Archives par étiquette : musique

L’ART ET LA PALETTE : Le Christ à la colonne – Antonello de Messine

Print pagePDF pageEmail page

logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE
AU
CHOU :

Coucou c’est toujours moi merci d’être revenu nous voir pour nous suivre dans la découverte d’un tableau plein d’émotion:

Le Christ à la colonne

Le Christ à la colonne est une peinture
d’Antonello de Messine, effectuée autour de 1475, montrant un détail de la flagellation du Christ.

Le musée du Louvre a acheté l’œuvre en 1992.

La peinture montre l’influence de l’art des Primitifs flamands et vénitiens.

La face du Christ a été un thème souvent utilisé par Antonello : toutefois, en le représentant au milieu de ses douleurs, il réussit, dans ce petit tableau de dévotion, à obtenir un visage émotif qui manque parfois dans ses œuvres similaires.

 

Comme d’habitude, Antonello a consacré une grande attention au rendu des détails : cheveux, barbe, bouche dans laquelle nous voyons des dents et la langue, et la sueur marquant le visage.

On peut rapprocher cette œuvre de l’Ecce Homo précédent du maître qui figure ci-dessous:

Voici ce qu’ils en disent au musée du Louvre

Il s’agit d’un tableau de dévotion privée peint à la fin de la carrière d’Antonello (à Venise ou en Sicile ?). Les dimensions sont d’origine ; l’artiste a choisi un cadrage très serré pour rapprocher le visage du Christ et accentuer la force pathétique de l’image.

logo lardon DUne image de dévotion

Le Christ est représenté de trois quarts, adossé à la colonne de la flagellation, couronné d’épines, la corde au cou. L’artiste a opté pour un cadrage serré qui apparente cette effigie à un portrait et permet de concentrer l’attention du spectateur sur le visage et sur l’intensité de l’expression.
La tête renversée, les lèvres entrouvertes, le regard tourné vers le ciel, le Christ semble basculer dans l’extase. Plusieurs symboles des différents moments de la Passion sont ici présents : la couronne d’épines pour les outrages, la colonne pour la flagellation et la corde pour le portement de croix.
Le format de petite dimension indique qu’il s’agit d’un tableau de dévotion privée, invitant à la méditation.
Au XVe siècle, la piété individuelle prend son essor. Se multiplient alors les images offrant aux fidèles un support pour la prière et la contemplation du sacrifice divin, l’expressivité douloureuse du Christ suscitant chez le spectateur une émotion intense.

Un raffinement dans l’exécution

La connaissance intime qu’a Antonello des règles de la perspective et sa science consommée du raccourci lui permettent de donner au Christ une présence monumentale et à cette évocation de sa Passion, une vraisemblance saisissante.
A cet effet concourt le caractère illusionniste du nœud de la corde qui, placé au bas de la composition, paraît reposer sur le cadre du tableau comme sur le rebord d’une fenêtre ouverte au divin.
Grâce à ce réalisme saisissant, la figure du Christ dégage une impression de vie.
Antonello, lors de son apprentissage dans la Naples des princes d’Aragon, amateurs et collectionneurs de peintures nordiques, s’initie à la technique flamande de la peinture à l’huile :
la superposition des couches de peinture et de glacis introduit les effets de profondeur et de fondu dans le passage de l’ombre à la lumière et permet une précision dans l’imitation des matières et dans la touche qui dessine un à un les cheveux et les poils de la barbe du Christ.

Une oeuvre tardive dans la carrière d’Antonello

D’une très haute qualité d’exécution, ce tableau est une œuvre tardive d’Antonello da Messina.
Probablement peint entre 1476, date à laquelle il séjourne encore à Venise, et 1478 (son retour en Sicile), Le Christ à la colonne connut un énorme succès à en juger par le nombre de répliques et de copies qui nous sont parvenues.
Il est représentatif d’une partie de la production d’Antonello, particulièrement appréciée des particuliers, à savoir des portraits et panneaux de dévotion de petit format.

  • ANTONELLO DA MESSINA (Originaire de Messine, connu à Reggio Calabria en 1457 – Messine, 1479)Le Christ à la colonne  Vers 1476 – 1478
    H. : 0,30 m. ; L. : 0,21 m.
    Acquis en 1992  R.F. 1992-10

Peintures

Aile Denon
1er étage
Grande Galerie
Salle 5

On peut rapprocher cette œuvre de l’Ecce Homo précédent du maître :

Ecce Homo (1470-1475)

SOURCE :
http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/le-christ-la-colonne
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Christ_%C3%A0_la_colonne_(Antonello_de_Messine)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Antonello_de_Messine

LE logo lardon 1LARDON

Share Button

PAPY JANOT : Comment on fabrique les pianos

Print pagePDF pageEmail page

logo dis papySi vous avez le bonheur d’être Papy
Vous ne pouvez pas avoir échappé au
« C’est quoi..?  » et
« Comment on fait ça .. ? »

Pour que vous soyez pas en panne et que vous preniez même de l’avance
sur vos choupinets et choupinettes …

La Chouette a créé la rubrique de
Papy JANOT


« Dis Papy JANOT ….
Comment on fait..? »
Aujourd’hui :
Comment on fabrique
un piano

LOGO PAPY JANOT
Tu vois Lapinou avant de savoir comment on fabrique les pianos de nos jours , il faut revenir un peu en arrière pour découvrir ensemble l’histoire de cet instrument

 

Le piano est un instrument de musique polyphonique à clavier de la famille des instruments à cordes frappées

petit-janot-super-truc. Le nom de l’instrument provient d’une abréviation de piano-forte, nom de son ancêtre du XVIIIe siècle décrit précisément par son inventeur comme un « gravecembalo col piano e forte », un clavecin avec la possibilité de nuancer en intensité le son directement par la frappe des touches, ce qui jusque-là était pratiquement impossible avec les autres instruments à clavier et ainsi de jouer aussi bien piano (doucement) que forte (fort).

Le piano est un instrument polyphonique à clavier, dont les cordes sont frappées par un marteau

 

Ses cordes sont tendues devant une table d’harmonie, à laquelle elles transmettent leurs vibrations par l’intermédiaire d’un chevalet ; elles sont frappées par des marteaux couverts de feutre, actionnés par l’enfoncement des touches du clavier. La vibration des cordes est arrêtée par un étouffoir en feutre, plus mou, lorsque la touche du clavier est entièrement relâchée. .

Aujourd’hui, le piano standard est composé de 36 touches noires et 52 touches blanches, soit un total de 88 touches. Il existe principalement des pianos droits et des pianos à queue

Piano à queue (gauche) et piano droit (droite)


LOGO PAPY JANOTDepuis les premiers pianos leur fabrication à beaucoup progressé

REGARDE……

petit-janott-tres-fort
SOURCES :
site:

http://www.jabo-net.com

LOGO PAPY JANOTPAPY JANOT

 

Share Button

Octobre .. Un morceau de saison

Print pagePDF pageEmail page

De Choubert à Choumann en passant par Choupin

LA PARTITION DE MA2

La Partition de MA2

MUSIQUE A DEUX

Je vous fais découvrir une chanson de saison
Octobre


– Nous avons entendu Agnès sur le net nous dire :
le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deux
– « Voici une  chanson très douce qui est de saison et de circonstance, j’aime beaucoup Francis Cabrel, il est un poète comme il en n’existe peu dans la chanson française, auteur compositeur interprète, artiste talentueux, simple, réservé, gentil »


– Nous avons entendu Minouche elle aussi nous dire :

le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deux– « L’été s’en va tout doucement, et l’automne, le bel automne arrive, avec ses magnifiques couleurs pour nous faire oublier le mauvais temps de ces derniers mois.
Les jours sont plus courts, le soleil est moins fort, mais la nature est si belle qu’elle nous réchauffe le coeur »

– Toutes les deux aiment Francis Cabrel … et vous …?

le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deux
M A 2
Ma musique à deux
Mise en page et sonorisation réalisée avec la complicité de CHOU BLANC

 

Share Button