Archives par étiquette : facteur

MON POTE LE FACTEUR : Ferdinand Cheval … Le facteur Cheval – (1836-1924)

Restez svelte 160pxBannière ruedesplantes 468/60px

OH HE LES MUCHACHOS ...J'APPORTE LE COURRIERLE BLOC DES TIMBRÉS

Mon pote le facteur

et son Muchacho Philochou

« Fils de paysan, je veux vivre et mourir pour prouver que dans ma catégorie, il y a aussi des hommes de génie et d’énergie »

Ferdinand Cheval (1836-1924)

– Philochou….. C’est moi de mon vrai nom Philippe ATHELISTE …
Mes copains m’appelle Phil…ATHELISTE

Musique d’ambiance

Ferdinand Cheval (1836-1924)

« Le travail d’un seul homme….. Le rêve d’un paysan »

 Joseph Ferdinand Cheval, plus connu sous le nom de facteur Cheval, né le à Charmes-sur-l’Herbasse (Drôme) et mort le à Hauterives (Drôme) à 88 ans, est un facteur français célèbre pour avoir passé 33 ans de sa vie à édifier un palais qui se nomme « Palais idéal » et huit années supplémentaires à bâtir son propre tombeau tous deux considérés comme des chefs-d’œuvre d’architecture naïve.

Liaisons le parler..!

« Fils de paysan je veux vivre et mourir
pour prouver que dans ma catégorie
il y a aussi des hommes de génie
et d’énergie.
Vingt-neuf ans je suis resté

facteur rural.
Le travail fait ma gloire

et l’honneur mon seul bonheur;
à présent voici mon étrange histoire.
Où le songe est devenu,
quarante ans après, une réalité.

Ferdinand Cheval, 15 mars 1905

 

Seul avec sa fidèle brouette .. sa « fidèle compagne de peine »

Il occupe ses heures de randonnée à de longues rêveries au cours desquelles il imagine un « palais féerique », rêveries qui ne commenceront à être concrétisées qu’une dizaine d’années plus tard, après maints voyages avec sa fidèle brouette qu’il appelle sa « fidèle compagne de peine ».

En 1879, une pierre le fait chuter sur le chemin de sa tournée et le fait transposer son rêve dans la réalité. Il rapporte dans ses cahiers l’importance de cet événement :

« Un jour du mois d’avril en 1879, en faisant ma tournée de facteur rural, à un quart de lieue avant d’arriver à Tersanne, je marchais très vite lorsque mon pied accrocha quelque chose qui m’envoya rouler quelques mètres plus loin, je voulus en connaitre la cause. J’avais bâti dans un rêve un palais, un château ou des grottes, je ne peux pas bien vous l’exprimer… Je ne le disais à personne par crainte d’être tourné en ridicule et je me trouvais ridicule moi-même. Voilà qu’au bout de quinze ans, au moment où j’avais à peu près oublié mon rêve, que je n’y pensais le moins du monde, c’est mon pied qui me le fait rappeler. Mon pied avait accroché une pierre qui faillit me faire tomber. J’ai voulu savoir ce que c’était… C’était une pierre de forme si bizarre que je l’ai mise dans ma poche pour l’admirer à mon aise. Le lendemain, je suis repassé au même endroit . J’en ai encore trouvé de plus belles, je les ai rassemblées sur place et j’en suis resté ravi… C’est une pierre molasse travaillée par les eaux et endurcie par la force des temps. Elle devient aussi dure que les cailloux. Elle représente une sculpture aussi bizarre qu’il est impossible à l’homme de l’imiter, elle représente toute espèce d’animaux, toute espèce de caricatures.

Je me suis dit : puisque la Nature veut faire la sculpture, moi je ferai la maçonnerie et l’architecture »

Pour son voisinage, le Facteur Cheval devient alors un être étrange, un « pauvre fou » qui durant sa tournée met des pierres en tas, revient le soir les chercher en s’aidant de sa brouette, pour en remplir son jardin. Il commence la construction de son monument qu’il n’appelle pas encore Palais Idéal en 1879.

Portrait de son palais idéal

Le Palais Idéal  1879 – 1912
EN QUELQUES CHIFFRES
93 000 heures

10 000 journées
33 ans d’épreuves

EN QUELQUES MOTS
« Plus opiniâtre que moi se mettre à l’œuvre »
Travail d’un seul homme
Le rêve d’un paysan
Pablo Picasso a découvert le Palais en 1937. Subjugué, il en a fait de nombreux croquis. Même André Breton, le pape du surréalisme, fut conquis d’emblée.
Ce “temple de la nature” faisant sans cesse référence à la mythologie hindoue et égyptienne, mêle faune et flore exotiques, des géants de pierre, mais également des inspirations bibliques.

 

Mon bonus télévision
Mon bonus  cinéma

 

SOURCES:


http://rene.centerblog.net/rub-facteur-cheval.html

Santa Cruz et Philochou
« Nous finirons tous timbrés »retour sur la rubrique du même tabac cliquez vous y allez - le titien

RETRO: C’est du même tabac…..

Share Button

MON POTE LE FACTEUR N° 5 : Timbre la jeune orpheline – Eugène DELACROIX

CARAMBA…VOUS AVEZ RENDEZ VOUS AVEC LA POSTE

OH HE LES MUCHACHOS ...J'APPORTE LE COURRIERpar Mon pote le facteur et son Muchacho Philochou

« Fils de paysan, je veux vivre et mourir pour prouver que dans ma catégorie, il y a aussi des hommes de génie et d’énergie » – Ferdinand Cheval (1836-1924)

– Philochou…..C’est moi de mon vrai nom Philippe ATHELISTE mes copains m’appelle Phil…ATHELISTE mais LADY LADINDE quand elle m’a vu au comité de rédaction … elle m’a dit: « Toi chéri chéri… Chou comme t’es, chez nous tu vas t’appeler  » PHILOCHOU »
Je fais équipe avec mon voisin SANTA CRUZ un facteur retraité… un espagnol originaire de Tarbes comme Henri Genes son idole…!
Alors il m’a dit « Oh hé le muchacho….
Viens avec moi on va leur porter le courrier…. tu seras mon comparse… nous leur ferons découvrir la culture et le rêve contenu dans le timbre poste »

– Allez ..MOTEUR … ACTION … Vas y Muchacho appuie sur ce bouton pour
envoyer le générique

barre bleue

Musique d’ambiance

SANTA CRUZ ET PHILOCHOU VOUS FONT REDÉCOUVRIR UNE SÉRIE SUR LES PORTRAITS DE FEMMES Les 12 visuels des timbres représentent des portraits de femmes dans la Peinture :

PORTRAIT DE FEMME : LA JEUNE ORPHELINE

Le 8 mars 2012. Un carnet de 12 timbres autocollants est émis pour célébrer la journée internationale de la Femme

planche de 4 timbres du carnet de 12 4 timbres commémorant la journée internationale de la femme en 2012

4 timbres commémorant la journée internationale de la femme en 2012

AUJOURD’HUI PORTRAIT DE FEMME LA JEUNE ORPHELINE – Eugène Delacroix –

Timbre du carnet 2012 commémorant la journée internationale de la femme en 2012
Eugène Delacroix – Jeune orpheline au cimetière (vers 1824)

Eugène Delacroix

Autoportrait au gilet vert (1837)

Autoportrait au gilet vert (1837)

Ferdinand-Victor-Eugène Delacroix, né le 26 avril 1798 à Charenton-Saint-Maurice, mort le 13 août 1863 à Paris, est un peintre majeur du romantisme en peinture, apparu au début du XIXe siècle, en France. Wikipedia

Jeune orpheline au cimetière

Artiste Eugène Delacroix Année Vers 1824 Type Huile sur toile Dimensions (H × L) 65 5 cm × 54 3 cm Localisation Musée du Louvre, Paris

Jeune orpheline au cimetière est un tableau réalisé par Eugène Delacroix vers 1824, durant ses travaux préparatoires pour les Scène des massacres de Scio.
L’œuvre est exposée par Delacroix au Salon de 1824, la même année que les Massacres de Scio.

L’œuvre est aujourd’hui conservée au musée du Louvre. (Type Huile sur toile Dimensions (H × L) 65 5 cm × 54 3 cm)
« Ce tableau, qu’Eugène Delacroix a réalisé dans sa jeunesse, a longtemps été considéré comme une étude préparatoire aux Massacres de Scio.

Scène des massacres de Scio est un tableau d’Eugène Delacroix. Ce tableau représente les massacres perpétrés à Chios par les Ottomans lors de la guerre d’indépendance grecque.Scène des massacres de Scio est un tableau d'Eugène Delacroix. Ce tableau représente les massacres perpétrés à Chios par les Ottomans lors de la guerre d'indépendance grecque.

Jeune orpheline au cimetière Avant même d’en connaître le titre, nous percevons la tristesse qui en émane. Examinez combien les contours sont tracés avec précision. Ils mettent en relief la jeune fille sur le fond plus flou du ciel et du cimetière désolé.
Remarquez comment se manifeste subtilement le désespoir :

les larmes perlent au bord de l’oeil cerné, la bouche s’entrouvre, le corsage glisse, dénudant l’épaule, la main est abandonnée sur la cuisse.

Relevez les ombres : sur la nuque, le cou, celle plus sombre à droite du personnage. Voyez également comment la palette froide du paysage et des vêtements sert le sentiment général. Appréciez de plus près le délicat modelé du visage et du décolleté, la touche légère des étoffes qui exacerbent l’impression de solitude. Mais que regarde l’orpheline au-delà du cadre ? »

barre bleue  

POUR DEMAIN
   LADY LADINDE: Poser un lapin..? barre bleue

Santa Cruz et Philochou retour sur la rubrique du même tabac
« Nous finirons tous timbrés »  

RETRO: C’est du même tabac…..

Share Button

MON POTE LE FACTEUR : N° 4…Portrait de LAURA DE DIANTI – LE TITIEN

OH HE LES MUCHACHOS ...J'APPORTE LE COURRIERpar
Mon pote le facteur
et son Muchacho Philochou

« Fils de paysan, je veux vivre et mourir pour prouver que dans ma catégorie, il y a aussi des hommes de génie et d’énergie »
Ferdinand Cheval (1836-1924)

– Philochou…..C’est moi de mon vrai nom Philippe ATHELISTE mes copains m’appelle Phil…ATHELISTE
mais LADY LADINDE quand elle m’a vu au comité de rédaction …
elle m’a dit: « Toi chéri chéri… Chou comme t’es, chez nous tu vas t’appeler
 » PHILOCHOU »
Je fais équipe avec mon voisin SANTA CRUZ un facteur retraité… un espagnol originaire de Tarbes comme Henri Genes son idole…!
Alors il m’a dit « Oh hé le muchacho…. Viens avec moi on va leur porter le courrier…. tu seras mon comparse… nous leur ferons découvrir la culture et le rêve contenu dans le timbre poste »

– Allez ..MOTEUR … ACTION … Vas y Muchacho appuie sur ce bouton pour envoyer le générique

Musique d’ambiance

SANTA CRUZ ET PHILOCHOU VOUS FONT REDÉCOUVRIR UNE SÉRIE SUR LES PORTRAITS DE FEMMES
Les 12 visuels des timbres représentent des portraits de femmes dans la peinture :

Le 8 mars 2012.
Ce carnet de 12 timbres autocollants
est émis pour célébrer
la journée internationale de la Femme

AUJOURD’HUI
PORTRAIT DE FEMME A SA TOILETTE
LE TITIEN

UNE FEMME A SA TOILETTE  – LE TITIEN
Jeune femme à sa toilette, portrait présumé de Laura Dianti, par Titien

 La  poste a pris pour ce timbre un détail du tableau du portrait de Laura Dianti peint par le Titien  vers 1520-25
Il représente Laura Dianti , amante et troisième épouse  plus tard de Alfonso I d’Este

Titien occupe un des sommets de la peinture de la Renaissance.

Sa longue vie (env. 1488-1576) lui a permis de déployer une activité picturale qui couvre les trois premiers quarts du XVIème siècle.

Sa carrière est essentiellement liée à Venise, dont la tradition picturale est basée sur la couleur – c’est à dire sur la peinture et sur l’acte de peindre – plutôt que sur le dessin.
Celui qui sera le peintre le plus célébré de son temps enrichit la tradition vénitienne de puissantes composantes expressives qui en renforcent le naturalisme et évite tout maniérisme. Son empreinte marque les plus grands peintres du XVIIème siècle comme Velásquez et Rubens et a des retentissements jusqu’à l’impressionnisme.

Après quelques rudiments de métier acquis chez de petits peintres, le jeune Titien se nourrit de l’enseignement des artistes les plus modernes, Giovanni Bellini et Giorgione.
L’élève surpassera ses maîtres.
En 1514, Titien obtient la charge de courtier au Fondacio dei Tedeschi de Venise, qui équivaut au titre de peintre officiel de la fastueuse cité-état. Il devient alors, et pour longtemps, le portraitiste des princes, fournisseur attitré des puissants du monde, qu’ils soient rois, pape ou empereur….

Parmi eux ALPHONSE I D’ESTE …. Détails…

ALPHONSE I D’ ESTE

 Le portrait d’Alphonse Ier d’Este est une peinture aujourd’hui perdue par Titien , datant de 1523. Il a été peint comme un pendant à la Portrait de Laura Dianti de la même année ( Laura Dianti était la maitresse Alfonso I) Ce portrait est maintenant connue par des copies, dont  l’une est  de Rubens

 Alphonse Ier d’Este (Ferrare, 21 juillet 1476 – 31 octobre 1534), de la famille d’Este, fut duc de Ferrare, Modène et Reggio d’Émilie.

 À l’instar de son frère Hippolyte, Alphonse fut un des grands mécènes de son temps.
C’est pour lui que le vieux Giovanni Bellini peignit ce qui devait être sa dernière œuvre, le Festin des Dieux en 1514. Le duc s’adressa ensuite à l’élève de Bellini, Titien, qui réalisa pour lui une série de tableaux.
En 1529 Alphonse inaugura la plus belle galerie d’art de son époque pour exposer ses collections devant des murs plaqués de marbre blanc et sous un plafond à caissons dorés.
La blancheur éclatante du décor valut à ce cabinet le surnom la chambre d’albâtre.

Titien est réputé avoir effectué deux portraits du duc. Le premier fut universellement admiré, notamment par Michel-Ange, et Charles Quint manœuvra habilement pour se le faire offrir comme cadeau diplomatique. Alphonse persuada le Titien d’en réaliser une copie

Le portrait  de Laura Dianti

La relation entre Alphonse Ier et Laura Dianti a lieu après le décès de Lucrèce Borgia, la femme légitime du duc.
Il n’est pas certain que Alphonse Ier épousa Laura Dianti avant de mourir.

Titien a peint plusieurs portraits de Dianti, peut-être, dont la femme avec un miroir , maintenant au Louvre.

Si on regarde bien , on aperçoit un homme qui tend un miroir devant elle et en tient un dans son dos; on ne sait qui il est : serviteur ou gentilhomme, ami ou amant Alphonse…? mais qu’importe.

Le tableau est loin d’avoir livré tous ses secrets; le Titien a jalonné son oeuvre de portraits de femmes au visage presque semblable comme  pour figurer son idéal féminin; pendant les soixante ans de son art, il a été obsédé par la séduction de certains visages .

Dans un autre portrait de LAURA DIANTI, elle porte une robe somptueuse bleu, des bijoux et un diadème. Son bras droit descend le long de son corps tandis que sa main gauche est posée sur l’épaule d’un garçon de la page africaine.

– « Eh SANTA CRUZ la Poste s’est trompée…..
Elle aurait du prendre cette variante du Titien des deux mêmes amants …
Moi je leur aurais dit, quel détail du tableau prendre …
Ainsi  chacun aurait pu lécher ce timbre avec délectation…. ou tout seul … c’est mieux…!

barre verte

 Santa Cruz et Philochou
« Nous finirons tou
retour sur la rubrique du même tabacs timbrés »

RETRO: C’est du même tabac…..

659

Share Button