Archives par étiquette : femmes

Mère Teresa de Calcutta – Sainte catholique

animation ruedesplantes


BLOG  de  MAMY KT


– Mamy ne fait pas que du point de croix…
Elle nous fait découvrir aujourd’hui la vie de Mère Teresa

Mère Teresa en sari blanc à liséré bleu, uniforme des sœurs missionnaires de la Charité, un pan sur la tête servant de voile et un crucifix de bois épinglé à l’épaule.

Sa vie
Anjezë Gonxhe Bojaxhiu
, en religion mère Teresa, canonisée par l’Église catholique comme sainte Teresa de Calcutta, est une religieuse catholique albanaise naturalisée indienne, missionnaire en Inde, prix Nobel de la paix en 1979.
– Née le à Üsküb dans l’Empire ottoman (actuellement Skopje en Macédoine)
– Morte le à Calcutta (Inde), Elle est surtout connue pour son action personnelle caritative et la fondation d’une congrégation religieuse, les Missionnaires de la Charité qui l’accompagnent et suivent son exemple.
Elle est béatifiée le , à Rome, par le pape Jean-Paul II et canonisée le par le pape François.
Son œuvre
Son œuvre auprès des plus démunis commence par l’éducation des enfants des rues et l’ouverture du mouroir de Kalighat à Calcutta.
Pendant plus de 40 ans, elle consacre sa vie aux pauvres, aux malades, aux laissés pour compte et aux mourants, d’abord en Inde puis dans d’autres pays, et elle guide le développement des Missionnaires de la Charité.
Au moment de sa mort, ceux-ci s’occupent de 610 missions, dans 123 pays, incluant des soupes populaires, des centres d’aide familiale, des orphelinats, des écoles, des hospices et des maisons d’accueil pour les personnes atteintes de maladies comme la lèpre, le sida ou la tuberculose.


Déjà publiés
par MAMY KT

C’ est quoi l’assomption Mamy..?

 

Les femmes sont sur le chemin de croix depuis longtemps

 

Sainte Véronique et le voile de la sainte face

 

Sainte Marthe connue pour avoir donné hospitalité au christ


LIVRES

MAMY KT


Share Button

DAME MIELINE : Le miel dans l’art contemporain

Propolis 60 gélules

BLOG DE
DAME MIELINE

 

C’est comme ça que tout a commencé entre Dame MIELINE et moi...

Un neveu turbulent je devrais dire un cul bidon de banlieue.. Tant tout ce qui dépassait, de ses vêtements trop courts, était tentant pour mes abeilles affolées par son bâton enfoncé dans la ruche..

Je me suis précipité le premier avant sa Taty MIELINE… Béatrice m’avait appris et démontré que la chromothérapie était efficace sur les piqures d’abeilles…
Après 3 minutes de lumière rouge et
30 secondes de vert dans la pénombre de mon sellier et je pouvais me retourner pour voir plus calmement la Taty qui m’observait…
AH la classe… Rien à voir avec son neveu ..
j’étais troublé .. Elle y avait mis les formes …. Mais aussi par le sentiment, qui devint vite certitude, que je l’avais déjà vu maintes fois sur grand écran.. Je… non non..!
On n’est pas à Paris Match ici..
Depuis que nos nous sommes liés d’amitiés… Elle a confirmé son appartenance au PAF venant soigner l’enveloppe de ses nerfs dans le potager du voisin..
Oh bonheur le mien…!
Elle savait jouer la comédie mais pas avec moi .. D’une grande culture… Elle ne savait pas écrire… C’est ce qu’elle croyait car à partir d’aujourd’hui nous lui ouvrons nos colonnes pour une série sur… Devinez :
LE MIEL ET LES ABEILLES … Histoire de se faire pardonner son cul bidon de banlieue suit notre Déesse Venus pour profiter et nous aussi de sa grande culture…..
Cherchez pas.. Pour vous et moi, elle s’appelle Mieline …. Sans doute pour mettre de la douceur autour de ses nerfs malades.

Le miel dans
l’art contemporain

Le thème de Cupidon voleur de miel

Le thème de Cupidon voleur de miel se retrouve dans quelques gravures d’Albrecht Dürer (dont une aquarelle de 1514), contemporain (1471-1528) de Cranach l’Ancien, avec lequel il a d’ailleurs eu l’occasion de travailler au début de sa carrière.

Beaucoup plus tard, Picasso s’est explicitement inspiré de Cranach l’Ancien pour une lithographie de 1960.

1960, Picasso
L’ Amour piqué, Jean Antoine Marie Idrac, 1877, (Musée des Beaux Arts, Lille, France).

Ajoutons que les abeilles sont également présentes dans les arts décoratifs tels que la gravure, l’orfèvrerie et la joaillerie, ainsi que dans la faïence, la porcelaine et la verrerie…

Quand les abeilles font de l’art

Depuis quelques années, les abeilles ne sont plus simplement qu’un symbole ou un sujet de la mythologie… Elles participent à l’art, elles inspirent et « collaborent » avec des artistes contemporains.

Ganetha Dyck

Aganetha Dyck est née en 1937 à Winnipeg dans le Manitoba au Canada. Cette plasticienne commence sa production artistique sur le tard et expose seule pour la première fois en 1979. Son travail consiste en la réappropriation d’objets du quotidien…. et collabore avec les abeilles créant ainsi de délicates sculptures originales.
sa technique :

Sa démarche consiste à placer des objets de la vie courante dans des ruches et de les y laisser plusieurs semaines voire plusieurs mois, ainsi les abeilles se les approprient, les recouvrant de cire et d’alvéoles. A travers son travail on peut y voir une certaine critique de notre société. Ce parallèle fait avec les abeilles, en connexion avec la nature, et l’humanité témoigne que nos destins sont liés, de notre vulnérabilité.

 En conclusion, je vous dirais simplement : si les abeilles inspirent autant les artistes, par de là le monde, c’est bien parce qu’elles sont le reflet de l’état de santé de notre planète, l’incarnation de la nature… La nature, un grand sujet dans l’art, qui a inspiré à coup sûr d’innombrables artistes à travers les différentes époques.

Déjà paru dans la Chouette

DAME MIELINE : Le thème du miel dans l’art

MIELINE VOUS PROPOSE SES ARTICLES
PARUS OU A PARAITRE

La larme de Rê créa l’abeille…
Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel
Vénus et Cupidon voleur de Miel de Lucas Cranach l’Ancien– Cupidon voleur de miel dans les gravures d’Albrecht Dürer
– Le miel… Une valeur médicinale démontrée.
Le thème du miel dans l’art
– Le miracle des abeilles
– Le miel dans l’art contemporain


SOURCES :
https://stefaniebousquet.wordpress.com/2015/12/14/les-abeilles-muses-et-artistes/
https://hitek.fr/42/blake-little-photos-miel-preservation_2687

Propolis 60 gélules

DAME MIELINE ET CULBIDON

 

Share Button

La nounou de Ninon ne dit ni oui ni non… Mais elle,OUI …Oui ..! Oui ! C’est bien Ninon de Lenclos

Aujourd’hui c’est Sainte NINA
On fête aussi le prénom dérivé NINON
 L’occasion de vous présenter NINON DE LENCLOS
BLOC Choucaline plus proche de toi tumeurNbloc note choucalineOTE
de Choucaline

– LES SENTIMENTS AMOUREUX
DE « NOTRE DAME DES AMOURS »

« Plaignons les tourterelles qui ne baisent qu’au printemps » disait la belle Ninon de Lenclos, courtisane du XVIIe siècle adulée par tous les hommes.
Penchons nous ensemble sur les aventures amoureuses de cette reine des salons parisiens qui côtoya les plus grands noms de son temps et dont les multiples liaisons, jusqu’à ses 85 ans, défrayèrent la chronique.

QUI EST NINON DE LENCLOS..?

Anne « Ninon » de l’Enclos, aussi appelée Ninon de Lenclos ou Ninon de Lanclos (Paris, 10 novembre 1620 – Paris, 17 octobre 1705) était une courtisane, femme d’esprit, épistolière et femme de lettres française.

Anne est la fille d’un gentilhomme de Touraine, militaire à l’esprit libre. Sa mère, était ce qu’on appelle communément une grenouille de bénitier. Il y avait donc une énorme différence entre ses parents,. Avec sa mère elle visite des salons, où la jeune Ninon, connaissant l’italien et l’espagnol, et étant versée dans les sciences, suscite l’admiration par son esprit, sa beauté et aussi par sa façon de jouer le luth (plus tard elle apprendra aussi le clavecin).

A quinze ans Ninon est orpheline et héritière d’une fortune. Ceci lui permet de ne jamais se marier et de vivre une vie très indépendante, dans l’esprit épicurien de son père.

Notre Dame des Amours –

Elle collectionne des amants célèbres – Walpole l’appellera « Notre Dame des Amours  » – comme le mari et le fils de Madame de Sévigné, le grand Condé, le duc de La Rochefoucauld, et bien d’autres.
Ninon aurait eu au moins un enfant, probablement plus. Le Chevalier Louis de la Boissière qui deviendra un officier de marine brillant.

A partir de 1667, Ninon tient salon en l’hôtel Sagonne à Paris. Il y a, évidemment, beaucoup d’hommes célèbres Ninon est belle, cultivée, musicienne, danseuse, parfaitement adaptée au mode de vie de cette époque et son salon est le plus notoire.

On dit qu’elle y donne aussi des cours, théoriques et pratiques s’il faut, aux jeunes hommes dans la « façon jolie de faire l’amour ».

La « façon jolie de faire l’amour ».

« Quand un courtisan avait un fils à dégourdir, il l’envoyait à son école. L’éducation qu’elle donnait était si excellente qu’on faisait bien la différence des jeunes gens qu’elle avait dressés. Elle leur apprenait la manière jolie de faire l’amour »

Mémoires du comte Gaspard de Chavagnac (1638-1669).

De « fameuse courtisane », de « belle courtisane », voire de « Ninon la débauchée », enfermée dans un couvent pour sa mauvaise conduite, elle était devenue une femme d’esprit, une vieille dame à la mode, chez laquelle il était de bon ton d’aller apprendre les bonnes manières dans les rapports entre les deux sexes.

 Les défenseurs des  » lumières  » s’emparèrent de son personnage et firent une femme en avance sur son temps, un modèle célébré.

Parmi ses visiteurs entre autres François de la Rochefoucauld, Jean-Baptiste Lully, Scarron , Jean de La Fontaine, Philippe d’Orléans et même le duc de Saint-Simon, le mémorialiste fameux.

Ninon est également appréciée par des dames influentes, particulièrement par Madame de Maintenon (qui épousera le roi Louis XIV), Madame de Lafayette et de Madame de La Sablière.
Même la reine Christine de Suède demande à la rencontrer lors de sa visite de Paris et elle est tellement ravie par après, qu’elle propose à Ninon de l’accompagner à Rome.

« Molière lisant Tartuffe chez Ninon de Lenclos »

Molière lui demande des conseils pour son Tartuffe et même Louis XIV s’intéresse à l’opinion de Ninon, par personne interposée, c’est dire qu’elle était appréciée tout au long de sa vie.

En prenant de l’âge ? mais en le prenant bien ! Ninon, avide de chair fraîche, continue à multiplier les aventures… on lui prête des aventures jusqu’à 70 ou 80 ans…!

 

Femme fatale pour les uns,  » honnête homme  » pour les autres, Ninon est vite devenue un personnage de légende certains on dit qu’elle avait fait un pacte avec le diable pour avoir aussi  longtemps gardé sa beauté.

Pour la  punir de son succès, on lui prêta un amour incestueux à un de ses fils,

C’est en effet, l’histoire tragique d’un fils que le père éduquait sous le nom de Chevalier de Villiers, tout en gardant secret le nom de sa mère.
C’est la base d’un drame oedipien :
Quand le chevalier est présenté à Ninon de Lenclos, qui a 65 ans à cette époque mais qui est toujours aussi attrayante, il devient amoureux.
Tout en cachant la vraie nature de leurs relations, Ninon essaie de lui faire comprendre qu’une relation amoureuse entre eux est exclue.
La passion du jeune chevalier ne fait que grandir par ce refus et dans un essai ultime il vient la visiter à la campagne. Outrée par ses avances Ninon avoue enfin qu’elle est sa mère et le pauvre jeune homme sort du petit château en courant pour se suicider dans les bois environnants…

  Quel anniversaire…..!

Jusqu’à un âge très avancé Ninon continue à inspirer l’amour. Le jour de ses 77 ans, Ninon eut une aventure avec l’abbé de Châteauneuf.
À la même époque, elle mène de front une autre liaison avec le chanoine Nicolas Gédoyn.
Elle approche de quatre-vingts ans quand l’abbé Gédouin tombe amoureux d’elle, mais elle lui demande de patienter jusqu’à une date bien précise avant de lui accorder ses faveurs.

Par après elle lui avouera que c’est par coquetterie qu’elle lui a imposé ce délai : Elle voulait pouvoir dire d’avoir fait encore un conquête après son quatre-vingtième anniversaire…

 Voltaire « boursier » de la belle Ninon

Quelques mois avant son décès, à près de 85 ans, elle se fit présenter le fils de son notaire …. le futur Voltaire.  Le jeune Arouet (Voltaire) alors âgé d’environ 11 ans est élève du collège jésuite Louis-le-Grand de Paris.
Dans son testament, elle lui légua 2 000 livres tournois (l’équivalent de 7 800 € ) pour qu’il puisse s’acheter des livres (en fait au début du XVIIIe siècle, comme le signale le maréchal Vauban dans son ouvrage sur la Dîme royale, un simple journalier gagne moins de 300 livres dans l’année).

Quelle femme ! Sa légende demeure éternelle

Quand Ninon de Lenclos meurt le 17 octobre 1706., on lui connaissait qu’une unique prière :
Mon Dieu, faites de moi un honnête homme et n’en faites jamais une honnête femme’.

Mais elle se plaisait à dire
« Si Dieu m’avait fait l’honneur de me consulter, je lui aurais conseillé de placer les rides des femmes sous le talon. »

LE CHOURISTE

– « Ninon de Lenclos était un esprit libre, imprégnée du courant libertin qui trouve son origine sous Louis XIV et qui se développera encore plus au siècle des Lumières.
Son nom fera toujours partie de la liste des grandes courtisanes, mais elle n’était pas limitée aux histoires amoureuses.
Elle reste un symbole de culture et de raffinement qui savait captiver les gens par son charme et sa bonne humeur, jusqu’à un âge avancé.

Bien que conseillère pour des grands écrivains de son époque, ses écrits se limitent à un recueils de lettres  au marquis de Sévigné.
Dans ces lettres elle philosophe sur les femmes et l’amour.

Ninon de Lenclos reste un symbole de femme cultivée et indépendante, qui a réussi de vivre « comme un homme »…… »

Choucaline plus proche de toi tumeur  Choucaline
180

Share Button