Archives par étiquette : livres

LE CONCOURS ENTRE LES DEUX BUCHERONS


hypnose-002ba.jpgChoucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucalineBLOC NOTE
de Choucaline

“ »Les Capacités de notre cerveau et
ses pensées positives »

LA PUISSANCE DE L’ESPRIT
                     POUR LE CŒUR ET LE CORPS RÉUNIS

Le concours entre les deux bûcherons

«Apprenez des experts; vous; ne vivrez jamais; assez vieux pour tout apprendre tout seul.»

 

Dans la vie, plus nous sommes intelligents, moins nous avons à travailler fort et plus nous produisons.

C’est l’histoire d’un célèbre bûcheron qui vieillissait, mais dont la renommée s’étendait très loin dans les villages avoisinants.
Un jour, un jeune et solide bûcheron l’a défié.
Ce jeune homme avait la moitié de son âge.
Il déclarait qu’il pouvait couper plus de
bois que le bûcheron plus âgé, et ce, dans le même laps de temps.
Le bûcheron plus âgé a accepté de relever le défi, et ils se sont mis d’accord sur les conditions de l’épreuve. Chacun devait travailler six heures, après quoi les bûches seraient comptées.

À l’annonce de cette nouvelle, les gens ont accouru des villes
et des villages environnants pour assister au concours. Évidemment, beaucoup de paris ont été pris ce matin-là.
Le concours a
donc commencé. La sueur luisait sur les fronts et les corps des deux participants.
L’acier des haches réfléchissait les rayons du so
leil.
La forêt tout entière résonnait de bruits sourds et cadencés.

Les coups de hache des deux bûcherons faisaient voler les copeaux de bois de tous les côtés.

Après cinquante minutes, il s’est produit quelque chose d’inhabituel. À la grande surprise de tous, le bûcheron plus âgé s’est arrêté et il s’est éloigné dans la forêt pour en revenir dix minutes
plus tard.
Le jeune, lui, n’arrêtait pas de travailler. Ce comporte
ment s’est répété tout au long de l’épreuve. Le bûcheron plus âgé, s’absentait dix minutes chaque heure pour aller dans la forêt.

Lorsque le juge a déclaré que le temps était écoulé et a ordonné que l’on compte les bûches, le jeune bûcheron a regardé son adversaire en arborant un large sourire.
Le juge a annoncé alors le
résultat.
L’ainé avait coupé plus de bois et gagnait ainsi le concours.

Le jeune bûcheron et la foule étaient stupéfaits.

Ils criaient :
«Le
plus vieux n’a travaillé que cinq heures et le plus jeune en a travaillé six.
Comment est-ce possible?»

Et le bûcheron plus âgé, après avoir calmé la foule, a pris la parole :

«Vous avez cru que j’allais me reposer quand je me retirais dans la forêt. Eh bien non, vous aviez tort, j’allais simplement, aiguiser ma hache! »

LE CHOURISTEFaire de la formation continue – c’est-à-dire continuellement apprendre, étudier, lire, améliorer ses compétences et ses habiletés, c’est faire comme le bûcheron plus âgé et aiguiser votre hache.
L’important dans la vie, ce n’est pas nécessairement de travailler fort, mais plutôt de travailler intelligemment et efficacement.
Et étudier en apprenant des erreurs des autres à travers des

livres, des séminaires et des cassettes ou des CD de formation, c’est
justement travailler intelligemment.

Rappelez-vous :

– N’oubliez jamais ce grand principe:

« Dans la vie, plus nous sommes intelligents, moins nous avons à travailler fort et plus nous produisons.
Dites-moi, votre hache est-elle bien aiguisée? »

 

– %@@@@§§§§??####gggggrrr…..???????

SOURCE:


https://amzn.to/2txQaKI
Patrick Leroux
(Livre : Pour le cœur et l’esprit)

Description :

Les histoires émouvantes et exaltantes m’ont toujours fasciné. Déjà tout petit, je prenais un réel plaisir à écouter mes parents et mes grands-parents m’en raconter pour m’endormir.
Puis enfant, elles servaient à me transmettre leurs valeurs, et à éveiller mon imaginaire et à stimuler mon apprentissage.
Je suis persuadé que vous découvrirez dans ce recueil plusieurs histoires qui vous réchaufferont le coeur et stimuleront votre esprit.



retour sur la rubrique du même tabacChoucaline plus proche de toi tumeurCHOUCALINE

RETRO :
C’est du même tabac…..

 

Share Button

Allez Mamy raconte: Les petites filles modèles

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette ma Mamy se transformera, cet automne, en conteuse au bord du feu…. Préparez les buches….. conservez vos braises on va faire griller les châtaignes

Pour les autres ….??
Ben..! Rêvez…..! Vous sentirez très vite les odeurs de la grillade , la chaleur du feu de bois, vous entendrez l’écorce crépiter….. et vous verrez au milieu des flammes…. la fantasmagorie de l’imaginaire…
ça y est..
Vous tenez le soufflet bien en main….?
Oui.. !

Aujourd’hui c’est :
Les petites filles modèles

logo mamy turlututu smallMes chers enfants moi aussi j’avais une grand mère qui, comme moi, aimait à raconter des histoires à la choupinette que j’étais en ce temps là….!

Elle se plaisait à me parler d’histoires qui m’aidaient à mieux me connaitre ou à découvrir le monde ..
je me rappelle de ce jour où elle m’a fait découvrir la comtesse de Segur et son roman « les petites filles modèles »

– ALLEZ.. ACTION Mamy raconte..!

Raconte nous ce que tu as entendu ce jour là…..

Je voudrais que vous écoutiez Papy quelques instants

 – Papy Papy ..! ça y est…
– Il reprend du service l’a
ncien instit…!

 

LE CHOURISTE


– Tu as raison mon petit gars ..
il faut que l’on vous dise qui est la comtesse de Segur

 

 

chouette-prof
Sophie Rostopchine
()
comtesse de Ségur, est une femme de lettres française d’origine russe.
Genre littéraire : Littérature d’enfance et de jeunesse , conte merveilleux, roman, récit
Œuvres principales:
1- Les Malheurs de Sophie est un roman pour enfants écrit par la comtesse de Ségur. Le livre est publié en 1858, chez l’éditeur Hachette avec des illustrations d’Horace Castelli. Il forme une trilogie avec Les Petites Filles modèles et Les Vacances
2- L’Auberge de l’Ange gardien
3 –  Le Général Dourakine,
4- Un bon petit diable


Mamy tu la connaissais cette dame ..?

logo mamy turlututu small                                – Oui mon grand… Reste sage

Les Petites Filles modèles

Les Petites Filles modèles relate l’histoire d’une famille heureuse, la famille de Madame de Fleurville. Madame de Fleurville, veuve depuis six ans, accueille chez elle Madame de Rosbourg, qui est sans nouvelles de son mari, disparu en mer.
Mais ce roman est aussi la suite des aventures de Sophie, héroïne des Malheurs de Sophie, qui apparaît après la présentation de Camille et de Madeleine de Fleurville.

La narratrice s’intéresse surtout aux enfants.
À travers différentes aventures, les fillettes apprennent à distinguer le bien du mal, surtout Marguerite de Rosbourg, la plus jeune, qui, bien qu’étant pleine de bonnes intentions, a encore beaucoup de chemin à faire pour égaler Camille et Madeleine.

Dans le septième chapitre apparaît un nouveau personnage : Fédora Fichini, femme qui est devenue la belle-mère de Sophie. Elle se montre particulièrement cruelle envers Sophie, ne cessant de la fouetter et de la punir.

Sophie, qui a perdu ses parents, son oncle, sa tante et son cousin depuis Les Malheurs de Sophie, vient parfois avec sa belle-mère, Madame Fichini, jouer dans le domaine de Fleurville. Sophie n’est pas méchante, mais Camille et Madeleine doivent faire preuve de patience et de compréhension pour que l’atmosphère reste bonne.
Marguerite, moins mûre, a plus de mal à aimer Sophie, qui est coléreuse, vive, et parfois malhonnête.
Les trois fillettes comprennent que la gourmandise de Sophie et sa malhonnêteté sont en grande partie causées par sa peur de Madame Fichini, pour qui « le fouet est le meilleur des maîtres » et « le seul moyen d’élever des enfants » (chapitre Les hérissons).

Pour ce qui est de Mme de Fleurville et de Mme de Rosbourg, elles détestent Mme Fichini, mais font comme si de rien n’était, pour que Sophie puisse continuer de venir jouer avec Camille, Madeleine et Marguerite.

Lorsque Mesdames de Fleurville et de Rosbourg réussissent à convaincre Madame Fichini de leur laisser Sophie, celle-ci fait de gros progrès, mais elle devra encore s’efforcer de perdre des défauts profondément ancrés.

« Chère Camille, je vois que je resterai toujours méchante ; jamais je ne serai bonne comme vous », dit-elle dans le chapitre Un événement tragique.

– Le mieux c’est de vous faire payer le livre:

Comtesse de Ségur,
Les Petites Filles modèles
Paris, Gallimard.

– Pour lire tout ça quand tu es plus que miro….t’es mal ..!!!
j’adore le site www.audicite.net..
on te fait la lecture du roman… Tu écoutes les pieds sur le canapé
de Mamy (Quand elle est pas là..!)

LES LIVRES AUDIOS C’EST PAS IDIOT..!!!!

 

https://www.audiocite.net/livres-audio-gratuits-romans/sophie-comtesse-de-segur-les-petites-filles-modeles.html?

LE CHOURISTECamille et Madeleine….
«Les Petites Filles Modèles» de la comtesse de Ségur
existaient réellement.

Camille et Madeleine, «Les Petites Filles Modèles» de la comtesse de Ségur existaient réellement. Au terme d’une vie qui ne fut pas celle de la Bibliothèque rose, elles reposent au cimetière de Verfeil, en Haute-Garonne.

 

On verra d’abord Camille et Madeleine au château d’Ayguevives, près de Montgiscard, puis à Verfeil sur la propriété de leur père, diplomate privé de poste qui ne put jamais terminer la construction de son château !

«Les enfants sages vont en voyage tous les jeudis dans les livres d’images, chantait Guy Béart, et plus loin… Les demoiselles aiment les récits en dentelles, les héroïnes de la divine comtesse de Ségur née Rostopchine.» En guise de dentelles, les petites filles modèles, personnages emblématiques qui firent la fortune de la Bibliothèque rose, reposent sous la dalle grise mangée de champignons d’un cimetière de Verfeil, entre Toulouse et Lavaur.
Car les gentilles sœurs Camille et Madeleine ont bel et bien existé.

– Sous prétexte que j’entends pas bien on ne m’écoute jamais ..!

Viens ISABELLE écoute ce que ma grand mère à moi me racontait…. c’est presque pareil..!

Les Petites Filles modèles est un roman pour enfants de la comtesse de Ségur publié en mai 1858 dans la Bibliothèque des chemins de fer. Il fait partie d’une trilogie avec Les Malheurs de Sophie (février 1859) et Les Vacances (novembre 1859). Hachette vend ce roman encore à 20 000 exemplaires au début du XXIe siècle.

 SOURCES :

wikipedia  – www.audicite.net

Comtesse de Ségur, Les Petites Filles modèles, Paris, Gallimard.

La trilogie de Fleurville réunie dans un magnifique coffret ! Retrouvez Les Petites Filles Modèles, Les Vacances et Les Malheurs de Sophie !

https://amzn.to/2KK7By1

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac
RETRO : C’est une récap des histoires déjà racontées….

Share Button

L’imagination…. la pensée magique…!


Choucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucaline– BLOC  NOTE de Choucaline
– Les capacités de notre cerveau:

La force de l’imagination

« Il n’est rien de plus lourd que la compassion. Même notre propre douleur n’est pas aussi lourde que la douleur consentie avec un autre, pour un autre, à la place d’un autre, multiplié par l’imagination, prolongée dans des centaines d’échos. »
(L’insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera)

LA FORCE DE L’ IMAGINATION

« Avec mon imagination, j’ai le sentiment de contrôler les événements par la seule force de la pensée. »

Cette phrase c’est Joan DIDION qui la prononce dans son livre
«  L’année de la pensée magique  » (livre de poche 285 pages )

« Un livre bouleversant sur le deuil. Son deuil. Un style sans pareil, où même les larmes sont sèches. » Claude Arnaud, Le Point.

En France, c’est grâce à ce récit très pudique où elle évoque la mort de son mari l’écrivain John Grégory Dunne, foudroyé par une crise cardiaque en décembre 2003, que l’on a redécouvert Joan DIDION.

Au delà des souvenirs personnels, l’américaine explore le vertige du deuil tout en commentant les auteurs qui ont le mieux parlé de la mort et qui l’ont aidée à l’affronter.

Son arme contre l’absence et la solitude, c’est L’IMAGINATION……

 » le sentiment de contrôler les événements par la seule force de la pensée. », écrit-elle. Son livre raconte cette lutte, une ascèse à la Montaigne pour apprivoiser l’insoutenable. et pour que la parole triomphe du silence. (Source A.C  l’Express)

« C’est pour cela aussi que la chouette est publiée tous les jours ….. pour que la parole triomphe du silence  »

 

LE CHOURISTE

Selon Gaston Bachelard,

« l’imagination n’est pas, comme le suggère l’étymologie, la faculté de former des images de la réalité ; elle est la faculté de former des images qui dépassent la réalité, qui chantent la réalité.
Elle est une faculté de surhumanité. »

Choucaline plus proche de toi tumeurCHOUCALINE


1875

Share Button