Archives par étiquette : femmes

Le salon où l’on blague….

Print pagePDF pageEmail page

Bloc note fricole et gai
BLOC NOTE FRIVOLE
par
Chou Frisé

« Pas de sots sans sottises

Pas de sottises sans sots
Pas de saucisses sans rots»

Dans mon salon de coiffure… ces dames se font des confidences et j’écoute … j’entends et je répète tout aux clientes suivantes…..
L’autre jour, j’ai eu 4 clientes, 4 bigotes en même temps… ( c’est pas très catholique de les appeler comme ça mais soit….! Ainsi soit t il)
C’était trop..! La nuit suivante je rêvais .. que je me noyais dans un bénitier plein de grenouilles…!

Elles parlaient de leurs fils respectifs ( j’ai eu du pot, elles m’ont évité le père et le « sain » d’esprit)

– NON MAIS… ! écoutez le parler ce mécréant ….
Dans quelques temps il s’en prendra aux P.D..!
Bloc note fricole et gai
– JAAAAAMMMAAAIIIISSSS..! je les adooooooooorree

Bigotes en bigoudis..!

Quatre mères catholiques très bigotes discutent de leur fils respectifs.
La 1ère dit fièrement
– Moi mon fils est évêque, quand les gens le voient ils disent « Monseigneur »
La 2ème, non moins arrogante
– Le mien il est archevêque, quand les gens le croisent ils disent « Votre grâce »
La 3ème, souriante
– Mon fils est cardinal, quand les gens le rencontrent ils disent « Votre éminence »
La 4ème réfléchit un peu…
– Mon fils fait 2,20 mètres de haut pour 110 kilos de muscles. Quand les gens le voient passer ils disent tous « Oh Mon Dieu ! »

Bloc note fricole et gai – je l’ adooooooooorree .. pas la blague… son fils …
Oh là là.. Un sportif…2.20 mètres de muscles… Rien que pour moi….
Seigneur – LAISSEZ MOI JOUER AVEC LUI
..!

La solidarité entre collègues

Bloc note fricole et gai
Une secrétaire est en arrêt de travail depuis 15 jours.
Une de ses collègues lui demandait devant moi, comment elle allait et lui donnait des nouvelles.

Comment ça va au bureau..?
demande notre malade.

– Bah, tout le monde y met un peu du sien pour te remplacer, Sylvie fait le café, Amélie lit tes magazines et….
Monique couche avec le patron..!

– Si vous ne comprenez pas la chute… pensez à la chute des reins.. si vous êtes bouchés de ce coin là.. je vous ferais un « des-seins » de la bête à deux dos

SOURCES: Merci à mes contributeurs..
Rappelez vous que pour les blagues
 » il y a plus de joie à donner qu’à recevoir »

CHOU FRISÉ

 

Share Button

ALLEZ MAMY RACONTE : Le secret de la prière

Print pagePDF pageEmail page

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette ma Mamy se transformera, cet automne, en conteuse au bord du feu…. Préparez les buches….. conservez vos braises on va faire griller les châtaignes

Pour les autres ….??
Ben..! Rêvez…..! Vous sentirez très vite les odeurs de la grillade , la chaleur du feu de bois, vous entendrez l’écorce crépiter….. et vous verrez au milieu des flammes…. la fantasmagorie de l’imaginaire…
ça y est..
Vous tenez le soufflet bien en main….?
Oui.. !

Aujourd’hui c’est :
LE SECRET DE LA PRIÈRE

logo mamy turlututu smallMes chers enfants moi aussi j’avais une grand mère qui, comme moi, aimait à raconter des histoires à la choupinette que j’étais en ce temps là….!

Elle se plaisait à me parler d’histoires qui m’aidaient à mieux me connaitre ou à découvrir le monde ..
je me rappelle de ce jour ou elle m’a expliqué  un tableau de Greuze à la main pourquoi on priait mains jointes…!

logo mamy turlututu small– ALLEZ.. ACTION Mamy raconte..!

Raconte nous ce que tu as entendu ce jour là…..

Je voudrais tout d’abord vous illustrer cette position de la prière par ce tableau de cette jeune fille priant de Jean Baptiste Greuze

– GREUZE ? C’est qui ce BRETZEL désalé Mamy ?

LE CHOURISTE


– Tu as raison mon petit gars .. Parlons de jean Baptiste Greuze

chouette-prof
Jean-Baptiste Greuze 1725 – est un peintre et dessinateur français.
Il est né le 21 août 1725 à Tournus. Fils d’un entrepreneur et architecte, Jean-Baptiste Greuze fut dès sa plus tendre enfance attiré par le dessin, malgré la volonté de son père qui le destinait au commerce. Il fut soutenu dans sa vocation par le peintre lyonnais Charles Grandon, dont il sera l’élève. Greuze suit son professeur à Paris où il s’installe en 1750.
En 1755, son Père de famille expliquant la Bible à ses enfants connaît un grand succès.
Sa popularité se confirme avec d’autres scènes de genre à visée morale, comme L’Accordée de village (Salon de 1761, Paris, musée du Louvre

Mamy elle est où ta gamine qui prie..?

– La voici mon grand …

« Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. » La Bible : Evangile de Jean chapitre 15 verset 7 (Parole de Jésus)

– Joindre les mains, c’est l’une des manifestations extérieures de la prière, de la supplication.
Certains expliquent que ce geste, paume contre paume, unifie le corps dans cette perspective.
chouette-prof D’autres précisent que cette posture date du moyen âge et reprend l’attitude du serment féodal, où le vassal joint les mains que le suzerain va prendre dans les siennes. Cependant, il semble que l’origine de cette coutume soit plutôt culturelle.
En effet la bible ne contient aucune instruction sur les postures de la personne qui prie, mais insiste sur les motifs de son cœur.

logo mamy turlututu small

Paris – Musée Cognacq-Jay Jean-Baptiste Greuze (1725-1805) – La Prière du matin – Huile sur toilehttp://activerain.com/image_store/uploads/1/9/0/4/1/ar126428936014091.jpg

Ainsi, joindre les mains n’est pas important, ce qui compte, c’est l’état d’esprit avec lequel on s’approche de Dieu.
De la même manière, on ne prie pas pour être vu des autres, pour faire des prières interminables ou utiliser un vocabulaire recherché, et formuler des propos que l’on ne pense pas, hypocritement.

La vraie prière est simple, parfois silencieuse, et n’a pas besoin d’un cadre spécifique : elle doit être sincère, profonde, exprimer les sentiments et les aspirations de notre coeur et sa reconnaissance.

– Tu sais mon Papy je t’entends quand tu pries .. et je demande pas plus que toi dans mes prières..!

Nous demandons à Dieu ce qu’il nous plaît. Il nous donne ce qu’il nous faut.
Léon Bloy, écrivain français


– Moi je vais prier pour que Papy et Mamy soient toujours là pour me raconter encore longtemps leurs histoires


SOURCES :
Le blog de Clairedelune 

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac
RETRO : C’est une récap des histoires déjà racontées….

Share Button

Arts Décoratifs : Quand les verriers de Nancy se font la gueule…

Print pagePDF pageEmail page

logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE
AU
CHOU :

Coucou c’est toujours moi merci d’être revenu nous voir pour nous suivre dans la découverte de :

logo lardon DDes arts décoratifs avec les verriers de Nancy
MM Gallet et DAUM

Paris, 1900.
C’est un siècle qui commence bien pour les frères Auguste et Antonin Daum.

Émile Friant, Portrait d’Auguste Daum, 1889 Voir en grand

Leur verrerie reçoit un grand prix à l’Exposition universelle !
C’est une véritable consécration. Pourtant, des voix s’élèvent déjà contre cette récompense…

Émile Gallé, artiste verrier, connaît bien les frères Daum, originaires comme lui de Nancy.

Il a également reçu, tout comme les Daum, un grand prix à cette même exposition.
Loin de se réjouir de cette récompense, l’artiste fulmine. Pourquoi cela ?

« Voici Daum (décoré) pour m’avoir plagié », écrit-il à un ami.
Mêmes techniques complexes superposant plusieurs couches de verres colorés, mêmes thèmes inspirés de la nature et des animaux…

Pas de doute, selon Gallé, il s’agit d’une pâle imitation de son œuvre par les frères Daum.
Pire ! À ses yeux la critique, en décernant la même médaille aux participants, ne fait plus la différence entre le créateur et les faussaires !

À gauche : Émile Gallé, Vase à décor d’orchidée, 1898, verre, socle en bois sculpté, Petit Palais, Paris. À droite : Daum Frères, Vase Gentiane, 1912, verre, Musée des Beaux-Arts, Nancy Voir en grand

 

 

À gauche : Émile Gallé, Vase Hippocampe, verre, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles. À droite : Daum Frères, Vase Vigne et escargots, 1904 Voir en grand

 Gallé n’en est pas à sa première accusation de plagiat.

Trois ans auparavant, il fustigeait un ancien commis d’atelier qui s’était établi à son compte. « Le misérable a dû prendre mes recettes, pourtant sous clef ».
Pourquoi tant de précautions ?
Par peur de voir ses secrets de fabrication arriver entre les mains de ses concurrents, les frères Daum.

Anonyme, Portrait d’Émile Gallé, 1889 Voir en grand

Mais pour des raisons économiques les artistes de Nancy feraient mieux d’oublier cette brouille et de se rassembler.
Et Gallé en a bien conscience…

Il fonde dès l’année suivante « L’École de Nancy », une association d’artistes verriers, sculpteurs, architectes ou ébénistes.

Encore une manière de montrer qu’il a toujours une longueur d’avance !
Un moyen aussi d’en prendre le rôle de directeur… une place que personne ne peut lui contester.

Allez Emile…. Fait pas ton bougon.. Nous les parisiennes on t’aime… Viens danser le cancan avec nous.!



SOURCE :
Artips

Conseillez Artips à vos amis

logo lardon 1LE LARDON

Share Button