Archives par étiquette : livres

Se soigner par l’alimentation? Bien sûr que c’est possible !

Meilleurs complements alimentaires

logo com pote comnunique LE BLOC NOTE
DE COM’ POTE

– C’est l’information du pote âgé faite par un pote pas con … mais très COM…!!!

littel com poteDans ma rubrique , je veux, cette semaine, vous
parler
de NOTRE ALIMENTATION…!
en vous disant avec le docteur Jean-Christophe Charrié

« Se soigner par l’alimentation? Bien sûr que c’est possible ! » …

chouette-prof– Avant toute chose mon pote je dois te donner mes sources…
C’est LE MAGAZINE PSYCHOLOGIES qui nous éclaire sur le lien alimentation et  santé.


Jean-Christophe Charrié

« Se soigner par
l’alimentation?
Bien sûr que c’est possible
! »

Pour ce médecin généraliste, c’est une évidence et un constat quotidien:
Ce que nous mangeons peut tenir à distance les maladies, et nous soulager aussi bien que certains médicaments.
Certains des principes alimentaires proposés par Jean-Christophe Charrié,
médecin généraliste, sont communs à d’autres régimes
– comme dans la méthode Seignalet, les laitages sont exclus, par exemple.
Mais ils s’inscrivent dans une approche et dans un raisonnement résolument différents, car ils prennent en compte l’interaction des aliments avec le système hormonal et neurovégétatif de chacun.

littel com potePourquoi l’alimentation joue-telle un rôle fondamental dans les consultations de ce médecin ? 
La médecine intégrative que je pratique prend en compte tout l’environnement de la personne.
À ce titre, les aliments sont le premier facteur influençant la santé.
Mes patients me questionnent sur ce qu’ils mangent et, au fil de mes recherches et de mes expériences, j’ai constitué un référentiel adapté à chaque cas.
J’ai pu en éprouver l’efficacité auprès de centaines de personnes. J’ai aussi compris que les approches trop restrictives sont vouées à l’échec, car elles génèrent beaucoup de frustration et ne sont pas tenables dans le temps.
C’est la répétition de bonnes ou de mauvaises habitudes qui fait notre santé ou le lit des maladies.

Mes patients qui suivent les consignes sont en bien meilleure santé.
Une modification profonde et durable du régime alimentaire permet même d’éviter ou de supprimer des traitements au long cours contre la douleur,
l’hypertension, le cholestérol, le
diabète de type 2, l’asthme (corticoïdes) ou encore les troubles thyroïdiens.

Sur quelles pathologies les changements
alimentaires sont- ils les plus spectaculaires?


Ils sont particulièrement rapides sur les douleurs
rhumatismales.

En quinze jours, les résultats sont étonnants, parfois simplement en supprimant les produits laitiers.
Mais cela peut être aussi probant dans des cas plus lourds. Une de mes patientes
atteinte de spondylarthrite souffrait tellement qu’elle s’était résolue à suivre un traitement immunosuppresseur (aux effets secondaires si lourds qu’ils augmentent les risques de cancer).
A côté d’un traitement à base de plantes, elle a adopté un régime anti-inflammatoire strict.
Rapidement, elle a retrouvé son énergie, oublié ses douleurs, repris goût à la vie et renoué avec le plaisir d’aller danser.

 Les enfants réagissent aussi très bien aux modifications alimentaires.
C’est souvent spectaculaire lors d’otites:
En supprimant laitages et sucres, et grâce à une mise à la diète avec bouillon de légumes, riz, poisson à la vapeur, quelques légumes et fruits, cela passe en quelques jours.
Lors d’infections chroniques, comme une sinusite ou une bronchite, j’observe les mêmes améliorations notables avec un régime anti-inflammatoire.

little compote DPar quels mécanismes le régime anti-inflammatoire que vous préconisez peut-il soigner? .

Les fruits, légumes et céréales sont composés, comme les plantes, de molécules végétales potentiellement thérapeutiques.
Ils sont indispensables à notre santé. Cependant, dans notre société du « trop », j’observe que le simple fait de retirer certains aliments nous soigne.
Notamment ceux qui entretiennent l’inflammation, en cause dans nombre de pathologies: maladies auto-immunes, infections chroniques ou aiguës, allergies et cancers.

Pour éviter d’entretenir des réactions inflammatoires
pathologiques, il faut prêter
une attention particulière au pancréas.
Un organe du système digestif dont on ne se préoccupe pas assez, mais qui est en permanence sollicité par nos excès.
Une alimentation déséquilibrée le fatigue dans sa fonction tant endocrine (synthèse de l’insuline et du glucagon pour gérer le glucose) qu’exocrine (digestion des graisses et protéines).
Par un phénomène de cascade, lorsque le pancréas est sollicité, le nerf vague, qui lui est relié, est également stimulé, et son hyper fonctionnement favorise un état congestif général entraînant lui-même l’inflammation.

Outre ce phénomène, lorsque le pancréas est fatigué, cela peut entraîner un risque de diabète de type 2 (défaillance dans la synthèse d’insuline), ou une mauvaise digestion des lipides et des protéines se traduisant par des troubles digestifs (fermentation, gaz, selles collantes .. .).

littel com poteEn quoi consiste ce régime d’ « épargne pancréatique »
et anti-inflammatoire ?

Il s’agit de supprimer les aliments qui fatiguent trop le
pancréas :

Sucres ajoutés et édulcorants des desserts et des produits industriels, produits laitiers (sauf une petite portion de beurre le matin) et graisses cuites animales difficiles à digérer (viandes. d’animaux à quatre pattes, fritures .. .).
A cela s’ajoutent des aliments n’interférant pas directement avec le pancréas mais qui sont inflammatoires, comme les farines modernes de blé.
Je propose de varier les céréales (épeautre, quinoa, riz … ) et d’opter pour du pain au levain (plus digestes).

Vous pouvez tout de même soutenir votre pancréas en veillant à bien mâcher!
Car chaque coup de dents est du travail en moins pour lui, grâce aux enzymes salivaires qui démarrent la digestion. Il ne s’agit pas d’entrer dans un
« monastère alimentaire ».

Si, en phase aiguë d’une maladie, surtout un cancer, je conseille d’être le plus strict possible, le reste du temps, vous pouvez alterner des jours « avec consignes» et des jours sans.

  

En bonne santé grâce à une alimentation naturelle. Immunité. Énergie. Détox. Mémoire. Sommeil…
Jean-Christophe Charrié

 C’’est désormais possible, grâce aux cures présentées ici, qui s’appuient sur les dernières avancées de la recherche médicale. Découvrez des mono-diètes faciles à faire, qui permettent de «reprogrammer» l’organisme en quelques jours, et de le rendre plus résistant aux maladies.
Apprenez comment utiliser des produits facilement disponibles comme le citron, la pomme ou l’argile pour renforcer vos points forts et atténuer ou même vaincre ces maux qui vous gâchent la vie. Grâce aux nombreux conseils pratiques, vous saurez quelle cure vous convient le mieux, comment la mener à bien et optimiser ses bienfaits.
Avec plus de 60 recettes pour cuisiner les aliments qui vous font du bien. Devenez acteur de votre santé au quotidien, pour retrouver forme et vitalité toute l’année !

 

SOURCES :
PSYCHOLOGIES MAGAZINE JUIN 2017
Epicerie et saveursduo compoteCOM’POTE

Share Button

LIVRES : Elle s’appelait Sarah


Vos poèmes, vos poèmes préférés – Les livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller….

Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!

Elle s’appelait Sarah  –  Sarah’s Key


Elle s’appelait Sarah.. de Tatiana Fromet de Rosnay, dite Tatiana de Rosnay, née le
, c’est une écrivaine française.

Elle s’appelait Sarah est un roman de Tatiana de Rosnay, paru en 2007, aux éditions Héloïse d’Ormesson pour l’édition française, traduite par Agnès Michaux.

C’est le neuvième roman de cette écrivaine franco-britannique et le premier qu’elle a écrit en anglais (sous le titre original de Sarah’s Key).
Il a été traduit en 38 langues.

 

Le titre français reprend un passage
de la chanson de Jean-Jacques Goldman
« Comme toi »

 Sortie en 1982 sur l’album Jean-Jacques Goldman (Minoritaire). Il y présente Sarah, une enfant juive victime de la barbarie nazie durant la Seconde Guerre mondiale.

L’idée de cette chanson est venue à Goldman en regardant la photo d’une petite fille (qui ne s’appelait pas forcément Sarah), dans un album de famille de sa mère qui était née en Allemagne.

D’origine juive polonaise, Goldman marque son attachement aux pays d’Europe de l’Est et à leurs traditions musicales ; il ne joue pas le solo de violon dans la première version de la chanson, mais s’en chargera dans ses concerts.

Le single sera certifié disque d’or en 1983 pour plus de 500 000 exemplaires vendus.

Le roman de Tatiana de Rosnay Elle s’appelait Sarah (2008), qui raconte l’histoire d’une fillette victime de la Rafle du Vélodrome d’Hiver, emprunte son titre à un passage de la chanson de Goldman.

En 2012, Amel Bent l’a reprise dans l’album Génération Goldman.

RÉSUMÉ DU LIVRE


https://amzn.to/2OXlfUn  broché  7.20€
Auteur – Tatiana de Rosnay.
.
   Julia Jarmond est une journaliste américaine, mère de Zoë, une fillette de 11 ans, et mariée à Bertrand, un Français. Elle vit à Paris dans les années 2000. Le roman est son histoire, parallèle pendant la première partie avec celle d’une fillette juive de 10 ans, Sarah, déportée en 1942 lors de la rafle du Vel’ d’Hiv’.

Le journal américain dont Julia est la correspondante lui commande un article à l’occasion du soixantième anniversaire de la rafle du Vel’ d’Hiv’. Julia étudie cette période qu’elle connaît peu, va être amenée à fouiller le passé de sa belle-famille française et à rechercher les traces de Sarah.

1942. C’est l’été à Paris, où Sarah, 10 ans, habite avec ses parents et son petit frère Michel dans un appartement de la rue de Saintonge. Juifs, ils vivent dans l’angoisse et chaque soir, le père va se dissimuler dans la cave pour échapper aux rafles dont on entend parler avec insistance.

Cette nuit-là, quand la police vient asséner de violents coups à la porte, ce n’est pas le père qu’ils viennent chercher… mais la famille toute entière. Sarah, percevant le danger sans pour autant prendre sa pleine mesure, ordonne à son petit frère de se dissimuler dans un placard secret fermé à clé, lui promettant de revenir le chercher et gardant sur elle cette clé (d’où le titre original en anglais, La clé de Sarah, avec pour key le même double sens qu’en français). Mais la petite fille se retrouve prisonnière plusieurs jours, avec des milliers d’autres personnes, au Vélodrome d’Hiver, puis déportée à Beaune-la-Rolande.

Julia Jarmont, découvre un lien surprenant avec l’histoire de Sarah.

chouette-profElle s’appelait Sarah, Tatiana de Rosnay
lire une Critique

 

LE FILM DE 2010 EST EN VIDEO

Acteurs
K
ristin Scott Thomas,
Mélusine Mayance,
Niels Arestrup,
Frédéric Pierrot,
Aidan Quinn,

Gilles Paquet-Brenner (Réalisateur)

VISUALISER LA BANDE ANNONCE DU FILM

Date de sortie 13 octobre 2010 (1h 51min)

 


Elle s’appelait Sarah
Elle s’appelait Sarah Bande-annonce VF

    SOURCES:
https://www.alleedescuriosites.com/
site allo ciné

 

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac
RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Ne rougissez pas de votre accent


FLONFLON ADORE …. LIRE
Elle adore les résumés qui font croire aux autres
qu’elle a tout lu..!!!!

Quand elle fouine dans le grenier de son Papy Pierre elle trouve parfois des textes anciens qu’elle adore faire découvrir…. Surtout quand ces extraits et dessins sont de 1918..!

PAPY Pierre était  un catalan écrivain dans sa langue natale …
Alors l’accent  il l’avait gardé même après les invasions « barbares » de sa terre natale…
Voici un texte qui lui ressemble….

Ne rougissez pas de votre accent

On a l’habitude à Paris de se moquer de l’accent provincial, alors que l’accent de Montmartre, n’est-ce pas? ..
Mais ne rougissons de notre accent, le poète nous Ie recommande; et ce poète est M. Miguel Zamacoïs qui fait tenir le langage suivant à l’un des héros de sa pièce en vers :
La
Fleur merveilleuse, (pièce en 4 actes, Paris, Comédie-Française, 23 mai 1910.)

ILS L’ONT DIT SUR LE NET

« Je suis enchantée d’avoir trouvé une belle édition anglaise de 1929 de « La fleur merveilleuse », pièce en 4 actes écrite par Miguel Zamacoïs en 1909. Très beau titre pour cette découverte. J’ai adoré cette pièce de théâtre en vers dans sa version originale en français. »

Miguel Zamacoïs,  , est un romancier, auteur dramatique, poète et journaliste français.

Il a commencé à peindre comme son père, mais il s’est vite concentré sur l’écriture.
Outre une douzaine de pièces, dont Les Bouffons, créée par Sarah Bernhardt, il est l’auteur de livrets d’opéras, de contes et de poèmes fantaisistes. Il est aussi l’auteur de L’Arche de Noé (1911), recueil de poèmes animaliers, et de La Française (1915), marche militaire mise en musique par Camille Saint-Saëns.
Pendant les années 1930, il collabore au journal Je suis partout. En 1948, il fait paraître un volume de souvenirs, Pinceaux et stylos, qui retrace soixante ans de vie parisienne. I

L’ACCENT

« De l’accent ! De l’accent ! Mais après tout en-ai-je ?
Pourquoi cette faveur ? Pourquoi ce privilège ?
Et si je vous disais à mon tour, gens du Nord,
Que c’est vous qui pour nous semblez l’avoir très fort
Que nous disons de vous, du Rhône à la Gironde,
« Ces gens là n’ont pas le parler de tout le monde ! »
Et que, tout dépendant de la façon de voir,
Ne pas avoir l’accent, pour nous, c’est en avoir…

Eh bien non ! je blasphème ! Et je suis las de feindre !
Ceux qui n’ont pas d’accent, je ne puis que les plaindre !
Emporter de chez soi les accents familiers,
C’est emporter un peu sa terre à ses souliers,
Emporter son accent d’Auvergne ou de Bretagne,
C’est emporter un peu sa lande ou sa montagne !
Lorsque, loin du pays, le cœur gros, on s’enfuit,
L’accent ? Mais c’est un peu le pays qui vous suit !
C’est un peu, cet accent, invisible bagage,
Le parler de chez soi qu’on emporte en voyage !
C’est pour les malheureux à l’exil obligés,
Le patois qui déteint sur les mots étrangers !

Avoir l’accent enfin, c’est, chaque fois qu’on cause,
Parler de son pays en parlant d’autre chose !…
Non, je ne rougis pas de mon fidèle accent !
Je veux qu’il soit sonore, et clair, retentissant !
Et m’en aller tout droit, l’humeur toujours pareille,
En portant mon accent fièrement sur l’oreille !
Mon accent ! Il faudrait l’écouter à genoux !
Il nous fait emporter la Provence avec nous,
Et fait chanter sa voix dans tous mes bavardages
Comme chante la mer au fond des coquillages !
Écoutez ! En parlant, je plante le décor
Du torride Midi dans les brumes du Nord !
Mon accent porte en soi d’adorables mélanges
D’effluves d’orangers et de parfum d’oranges ;
Il évoque à la fois les feuillages bleu-gris
De nos chers oliviers aux vieux troncs rabougris,
Et le petit village où les treilles splendides
Éclaboussent de bleu les blancheurs des bastides !
Cet accent-là, mistral, cigale et tambourin,
À toutes mes chansons donne un même refrain,
Et quand vous l’entendez chanter dans ma parole
Tous les mots que je dis dansent la farandole ! »



FLONFLON ADORE … LIRE

 

Livres famille et bien être

Share Button