Archives par étiquette : gravures

DAME MIELINE : Cupidon voleur de miel dans les gravures d’Albrecht Dürer

Propolis 60 gélules

BLOG DE
DAME MIELINE


C’est comme ça que tout a commencé entre Dame MIELINE et moi...

Un neveu turbulent je devrais dire un cul bidon de banlieue.. Tant tout ce qui dépassait, de ses vêtements trop courts, était tentant pour mes abeilles affolées par son bâton enfoncé dans la ruche..

Je me suis précipité le premier avant sa Taty MIELINE… Béatrice m’avait appris et démontré que la chromothérapie était efficace sur les piqures d’abeilles…
Après 3 minutes de lumière rouge et
30 secondes de vert dans la pénombre de mon sellier et je pouvais me retourner pour voir plus calmement la Taty qui m’observait…
AH la classe… Rien à voir avec son neveu ..
j’étais troublé .. Elle y avait mis les formes …. Mais aussi par le sentiment, qui devint vite certitude, que je l’avais déjà vu maintes fois sur grand écran.. Je… non non..!
On n’est pas à Paris Match ici..
Depuis que nos nous sommes liés d’amitiés… Elle a confirmé son appartenance au PAF venant soigner l’enveloppe de ses nerfs dans le potager du voisin..
Oh bonheur le mien…!
Elle savait jouer la comédie mais pas avec moi .. D’une grande culture… Elle ne savait pas écrire… C’est ce qu’elle croyait car à partir d’aujourd’hui nous lui ouvrons nos colonnes pour une série sur… Devinez :
LE MIEL ET LES ABEILLES … Histoire de se faire pardonner son cul bidon de banlieue suit notre Déesse Venus pour profiter et nous aussi de sa grande culture…..
Cherchez pas.. Pour vous et moi, elle s’appelle Mieline …. Sans doute pour mettre de la douceur autour de ses nerfs malades.

Les abeilles dans l’art

L’un des sujets de représentation de l’abeille qui prédomine dans l’art se réfère à la mythologie : Eros piqué par une abeille.
Eros, Cupidon, ou l’Amour… Cela reste le même personnage :

le Dieu du désir.

Aquarelle  de 1514,  d’Albrecht Dürer

Ce thème mythologique s’inspire d’une fable de l’Antiquité grecque attribuée à Théocrite (IIIè siècle av JC). Elle raconte la mésaventure d’Eros se faisant piquer par des abeilles après leur avoir volé leur miel. Il se plaint alors à sa mère Aphrodite (Vénus, déesse de l’amour terrestre, comprenez qu’il s’agit de l’amour charnel) : il est injuste qu’une si petite créature (l’abeille) provoque une aussi grande douleur.
Aphrodite lui répond alors que lui aussi est petit mais que ses flèches de l’amour pouvaient également faire très mal.
Derrière cette réponse, d’une mère à son fils, on peut y voir la morale suivante selon laquelle, l’amour, s’il est spirituel et platonique n’est que douceur (le miel), alors que s’il est terrestre et physique, il est douleur (le dard, la piqure de l’abeille).

Une autre interprétation, plus triviale peut être aussi évoquée :
Les flèches d’Eros ou le dard des abeilles pouvant ainsi faire référence aux maladies vénériennes très répandues à l’époque.

Le thème de Cupidon voleur de miel se retrouve dans quelques gravures d’Albrecht Dürer (dont une aquarelle de 1514), contemporain (1471-1528) de Cranach l’Ancien, avec lequel il a d’ailleurs eu l’occasion de travailler au début de sa carrière.
La nudité des Vénus de Cranach l’Ancien
La nudité des Vénus de Cranach l’Ancien, que je vous ai présenté l’autre jour, est un thème très étudié, car l’artiste a été un maître de l’utilisation paradoxale du nu féminin dans l’allégorie moralisante.
 

A la fois en ce qu’il apporte à l’histoire picturale des représentations du corps féminin nubile ; pour l’érotisme qu’il dégage, à travers le voile arachnéen à peine discernable, qui valorise la nudité gracile beaucoup plus évidemment qu’il ne la dissimule ; par les surprenants chapeaux que portent les modèles du peintres à la carnation très pâle ; et aussi pour l’apparente contradiction entre la présence du peintre au cœur du luthéranisme (dont témoignent et son installation à Wittenberg, ses innombrables diptyque de son ami Luther et de son épouse, et les tableaux et gravures illustrant l’Ancien et le Nouveau Testament) et cet érotisme explicite – ses modèles aux chapeaux parfois flamboyant et aux riches colliers évoquant plus des courtisanes que des figures symboliques des vertus antiques ou chrétiennes.

Les Vénus tournant d’ailleurs le regard, selon les versions, soit vers Cupidon, soit vers le spectateur du tableau.

La large dissémination de ces tableaux de nudités dans toute l’Europe témoigne à tout le moins de la large clientèle qu’ils ont trouvés dès le XVIe siècle.

MIELINE VOUS PROPOSE SES ARTICLES
PARUS OU A PARAITRE

La larme de Rê créa l’abeille…
Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel
Vénus et Cupidon voleur de Miel de Lucas Cranach l’Ancien– Cupidon voleur de miel dans les gravures d’Albrecht Dürer
– Le miel… Une valeur médicinale démontrée.
Le thème du miel dans l’art
A PARAITRE EN 2018
– Le miracle des abeilles
– Le miel dans l’art contemporain

SOURCES :

https://sites.google.com/site/larepubliquedesabeilles/frontispices-et-gravures/1530-cranach-cupidon-voleur-de-miel

Propolis 60 gélules

DAME MIELINE ET CULBIDON


 

Share Button

les châteaux de Victor Hugo … l’autre Hugo … de l’écrivain à l’artiste

logo poésie smallVos poèmes, vos poèmes préférés …

– Des livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller…. Ou tout simplement comme aujourd’hui vos  poèmes à nous faire partager


Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!

Victor Hugo, de l’écrivain à l’artiste


Tout le monde connaît Victor Hugo, l’écrivain. Mais ce que l’on sait moins de ce grand romantique c’est que le célèbre auteur des Misérables, Notre Dame de Paris n’était pas qu’un écrivain. Il avait beaucoup d’autres talents.
C’était un artiste qui avait des talents de décorateur et de dessinateur.

C’est lui qui aménage la maison d’Hauteville House (Guernesey), lieu d’exil politique de la famille entre 1856 et 1870.

“Ses dessins et gouaches, réalisés au cours de ses nombreux déplacements et années d’exil, posent un double regard sur les lieux visités “

Nous vous avons retrouvé quelques uns de ses dessins de châteaux pour illustrer son poème  » le château fort  »
Bien sur,  cela nous donne envie de retourner à la maison Victor Hugo Place des Vosges à Paris !

Poésie : Le château-fort

 

À quoi pensent ces flots, qui baisent sans murmure
Les flancs de ce rocher luisant comme une armure ?
Quoi donc ! n’ont-ils pas vu dans leur propre miroir,
Que ce roc, dont le pied déchire leurs entrailles,
A sur sa tête un fort, ceint de blanches murailles,
Roulé comme un turban autour de son front noir ?

Que font-ils ? à qui donc gardent-ils leur colère ?
Allons ! acharne-toi sur ce cap séculaire,
Ô mer ! Trêve un moment aux pauvres matelots !
Ronge, ronge ce roc ! qu’il chancelle, qu’il penche,
Et tombe enfin, avec sa forteresse blanche,
La tête la première, enfoncé dans les flots !

Dis, combien te faut-il de temps, ô mer fidèle,
Pour jeter bas ce roc avec sa citadelle ?
Un jour ? un an ? un siècle ?… Au nid du criminel
Précipite toujours ton eau jaune de sable !
Que t’importe le temps, ô mer intarissable ?
Un siècle est comme un flot dans ton gouffre éternel.

Engloutis cet écueil ! que ta vague l’efface
Et sur son front perdu toujours passe et repasse !
Que l’algue aux verts cheveux dégrade ses contours !
Que, sur son flanc couché, dans ton lit sombre il dorme !
Qu’on n’y distingue plus sa forteresse informe !
Que chaque flot emporte une pierre à ses tours !

Afin que rien n’en reste au monde, et qu’on respire
De ne plus voir la tour d’Ali, pacha d’Epire ;
Et qu’un jour, côtoyant les bords qu’Ali souilla,
Si le marin de Cos dans la mer ténébreuse
Voit un grand tourbillon dont le centre se creuse,
Aux passagers muets il dise : C’était là !

Le 26 novembre 1828.

Victor Hugo (1802-1885)

Recueil : Les orientales (1829).

 

SOURCES:


Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

 

Share Button