Archives par étiquette : La Fontaine

ALLEZ MAMY RACONTE: La poule aux oeufs d’or

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette ma Mamy se transformera, cet automne, en conteuse au bord du feu…. Préparez les buches….. conservez vos braises on va faire griller les châtaignes

Pour les autres ….??
Ben..! Rêvez…..! Vous sentirez très vite les odeurs de la grillade , la chaleur du feu de bois, vous entendrez l’écorce crépiter….. et vous verrez au milieu des flammes…. la fantasmagorie de l’imaginaire…
ça y est..
Vous tenez le soufflet bien en main….?
Oui.. !

Aujourd’hui c’est :
LA POULE AUX ŒUFS D’OR

logo mamy turlututu smallMes chers enfants moi aussi j’avais une grand mère qui, comme moi, aimait à raconter des histoires à la choupinette que j’étais en ce temps là….!

Elle se plaisait à me parler d’histoires qui m’aidaient à mieux me connaitre ou à découvrir le monde ..
je me rappelle de ce jour où elle m’a expliqué
« La poule au oeufs d’or » en me faisant écouter « La poule » cette suite en sol que je vous conseille d’écouter….
PRENEZ DU GRAIN DANS VOTRE MAIN POUR LA NOURRIR…

logo mamy turlututu small– ALLEZ.. ACTION Mamy raconte..!

Raconte nous ce que tu as entendu ce jour là…..

Je voudrais que nous ayons d’abord une présentation de cette histoire pour  les petits et une autre pour les grands avec la fable de JEAN DE LA FONTAINE sur le même sujet

– LA FONTAINE…!  ça y est… Elle se prend pour mon instit la Mamy !

LE CHOURISTE


– Tu as raison mon petit gars ..
RACONTE L’HISTOIRE D’ABORD MAMY

 

logo mamy turlututu smallII était une fois un fermier qui se lamentait constamment car ses poules ne pondaient qu’un oeuf par jour. Il essaya d’abord de remplacer leur nourriture par des
graines spéciales destinées à augmenter la production d’œufs,
mais sans succès.
Les pauvres poules faisaient tout leur possible,
cependant il n’était jamais satisfait.
Un matin, en pénétrant dans le poulailler, il vit briller sur la paille un
bel oeuf en or.

Il avait une poule aux œufs d’or! Il la prit immédiatement dans ses bras tout en se demandant s’il ne rêvait pas.

Mais non, c’était vrai, la petite poule était bien vivante et elle lui était devenue très importante.
Il la sépara bien vite des autres pondeuses et l’installa dans un endroit calme et tranquille où elle serait à son aise.
II lui apportait continuellement à manger pour qu’elle ponde plusieurs oeufs en or par jour.

Sans cesse, il lui parlait, lui expliquant qu’elle devait absolument augmenter sa production. Il la soulevait à tout moment, fouillant dans la paille à la recherche d’un autre œuf en or.
La petite poule était d’une nature patiente ; mais un beau jour, elle en
eut assez.

– Que fit-elle Mamy?

 


Elle n’avait même plus un moment de répit.
Elle décida d’agir :
finis les œufs en or, ce serait un œuf normal par jour comme toutes les autres.
Le fermier entra alors dans une colère terrible, mais la petite poule ne céda pas.

Suivant son exemple, les autres habitantes des lieux
réclamèrent gentillesse et douceur, menaçant d’une grève totale.

– La leçon a porté ses fruits.

Depuis, le fermier traite beaucoup mieux ses poules.
Il a compris qu’il ne faut jamais exploiter personne, surtout pas les plus faibles que soi.

 

– Super mamy on peut aller jouer avec les poules pendant que les grands vont boire à la fontaine avec Papy..?


LE CHOURISTE

– Oui mon petit gars .. vas y ..!
Moi , je garde tes frères et sœurs avec moi

 

 

chouette-prof
Jean de La Fontaine, né le à Château-Thierry et mort le à Paris, est un poète français de grande renommée, principalement pour ses Fables et dans une moindre mesure pour ses contes. On lui doit également des poèmes divers, des pièces de théâtre et des livrets d’opéra qui confirment son ambition de moraliste.
Œuvres principales


Mamy tu la connais cette fable ..?

 

 

– Oui mon grand la voici  …

LA POULE AUX ŒUFS D’OR

 

cliquez vous avez un jeu au cul de la poule

L’Avarice (1) perd tout en voulant tout gagner.
Je ne veux pour le témoigner (2)
Que celui (3) dont la Poule, à ce que dit la fable, (4)
Pondait tous les jours un œuf d’or.
Il crut que dans son corps elle avait un trésor.
Il la tua, l’ouvrit, et la trouva semblable
A celles dont les œufs ne lui rapportaient rien,
S’étant lui-même ôté le plus beau de son bien.
Belle leçon pour les gens chiches : (5)
Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus
Qui du soir au matin sont pauvres devenus
Pour vouloir trop tôt être riches ? (6)

Sources : Ésope
Textes de  » Ésope, fables » Traduction de D. Loayza, GF Flammarion, P. 89 et 111

LE PETIT COUP DE POUCEchouette-prof (1) avidité, cupidité (Larousse, dictionnaire du français classique : le XVIIe siècle)
(2) prouver
(3) que l’exemple de…
(4) v. sources
(5) cupides
(6) allusion aux « chambres de justice » de Colbert, qui avaient amené des financiers enrichis malhonnêtement à rembourser leurs gains.
D’autre part, dans « le Berger et la mer », La Fontaine formulait déjà une certaine méfiance face à un enrichissement trop rapide et trop facile ; peut-être faut-il voir ici une mise en garde contre les enrichissements trop alléchants procurés par les Compagnies orientales.

– Sous prétexte que j’entends pas bien on ne m’écoute jamais ..!

Viens ISABELLE écoute ce que ma grand mère à moi me racontait…. c’est presque pareil..!

La femme et la poule.

Une veuve avait une poule qui lui pondait un oeuf par jour. Elle se dit que si elle lui donnait plus de grain, sa poule pondrait deux fois par jour : aussi accrut-elle sa ration. Mais la poule devenue grasse ne put même plus pondre son œuf quotidien.
La fable fait voir qu’à convoiter plus que ce que l’on a, l’on perd même ce que l’on possède.

L’oie aux œufs d’or

Hermès avait un adorateur très zélé, qu’il gratifia d’une oie aux œufs d’or. Mais l’homme ne sut se contenter de cette rente trop modeste ; croyant que son oie avait des entrailles toutes d’or, il n’hésita pas à l’immoler. C’est ainsi qu’il ne fut pas seulement trompé dans son attente, mais privé de ses œufs, car dans son oie, il ne trouva que de la chair.
De même, il arrive souvent que les gens cupides, à vouloir toujours plus, perdent même ce qu’ils possèdent.



– Moi je vais prier pour que Papy et Mamy soient toujours là pour me raconter encore longtemps leurs histoires

Santé animaux
SOURCES :

http://enfants.3colombes.free.fr/contes/conte/

http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/pouledor.htm

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac
RETRO : C’est une récap des histoires déjà racontées….

Share Button

FABLES : L’âne et le petit chien


Vos poèmes, vos poèmes préférés

– Les livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller….

Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!
Enfin pensez à tous les choupinets et les choupinettes qui découvrent avec eux

L’ÂNE ET LE PETIT CHIEN


L’ÂNE ET LE PETIT CHIEN

Ne forçons point notre talent ;
Nous ne ferions rien avec grâce (1) :
Jamais un lourdaud, quoi qu’il fasse,
Ne saurait passer pour galant.
Peu de gens, que le ciel chérit et gratifie,
Ont le don d’agréer infus (2) avec la vie.
C’est un point qu’il leur faut laisser,
Et ne pas ressembler à l’âne de la fable,
Qui, pour se rendre plus aimable
Et plus cher à son maître, alla le caresser.
«Comment ? disait-il en son âme,
Ce chien, parce qu’il est mignon,
Vivra de pair à compagnon (3)
Avec Monsieur, avec madame !
Et j’aurai des coups de bâton !
Que fait-il ? Il donne la patte ;
Puis aussitôt il est baisé.
S’il en faut faire autant afin que l’on me flatte,
Cela n’est pas bien malaisé. »»
Dans cette admirable pensée,
Voyant son maître en joie, il s’en vient lourdement,
Lève une corne toute usée,
La lui porte au menton fort amoureusement,
Non sans accompagner pour plus grand ornement
De son chant gracieux cette action hardie.
« Oh! oh! quelle caresse! et quelle mélodie!
Dit le maître aussitôt. Holà, Martin bâton. »
Martin bâton accourt : l’âne change de ton.
Ainsi finit la comédie.

(*) Source : Esope « le chien et son maître » recueil Névelet, p.261

(1) Mlle de Scudéry, dans « Le Grand Cyrus », dans une conversation sur l’art de railler avec grâce :
 » […] ce que je veux principalement, est que chacun connaisse son talent, et s’en contente […]. »
(J.P. Collinet)
(2) « qu’il a plu à Dieu de verser dans l’âme »
(dict. de l’Académie, 1694) (la science infuse)
(3) vivra en égal
(4) « On dit Martin bâton, en parlant d’un bâton dont on frappe les ânes, qu’on appelle Martin, comme si on disait le bâton à Martin » (Furetière)

Santé animaux

SOURCE: SITE SUR LA FONTAINE


Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez
CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

FABLES : L’Enfant et le Maitre d’École

Vos poèmes, vos poèmes préférés

– Les livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller….

Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!

L’ENFANT ET LE MAÎTRE D’ÉCOLE.

Lecture : René Depasse   Illustration : Gustave Doré
Source audio : www.litteratureaudio.com

L’ENFANT ET LE MAÎTRE D’ÉCOLE. (*)

Dans ce récit je prétends faire voir
D’un certain Sot la remontrance vaine.
Un jeune Enfant dans l’eau se laissa choir,
En badinant (1) sur les bords de la Seine.
Le Ciel permit qu’un saule se trouva
Dont le branchage, après Dieu, le sauva.
S’étant pris, dis-je, aux branches de ce saule,
Par cet endroit passe un Maître d’école ;
L’enfant lui crie : Au secours, je péris.
Le Magister (2), se tournant à ses cris,
D’un ton fort grave à contretemps s’avise
De le tancer (3) : Ah  le petit Babouin (4) !
Voyez, dit-il, où l’a mis sa sottise !
Et puis, prenez de tels fripons le soin.
Que les parents sont malheureux, qu’il faille
Toujours veiller à semblable canaille (5) !
Qu’ils ont de maux ! et que je plains leur sort !
Ayant tout dit, il mit l’Enfant à bord (6).
Je blâme ici plus de gens qu’on ne pense.
Tout babillard, tout censeur (7), tout pédant (8),
Se peut connaître au discours que j’avance :
Chacun des trois fait un peuple fort grand ;
Le Créateur en a béni l’engeance (9).
En toute affaire ils ne font que songer
Aux moyens d’exercer leur langue.
Hé mon ami, tire-moi de danger ;
Tu feras après ta harangue.

(*) Sources : (d’après G. Couton : Fables)
« L’enfant qui se baigne », fable d’Ésope
qui aurait pu servir de source ne figurait pas dans les recueils de l’époque auxquels on fait référence habituellement…Peut-être vient-elle d’une des éditions d’Ésope de ce temps ?
On pense aussi à une transposition de la fable d’Abstemius ou de Faerne ou de Verdizotti, où les acteurs sont un loup et un renard. Peut-être encore dans « Gargantua »,
de Rabelais (I,42), la scène où frère Jean pendu à une branche par la visière de son casque…
La source commune est certainement un apologue antique…
(1) en jouant
(2) maître d’école de village, qui enseigne à lire aux jeunes
paysans (dict. de Furetière)
(3) gronder
(4) garnement, enfant qui mérite des réprimandes (dict. du
français classique : XVIIème)
(5) péjoratif : jeune enfant (source id. 4)
(6) il le tira de l’eau
(7) celui qui reprend, qui critique avec malveillance( souce id. 4)
(8) maître d’école, précepteur (source id. 4)
(9) l’a fait prospérer et multiplier

SOURCE: SITE SUR LA FONTAINE


Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez
CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button