Archives par étiquette : Les+ lus

Attention à ne pas passer l’arme à gauche…..!

Crème anti-douleur 200ml
les potes doivent être éclairés

 

CHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur donner du vocabulaire de ma grand-mère impotente.

Vu leur sénilité précoce ( non y a que ça qui est précoce ) nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des mots….

comme aujourd’hui …. SCEPTICISME…!

Le père Etienne va bientôt passer l’arme à gauche, et Monsieur le curé est à son chevet pour lui donner l’extrême onction.

Le curé lui dit à l’oreille:
Avant de mourir, dis ta foi en Notre Seigneur Jésus Christ et renie le Démon!

Mais le père Etienne se tait.

Le curé lui demande:
Allons père Etienne, quand on quitte ce monde, il faut se préparer et renier le mal pour rejoindre le seigneur aussi pur que possible…

Pourquoi ne veux-tu pas renier le Démon?

Alors le vieux, d’une voix chevrotante:
Tant que j’sais pas chez qui j’vais aller, j’veux vexer personne

PASSER L’ARME A GAUCHE

L’expression passer l »arme à gauche est souvent
utilisée sans que nous en connaissions le sens….


En voici deux versions :

Cette locution provient du langage militaire. Au XVIIe siècle, quand les soldats devaient charger leur fusil, ils le tenaient de la main gauche, afin de pouvoir utiliser leur main droite et être plus à l’aise.
Cependant, les mouvements à effectuer étaient longs et nombreux, laissant les soldats très vulnérables. « Passer l’arme à gauche » pouvait donc à ces occasions être synonyme de mourir.
De plus, lors des funérailles avec les honneurs militaires, les soldats passaient leur arme à gauche, canon vers le sol, en signe de deuil et de respect envers le défunt.

Pour ma part, j’ai entendu une histoire que l’on retrouve par ci par là sur Internet. J’étais chez un ami de Carcassonne, et c’est son père, féru d’Histoire, qui m’a raconté celle-ci.

Visualisez bien. Vous tentez d’envahir Carcassonne.
Vous avez votre épée à la main droite, votre bouclier à la main gauche. Le chemin sur lequel vous êtes mène à l’entrée de la Cité par la gauche, donc vous avez les remparts sur votre droite.
Les défenseurs vous envoient des volées de flèches. Bien sûr, vous avez un bouclier pour vous en protéger. Mais est-il très efficace, là où il est, c’est à dire à votre gauche ? Certainement pas. Vous êtes donc forcés de passer votre bouclier à droite, et donc, votre arme à gauche… Très bien. Mais si vous avez pu échapper aux flèches, vous devez à présent combattre des soldats, épée contre épée.
Pas de bol, vous tenez la vôtre avec la main gauche….
Pas le temps de changer de main, vous êtes déjà mort.

Bien des Cités étaient ainsi quasiment imprenables grâce à des détails anodins mais relevant d’une remarquable ingéniosité.
Il en était ainsi des escaliers en colimaçon étroits qui étaient tournés de telle manière, qu’ils obligeaient les assaillants à passer leur épée à la main gauche ce qui les rendaient vulnérables à l’arrivée à l’étage supérieur où ils étaient attendus.


Voilà pour la minute culturelle, grâce à laquelle vous pourrez briller en société. On dit merci qui ?

Restez svelte 160px

pote HPOTE H ( vous pouvez suivre mes rubriques dans la catégorie les potes H)

barre bleue

Share Button

Cet éléphant se trompe énormément

Propolis 60 gélules
Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline BLOC  NOTE
de Choucaline

– « Les capacités de notre cerveau:

Cet éléphant se trompe énormément

 

ON SE CALME     ……Voici pourquoi..   Lire ce petit conte

 

L’éléphant se trouvait au bord d’un ruisseau.
L’eau coulait claire et transparente.
Il eut envie de boire.
Il se pencha au-dessus de l’eau, trempa sa trompe et … plouf!
« Quoi! Que? … mais qu’est-ce que … AAAaaaarrrrggggghh j’ai
perdu mon oeil ! » s’écria l’éléphant au comble de la panique.
Effectivement, son oeil droit s’était détaché de son orbite et
était tombé au fond du ruisseau.
Le mastodonte chercha
à retrouver son précieux globe.
Il ne vit rien. Très inquiet
, il agita sa trompe dans tous les
sens, cherchant
à saisir son œil dans le lit du ruisseau.
Il remua tant et si bien que l’eau devint trouble. Plus il
agitait sa trompe et plus le sable remontait
, compromettant ses
chances de retrouver une vue complète.
Soudain, l’éléphant entendit rire
à gorge déployée.
Furieux, il releva la tête et vit
, sur un rocher au bord de
l’eau, une petite grenouille verte. Elle riait, elle riait….
la bouche grande ouverte:

– coaAH ! coAH ! coAH ! coAH !. ..
– Tu trouves ça drôle. J’ai perdu mon œoeil et ça te fait rire ?!
– Ce qui est drôle, c’est de voir
à quel point tu t’agites.
Calme-toi
,
tout ira mieux!
L’éléphant, un peu honteux, suivit le conseil de la
grenouille. Il se calma et cessa d’agiter sa trompe.
L’eau redevint calme, peu
à peu le sable retomba.
Tout au fond du ruisseau, l’éléphant vit son œœil, intact.
Il le saisit avec sa trompe, le remit dans son orbite,
à sa place.
Sans oublier
de remercier la grenouille verte.

 



Ce petit conte apparemment simpliste renferme une grande sagesse.
L’éléphant perd un œoeil et ce n’est pas anodin:
Cette cécité soudaine, cette eau troublée, cette agitation, ce désespoir, c’est ce qui nous arrive lorsque nous perdons pied et que notre précipitation nous rend aveugles.

Nous sommes momentanément incapables d’interpréter avec lucidité ce qui nous entoure. Pour éviter cette désorientation, il existe une solution:
Attendre que la situation s’éclaire, que les nuages noirs se dissipent.

 

Choucaline plus proche de toi tumeur

CHOUCALINE
( source:
club positif)

« La précipitation vient du Diable; Dieu travaille lentement. »

2373

Share Button

C’est l’automne choupinet….tu m’étonnes Papy…!

Frise avec masques de théâtre À l’origine à Pompéi – Maison du Faune

 logo com pote comnunique
Zut c’est déjà  L’AUTOMNE ….

ACCUEILLONS-LE EN CHANSON

Chanson d’automne

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

 

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Paul VERLAINE (1844-1896)

Frise avec masques de théâtre (détail) À l’origine à Pompéi – Maison du Faune

L’AUTOMNE EN CHANSONS
.
….
c’est les feuilles mortes ou rien


Musique d’ambiance

  Je m’appelle Maurice et je ne chante que tôt le matin…!
 J’ai sélectionné pour votre plaisir
plusieurs versions des feuilles mortes

Deux  anciennes et … Deux nouvelles ..! Juste pour voir ce qu’ils ont su en faire  aujourd’hui..!
Chapeau …! Mais tenez le bien le vent souffle fort en automne

HISTOIRE:

Débarquement :
« Les sanglots longs des violons »….
Quand deux vers de Verlaine annoncent le DDay

Radio Londres et ses messages brouillés par les allemands. Ces « français qui parlent aux français » sont restés dans l’histoire. Parmi les phrases codées les plus connues, deux vers de Verlaine symbolisent à eux seuls l’annonce du débarquement.

Depuis 4 années maintenant le lien, le fil parfois si mince qui relie la France Libre aux groupes clandestins et maquis dans l’hexagone est Radio Londres. Tous les soirs à heure fixe, des messages codés sont envoyés malgré le brouillage des occupants qui en altère l’écoute.
Les annonces paraissent parfois burlesques.
Tous au fil des mois ont leur réalité et leur cible. Mais en cette fin de premier semestre de 1944, il y en aura un qui restera un symbole.
Les deux premiers vers du poème de Verlaine « Chanson d’automne »  est et demeurera celui de l’annonce, en langage codé, du débarquement.
« Les sanglots longs des violons de l’automne  »
Cette citation diffusée sur la BBC annonça le débarquement

CHOU FLEUR

Share Button