Archives par étiquette : légendes

SAINTS GUÉRISSEURS : Sainte Rose de Lima

UNE SERIES POUR TOUT CONNAITRE SUR NOS SAINTS GUERISSEURS -un par mois

  SAINTE ROSE DE LIMA . .

(1586-1617)  – Fête le 23 AOUT

PATRONNE :

  • des jardiniers
  • des fleuristes
  • des Soeurs Dominicaines.
  • Patronne de l’Amérique Latine
  • du Pérou
  • des Philippines.
  • de la ville de Lima
  • de la police nationale
  • de l’université catholique du Pérou.

 

 

 

Nom et iconographie

  • Dérivé du latin évoque la fleur du même nom.
  • On la représente en habit de Dominicaine : elle a pour attribut des roses et l’Enfant Jésus.

On la représente dans les tableaux avec une couronne de fleurs : (roses)

INVOQUÉE:

    • contre les fièvres
    • contre le mal d’estomac.
    • contre l’eczéma

Citations:

      • « À part la Croix, il n’y a pas d’autre échelle pour atteindre le Paradis ».
      • « Le Seigneur a dit d’une voix forte : que tous les hommes sachent que la grâce arrive après la peine, qu’ils sachent que sans avoir porté le fardeau des afflictions, ils ne peuvent atteindre les hauteurs de la Grâce, qu’ils apprennent que les dons de la Grâce augmentent au fur et à mesure que le fardeau s’alourdit, que les hommes ne se trompent pas, il n’y a qu’une voie pour rejoindre le Paradis, et la Croix est la seule route pour y accéder ».

« Nous n’obtiendrons pas la Grâce si nous ne souffrons pas. Nous devons supporter peine après peine pour rejoindre la nature divine, la gloire promise aux enfants de Dieu, et le parfait bonheur de l’âme ».

    • « Si l’homme savait combien est suave la possession de la Grâce divine, combien précieuse elle est, combien de joies et d’exaltation elle procure, personne ne pourrait se plaindre de la croix qu’il faut porter ».

L’histoire de la vie de Sainte Rose de Lima († 1617)

Rose de LimaLe 20 Avril 1586, naît à Lima, au PEROU, la dixième enfant de la famille de Florès:
La légende raconte que sa mère, penchée sur son berceau, ayant cru apercevoir une rose épanouie sur son visage, s’écria : « Désormais, tu seras ma Rose », changement de nom qui fut confirmé par la Sainte Vierge dans une vision qu’eut plus tard la jeune fille.

Isabelle-Rose. Charmante, candide et très pieuse, la petite Rose est de santé fragile, souvent malade.
Très vite, pour l’amour de son Dieu, elle ajoute à ses épreuves physiques et morales déjà si nombreuses, des pratiques héroïques d’humilité, de pauvreté et de mortification.

Reçue dans le Tiers Ordre de Saint Dominique sous le nom de  » Rose de Sainte Marie « , elle vit son union au Christ dans la prière incessante et joyeuse.
Active auprès des malades et des déshérités qu’elle soigne, qu’elle visite, qu’elle accueille avec tout son amour et sa patience; elle est toujours disponible à tous.
Ses parents Gaspard et Marie de Florès, sont maintenant âgés; leur relative aisance a disparu.
Rose, grâce à ses broderies et ses travaux d’aiguille peut les aider efficacement.
Rose meurt le 23 Août 1617. Elle a 31ans et 4 mois.

Sa Béatification et sa canonisation

Plusieurs miracles  » opérés par son intercession, et attestés par plus de 100 témoins  » permettent sa Béatification par le Pape Clément IX en 1668, et sa Canonisation trois ans plus tard ( 1671 ), par Clément X.

Sainte Rose de Lima est la première sainte de l’Amérique.
Sa renommée et son culte s’étendent très vite hors des frontières du PEROU.
Dès 1671, des récits de sa vie sont édités en latin, puis en français ( conservés à la bibliothèque nationale ) .

Sainte Rose est vénérée à Ballan ( prés de Tours) depuis plus de deux siècles puisqu’on trouve déjà trace en 1748.

La légende raconte qu’un habitant de Ballan, désolé de savoir que sa fille perdait la vue, fit voeu de consacrer une partie de ses terres et la fontaine qui s’y trouvait, et d’ériger un oratoire à Sainte Rose si son enfant guérissait. Promesse tenue.

Aujourd’hui, seule subsiste l’appellation des terrains cadastrés: « Fontaine Sainte Rose « . Les très Anciens se souviennent encore de la Fontaine et de son eau; les moins Anciens, des pierres de la Fontaine… Tout cela a disparu sous les constructions nouvelles…

Jusqu’en 1950, à peu près, la fête de Ste Rose était célébrée à Ballan: Messe solennelle, Vêpres, procession… On venait de très loin pour  » notre Sainte « .

De nombreux ex-voto dans l’église de Ballan attestent des grâces obtenues par son intercession.

Pour obtenir la guérison de l’eczéma on va prier Sainte Rose de Lima dans l’église de Ballan-Miré prés de Tours

Prière à Sainte Rose de Lima (en l’Église de Ballan-Miré)

SAINTE ROSE,

Nous venons te prier.
D’abord, nous te félicitons d’avoir tant aimé Dieu
quand tu étais sur la terre.

Tu as enduré de grandes souffrances; et tu disais que
le souvenir des douleurs de Jésus te rendait les tiennes
supportables.

Tu as aimé beaucoup les autres, surtout les malades, et
tu les visitais souvent, par charité.
Maintenant que tu vis dans la paix avec Dieu et tous
ses amis déjà parvenus dans la vie éternelle, nous te
présentons nos prières, surtout pour ceux qui souffrent
et pour les pécheurs.

Jadis, les soeurs de Lazare avaient envoyé des
messagers dire à Jésus « Celui que Tu aimes est
malade». Aujourd’hui, redis à Dieu les mêmes paroles
pour nous, et obtiens-nous ce que nous te demandons
avec confiance.

Que nous sachions aussi – comme toi – offrir à Dieu
nos soucis et nos peines, en pensant à Jésus qui disait
dans Son Agonie: « Père, éloigne de moi ce calice de
souffrances, mais que Ta volonté soit faite, et non la
mienne».

Enfin, apprends-nous à aimer les autres à cause de
Jésus Christ.
SAINTE ROSE, PROTÈGE-NOUS. AMEN.


Télécharger Prière à Sainte Rose de Lima.pdf
Document Adobe Acrobat 129.1 KB   Télécharger

DICTONS:

  • La nuit d’août Trompe les sages et les fous.
  • A la Sainte Rose pour le travailleur pas de pose.

SOURCE :

http://www.dominicains.ca/Histoire/Figures/lima.htm
http://www.infocatolica.com/blog/reforma.php/1108241233-lpglstrongg-150-la-cruz-glori
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rose_de_Lima
https://www.saintsguerisseurs.fr/le-nom-des-saints/sainte-rose-de-lima/

Chou Blanc est effectivement magnétiseur

CHOU BLANC

Précédente rubrique : Saint Antoine de Padoue
La ligne éditoriale de cette série est accessible
BON COURAGE...!

Share Button

MYTHOLOGIE : Pourquoi la nymphe PHILYRA fut changée en tilleul..?


les potes doivent être éclairés

CHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …..
je viendrai de temps à autre, revisiter comme aujourd’hui la mythologie
grecque


Musique d’ambiance

Histoire et légendes

Pourquoi la nymphe PHILYRA fut changée en tilleul..?

Selon la mythologie grecque, la nymphe Philyra, enlevée par le dieu Cronos apparu sous la forme d’un cheval, donna naissance au centaure Chiron.
Accablée, elle supplia les dieux de ne pas l’abandonner parmi les mortels.
Ceux-ci accédèrent à son désir et la changèrent en tilleul.


La légende de Philyra et Chiron ou comment les Grecs ont fait d’une déesse un arbre, et du tilleul une femme.

Fille d’Océanos, la nymphe Philyra était aimée de son oncle Cronos.
Lorsque le penchant secret de ce dernier fut découvert par son épouse Rhéa, qui était en même temps sa soeur, le roi des Titans, père de Zeus, n’eut pour échapper à la colère de la déesse trompée, d’autre alternative que la fuite et pour assurer son salut devant celle qui courait probablement très vite, le dieu infidèle se changea en étalon.
Avant de prendre ses distances, l’équidé cavaleur prit pourtant de temps de s’unir une dernière fois à Philyra, qui mit au monde, neuf mois plus tard, un enfant, moitié homme, moitié cheval.
Pour cacher autant sa honte que sa douleur, la nymphe supplia Zeus de la métamorphoser.
Le dieu suprême accéda à sa requête en la transformant en tilleul.

Achille entre les mains du Centaure Chiron lui apprenant la musique sur une cithare 125 x 127 cm. IVe style, 45-79 après J.-C. Naples, Musée Archéologique National inv.9109CHIRON tuteur et instructeur d’Asclépios/Esculape, d’Achille, de Jason et d’autres

Le petit Centaure, Chiron de son prénom, se nourrit au lait du tilleul, et profita pleinement de ses vertus médicinales qui lui assurèrent l’immortalité.
En même temps, les qualités adoucissantes de cet arbre, firent de lui, à la différence de ses congénères, un Centaure doué de sagesse, d’intelligence, d’intérêt pour la justice et les arts.. Il devint « Chiron le Sage ».

Homère dit de lui qu’il est « le plus juste des centaures« , et Pindare le qualifie « d’ami des hommes« .
Il régnait sur les vallées du Pélion, riche en plantes salutaires et il faut sans doute voir en lui un génie de la montagne, esprit bienfaisant, qui connaissait la vertu des simples et qui l’enseignait aux hommes.
Virgile, qui joint dans le même vers son nom à celui du devin Mélampos, célèbre aussi dans la légende thessalienne, les qualifie tous deux de maîtres dans l’art de guérir les bestiaux.
Selon un commentaire, « Chiron représente ici l’emploi des moyens naturels, Mélampos celui des artifices surnaturels ».

Rien d’étonnant donc à ce que les fleurs de tilleul soient encore de nos jours fort utilisées en phytothérapie.


POTACHE


Share Button

Le grand incendie de Rome 18 juillet 64.

LE BLOG CHAUD BRULANT
DU POTE OFEU

Le grand incendie de Rome a frappé la ville de Rome en 64 sous le règne de l’empereur Néron.

Incendie à Rome, 18 juillet 64 par Hubert Robert (musée d’art moderne André-Malraux au Havre).

L’incendie éclata dans la nuit du 18 juillet 64 dans la zone du Circus Maximus et sévit pendant six jours et sept nuits en se propageant pratiquement dans toute la ville.

Buste de Néron, musée du Capitole, RomeTrois des quatorze régions (quartiers) qui constituaient la ville furent complètement détruites, tandis que dans sept autres les dommages furent plus limités. Seules quatre régions étaient intactes . Les morts se comptèrent par milliers et on dénombra environ deux cent mille sans-abri.
De nombreux édifices publics et monuments furent détruits, ainsi qu’environ 4 000 insulæ ( immeuble d’habitation) et 132 domus ( maisons).

le contexte

Au moment de l’incendie, Rome, proche de son apogée, était une des plus importantes métropoles de l’Antiquité. Elle comptait environ 800 000 habitants.

À cette époque, les incendies se déclaraient à Rome, comme dans la plupart des grandes villes, avec une certaine fréquence.
Ceci était favorisé par les caractéristiques de construction des édifices antiques, constitués en grande partie d’éléments en bois (plafonds, balcons, etc.), et qui pour la plupart utilisaient des braseros pour l’éclairage, la cuisine et le chauffage.
Les voies de circulation étaient étroites, sinueuses et l’accotement des insulæ facilitait la propagation des flammes.

La lutte contre les incendies était assurée à Rome par un corps d’intervention constitué par sept cohortes de vigiles (les Vigiles urbani) qui s’occupaient aussi de l’ordre public.

Les cohortes de vigiles étaient éparpillées, avec des casernes et des corps de garde (excubitoria), dans chacune des quatorze régions.
La lutte contre les incendies était malgré tout gênée par l’étroitesse des espaces de manœuvre et par la difficulté d’acheminement de l’eau où elle était nécessaire.

Néron peut-il être responsable de l’incendie ?

Tacite mentionne cette rumeur, mais sans vraiment la confirmer (Annales, XV, 39) :

« Mais toute cette popularité manqua son effet, car c’était un bruit général qu’au moment où la ville était en flammes il était monté sur son théâtre domestique et avait déclamé la ruine de Troie, cherchant, dans les calamités des vieux âges, des allusions au désastre présent. »

Quant à l’autre interprétation, l’empereur aurait pris la décision de faire brûler la ville afin de la reconstruire entièrement, et d’installer par la même occasion un immense palais dorée.

Pourquoi aurait-il incendié Rome ?

Où était Néron au moment de l’incendie ?

Il est déjà important de rappeler qu’avant le déclenchement de l’incendie, Néron n’était pas à Rome mais à Antium, et est rentré à Rome juste après avoir été avertit de l’incendie.

Lorsque l’empereur arriva précipitamment dans la capitale, les flammes s’étaient déjà répandues depuis quasiment deux jours. Donc la théorie selon laquelle il aurait ordonné l’incendie de la ville pour composer son poème est à rejeter d’emblée.

Voici le passage de Tacite prouvant ce fait (Annales, XV, 39) :

« Pendant ce temps, Néron était à Antium et n’en revint que quand le feu s’approcha de la maison qu’il avait bâtie pour joindre le palais des César aux jardins de Mécène. »

A quel endroit l’incendie se déclara ?

Comme je l’ai déjà dit auparavant, les premières flammes furent remarquées dans les entrepôts situés près du Grand Cirque.
Mais il est intéressant d’indiquer qu’à proximité des entrepôts se situaient des galeries d’art helléniques. Ces galeries appartenaient à nulle autre que l’empereur Néron, passionné d’art grec et très attaché à ses œuvres d’art.
Cela signifie alors que les galeries d’art de Néron furent parmi les premières victimes de l’incendie.
Il est peu probable qu’un homme, même un peu fou, souhaite voir partir en cendres ce qu’il avait de plus cher.
Par ailleurs, la première action de Néron, une fois rentrée à Rome, a été de prendre les dispositions nécessaires pour sauver les œuvres qui peuvent encore échapper aux flammes. De plus, n’oublions pas que son palais impérial était aussi partiellement touché. Ce fait remet en cause la théorie selon laquelle Néron aurait fait brûler des quartiers pour y reconstruire un immense palais, puisque les premiers bâtiments d’importances touchés par les flammes sont ceux qui le concernaient personnellement. Par ailleurs, s’il avait voulu brûler la ville pour la reconstruire entièrement, il aurait prit soin de faire enlever ses œuvres d’art et de vider les appartements de son palais de tout son contenu. D’après Tacite (Annales, XV, 39) : « Toutefois, on ne put empêcher l’embrasement de dévorer et le palais, et la maison, et tous les édifices d’alentour. »

Quelles furent les actions de Néron après l’incendie ?

Tacite nous décrit les actes de l’empereur à son arrivée dans la capitale (Annales, XV, 39) : « Néron, pour consoler le peuple fugitif et sans asile, ouvrit le Champ de Mars, les monuments d’Agrippa et jusqu’à ses propres jardins. Il fit construire à la hâte des abris pour la multitude indigente ; des meubles furent apportés d’Ortie et des municipes voisins, et le prix du blé fut baissé jusqu’à trois sesterces. « 

Tout d’abord, Néron décida la réouverture des lieux publics restants, organisa la construction de baraquements, veilla à l’approvisionnement en vivres et à la vente en blé.

Selon certains colportant des rumeurs Néron,  fut tout sauf traumatisé.

Notoirement, il monta sur le toit du palais, d’où la vue était plus belle, et se mit à chanter, grattant joyeusement les cordes de sa lyre. La chanson qu’il interpréta, La Chute de Troie, racontait la destruction d’une autre grande cité, ce qui constituait un choix du plus mauvais goût.

Cependant, il nous faut être honnêtes et préciser que l’historien romain Tacite décrit une réaction totalement différente de Néron : d’après lui, l’empereur fut aussi traumatisé que son peuple par l’incendie. Il était hors de la ville lorsqu’il apprit la nouvelle et revint à Rome aussi vite que possible pour prendre la tête des opérations de sauvetage.
Tacite discrédite la version du « musicien sur le toit »,
tout en admettant que cette rumeur soit largement répandue à l’époque. C’est parce que tant de gens y ont cru, dit-il, que Néron a eu tant de mal à gérer cette catastrophe.

Les braises étaient encore rougeoyantes quand Néron imposa des taxes élevées à la ville et aux provinces afin de financer ses projets de construction, ce qui ne joua pas en sa faveur. L’initiative de l’empereur sembla même confirmer la théorie selon laquelle il avait tout planifié, d’autant qu’il entreprit bientôt de se faire construire une splendide demeure : la Domus aurea, ou Maison dorée, mi-palais, mi-villa de campagne construite au cœur de la capitale.

La population voulait un coupable et commençait à accuser l’empereur.

L’historien Tacite l’explique très bien :

« Mais aucun moyen humain, ni largesses impériales, ni cérémonies expiatoires ne faisaient taire le cri public qui accusait Néron d’avoir ordonné l’incendie. » (Annales, XV, 44).
Néron aurait donc tenté de rechercher des coupables.
Les chrétiens (à l’époque les chrétiens se considéraient comme des tenants de la religion hébraïque, et non comme les tenants d’une nouvelle religion) étaient les coupables idéals pour l’empereur.
En effet, ils étaient très impopulaires puisqu’ils ne reconnaissaient pas l’appartenance divine de l’empereur, sans oublier leur manque de tolérance affiché envers les polythéistes et les autres religions.

La tradition chrétienne considère Néron comme le premier empereur ayant pratiqué des persécutions.
L’étude des premiers âges du christianisme montre que, sous Caligula et Claude, les Romains avaient déjà posé certaines restrictions aux pratiquants de la nouvelle religion, essentiellement parce que leur culte rejetait l’autorité de l’Empereur.
Toutefois, Néron serait le premier à avoir réagi avec violence.

La mort de Dircé (1897), par Henryk Siemiradzki, est une reconstitution de l’épisode mythologique de la mort de Dircé avec une martyre chrétienne. © Cyfrowe.mnw.art.pl, DP

L’incendie de Rome offrit un prétexte à Néron pour s’en prendre aux chrétiens. Ceux-ci auraient allumé l’incendie par acte de pure rébellion ou parce qu’ils effectuaient des rituels dans des lieux cachés et insalubres. Sur cette base, Néron condamna des chrétiens au bûcher et aux lions. Il aurait également utilisé des condamnés pour servir de torches vivantes lors d’une fête nocturne dans les jardins de son palais…

Exécution de saint Pierre et saint Paul : Néron vu comme l’Antéchrist

C’est également sous le règne de Néron que deux figures importantes du christianisme furent exécutées : saint Pierre et saint Paul.

Dans plusieurs sources bibliques, Néron est cité comme l’Antéchrist. Le célèbre « nombre de la Bête » (666) serait un code secret signifiant « Néron ». Cela lui donne une dimension mystique très importante dans le christianisme : l’Antéchrist est un personnage dont le retour est attendu par les chrétiens.

Il est clair que si on peut blanchir Néron à propos de l’incendie de ROME, il reste coupable de toutes les autres exactions envers sa famille ses opposants politiques et  son peuple.

Ainsi, Néron a dépassé le cadre purement historique pour devenir une figure mythique et surnaturelle.

Aujourd’hui encore, un mélange de textes écrits par ses détracteurs et de tradition chrétienne laissent de Néron l’image d’un monstre sanguinaire, et c’est ainsi qu’il est perçu dans la culture populaire.

SOURCES :
https://www.futura-sciences.com/sciences/dossiers/histoire-neron-plus-celebres-empereurs-romains-1313/page/4/
wikipedia
http://realite-histoire.over-blog.com/article-22561209.html

POTE OFEU

Share Button