Archives par étiquette : martyrs

CHOULESTROPIC : Pour la sainte Blandine, Il s’arrête à Lyon à l’amphithéâtre des trois gaules


LOGO choulestropic CARNET
DE VOYAGES

de
Aubin CHOULESTROPIC

.
Parmi les potes âgés du potager municipal
Aubin CHOULESTROPIC a la passion des voyages …
Cette fois encore, nous lui arroserons ses salades et ses tomates pour qu’il parte assouvir sa passion….
Mais cette année, nous avons, en contrepartie, exigé qu’il alimente la rubrique voyages de l’été dans la Chouette…. Nous le suivrons donc semaine après semaine…

Ambiance Ambiance…..




Lyon: L’amphithéâtre des trois gaules

Mon voyage à travers le temps s’arrête aujourd’hui à Lyon à l’amphithéâtre des trois gaules,


Ce lieu est connu pour être le lieu des exécutions de  martyrs chrétiens en 77 , dont SAINTE BLANDINE
et SAINT POTHIN.

C’était le lieu des assemblées des représentants gaulois, sorte d’assemblée nationale de l’époque gallo romaine, mais aussi lieu de cérémonies au culte officiel ou exécutions;

Le poteau symbolise le lieu où était attachée SAINTE BLANDINE au moment de son exécution

Ne vous fiez pas aux apparences; cet amphithéâtre tel qu’il est peut paraitre petit, mais c’était l’un des plus grands de Gaule; très peu de choses ont été déblayées…
S’il fallait le dégager, il faudrait raser une grande partie de ce qui est autour, y compris la ligne de métro C .
L’amphithéâtre , situé sur les pentes de la CROIX ROUSSE à Lyon, n’a été découvert qu’au début du XXeme siècle.
Urbanisation aidant, on l’a recouvert afin de pouvoir construire des habitations et la ligne de funiculaire; c’est en recherchant le temple de Cybèle ( toujours pas trouvé d’ailleurs), que l’on a découvert l’amphithéâtre que beaucoup de gens, lyonnais y compris, confondent avec les théâtres de Fourvière

 SOURCES :  site – balademaconnaise

 AUBIN CHOULESTROPIC1EN SAVOIR PLUS SUR SAINTE BLANDINE

Sainte martyre Blandine de Lyon

Sainte martyre Blandine de Lyon. Fresque de la chapelle orthodoxe de la Dormition de la Mère de Dieu (Drôme)

Sainte Blandine, dite de Lyon, est une chrétienne de la première communauté chrétienne de Lyon.
Elle est martyrisée en 177 sous Marc-Aurèle.

À l’origine esclave romaine, elle se joint à la communauté chrétienne.
Blandine et ses 47 compagnons (dont l’évêque de Lyon, saint Pothin) sont les Martyrs de Lyon en 177 qui sont morts soit en prison, soit livrés aux bêtes dans l’amphithéâtre des Trois Gaules, retrouvé sous le jardin des plantes de la Croix-Rousse

UNE FEMME SOUS LA TORTURE, BLANDINE
« Je suis chrétienne et chez nous il n’y a rien de mauvais ».

LE CHOURISTE Jeune esclave, Blandine a été martyrisée à Lyon sous Marc-Aurèle en 177 avec une quarantaine d’autres chrétiens de Lyon et de Vienne. Leur martyre a été relaté par des témoins oculaires qui ont rédigé une « Lettre des Églises de Lyon et de Vienne » adressée aux Églises de Phrygie et d’Asie et retranscrite au IVe siècle par Eusèbe dans son Histoire ecclésiastique.
Il s’agit ainsi d’événements d’une historicité sûre.
Lettre de l’an 177 des chrétiens de Vienne et de Lyon à leurs frères d’Asie et de Phrygie
L’HISTORIEN EUSÈBE RACONTE…

« En la personne de Blandine, le Christ montra que ce qui paraît aux yeux des hommes sans beauté, simple, méprisable, est digne, aux yeux de Dieu, d’une grande gloire à cause de l’amour qu’on a pour lui, cet amour qui se montre dans ce qu’on est capable de faire et ne se vante pas d’une apparence extérieure.
Nous tous, en effet, nous avions craint, et avec nous sa maîtresse – laquelle était aussi engagée dans le combat et au nombre des martyrs – que Blandine, dans cette lutte, ne soit pas capable, à cause de sa faiblesse physique, de faire avec assurance sa confession de foi.
Mais Blandine fut remplie d’une telle force qu’elle épuisa et fit capituler tous ceux qui successivement la torturèrent de toutes les façons, du matin au soir.
Eux-mêmes se reconnaissaient vaincus, ne sachant plus quoi lui faire, et ils s’étonnaient qu’elle respirât encore, quand tout son corps était brisé et ouvert.
Ils avouaient qu’une seule espèce de ces tortures était suffisante pour arracher la vie à quelqu’un ; à plus forte raison, des tortures si cruelles et si nombreuses !
Cependant la bienheureuse, comme une courageuse athlète, trouvait une nouvelle jeunesse dans la confession de sa foi.
C’était pour elle une reprise, un repos, un apaisement dans tout ce qui lui arrivait, que de dire :
« Je suis chrétienne et chez nous il n’y a rien de mauvais ». »

 

 AUBIN CHOULESTROPIC1

Aubin CHOULESTROPIC

Share Button

SAINTS GUÉRISSEURS: SAINTE JULIE … Patronne de la Corse

 

                                         SAINTE JULIE                           

MARTYRE  IV Siècle –  Fête le 8 Avril ou le 22 Mai

SAINTE PATRONNE :
De la CORSE avec Sainte Devote

VÉNÉRÉE : Église PIÉVANE de NONZA en CORSE

ATTRIBUTS :
Elle est généralement représentée avec la palme des martyres et les seins coupés( voir la légende ci-dessous)

INVOQUÉE :
Pour protéger les mères contre le tarissement de leur lait

barre bleue

 LA VIE DE SAINTE JULIE

Sainte Julie P Biardeau
Terre cuite polychrome, XVIIe siècle
Angers-Collegiale-Saint-Martin

Julie de Corse ou sainte Julie (santa Ghjulia en corse) est la patronne de la Corse.
Elle vécut au début de l’ère chrétienne et sa fête est célébrée le 8 avril ou le 22 mai


Comme toujours lorsqu’il s’agit des saints des premiers siècles, la vie de sainte Julie divise les hagiographes.
La version des Bollandistes fut adoptée par le propre des offices du diocèse d’Ajaccio, mais elle n’est pas sans contradictions : 

Sainte Julie attribuée à Pierre Biardeau
Terre cuite polychrome
Milieu du XVIIe siècle

Selon eux, Julie était issue d’une famille noble de Carthage. Après la prise de la ville par les Vandales de Genséric en 439 et la soumission de la population, Julie fut vendue comme esclave à un commerçant syrien, Eusèbe.
La jeune chrétienne se dévoua avec zèle à son maître.

Eusèbe l’embarqua avec lui lorsqu’il partit pour la Gaule. Il fit escale en Corse, près de Nonza, où l’on célébrait ce jour-là les dieux par le sacrifice d’un taureau.
Eusèbe se joignit aux festivités mais Julie, pleine de réprobation pour une fête païenne, demeura sur le bateau.

Lorsque Félix Saxo, le gouverneur local, apprit qu’elle s’y trouvait, il enivra Eusèbe, qui refusait de la livrer.
Lorsque le marchand fut endormi, il fit enlever la jeune chrétienne et lui demanda de sacrifier aux dieux.

Julie fut condamnée à mort pour son refus et surtout pour sa réponse hardie.
Elle fut frappée au visage jusqu’au sang, traînée par les cheveux, fouettée puis crucifiée.
La légende veut qu’une colombe s’échappa de sa bouche, symbole d’innocence et de sainteté.

Des religieux de l’île de Gorgone vinrent chercher son corps et le placèrent à l’abri dans leur monastère.
Plus tard, ses restes furent transportés à Brescia et ouvrirent un culte à sainte Julie dans le Nord de l’Italie.

Cette version fut adoptée par les offices du diocèse d’Ajaccio.

barre bleue

SAINTE JULIE D’ORIGINE CORSE…?

Selon une autre version de la vie sainte Julie (Santa Ghjulia) était native de Nonza, et contemporaine de santa Divota, c’est-à-dire sous le règne de Dioclétien, au tout début du IVe siècle.

 

                                                  

 

barre bleueLA LÉGENDE DE SAINTE JULIE

Les fontaines de Santa Ghjulia.

village de Nonza ; deux fontaines jaillirent de la roche.

Parce qu’elle refusait de sacrifier aux dieux, les Romains la torturèrent.
La légende a retenu particulièrement l’un des supplices : ses bourreaux lui coupèrent les seins et les jetèrent contre les rochers, en contrebas du village Corse de Nonza ; deux fontaines jaillirent aussitôt de la roche.

.

Le miracle enragea ses bourreaux, qui l’attachèrent à un figuier et la laissèrent mourir dans la souffrance. Comme dans la précédente version, une colombe s’échappa de sa bouche à sa mort.

Cette seconde version toutefois peu vraisemblable de la vie de sainte Julie fut soutenue par de nombreux chroniqueurs tels que Vitale, Colonna ou Fra Paolo Olivese.

barre bleue

LE CULTE DE SAINTE JULIE

  Les versions acceptées par la tradition locale se mélangent et, par exemple, on a vu dans l’iconographie hagiologique sainte Julie crucifiée les seins coupés (ex. toile du XVIe siècle située dans l’église PIÉVANE de NONZA).

Les habitants de Nonza rendirent un culte fervent à Julie peu après son martyre. Un sanctuaire fut bâti en contrebas du village, mais détruit par les Barbaresques en 734.
LA FONTAINE DES MAMELLES , qui ne s’est jamais tarie, attira très tôt une foule de pèlerins, venus de la Corse entière.

Aujourd’hui encore, chaque année, la Sainte-Julie, est fêtée à Nonza et dans toute la Corse, par de fastueuses cérémonies.
Sainte Julie fut proclamée patronne de la Corse (avec sainte Dévote) par un décret de la Sacrée congrégation des rites du 5 août 1809.

MIRACLES ET GUÉRISONS DE SAINTE JULIE

Ses eaux, considérées comme miraculeuses, devaient opérer de nombreuses guérisons et protéger les mères contre le tarissement de leur lait. Certaines se rendaient en pèlerinage à Nonza, pieds nus, pour s’attirer les faveurs de la sainte.

Une plaque célèbre le martyre de Julie sur le rocher de la fontaine.

DICTONS DE SAINTE JULIE

« Pour la Sainte-Julie, le soleil ne quitte pas son lit. »

 barre bleue

Chou Blanc est   effectivement magnétiseurPrécédente rubrique :  SAINTE LUCIE
L
a ligne éditoriale de cette série est accessible   BON COURAGE...!

CHOU BLANC (Les autres saints guérisseurs – faire catégorie SAINT THOL )
330

Share Button

SAINTS GUERISSEURS : Saint André deuxième apôtre – Lutte contre la Stérilité conjugale

    SAINT  ANDRE   
Apôtre et Martyr à PATRAS ( Grèce)
I èr siècle (mort en 62 )
– Fête le 30 novembre

 Patron des pêcheurs et des poissonniers, des porteurs d’eau , des bouchers , des cordiers

Invoqué dans les combats contre la stérilité conjugale, frigidité, impuissance, maux de gorge, apoplexie, torticolis, et  crampes

barre bleue

Tableau de yacinthe Rigaud (Français, 1659-1743): Saint André--Hyacinthe Rigaud, né à Perpignan le 18 juillet 1659 et mort à Paris le 29 décembre 1743, est un peintre français, spécialisé dans le portrait.  Né dans l'ancienne province de Catalogne, Rigaud, de son orthographe catalane « Rigau », est considéré comme l’un des plus célèbres portraitiste - Rigaud doit sa célébrité à la fidélité de la dynastie des Bourbons, dont il peint les effigies sur quatre générations. LA VIE DE SAINT ANDRE
Cité par Hérodote, André est un prénom grec assez rare qui signifie viril, beau ou courageux.

André est né à Bethsaïde, en Galilée, sur les bords du lac de Tibériade. Avec son frère Simon, il était pêcheur. Recherchant Dieu, il avait d’’abord été le disciple du prédicateur Jean le Baptiste, qui l’avait certainement baptisé.
Lorsque Jean-Baptiste désigna Jésus-Christ en disant : « Voici l’’Agneau de Dieu », « l’’Agneau de Dieu qui l’emporte sur les péchés du monde » (Jean I:29-40), il le suivit et ne le quitta plus.
Il fut ainsi le premier disciple appelé par Jésus-Christ.

Souvent considéré comme le deuxième apôtre André servit souvent d’’intermédiaire c’’est déjà lui qui  présenta notamment son frère Simon ( saint pierre) à Jésus 

Selon Saint Mathieu, voici les noms des douze apôtres. Le premier, Simon, appelé Pierre, et André, son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère ; Philippe, et Barthélemy ; Thomas, et Matthieu, le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée ; Simon le Zélote (ou le Cananite), et Judas l’Iscariote, celui qui livra Jésus. »

Après la Pentecôte, ils se séparèrent pour évangéliser les peuples  avec pour tout bagage cette mission de Jésus :

« Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité

André lors de la Pentecôte, reçut la plénitude de la Grâce du Saint-Esprit et se vit attribuer par le sort l’évangélisation des côtes de la Mer Noire (le Pont Euxin), de la Bithynie, de la Thrace et de la Grèce (Macédoine, Thessalie et Achaïe). Fidèle aux recommandations du Seigneur, il ne prit avec lui ni bourse, ni besace, ni bâton (Mat. 5) et s’en alla sur les chemins pour proclamer la Bonne Nouvelle du Salut. Finalement en Grèce, à Patras, où  le Saint apôtre convertit la propre épouse du proconsul romain, Maximilla, en la guérissant d’une incurable maladie.
Il répandit ses bienfaits sur les autres habitants et constitua rapidement une large communauté de disciples du Christ.
Pendant l’absence du proconsul Egée, il convertit aussi son frère et remplaçant, Stratoklès.
A son retour, Egée rentra dans une grande colère en voyant les progrès du Christianisme jusque dans sa propre maison, et il fit arrêter l’Apôtre.
De sa prison, André continuait sa prédication et il ordonna Stratoklès comme Évêque de Patras.

barre bleue

Crucifixion de sanit andréLA CRUCIFIXION DE SAINT ANDRE
Quelques jours après, la sentence fut prononcée sans jugement, et le Saint fut crucifié en l’an 62.

Crucifixion de saint André, Les Très Riches Heures du duc de Berry, musée Condé, Chantilly, ms.65, f.201r, Jean Colombe, vers 1485-1486

Egée lui aurait offert l’’alternative suivante : sacrifier aux idoles ou mourir sur la croix. Ayant choisi le martyre, selon la tradition c’est sur une croix en forme de X que fut crucifié Saint André.
Egée, afin de rendre plus longues les souffrances, aurait ordonné de ne pas clouer le supplicié sur la croix mais de l’y ligoter!
Pendant sa lente agonie Saint André a continué de prêcher devant le peuple qui s’était rassemblé autour de lui, jusqu’à son dernier souffle.
L’’apôtre survécut pendant deux jours, durant lesquels il prêcha à la foule, qui s’’indigna et menaça le proconsul de mort. Celui-ci chercha donc à le faire descendre de la croix,
« Que viens-tu faire ici, Egée ? Si c’est pour croire en Jésus-Christ, à la bonne heure, je t’assure qu’il te fera miséricorde ; mais si c’est pour me faire descendre de la croix, sache que tu n’en viendras pas à bout et que j’aurai la consolation d’y mourir pour mon cher maître »..
Egée ordonna de détacher André, mais les bourreaux étaient mystérieusement affaiblis lorsqu’ils en approchaient, tandis que l’Apôtre priait d’une voix forte :
« Ne permettez pas, mon Seigneur, que votre serviteur qui est attaché à cette croix pour la confession de votre Nom, en soit délié .
O
n ne put le délier et une
demi-heure avant son dernier soupir, son corps fut inondé d’une lumière toute céleste, qui disparut au moment où il rendit l’âme c’était croit on le 30 novembre 62.

A la grande fureur d’Egée, Maximilla, recueillit le corps de saint André, l’embauma et l’enterra. Lorsque Egéevoulut envoyer une députation dénoncer Maximilla à l’Empereur, un démon se jeta sur lui, le traîna sur la place publique et l’étrangla.

barre bleue

Culte et reliques  du saint apôtre André
Au 4ème siècle, ses reliques furent transférées à Constantinople. Une importante relique, qui avait été déposée au 15ème siècle au Vatican, fut restituée en 1966 aux Orientaux en signe de la volonté de communion entre l’Eglise de Rome et les patriarcats orientaux

Saint patron de la Russie et de l’’Ecosse

Saint André qui est aussi connu pour être le patron des pêcheurs de poissons d’’eau douce, des poissonniers et des cordiers
Au Moyen Âge, plusieurs contrées le désignent comme leur saint patron, de la Grèce à la Russie, en passant par l’Écosse.
Le drapeau de l'Écosse arbore un sautoir blanc, une crux decussata représentant la croix du martyr chrétien l'apôtre saint saint André, patron de l'Ecosse sur un fond bleu. Il est souvent connu sous le nom de Croix de saint André ou The Saltire (sautoir en anglais)La Russie actuelle a rétabli la croix de saint André sur les pavillons de ses navires de guerre, comme le faisaient autrefois les marins du tsar depuis 1690, sous le règne de Pierre Ier.L’’ordre de Russie le plus prestigieux était l’’ordre impérial de Saint-André.
Il est aussi le saint patron de l’’Écosse ; plusieurs loges maçonniques ainsi que de très nombreux pubs ainsi qu’une université d’’Écosse ont été nommés en son honneur.
De nombreux lieux et communes de par le monde portent le nom de Saint-André, en particulier Santander dont la croix figure sur le drapeau basque.

En France, Il est le saint patron de la cathédrale de Bordeaux…l’expansion de son culte surtout en Bourgogne s’’est accompagnée d’’un développement iconographique considérable. Réciproquement, les images qui mettent en scène l’’apôtre ont elles-mêmes alimenté et soutenu cette expansion.

Les aspects variés du culte de saint André en Bourgogne

Sous Jean sans Peur, la croix de saint André a cristallisé nombre de passions identitaires. Devenue le signe de ralliement des partisans bourguignons, elle fut rapidement érigée au rang d’emblème dynastique. Philippe le Bon puis Charles le Téméraire contribuèrent, quant à eux, à officialiser le culte de saint André en Bourgogne, en plaçant l’’ordre de la Toison d’’or sous le double patronage prestigieux de la Vierge et de l’’apôtre André et en reprenant son effigie sur leurs monnaies et sur leurs étendards militaires. De ce fait, la double figure du saint et de sa croix devint une composante essentielle de la représentation de la maison de Bourgogne, étroitement liée à la célébration de la gloire des ducs.

Sa place dans l’’histoire du culte des saints.
L’’examen des formes de la vénération dont saint André a été l’objet durant la période qui s’’étend du ve au XV e siècle permet d’’apprécier la place qu’’occupe le culte de cet apôtre dans l’’histoire du culte des saints. Au sein du collège apostolique, saint André est l’’un des premiers apôtres à bénéficier des plus grands honneurs. En Gaule, les développements de son culte se sont inscrits dans le cadre de la dévotion martyriale. Très vite, il a pris des proportions importantes, dont témoignent aussi bien les sources liturgiques que les dédicaces d’’églises.

barre bleue

Invocationsaint André

0 Dieu qui, par le ministère du bienheureux André, avez fait germer la semence de l’évangile, exaucez nos prières, et faites que nous ressentions les doux effets de l’intercession de votre saint apôtre auprès de votre divine Majesté. Nous vous en prions, par N.-S. J.-C. Ainsi soit-il.
Priez pour nous et assistez-nous.

Prière
Seigneur, maître du monde,
nous te supplions humblement :

permets que l’’apôtre saint André,

après avoir évangélisé et guidé ton Église,

ne cesse d’’intercéder pour nous.

Saint André, est tout particulièrement invoqué par ceux qui sont accusés injustement.
II est aussi invoqué par les femmes qui cherchent un mari et celles veulent devenir mères.
On le dit aussi, utile pour traiter les femmes stériles et les hommes impuissants… et également l’apoplexie, les maux de gorges les torticolis et les crampes.

barre bleue

tableau de francisco zurbaranSES GUÉRISONS ET SES MIRACLES A TRAVERS SON ICONOGRAPHIE

Représenté très tôt dans l’art, Saint André a reçu des traits physiques bien individualisés qui rendent plus aisée son identification dans les images.
Son portrait était chargé de refléter la signification étymologique de son nom : «virilis».
A l’’époque paléochrétienne, de petites mèches en forme de flammes, symboles de virilité, de puissance, se dressent sur sa chevelure.
Au Moyen Âge, cette caractéristique, d’’origine italo-byzantine, s’est cantonnée aux régions méridionales de l’’Europe, tandis que les artistes français ont préféré figurer saint André sous les traits d’’un vieillard vénérable portant barbe blanche.

Le choix de ses vêtements et de ses attributs, quant à lui, relevait du domaine des conventions iconographiques.
Habituellement revêtu d’une longue tunique, saint André a été doté de trois attributs:
–  l’’auréole qui indique sa sainteté
–  le Livre qui garantit son statut d’’apôtre porteur de la Parole divine
–  la croix de son supplice qui l’’individualise entre tous les apôtres et saints.

Scènes narratives empruntées à la légende?

 Les Actes d’André, du IIe siècle, comptent parmi les Actes apocryphes d’apôtres les plus anciens. Tous les documents, en grec, en latin ou en copte ont été traduits et commentés  mais leur lieu d’origine reste incertain.
Grâce à eux nous pouvons suivre les pérégrinations, les miracles et la prédication de l’apôtre André. Il y apparaît d’après le modèle de l’« homme divin« . C’est le prédicateur qui dans sa parole et ses prodiges révèle la puissance du Dieu qu’il annonce.

Les discours missionnaires d’André occupent une place importante et véhiculent une lecture particulière du plan mis en œoeuvre par Dieu en faveur du salut des humains

Jusqu’au xiiie siècle, le « Liber de miraculis beati Andreae apostoli » de Grégoire de Tours constitue la principale source littéraire concernant les miracles accomplis par saint André. L’apparition de légendiers abrégés ne semble toutefois pas avoir été à l’’origine d’’un renouvellement de l’iconographie du saint, et le répertoire des miracles illustrés n’’a guère varié au cours du Moyen Âge.
Dans l’’ensemble, les artistes ont transposé fidèlement les sources écrites, malgré quelques exceptions. Afin d’’exprimer l’’instant essentiel du miracle et la lutte constante entre le bien et le mal.

Ses hauts faits se répartissent en trois catégories principales:

– guérisons,

–  exorcismes.

résurrections


Ses guérisons

Comme jésus le fit pour l’aveugle né, André touche les yeux de l’homme qui recouvre la vue et glorifie Dieu
Puis André demande à ses disciples de lui donner ce dont il a besoin; l’homme se dépouille de ses vêtements…. un homme nouveau est né et se convertit

–  Les exorcismes.
Le médaillon de ce  vitrail de Chartres ( XIII)  veut montrer la lutte incessante du bien contre le mal et la force des miracles…
Un mendiant s’est approché de saint André en lui disant qu’il était sûr qu’il pouvait lui rendre la vue au nom du Christ, mais que cela ne l’intéressait pas. Il voulai
t seulement de vitrail_vie_st_andre/scene_16.l’argent pour subvenir à ses besoins
Derrière cette attitude incongrue André perçoit l’influence du diable qui ne veut pas que l’aveugle recouvre la vue
Vous apercevez le mendiant en braies yeux clos portant canne blanche, main levée pour s’adresser à saint André et à  un de ses disciples.
On retrouve des scènes d’’exorcisme semblables dans l’épisode où saint André terrasse le serpent qui dévaste le champ d’une femme. Le serpent mourut en vomissant un fleuve de venin ( voir le vitrail www.vitraux-chartres.fr)

vitrail_vie_st_andre/scene_18
Les Résurrections
L’apôtre ressuscite un jeune serviteur égyptien. Une main divine perce le ciel et envoie des rayons sur un jeune homme qui assis, semble s’éveiller d’un long sommeil. Il est encore habillé de son linceul blanc…
André vient de le ressusciter..!
Son maitre Démétrius coiffé d’un bonnet juif caractéristique, loue Dieu pour ce miracle devant d’autres témoins de la scène

On retrouve des scènes semblables de résurrection avec la la main divine dans l’épisode où saint André en appelle à Maximillia pour ressusciter, au nom du christ, un enfant mordu par un serpent  ( voir le vitrail www.vitraux-chartres.fr)

On remarquera que l’iconographie de saint André se modèle sur celle du christ en train d’accomplir des guérisons, des résurrections et des exorcismes…..
De même l’iconographie rappelle à chaque instant que les saints agissent au nom de Dieu comme l’on voit la main de Dieu à plusieurs reprises, on verra apparaitre la présence divine dans d’autres miracles de l’apôtre.
Dieu agit par leur intermédiaire…à travers eux

« Jésus leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité » …. ils le firent sans douter un instant du soutien divin qui accompagnait leurs gestes.

Vous pouvez retrouver tous les vitraux de Chartres et en particulier ceux  portant sur la vie de saint André, sur l’excellent site www.vitraux-chartres.fr où nous avons « emprunté » les trois vitraux ci-dessus vitraux de chartres - la vie de saint andré des  n24 au 33

barre bleue

LES DICTONS ET LA MÉTÉO DE SAINT ANDRE

– Si l’hiver va droit son chemin, Vous l’aurez à la Saint-Martin ;
Et s’il trouve quelque encombrée, Vous l’aurez à la Saint-André,
– L’hiver arrive à la Saint-André
– Neige de Saint-André, peut cent jours durer.
– A la Saint André, la terre retournée
, le blé semé, il peut neiger
– A la Saint André les petites bêtes chassent les grosses du pré. (Charentes)
– L’hiver peu pressé vient à la Saint André. (Deux-Sèvres)
– A la Saint André berger ne doit plus rien garder. (Alpes)
– S’il neige à la Saint André l’hiver sera commencé (Saintonge)
– Quant en Novembre il a tonné l’hiver est avorté. (Calvados)
– À la Saint-Martin (11 novembre), l’’hiver est en chemin, à la SaintAndré, il est acheminé.

– A la Saint-André la nuit l’emporte sur le jour qui suit.
– il faut semer le seigle à la Saint-André, Car il ne sort qu’à Noël arrivé.
– Novembre, Toussaint le commande, Saint-André le voit descendre.
– Pour la Sainte-Catherine …. Fais de la farine ..Car pour Saint-André .. Le bief sera gelé.

barre bleue

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteursSources du net…  avec en particulier des extraits des sites :
Thèse de l’école des chartres 2001 Culte et iconographie de saint André en France (vexve siècle) par Charlotte DENOËL
Jean-Marc Prieur, professeur de théologie pratique à la Faculté de théologie protestante de Montpellier, est docteur en théologie de l’Université de Genève. Spécialiste des origines chrétiennes
site  nominis.cef.fr
www.vitraux-chartres.fr

barre bleue

Chou Blanc est  effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Chou Blanc –


1084

Share Button