Archives par étiquette : moyen age

Un roi troubadour : Thibaut de Champagne (1201-1253),

logo poésie smallVos poèmes, vos poèmes préférés …

– Des livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller…. Ou tout simplement comme aujourd’hui un beau texte à nous faire partager

Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!
Aujourd’hui pour la saint Thibaut … Honneur au roi troubadour.. Thibaud de champagne

Le chant de croisade de Thibaut de Champagne,
roi troubadour du XIIIe siècle

Sujet : musique, poésie, chanson médiévale, troubadour, trouvère
Titre :  « chant de Croisade »
Compositeur : Thibaut IV de Champagne (1201-1253), roi de Navarre, Thibaut le chansonnier, Thibaut le posthume
Période : moyen-âge central, XIIIe
Interprète : René Zosso, trouvère, vielliste, et le Clemencic Consort

Filleul de Philippe Auguste, fils posthume de Thibaut III et de Blanche de Navarre, Thibaut IV (1201-1253), roi de Navarre et Comte de Champagne, appelé encore Thibaut le chansonnier, se présente à la fois comme un preux chevalier et un gentilhomme poète.

Amateur d’écriture, on le surnomme également Thibaut le troubadour et il a laissé plus de soixante pièces de poésies et chansons.

On dit de lui qu’il perpétua à la cour du roi de France où il fut élevé sous la protection de son parrain Philippe Auguste, l’art de la poésie et des chansons de trouvères (en langue d’oïl) et on le reconnaîtra même comme un des plus célèbres troubadours en son temps.

Un siècle plus tard, Dante confirmera cette réputation en saluant la qualité de l’oeuvre poétique de Thibaut de Champagne et en le décrivant comme un précurseur de son temps.

Le Chant de Croisade et histoire de  la sixième croisade

Nous partageons ici une des pièces les plus célèbres de ce chevalier gentilhomme étant parvenu jusqu’à nous, notamment grâce au troubadour moderne et vielliste suisse, passionné de musique médiévale, René Zosso

Du point de vue datation, on fait remonter cette chanson aux années 1238/1239 et elle aurait été écrite par Thibaut de Navarre, un peu avant son départ pour la sixième croisade, dite la croisade des Barons, à l’appel du pape Grégoire IX.
Militairement, cette expédition se soldera par une déroute

La rose de Damas … c’est lui..!

 

Thibaut de Champagne reviendra de cette sixième croisade en 1240.

Il en ramènera la Rose de Damas qu’il fera abondamment planter dans les jardins de son palais et qui deviendra par la suite la rose de Provins

 

Paroles du chant de croisade de Thibaut de Champagne

Seigneurs, sachez : qui or ne s’en ira
En cette terre où Dieu fut mort et vif,
Et qui la croix d’outre-mer ne prendra,
A dure peine ira en paradis;
Qui n’a en soi pitié ni souvenance,
Au haut Seigneur doit chercher sa vengeance,
Et délivrer sa terre et son pays.

Tous les mauvais resteront à l’arrière
Qui, n’aimant Dieu, ne l’honorent, ni ne le prient.
Et chacun dit : « Ma femme que fera ?
La laisserai à nul, fut-il ami »,
Serait tomber en bien trop folle errance;
Il n’est d’amis hors celui, sans doutance,
Qui pour nous fut en la vraie croix mis.

Or, s’en iront ces vaillants écuyers
Qui aiment Dieu et l’honneur de ce mont,
Qui sagement veulent à Dieu aller;
Et les morveux, les cendreux resteront.
Aveugle soit – de ce, ne doute mie –
Qui n’aide Dieu une fois en sa vie,
Et pour si peu perd la gloire du monde.

Douce dame, reine couronnée,
Priez pour nous, Vierge bienheureuse !
Et après nul mal ne nous peut échoir.

Surtout le Texte original en langue d’Oil

SOURCE :

Article de Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com (excellent site pour médiévistes)
A la découverte du moyen-âge et du monde médiéval sous toutes ses formes.

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

Huile essentielle
Rose de Damas
https://amzn.to/2u1odvB
Share Button

Vous avez dit que c’était le moyen âge…! Ah bon…?

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …..

je viens  donc avec vous comparer le moyen âge avec les jours heureux que nous connaissons aujourd’hui…
« LA CONTESTATION N’EST PAS TOLÉRÉE EN CLASSE….
LA FERME…!


Musique d’ambiance

Le moyen-âge a duré mille ans et n’est donc pas une unité temporelle cohérente. Pourtant, on n’hésite pas à en faire un tout et à en parler comme d’une époque uniforme, sombre, caractérisée par un peuple d’arriérés incultes et cruels. Et si notre époque contemporaine avait l’humilité de regarder mieux en arrière, pour, qui sait, trouver chez nos ancêtres quelques bonnes idées ? Voici une liste de réussites du moyen âge, qui pourraient bien nous inspirer !

  1. La gestion décentralisée du pouvoir
    A l’époque, l’autorité parisienne n’a que peu de pouvoirs, en particulier jusqu’à la période féodale. Les grands seigneurs concentrent le pouvoir dans chacune de leurs régions. Mais contrairement à celle de 2014, les réformes territoriales se faisaient le plus souvent à la hache ou au fléau d’armes. Ca allait plus vite.
  2. Les femmes à la tête de l’état
    Berthe au grand pied, Aliénor d’Aquitaine, Isabeau de Bavière… sont des exemples de femmes à la tête de la France. La loi salique, qui empêche les femmes d’hériter du trône, n’est revenue en usage qu’au XIVe siècle, pour éviter à Edouard II, roi d’Angleterre, d’hériter de la France via sa femme Isabelle, fille de Philippe le bel (vous suivez ?).
  3. L’unité de l’Europe
    L’Empire de Charlemagne s’étendait jusqu’à l’Oder, donc approximativement sur les actuels France, Benelux, Suisse, Allemagne, Autriche, Slovénie, Croatie, et en partie l’Italie, la Pologne, et la République Tchèque. De quoi faire pâlir les eurosceptiques !
  4. Les terroirs et coutumes
    La coutume était un système juridique basé sur les traditions (orales puis progressivement écrites), reposant toujours sur l’acceptation et le témoignage de la population. Une forme de démocratie locale avant l’heure ? D’autre part, les langues régionales étaient plus vivantes que jamais, et les paysans mangeaient 100% bio et 0% OGM. Prends ça Mosanto.
  5. L‘activité en milieu rural
    Au moyen-âge, les paysans représentent près de 95% de la population. La vie dans les campagnes est très animée, avec des foires, des fêtes religieuses régulières, et aussi par une activité culturelle par l’intermédiaire des châteaux et des monastères.
  6. Les jours fériés
    En plus des dimanches qui étaient tous obligatoirement chômés, les travailleurs disposaient d’une trentaine de jours fériés par an, dont 27 fêtes religieuses. Les samedi et les veilles de fêtes, on bénéficiait d’un temps de travail réduit. Il semble qu’aucune manifestation pour le travail du dimanche n’ait été organisée.
  7. Le droit d’asile
    Les églises constituaient des espaces de protection où aucun homme, quelque soit son crime, ne pouvait être arrêté. Même si les modalités de ce droit ont bien sûr varié au cours des 1000 ans qui constituent le moyen âge, le côté sacré du droit d’asile a toujours existé. Et aujourd’hui ?
  8. La médecine gratuite
    L’hospitalité était obligatoire. Les hotels-Dieu, maison-Dieu, léproserie, maladrerie, et autres hospices, étaient gratuits et permettaient de secourir les pauvres, les pélerins et les malades. Il existait aussi des impôts à cette fin. Mais pas de trou de la sécu.
  9. La construction des cathédrales

    Des édifices gigantesques (plus de 100m de côté, jusqu’à 50m de haut) qui sont des chefs d’oeuvres d’architecture, d’art (sculptures, peintures, bas-reliefs, vitraux), tenant encore debout après presque un millénaire …
    “tu peux juste pas test”, comme disait Louis VI le gros.
  10. Des prénoms qui pètent
    Brunehaut, Gènevote, Adelphe, Foulques… c’est quand même plus la classe que Benjamin ou Nicolas ! Et on ne parle pas de Kevin.

SOURCES:  Sur ce sujet, lire : Pour en finir avec le moyen âge, de Régine Pernoud.

http://www.topito.com/


POTACHE

.

Share Button

MUSIQUE MEDIEVALE : Les cantigas de Santa Maria – Cantiga 10 « ROSA DAS ROSAS »

De Choubert à Choumann en passant par Choupin

 LA PARTITION DE MA2

          La Partition de MA2
  Musique à deux

Les Cantigas de Santa Maria constituent une des plus vastes compilations de thèmes musicaux qui nous soit parvenue en provenance du XIIIeme siècle.

SENS DU TERME « CANTIGA »

Sens de chanson monophonique espagnole. Les mots « cantiga », « cantica », « cantar », ont été trés employés dans la péninsule ibérique jusqu’au milieu du XVeme siècle.Les cantigas pouvaient appartenir à des genres divers : amour courtois, satire, grivoiserie, mystique.C’est bien entendu à cette dernière catégorie qu’appartiennent les Cantigas de Santa Maria.
C’est le roi de Castille Alfonso el Sabio ( le savant, ou le sage ), à la tête d’une équipe d’artistes, qui a élaboré cette oeuvre monumentale entre 1250 et 1280 environ. Le roi Alfonso expose son dessein dans le prologue qui ouvre la série des 426 cantigas:

« L’art du troubadour exige de l’entendement et de la raison, et bien que je ne possède pas ces facultés au degré que je voudrais, j’espère que Dieu me permettra de dire un peu ce que je désire. Et ce que je désire, c’est que la Vierge fasse de moi son troubadour. »

Oeuvres mystiques mais non destinées à la liturgie, ces œuvres s’interprétaient peut-être lors de diverses festivités, parfois accompagnées de danses comme le montre l’enluminure ci-contre,issue de la cantiga 120.

 

CANTIGA 10
( Rosa das rosas )

 


M A 2      Ma musique à deux
le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deuxMise en page et sonorisation réalisée avec la complicité de CHOU BLANC
Merci à l’excellent site
« Musiques et poesies médiévales » à ne pas manquer Pour vos animations :

CONTACT: Marcel Arnoux.
Les blaches 26120 UPIE
Tél. 04 75 84 42 94

Share Button