Archives par étiquette : histoire

LE MYTHE DE SISYPHE


hypnose-002ba.jpgChoucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucalineBLOC NOTE
de Choucaline

CHOULAGER :
“”Les Capacités de notre cerveau et ses pensées positives”

LA PUISSANCE DE L’ESPRIT POUR GUÉRIR LE CORPS

– Musique d’ambiance : Maurice Chevalier


– MYTHE DE SISYPHE

Sisyphe par le TITIEN

Sisyphe fut condamné par Hadès ( Dieu des enfers) à pousser un énorme rocher jusqu’au sommet d’une montagne dans le royaume des morts.

A peine ce but atteint, le rocher roulait jusqu’au pied du versant d’où Sisyphe devait le remonter.
Et donc, le procédé se répète pour l’éternité. Sa punition figurait sur bien des vases grecs.
On le représente nu ou portant une fourrure sur les épaules, en train de rouler un rocher.
Pour les Grecs anciens, ce mythe rappelait aux mortels qu’une rébellion contre les dieux et leur implacable justice était une pure folie.

 LES LÉGENDES ET INTERPRÉTATIONS  AUTOUR DE SISYPHE
 AU VOLEUR…Sisyphe est le plus astucieux des hommes….
Sisyphe possédait un beau troupeau. Non loin de lui vivait Autolycos. Autolycos était passé maître dans l’art de voler, mais Sisyphe n’avait rien à lui envier.
Hermès avait donné à son fils le pouvoir de métamorphoser toutes les bêtes qu’il volait. Ainsi et bien que Sisyphe eût remarqué que ses propres troupeaux diminuaient tous les jours, alors que ceux d’Autolycos augmentaient, il fut tout d’abord dans l’incapacité de l’accuser de vol du bétail; donc il grava, sous le sabot de ses animaux son monogramme.
Une nuit, Autolycos se servit, comme à l’ordinaire, et, à l’aube, les empreintes de sabots sur la route fournirent à Sisyphe des preuves suffisamment concluantes pour convoquer les voisins et les prendre à témoin du vol du bétail.
Il inspecta l’étable d’Autolycos, reconnut les animaux qui lui avaient été volés à leurs sabots gravés.
DANS UN PREMIER TEMPS IL FEINTE LES DIEUX….. ENSUITE…. MALHEUR A LUI
Sisyphe est surtout connu pour avoir déjoué Thanatos.
En échange d’une source qui ne tarissait jamais, Sisyphe révéla au dieu-fleuve Asopos où se trouvait sa fille Égine, enlevée par Zeus, qui avait pris la forme d’un aigle, et qui la désirait.
La rancune de Zeus
Asopos fit fuir Zeus, mais ce dernier ressentit de la rancune pour Sisyphe ; il lui envoya Thanatos pour le punir.
Cependant, lorsque le génie de la Mort vint le chercher, Sisyphe lui proposa de lui montrer l’une de ses inventions : des menottes.
Il enchaîna Thanatos, si bien que ce dernier ne put l’emporter aux Enfers. S’apercevant que plus personne ne mourait, Zeus envoya Hadès délivrer Thanatos. Mais Sisyphe avait préalablement convaincu sa femme de ne pas lui faire de funérailles adéquates.
Il put ainsi convaincre Hadès de le laisser repartir chez les vivants pour régler ce problème. Une fois revenu à Corinthe, il refusa de retourner parmi les morts. Thanatos dut alors venir le chercher de force.
Pour avoir osé défier les dieux, Sisyphe fut condamné, dans le Tartare, à faire rouler éternellement jusqu’en haut d’une colline un rocher qui en redescendait chaque fois avant de parvenir au sommet,
DES INTERPRETATIONS

  1. D’après la théorie solaire, Sisyphe représente le soleil qui s’élève chaque jour pour plonger à nouveau le soir sous l’horizon
  2. D’autres y voient la personnification des marées ou des vagues qui montent pour soudainement redescendre.
  3. La pierre gigantesque qu’il est condamné à hisser figurerait l’Année entre le solstice d’hiver et celui d’été qui retomberait aussitôt vers le solstice d’hiver.

“Un travail de Sisyphe”, qualifie une tâche interminable et ardue

Cette compréhension du mythe de Sisyphe est celle à laquelle renvoie l’expression “un travail de Sisyphe”, qui qualifie une tâche interminable et ardue, qu’il faut toujours recommencer pour un résultat nul ou incertain.

Le mythe de Sisyphe selon Camus

Camus envisage Sisyphe comme un héros qui se rebelle contre les lois et qui endosse la responsabilité de son acte.
Au lieu de maudire les dieux, Sisyphe décide de vivre son châtiment, en toute conscience.
Par ce choix, Sisyphe s’affranchit des dieux et devient libre de vivre la destinée qu’il s’est choisi. Chaque instant de cette vie difficile lui appartient. Il n’est plus condamné à monter le rocher, il choisit de le faire et devient maître de son destin.
Le travail sans fin de Sisyphe, c’est l’existence humaine, la vie de l’Homme.
Cette vie, chacun peut la subir ou la faire sienne.
Chacun peut être passif ou, comme Sisyphe, mordre à pleines dents dans chacun des instants qui la composent…
Voici un extrait du livre “le Mythe de Sisyphe (1942)”.
“Les mythes sont faits pour que l’imagination les anime.
Pour celui ci, on voit l’effort d’un corps tendu pour soulever l’énorme pierre, la rouler et l’aider à gravir une pente cent fois recommencée ; on voit le visage crispé, la joue collée contre la pierre, le secours d’une épaule qui reçoit la masse couverte de glaise, d’un pied qui la cale, la reprise à bout de bras, la sûreté tout humaine de deux mains pleines de terre.
Tout au bout de ce long effort mesuré par l’espace sans ciel et le temps sans profondeur, le but est atteint. Sisyphe regarde alors la pierre dévaler en quelques instants vers ce monde inférieur d’où il faudra la remonter vers les sommets.”

LE CHOURISTE– Bien grand malheur que celui de Sisyphe ….!
Pourtant dans son malheur Sisyphe trouvait ses courts instants de bonheur :
Quand la pierre redescendait..” il ne bossait pas et faisait un pied de nez aux Dieux..!

il faut faire comme lui… Même si votre existence vous parait difficile à porter … Cherchez votre chemin pour trouver cet instant de bonheur pour cela suivez les conseils de Pythagore :

Choisis toujours le chemin qui semble le meilleur, même s’il paraît le plus difficile : l’habitude le rendra bientôt agréable.

” Pas besoin de savants calculs…Vous trouverez..”
Sinon on va pas vous jeter la pierre….

SOURCE:
http://mythologica.fr/grec/pic/sisyphe.jpg
http://people.wku.edu/nathan.love/426-20th/sisyphe_mythologie_grecque.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sisyphe

Choucaline plus proche de toi tumeurCHOUCALINE

RETRO :
C’est du même tabac…..retour sur la rubrique du même tabac

Share Button

HISTOIRE: Roland de Roncevaux

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette ma Mamy se transforme en conteuse
– Alors.. ACTION Mamy..! Raconte nous une légende pour petits et grands…!!
– Mes petits …. Vous me demandez toujours de vous de vous raconter des histoires… aujourd’hui c’est la saint Roland je vais vous raconter l’histoire de Roland de Roncevaux
– OH YES… OUI OUI Oui avec ça il en aura pour les grands et les petits…!

– Ben MDR alors ..! On va encore bosser le mercredi comme avec la maitresse
– Bien au contraire ….. Écoutes et tu verras, c’est l’ histoire du neveu de Charlemagne

jonas

– Bon Mamy on a compris .. C’est quand que tu me file une épée pour que je parte guerroyer… pendant ce temps tu mets des fleurs dans ton vase ..!

– Voilà voilà on y vient .. Toujours pressé…. comme les citrons jaunes?… jaunes comme toi Jonas..!

Roland de Roncevaux

Logo mamy raconte DEncore un petit instant .. le temps que Papy vous dise à quel moment cette histoire s’est déroulée….

LE CHOURISTE ROLAND LE NEVEU DE CHARLEMAGNE

Entre Histoire et légende

Roland dit « Roland le preux », mort en 778 à Roncevaux, est un guerrier franc, préfet de la Marche de Bretagne (praefectus britannici limitis)1, chargé de défendre la frontière du royaume des Francs contre les Bretons, et — selon la légende — neveu de Charlemagne.

  Il a notamment donné son nom à la brèche de Roland et à la Chanson de Roland.

Le personnage de Roland est associé à son épée Durandal, à son cheval Veillantif et à son cor, un olifant.

Selon la Vita Karoli Magni, œuvre contemporaine du personnage et des événements écrite entre les années 829 et 836 par Eginhard, moine et chroniqueur, les Vascons massacrèrent Roland et toute son armée au cours de la bataille de Roncevaux.

Toute l’ Espagne est occupée par les musulmans au VIII siècle . Pourtant des villes des villages du Nord ( des Vascons) luttèrent contre l’envahisseur et Pampelune montra son courage et sa détermination en n’étant jamais conquise !

Le roi Charles Ier , futur Charlemagne, conduisit ses troupes à Saragosse en Espagne à la demande du wali (gouverneur musulman) de la ville, Soliman ibn al-Arabi, mais ce dernier ayant été remplacé entre temps, Charles trouva les portes de la ville closes. De dépit, l’aile occidentale de l’armée franque, conduite par le roi, rasa les défenses de la ville navarraise de Pampelune, qui avait pourtant résisté à la pression musulmane.

Le 4,5, aout 778 en représailles, des Vascons rattrapèrent et décimèrent l’arrière-garde de l’armée du roi Charles, lourdement armée, alors qu’elle progressait dans une vallée encaissée depuis Roncevaux. Roland et quelques autres nobles y trouvèrent la mort, ainsi que le comte du palais Anselme le preux.

Trois cents ans plus tard, vers la fin du siècle, des récits tels que La Chanson de Roland remplacent les Vascons par des Sarrasins, et la mort de Roland devint un symbole de l’affrontement entre chrétiens et musulmans. Roland devint l’un des Paladins de Charlemagne et son histoire était contée dans de nombreux récits .

– C’est casse tête ton truc PAPY ..
C’est même pas de l’histoire de France Et en plus tu parles comme la maitresse …!jonas
– Il a raison terminé c’est à mamy maintenant…!

Logo mamy raconte D

LA MORT DE ROLAND

Documentaire historique sur la mort du chevalier Roland. aout 778. période carolingienne, la bataille d e Roncevaux , ou le vaillant Roland meurt trahi par Ganelon le fourbe.
Comment Durandal l’épée magique refusa de se détruire.
Récit de la mort d e Roland. Le brave chevalier…!!!!


L


– Il est où ton cor Mamy?
Arrête de taquiner ta mamy mon petit …. ! Écoutes la suite …..!!!

Logo mamy raconte D

LA CHANSON DE ROLAND


jonasMOI JE PRÉFÈRE L’HISTOIRE
DU VASE DE SOISSONS

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac

 

Share Button

L’hôpital qui se moque de la charité

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …

OH purée va y avoir du boulot …. Merci monsieur excusez nous…… c’est une erreur il n’y a aucune fuite chez nous…..Mais si on pète les plombs…. C’est noté votre entreprise fait aussi l’électricité…
si on pète un câble …. SUPER…..Vous faites aussi…. Alors à bientôt

C’est l’hôpital qui se moque de la charité

EXPRESSION POPULAIRE
« C’est l’hôpital qui se moque de la charité », entend-on parfois.
Existe-t-il une différence entre hôpital et charité?

Quelle est l’origine de cette expression?
Revenons sur son usage…


Prenez un fréquent sujet de conflit dans les fratries: débarrasser la table. Régulièrement, un frère peut dire à sa sœur
«tu ne débarrasses jamais. Je l’ai encore fait hier..», et elle de lui répondre du tac au tac:
«c’est l’hôpital qui se moque de la charité!».

L’ouvrage Les 1001 expressions préférées des Français nous éclaire sur la nature de l’expression en revenant sur son origine historique.
Il rappelle ainsi qu’au XIIe siècle, un hôpital était un établissement religieux destiné à accueillir les pauvres ainsi que les mendiants (hôpital, du latin hospitalia, qui signifie «chambre pour les hôtes», est lié au concept d’hospitalité des malades). On y pratiquait donc la charité, qui signifie dans la théologie chrétienne, l’amour envers son prochain.

La médecine gratuite
L’hospitalité était obligatoire. Les hôtels-Dieu, maison-Dieu, léproserie, maladrerie, et autres hospices, étaient gratuits et permettaient de secourir les pauvres, les pélerins et les malades.
Il existait aussi des impôts à cette fin. Mais pas de trou de la sécu.

François Bonvin - La Charité Se moquer de soi-même

Ce n’est qu’au XVIIe siècle que le mot se spécialise pour désigner un établissement médical, religieux ou laïc.
À la même période, et par métonymie, les hôpitaux gérés par des ordres comme les Frères et les Sœurs de la Charité ont pris le nom de «Charité».

Autrement dit, à cette époque, un hôpital et une charité étaient exactement la même chose, à savoir un établissement hospitalier avec le sens qu’on lui connaît aujourd’hui!


.

Pour en revenir à notre fratrie, la sœur a donc bien conscience que personne dans cette affaire n’est vraiment exempt de tout reproche à commencer par elle-même.
Cette expression peut également refléter de l’autodérision.

Affirmer «c’est l’hôpital qui se moque de la charité» en ayant conscience que c’est un défaut chez nous aussi, c’est revenir à se moquer de soi-même.

Quand vous l’employez, un petit sourire s’impose. Car comme le dit une autre expression bien connue: «charité bien ordonnée commence par soi-même».

SOURCE : https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/expressions-


POTACHE

.

.

Share Button

La musique n’a pas d’âge..!

Compléments alimentaires RuedesplantesDe Choubert à Choumann en passant par Choupin

LA PARTITION DE MA2

  La Partition
de  MA2

Aujourd’hui c’est la musique dans l’histoire

La musique au temps d’Alexandre le grand

C’est dans une boîte à biscuit, au fond des réserves du musée du Louvre, que des chercheurs ont retrouvé, il y a une dizaine d’années, une partition du IVe siècle
avant J.-C.

Grâce à cette découverte, exposée au Louvre dans le cadre de l’exposition « Au royaume d’Alexandre le Grand. La Macédoine antique », nous pouvons entendre aujourd’hui un peu de la musique jouée à la cour d’Alexandre.

Alexandre le Grand ou Alexandre III de Macédoine
  -356 à  -323

C’est un roi de Macédoine et l’un des personnages les plus célèbres de l’Antiquité.

 Fils de Philippe II, élève d’Aristote et roi de Macédoine depuis -336, il devient l’un des plus grands conquérants de l’histoire.
Il fait de son petit royaume le maître de l’immense empire perse achéménide, s’avance jusqu’aux rives de l’Indus et fonde près de soixante-dix cités, dont la majorité porte le nom d’Alexandrie.
La notoriété d’Alexandre s’explique principalement par sa volonté de conquête de l’ensemble du monde connu.
Cette aspiration, à la fois illusoire et pourtant presque réalisée, avant qu’il ne meure subitement à l’âge de trente-deux ans, a pour conséquence, durant un temps très court,  une unité politique jamais retrouvée ensuite entre l’Occident et l’Orient.

Le conquérant macédonien, excellent interprète lui-même, était passionné de musique et jouait de la cithare et du luth depuis l’adolescence.
Avant de s’emparer du monde, il s’offrait déjà les virtuoses de son temps, à sa cour de Pella :
les aulètes (qui jouent de l’aulos, une flûte à deux tuyaux) nommés Isménias, Timothée, Chrysogonos, Dorion, Antigénidas ou de citharistes en vue comme Stratonicos d’Athènes.

Selon Plutarque, « Alexandre fit connaître dès son enfance qu’il serait tempérant dans les plaisirs ; impétueux et ardent pour tout le reste, il était peu sensible aux voluptés et n’en usait qu’avec modération »
Toutefois, le conquérant macédonien n’était pas vraiment un ascète éloigné des plaisirs de la vie terrestre. Il ne dédaigna ni les femmes ni le vin ; il était passionné de théâtre et de musique ; il aimait la chasse et combattit des fauves dans les paradis du Grand Roi ; il organisa de multiples concours et jeux athlétiques quoiqu’il n’y prît jamais part lui-même.
À Ecbatane, en 324 av. J.-C., il ne se trouvait pas moins de trois mille artistes venus de Grèce pour participer aux fêtes organisées par Alexandre.

Fragment de partition musicale sur papyrus, Médée de Carcinos le Jeune - Musée du Louvre

Fragment de partition musicale sur papyrus

Quelle musique jouait-on alors ?
Il n’en reste aujourd’hui presque rien, sinon… quelques notes retrouvées au Louvre par Laurent Capron, papyrologue de la Sorbonne :

« Au cours d’un inventaire en 2002, je l’avais trouvée roulée en boule dans une boîte à biscuits en ferraille avec un morceau de cigare et des journaux. Elle végétait dans les tréfonds du Louvre depuis plus de cent ans. Mais j’ai vite compris que c’était une merveille oubliée. »

Spécialiste de la musique, Annie Bélis (CNRS, ENS) décrypte cette partition :
il s’agit en fait d’une Médée de Carcinos le Jeune (d’environ 360 av. J.-C.), mentionnée par Aristote dans sa « Rhétorique », où l’héroïne, contrairement à la version du mythe véhiculée par Euripide, est innocente. L’ensemble vocal Kérylos en propose une version, accompagnée de reconstitution d’instruments anciens :

Source : Beaux Arts magazine – N° 330
http://www.villemagne.net/blog

   Alexandre
une vidéo puissante



le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deuxM A 2
Ma musique à deux

Share Button