Archives par étiquette : ménopause

BOUFFEES DE CHALEUR : La régulation thermique de l’ours polaire – C’est la médecine de l’ours


mémé marthe est l'arrière grand mère de Chou blanc magnétiseuse comme lui ( ou le magnétisme en héritage 3 générations après) BLOC NOTE
CHOULAGER

par Chou-Blanc

«  La force de l’esprit sur le corps « 

—- De l’esprit de l’ours à la médecine de l’ours —-
La rubrique choulager rapporte depuis un an  (catégorie choulager ) le savoir faire des anciens….. ce que d’autres appellent les remèdes des grands mères.  (
Voir une de ces rubriques  –le secret de l’oignon
)
Avec Mémé Marthe, arrière grand mère de Chou blanc et  magnétiseuse comme lui, on va….. plus loin ….!
Avec eux deux, on découvre comment se gère le magnétisme légué en héritage 3 générations après…..
Pour Chou blanc, c’est une sorte de spiritualité matinée d’un chamanisme encore mal digéré… mais toujours à la recherche des meilleurs bienfaits à donner aux hommes et aux femmes qui acceptent de croiser sa route…. Ambiance…!
Durant ce weekend,
on part, en deux rubriques,  à la rencontre des énergies, celles de notre corps ….. et d’ailleurs…..

SAMEDI        – De l’esprit de l’ours à la médecine de l’ours
DIMANCHE – BOUFFÉES DE CHALEUR : La régulation thermique de l’ours polaire – C’est la médecine de l’ours

—- LA LUTTE CONTRE LES BOUFFÉES
DE CHALEUR —–

—— PASSE PAR LE PROTOCOLE DE L’OURS  ———-

Définition des bouffées de chaleur

L’âge moyen de la ménopause est en France d’environ 51 ans.
La ménopause est par convention la période qui commence environ une année après les dernières règles. Elle va durer jusqu’à la fin de la vie
La ménopause occasionne  une sensation de chaleur d’intensité plus ou moins importante selon les femmes, survenant d’abord la nuit puis toute la journée, concernant le visage et survenant subitement et de manière passagère (1 à 2 minutes). Quelquefois, ces bouffées de chaleur atteignent également le cou et le thorax et s’accompagnent de sueurs plus ou moins profuses et de frissons (plus rarement).
Les principales gênes à la qualité de la vie des femmes ménopausées sont surtout les bouffées de chaleur constatées chez 3 femmes sur 4.

 Causes des bouffées de chaleur

Témoignant de l’arrêt de la fabrication d’hormones (oestrogènes et progestérone) par les ovaires, la ménopause est une étape toute naturelle dans la vie des femmes. La perturbation de l’activité hormonale entraine chez la femme, les bouffées de chaleur qui sont également favorisées par les émotions, le stress, un changement de température extérieur

Traitement des bouffées de chaleur

 La plupart des traitements proposés pour lutter contre les désagréments liés à cette période consiste à apporter à l’organisme les hormones manquantes que ne produisent plus les ovaires. Cependant, ces traitements hormonaux de substitution font l’objet de plusieurs controverses
Certains psychotropes (médicaments du système nerveux central) peuvent également être utilisés avec efficacité en cas de contre-indication des hormones.

Le protocole de l’ours de quoi s’agit il ?

Je l’utilise en tant que magnétiseur pour aider à contrer les bouffées de chaleur des personnes atteintes en leur apprenant  à réguler leur température corporelle
Mon protocole a fonctionné à plusieurs reprises sur les malades que j’ai accompagné dans cette nouvelle approche sophrologique.
Pour mieux comprendre ce protocole, je vous demande de lire ce paragraphe documentaire car il s’appuie essentiellement sur les observations du monde animal et du principe de thermorégulation de leurs corps  

Principe de la thermorégulation
Classification

Dans le monde animal on distingue 3 catégories de mécanismes de thermorégulation:

1- L’endothermie : capacité de certains animaux à contrôler leur température interne via un muscle, en brûlant des réserves de graisse, …
2- L’homéothermie : capacité de certains animaux à maintenir la température de leur corps constante, indépendamment des influences externes.
3- Le tachymétabolisme : thermorégulation maintenant un haut niveau de métabolisme au repos.

Dans le règne animal, le terme homéotherme s’applique à des organismes dont le milieu intérieur conserve une température corporelle constante, indépendamment du milieu extérieur.
La plupart des organismes homéothermes sont également endothermes (c’est-à-dire que la chaleur  corporelle est produite par l’organisme lui-même par le métabolisme).
Néanmoins il existe des espèces qui ont des fonctionnements particuliers.
Par exemple, le colibris et les  chauve-souris sont des endothermes poïkilothermes capables de suspendre leur thermorégulation pendant les périodes nocturnes et hivernales

Les homéothermes comprennent également le groupe des hétérothermes. Ce sont des organismes homéothermes dont la température interne peut varier dans certains cas.
Un exemple est le martinet noir. Ainsi, un tout jeune martinet complètement affamé peut sombrer une nuit entière dans une profonde léthargie (sa température peut descendre jusqu’à 5 °C, son rythme respiratoire baisse de moitié)

 On peut également citer les animaux qui hibernent, ou les nourrissons dont la température corporelle n’est pas encore stable.

Comment les mammifères régulent ils leur température ?

 La plupart des mammifères sont des homéothermes. La majorité de l’énergie que nous absorbons par la nourriture est dépensée pour conserver notre corps à la bonne température.
Pour les hommes, en cas d’augmentation de notre température corporelle, on parle de fièvre ou hyperthermie, en cas de baisse de température, on parle d’hypothermie. Dans les deux cas, si la température n’est pas rétablie, la mort peut survenir.
Observons la nature cherchez la raison pour laquelle les oiseaux dorment sur une patte est qu’ils ne possèdent pas de plumage à cet endroit. Ils lèvent donc une patte pour la garder au chaud et limiter ainsi les échanges thermiques tout en gardant la possibilité de s’envoler rapidement en cas de danger.
Intéressons nous à l’hibernation avec l’exemple du  hérisson, qui  quand l’hiver arrive, tombe en hibernation et sa température chute.
Sa température peut alors descendre à quelques degrés au-dessus de zéro. Ceci  n’est pas le cas pour l’ours qui va constituer notre référence mentale

Thermorégulation de l’ours

L’ours brun

Chaque  hiver  l’ours  rentre  dans  une  période  d’ «hypothermie hivernale », période de torpeur prolongée, au cours de laquelle sa température chute beaucoup moins que celle des hibernants profonds. En fait, l’ours est capable de se réveiller n’importe quand pendant cette période et même de se déplacer ; sa température ne baisse que de 5 °C, mais ses rythmes cardiaque et respiratoire diminuent fortement, ce qui permet de réduire son métabolisme de plus de 50 p. 100.

L’ours polaire

Il vit dans un environnement de glace et de neige avec une température qui  peut atteindre – 34 °C.
L’ours polaire est équipé pour survivre aux deux saisons de l’Arctique.
– L’hiver, il hiberne et économise de l’énergie puisque ses fonctions vitalessont ralenties.
– L’été, la glace polaire fond en partie et se mélange à des eaux plus chaudes.

L’ours doit alors nager en utilisant ses larges pattes antérieures comme des rames ; il parcourt alors jusqu’à 20 kilomètres par jour dans l’océan pour chasser.
L’épaisse fourrure blanche et la couche de graisse située sous leur peau sont des moyens de lutte contre le climat froid. Sa fourrure se renouvelle de mai à août, elle est habituellement de 5 à 15 centimètres sur la majeure partie du corps
Malgré cette armure, il faut savoir que le poil perd quasiment son pouvoir isolant quand il est mouillé. Les mammifères marins ont donc une couche de graisse très épaisse. Dans les mers polaires la perte de chaleur dans l’eau se fait 50 à 100 fois plus vite que dans l’air, puisque la convection intervient aussi.
La température de leur peau est proche de celle de l’eau mais leur température corporelle est entre 36 et 38°C !

Pour maintenir ainsi sa température corporelle, l’ours blanc est extrêmement bien isolé; au point qu’il souffre de la chaleur dès 10°C. Mais il ne survivrait pas à l’équateur, car il y fait trop chaud pour son métabolisme conditionné pour les grands froids.
Au-delà de son système d’isolation conserver sa chaleur est un défi constant pour ce type d’animal. Il possède donc en sus, une autorégulation un thermostat interne (hypothalamus) qui pousse son métabolisme à l’autorégulation de sa température corporelle en toutes circonstances.

Stratégies

L’ours polaire est donc capable au-delà de sa carapace  de graisse et de poils d’autoréguler sa température. C’est ce  mécanisme qui nous intéresse pour bâtir mentalement un modèle à partir du métabolisme d’un animal sachant maintenir sa température corporelle dans une environnement arctique, une eau glaciale comme  au cours de son exhibition forcée dans les cages d’un cirque surchauffé.

Comment marche cette Thermorégulation?

– Par adaptation du système cardiovasculaire : variation de la quantité de sang qui circule entre les parties internes du corps et la peau
– Par vasodilatation, ce qui augmente le transfert de chaleur (rayonnement, conduction et convection)
Les Mammifères marins se retrouvant en mer chaude pour se reproduire dissipent la chaleur métabolique excédentaire par dilatation de vaisseaux de la couche externe de la peau.
– Par vasoconstriction, qui réduit l’apport sanguin et le transfert thermique

Ainsi par la thermorégulation la température des bras et des jambes chez l’humain est à quelques degrés sous celle du tronc qui abrite les organes vitaux.

TESTEZ  LE PROTOCOLE DE L’OURS

LA  LUTTE CONTRE LES BOUFFÉES DE CHALEUR
PASSE PAR LE PROTOCOLE DE L’OURS

Le précepte proposé par le protocole de l’ours polaire
consiste à accompagner le processus naturel d’’auto régulation, en proposant une solution de maitrise de son corps par  la  régulation de sa température.
Cet exercice restera temporaire puisque  l’évolution physiologique de notre corps fait disparaître les bouffées de chaleur  progressivement au fil de l’âge.
Ainsi, le protocole de l’ours polaire  ne bouleverse pas l’ordre naturel des choses et n’engendre pas les effets secondaires des traitements hormonaux.

 ETAPE 1   Devenez l’ours
Imprégnez vous des textes qui précédent pour vivre comme l’ours être bien en lui, et se sentir proche de lui, l’aimer comme quelqu’un qui va vous aider…!
Visualiser l’image  ci-contre qui exprime sa puissance sa forceprotectrice.

ETAPE 2   Visualisez vous à côté de lui……près de lui… !

Visualisez….Imaginez l’ours seul sur la banquise en train de fondre, il semble être abandonné  de tous devant cette transformation climatique qui le touche…. comme vous qui vivez ce bouleversement «  climatique » de votre corps.

Il est sans secours apparent au milieu de ce froid intense, et ce vent glacial qui lui brule les yeux ….

Approchez vous de lui …Asseyez vous à côté de lui …Trempez vos pieds comme lui dans l’eau glacée … Jouez avec vos mains dans la neige. Frottez vous les bras avec …ça créée des liens ….il vous adopte et …… cela fait monter les premiers frissons et avec eux le mécanisme du froid qui envahit votre corps…!

ETAPE 3  Prenez les commandes dans votre corps …régulez vous-même
Une sensation bizarre est au cœur de votre être (c’est l’esprit de l’ours) vous sentez la chaleur corporelle de l’ours à vos cotés qui vous touche …. la tête et le tronc sont en feu.

Malgré le vent glacial qui balaye la banquise, vous sentez qu’il régule la température de son corps..et du votre  à 37°……  Comme l’ours …… sur ordre de votre thermostat interne ( hypothalamus)  vous vous surprenez à réguler pour obtenir la même température que lui …!

  ETAPE  4  Prenez conscience des changements virtuels et trompez votre hypothalamus
Prenez conscience de la différence de température qui s’opère et aussi du refroidissement plus prononcé de vos membres. Ils  constitueront désormais une réserve de froid immédiatement disponible à la bouffée de chaleur montante.

ETAPE 5 :    Au secours la bouffée arrive
Imprimez  un image de l’ours polaire. Celle qui vous plait et laissez la traiter à portée de vue de temps en temps dans la journée.   Même si vous ne pouvez pas visualiser dans votre tête l’ours polaire….. Tentez de le faire ou pensez simplement à lui
A la moindre alerte, reprenez les commandes et utilisez le froid des membres pour l’injecter sur le la tête et le tronc. Si nécessaire, asseyez vous sur la banquise encore une fois avec lui en reprenant les étapes précédentes….

ETAPE 6 :    L’image de l’ours  me transporte dans le froid… L’image de l’ours m’accompagne…!
Ainsi imprégnée de l’esprit de l’ours, vous faites corps avec lui, la médecine de l’ours est en marche……. et la mémorisation de son image va suffire à maintenir votre température intérieure à 37°

AU BESOIN VOUS POUVEZ VISUALISER CETTE VIDÉO DE TEMPS EN TEMPS
VOUS SEREZ VITE COMME CET OURSON ……. FILLE ADOPTIVE DE L’OURSE POLAIRE


Svalbard, royaume de l’Ours Polaire
envoyé par MOVIERANDO. – Découvrez plus de vidéos d’animaux.

VERSION  IMPRIMABLE  DU  PROTOCOLE  SEUL  
Vous pouvez aussi obtenir l’impression de toute la page documentaire en cliquant sur « IMPRIMER » ci-dessous

Chou Blanc est effectivement magnétiseur - Cliquez pour découvrir son site . L'usage professionnel du protocole de l'ours est interdit sans autorisation de JPG DIFFUSIONChou Blanc
Vous commentaires seront les bienvenus pour améliorer le protocole ou pour confirmer son efficacité
Les commentaires en privé sont possibles : choublanc@mafeuilledechou.fr

3688

Share Button