Archives par étiquette : grecs

Devine qui est Tirésias…?


barre grenat
les potes doivent être éclairés

CHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …..
Ils aiment bien les légendes mythologiques alors ne les privons pas…

Musique d’ambiance


barre grenat

tiseriasTirésias qui es tu ?

Devin grec qui apparaît dans toutes les séquences mythologiques relatives à la ville de Thèbes. C’est lui qui conseille de donner le trône à celui qui libérera la ville du Sphinx.
Ses révélations permettront plus tard à Œdipe de découvrir le secret de sa naissance.

On connait plusieurs versions de sa vie et des conditions dans lesquelles ce devin thébain perdit la vue.

Version 1 : 
Il surprend la déesse Athéna  se baignant nue dans une source.
Pour laver cette atteinte à la pudeur, elle le prive de la vue et lui confère un don de voyance à travers le langage des oiseaux

Version 2 :
il est choisi pour trancher la querelle qui oppose le couple divin : Héra et Zeus il fut l’arbitre d’une dispute pour déterminer qui éprouve le plus grand plaisir dans l’amour
Héra prétend que dans l’acte amoureux c’est l’homme qui éprouve le plus grand plaisir. Zeus soutient le contraire ! Son expertise n’étant pas du gout du perdant …. il y laissera la vue et aura en compensation le don de voyance

barre grenat


Version 1 Tirésias c’est rincé l’œil une dernière fois

Tirésias était un devin thébain, sa mère était la nymphe Chariclo, compagne favorite d’Athéna, et les deux amies aimaient volontiers se baigner nues dans une source du mont Hélicon.

Un jour, le jeune Tirésias était à la chasse non loin d’un lieu de cette source et voulant sans doute rejoindre sa mère, il s’approcha et surprit Athéna dans le plus simple appareil.  La déesse, dont la chasteté était absolue, vit comme une atteinte à sa pudeur cette indiscrétion de Tirésias. « Athéna lui mit alors les mains sur les yeux et le rendit aveugle » (Apollodore III, 6, 7).

Comme la nymphe Chariclo, mère de Tirésias, faisait partie du cortège divin, elle supplia Athéna de rendre la vue à son fils. La déesse refusa mais consentit à alléger sa sentence.
« Elle lui purifia les oreilles, et ce qui lui permit de comprendre parfaitement le langage des oiseaux et ainsi de deviner l’avenir; puis elle lui donna un bâton de cornouiller, grâce auquel il marchait comme les gens qui voient » (Apollodore III, 6, 7). Athéna lui accorda le privilège de vivre durant sept générations et même après sa mort son don de voyance persisterait.
barre grenat

 
Version 2 Tirésias un trop bon expert en amour

Selon la version la plus répandue du mythe, cette tare et ce don sont le résultat d’une querelle entre Héra et Zeus :
Un jour Tirésias aurait vu deux serpents en train de s’accoupler et les aurait séparés ( on dit aussi qu’il aurait tué la femelle) ; il est immédiatement transformé en femme ; sept ans plus tard il est le témoin de la même scène ; il sépare de nouveau le couple ( dans la variante c’est le mâle qu’il tue) ; il est retransformé en homme..

ZANCHI Antonio – Tirésias aveuglé par Héra et rendu devin par Zeus

Etant le seul individu à avoir fait l’expérience des deux sexes dans leur différence il est choisi pour trancher la querelle qui oppose le couple divin : Héra prétend que dans l’acte amoureux c’est l’homme qui éprouve le plus grand plaisir. Zeus soutient le contraire !
et il rapporta que la femme éprouve neuf fois plus de plaisir que l’homme. Vexée d’être contredite et de voir un secret trahi, Héra frappa Tirésias de cécité en raison de ce qu’elle jugeait être son « aveuglement ».
Zeus, qui ne pouvait pas réparer les dégâts causés par son épouse, consola Tirésias en lui accordant le don de prophétie et la compréhension du langage des oiseaux ainsi que le privilège de vivre durant sept générations.

barre grenat

TIRÉSIAS un devin pratiquant l’ornithomancie.

tiserias arbre oiseaux 50Tirésias exerça partout ses talents. Il avait sa demeure près de Thèbes et se faisait assister dans ses sacrifices par un adolescent.
Il pratique principalement l’ornithomancie.
Comme Tirésias est aveugle, il écoute les cris des oiseaux :
Il a aussi recours à l’intermédiaire d’un enfant ou de sa fille Mantô.
L’expression « pâtre des oiseaux » a été utilisée car pour faciliter la venue des oiseaux, le devin leur donnait de la nourriture.
Tirésias utilise à Thèbes un observatoire …. Il s’agit d’un sanctuaire en plein air probablement installé à cet endroit à l’époque archaïque. Parce qu’ils occupent l’espace qui se trouve entre le ciel et la terre, les oiseaux apparaissent comme les messagers privilégiés des dieux d’en-haut dont le devin se fait l’interprète.

frise oiseauxL'homme aux oiseaux - le discours aux oiseaux    bestiole des potagers resistant et inépuisable    le drole de chardonneret bestiole des potagers resistant et inépuisable A la découverte des oiseaux


SOURCES:
  – Site Mythologica.fr – barre grenatWikipédia


POTACHE

.

Share Button

CIVILISATIONS : Le statut de la femme étrusque

logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE AU CHOU :

Coucou c’est toujours moi merci d’être revenu nous voir aujourd’hui….


Comme convenu nous allons en savoir plus sur le statut de la femme étrusque…

Si belle  dans toutes ces sculptures

barre grenat

logo lardon DLe statut de la femme étrusque

Les grecs et les romains ne comprennent pas la liberté et le statut de la femme étrusque, et ils n’hésitent à faire une description peu flatteuse des femmes étrusques.
Dans l’art grec, seule une courtisane peut être représentée en train de banqueter :
il est impossible qu’une citoyenne grecque soit représentée en train de banqueter.

Femme étrusque, statue en terracotta peinte, IIe siècle av. J.-C., retrouvée à Chiusi, conservée à Karlsruhe

 barre grenatlogo lardon DLes femmes et la société étrusque

La condition féminine dans la civilisation étrusque représentait une particularité par rapport à ce qu’elle était dans le monde méditerranéen. Chez les Grecs et les Romains par exemple, les femmes occupaient une position marginale et de second plan par rapport aux hommes.

La femme étrusque a une grande importance tant au niveau politique qu’administratif et vit pleinement une vie de famille au sein de la société civile où son rôle est prépondérant. Parée de tous ses bijoux, la femme participe aux banquets et assiste aux jeux étrusques ; elle pouvait aussi posséder des biens en son nom propre.

La femme participe à l’intense activité de la société. Elle « sort » souvent « sans rougir, pour être exposée au regard des hommes », participe aux cérémonies publiques, aux danses, concerts, jeux ; elle préside même parfois à partir d’une estrade appropriée

Cette civilisation accorde à la femme un statut bien supérieur à celui des femmes des autres civilisations méditerranéennes, la plupart du temps confinées dans le gynécée.

La femme idéale pour les Etrusques est mère de famille, maîtresse de maison mais aussi compagne de vie.

Ce dernier rôle est figuré avec tendresse sur les sarcophages doubles, représentation qu’on ne retrouve jamais dans le monde gréco-romain.

barre grenat

logo lardon DLa femme étrusque vue par les autres civilisations

Les femmes assistaient aux banquets auprès des hommes chez les Étrusques, ce qui n’était pas le cas chez les Grecs, leurs contemporains où la démocratie était uniquement masculine.

La femme étrusque ne jouissait pas d’une grande réputation auprès des écrivains grecs et romains.

Par les Grecs
Voisins directs des Étrusques dans l’Italie du sud qui appartenait alors à la Grande Grèce les grecs comprenanient assez mal les coutumes étrusques car chez eux la femme vivait dans l’ombre de la maison. En effet, la fille ou l’épouse grecque reste à sa place dans le cadre domestique et ne se montre que rarement en communauté.
Les Grecs définissent les mœurs comme dissolues :

Par les Romains
La femme romaine est un peu plus libre que la femme grecque mais, le statut de la femme étrusque était jugé scandaleux par les romains qui n’hésitaient pas à juger son comportement de licencieux et de mauvaise moralité, les comparant aux musiciennes ou aux prostituées des banquets grecs ou romains.
Alors que le mari étrusque tient son épouse en haute considération, les maris romains écrivaient tout au plus sur la tombe de leur épouse « domum servavit » (A été une « bonne servante de ma maison »).

SOURCES:
https://parisartreview.wordpress.com/2016/04/03/art-etrusque-le-sarcophage-dit-des-epoux/
http://www.altritaliani.net/spip.php?article1720
http://www.panoramadelart.com/sarcophage-des-epoux-de-cerveteri

barre grenat

logo lardon 1LE LARDON

 

Share Button