mère de Tirésias, faisait partie du cortège divin, elle supplia Athéna de rendre la vue à son fils. La déesse refusa mais consentit à alléger sa sentence.
« Elle lui purifia les oreilles, et ce qui lui permit de comprendre parfaitement le langage des oiseaux et ainsi de deviner l’avenir; puis elle lui donna un bâton de cornouiller, grâce auquel il marchait comme les gens qui voient » (Apollodore III, 6, 7). Athéna lui accorda le privilège de vivre durant sept générations et même après sa mort son don de voyance persisterait.
barre grenat

 
Version 2 Tirésias un trop bon expert en amour

Selon la version la plus répandue du mythe, cette tare et ce don sont le résultat d’une querelle entre Héra et Zeus :
Un jour Tirésias aurait vu deux serpents en train de s’accoupler et les aurait séparés ( on dit aussi qu’il aurait tué la femelle) ; il est immédiatement transformé en femme ; sept ans plus tard il est le témoin de la même scène ; il sépare de nouveau le couple ( dans la variante c’est le mâle qu’il tue) ; il est retransformé en homme..

ZANCHI Antonio – Tirésias aveuglé par Héra et rendu devin par Zeus

Etant le seul individu à avoir fait l’expérience des deux sexes dans leur différence il est choisi pour trancher la querelle qui oppose le couple divin : Héra prétend que dans l’acte amoureux c’est l’homme qui éprouve le plus grand plaisir. Zeus soutient le contraire !
et il rapporta que la femme éprouve neuf fois plus de plaisir que l’homme. Vexée d’être contredite et de voir un secret trahi, Héra frappa Tirésias de cécité en raison de ce qu’elle jugeait être son « aveuglement ».
Zeus, qui ne pouvait pas réparer les dégâts causés par son épouse, consola Tirésias en lui accordant le don de prophétie et la compréhension du langage des oiseaux ainsi que le privilège de vivre durant sept générations.

barre grenat

TIRÉSIAS un devin pratiquant l’ornithomancie.

tiserias arbre oiseaux 50Tirésias exerça partout ses talents. Il avait sa demeure près de Thèbes et se faisait assister dans ses sacrifices par un adolescent.
Il pratique principalement l’ornithomancie.
Comme Tirésias est aveugle, il écoute les cris des oiseaux :
Il a aussi recours à l’intermédiaire d’un enfant ou de sa fille Mantô.
L’expression « pâtre des oiseaux » a été utilisée car pour faciliter la venue des oiseaux, le devin leur donnait de la nourriture.
Tirésias utilise à Thèbes un observatoire …. Il s’agit d’un sanctuaire en plein air probablement installé à cet endroit à l’époque archaïque. Parce qu’ils occupent l’espace qui se trouve entre le ciel et la terre, les oiseaux apparaissent comme les messagers privilégiés des dieux d’en-haut dont le devin se fait l’interprète.

frise oiseauxL'homme aux oiseaux - le discours aux oiseaux    bestiole des potagers resistant et inépuisable    le drole de chardonneret bestiole des potagers resistant et inépuisable A la découverte des oiseaux


SOURCES:
  – Site Mythologica.fr – barre grenatWikipédia


POTACHE

.

Share Button

Les feux de Zeus : Sémélé s’enfamme….

 

LE BLOG CHAUD BRULANT
DU POTE OFEU

Dans la mythologie grecque, Sémélé la Fille de Cadmos, le fondateur de Thèbes, et d’Harmonie, fut une des amantes « brulantes » de Zeus.


Zeus, amoureux de Sémélé, se cache sous les apparences d’un mortel…..

Lorsque Héra son épouse apprit que Sémélé était enceinte, jalouse, elle prit les traits de Béroé, la nourrice de Sémélé.

Paul Rubens-mort de Sémélé – .

Sous ce déguisement, elle fit avouer à Sémélé le nom de son amant, mais lorsqu’elle entendit le nom de Zeus, elle s’esclaffa et refusa de la croire, à moins que Sémélé ne le prouvât en persuadant le dieu d’apparaître sous sa forme véritable.

Sémélé fit promettre à Zeus de lui accorder une faveur et, quand celui-ci lui demanda quel était son désir, elle le pria de se montrer dans toute sa puissance.

Zeus dût s’exécuter et se présenta donc devant elle muni de sa foudre et ses éclairs.

En un instant, Sémélé, qui n’était qu’une pauvre mortelle, ne supporta pas la vue des éclairs entourant son amant et se mit à brûler comme une torche

Elle meurt donc consumée par le feu divin.

Zeus eut cependant le temps de retirer du sein de Sémélé, Dionysos, le fils qu’elle avait conçu et de le cacher dans sa cuisse.
Deux mois plus tard naissait Dionysos, le dieu du vin, de l’agriculture et protecteur du théâtre.

 C’est d’ailleurs parce que Bacchus ( chez les romains) a fini de se développer dans la cuisse de son père (Zeus -Jupiter) qu’il est appelé dans la mythologie grecque « Dionysos », le né deux fois.
C’est cet épisode qui donna naissance à l’expression « sortir de la cuisse de Jupiter » chez les latins.
 Dyonisos musée du Louvre Paris

Tout comme ses homologues grecs, le dieu est le protagoniste d’un grand nombre de légendes et de mythes comme celle de la naissance de son fils. Cette histoire est d’ailleurs à l’origine de l’expression « se croire sorti de la cuisse de Jupiter ».

Jupiter, le coureur de jupons

Si les mythes sur le chef des dieux sont proches de celui de Zeus (équivalant grec), son infidélité l’est également. En effet, de nombreux récits racontent les tromperies de Jupiter, et notamment celles avec Sémélé, une mortelle.

Pour charmer la fille de Cadmos, le fondateur de Thèbes, il a pris une forme humaine et lui a dit qu’il exhausserait tout ce qu’elle voudrait. Un jour, Sémélé lui a demandé de lui montrer son vrai visage après avoir suivi les conseils de sa nourrice (Héra, la femme de Jupiter, avait pris son apparence à ce moment-là).

La naissance de Dionysos

Jupiter est apparu devant son amante avec des éclairs autour de lui et sa foudre à la main, ce qu’elle n’a pas pu supporter.
Ne pouvant pas sauver Sémélé, le chef des Dieux a eu le temps de sauver son bébé dans son ventre.

Jupiter a conservé l’embryon dans sa cuisse le temps qu’il se développe « normalement » (en tout cas, comme l’aurait fait un bébé normal). Et au bout de quelques semaines, Dionysos, le dieu du vin, est sorti de la cuisse du dieu.

Signification de l’expression « se croire sorti de la cuisse de Jupiter »

Contrairement à une grande majorité d’expression, se croire sorti de la cuisse de Jupiter ne fait pas référence explicitement au mythe originel.
En effet, se croire sorti de la cuisse de Jupiter signifie être arrogant, imbu de soi-même, prétentieux.
Rien à voir avec l’histoire de la naissance de Dionysos mais l’explication est davantage implicite.


SOURCES :

wikipedia
http://l-anecdote.com/se-croire-sorti-de-la-cuisse-de-jupiter/

POTE OFEU

Share Button

Les dioscures : Castor et Pollux

les potes doivent être éclairés

CHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …..
je viendrai de temps à autre, revisiter comme aujourd’hui la mythologie
grecque
Musique d’ambiance


Castor et Pollux, les célèbres jumeaux
Castor et Pollux, les célébres jumeaux

Castor et Pollux, dans la mythologie grecque puis romaine, frères jumeaux célèbres pour leurs nombreux exploits, divinisés comme protecteurs des marins. Castor et Pollux sont les fils de Léda, épouse du roi de Sparte Tyndare.

Selon la version la plus répandue de la légende de leur naissance, ils seraient venus au monde, en même temps, de deux œufs différents pondus par leur mère après s’être unie à Zeus (Jupiter pour les Romains) changé en cygne et, la même nuit, à son époux légitime, Tyndare.
L’un des deux œufs a pour géniteur le dieu, et l’autre provient de Tyndare. Ainsi, Pollux (de son nom grec Polydeukès, « celui qui pense beaucoup ») est fils de Zeus ; Hélène est également issue du même œuf.
Castor, quant à lui, est le fils de Tyndare ; sa sœur Clytemnestre éclot du même œuf.
Malgré cette ascendance différente, les deux frères sont souvent appelés Dioscures, les
« fils de Zeus ».

Les frères inséparables

Les Dioscures ramènent Hélène par Gourdet

Alors que leur sœur Hélène n’est encore qu’une enfant, elle est enlevée par Thésée, roi d’Athènes, qui compte l’épouser.

Profitant de l’absence de celui-ci, parti accompagner son ami Pirithoos dans le monde des Enfers, Castor et Pollux organisent une expédition contre Athènes et libèrent leur sœur.

En guise de représailles, ils enlèvent la mère de Thésée, Aethra. Par la suite, les Dioscures comptent au nombre des héros qui prennent part à l’expédition des Argonautes, partis conquérir la Toison d’or, aventure où ils se révèlent être de remarquables combattants.
Ils sont également aux côtés des grands chasseurs grecs appelés à la rescousse par Méléagre pour la chasse au sanglier de Calydon, une bête monstrueuse envoyée par la déesse Artémis pour ravager le pays.

Castor et Pollux demeurent côte à côte tout au long de leur vie et de leurs aventures.

Ayant décidé un jour de prendre femme, ils enlèvent les filles de Leucippe (les Leucippides, Phoibê et Hilaera), auxquelles sont déjà fiancés Idas et Lyncée.

L’Enlèvement des filles de Leucippe est un tableau peint par Pierre Paul Rubens vers 1617. Le tableau représente une scène tirée de la mythologie grecque, où les jumeaux Castor et Pollux enlèvent Hilaire et Phébé, les filles de Leucippe. Il est exposé à la Alte Pinakothek de Munich.

Les différentes versions de leur légende à la suite de cet enlèvement sont confuses, mais il est le point de départ de l’affrontement entre Castor et Pollux d’une part, et Idas et Lyncée d’autre part.
Selon la tradition la plus répandue, les Dioscures épousent les jeunes femmes qu’ils ont enlevées. Quelque temps plus tard, éclate entre eux et Idas et Lyncée une dispute à propos d’un troupeau de bœufs.

Il s’ensuit une bataille au cours de laquelle Pollux tue Lycée, alors que Castor trouve la mort de la main d’Idas. Pollux, inconsolable, invoque Zeus, son père, lui demandant de lui accorder la mort, ou encore d’offrir l’immortalité à son frère.

Zeus exauce ce désir de ne pas être séparés et permet aux deux frères d’être pour toujours ensemble, un jour dans les Enfers, morts, le jour suivant parmi les dieux, sur le mont Olympe : « Ils vivent l’un après l’autre et meurent de même, et sont également honorés par les Dieux » (Homère, l’Odyssée).
Selon une légende plus tardive, Castor et Pollux sont par la suite transformés par Zeus en une constellation, celle des Gémeaux.

Culte

Castor et Pollux font l’objet d’un véritable culte divin, né à Sparte et se répandant ensuite dans tout le monde grec.
Ils sont vus, en particulier, comme les protecteurs des marins.
Ce culte se diffuse chez les Étrusques, puis est adopté par le monde romain.
Conservant leur rôle de guide des marins (on les dit capables d’apaiser les tempêtes ; ils apparaîtraient alors en haut des mâts sous la forme de boules de lumière, une croyance à relier aux feux de Saint-Elme guettés par les marins), ils deviennent aussi les protecteurs de la légion romaine, aux rangs de laquelle ils se mêlent, lui apportant la victoire.

Dans le Forum de Rome est érigé vers 496 av. J.-C. un temple en leur honneur, sans doute entièrement en marbre blanc, dont il ne subsiste aujourd’hui que trois colonnes.
Deux statues représentant les deux frères, datant de l’époque romaine, sont encore visibles sur le Capitole.

Représentation

Ces deux statues monumentales sont situées sur la Cordonata (un accès en pente) qui mène à la place du Capitole à Rome. Les deux statues colossales représentent les jumeaux Castor et Pollux.

Dans l’art antique, les représentations des deux frères sont assez fréquentes.
Castor est le plus souvent représenté à cheval, tandis que Pollux va plutôt à pieds, accompagné d’un chien.
On peut voir à Rome, au centre de la place du Quirinal, les statues de Castor et Pollux tenant leurs chevaux cabrés, répliques romaines du IVe siècle av. J.-C. de statues grecques du Ve siècle av. J.-C.

Les Dioscures sont également figurés dans la scène de l’enlèvement des filles de Leucippe.
C’est surtout ce dernier thème qui est repris dans la peinture mythologique à partir de la Renaissance. Citons notamment l’Enlèvement des filles de Leucippe de Pierre Paul Rubens (v. 1618, Alte Pinakothek, Munich).
Dans le domaine musical, les héros ont en particulier inspiré la tragédie lyrique Castor et Pollux (1737) de Jean-Philippe Rameau.

SOURCE :

http://www.mythologica.info/mythologie-grecque/castor-et-pollux-les-celebres-jumeaux/


POTACHE

.394

Restez svelte 160pxBannière ruedesplantes 468/60px

Share Button