Archives par étiquette : expressions

Mille milliards de mille sabords  » de tonnerre de Brest « 

Print pagePDF pageEmail page

FLONFLON ADORE ….

Elle adore qu’on lui fasse des résumés qui font croire aux autres qu’elle a tout lu..!!!! qu’elle sait tout…!!!

En particulier sur les
BD de TINTIN et les jurons du

Capitaine Haddock comme :

« Mille milliards… de mille sabords »


– « Flonflon..! c’est quoi un sabord ? »

– Le capitaine Haddock, compagnon d’aventure de Tintin, est connu pour ses multiples jurons.
Une de ses expressions favorites est « mille milliards de mille sabords ». Mais qu’est qu’un sabord ?

Il s’agit en réalité d’un terme d’architecture navale désignant une ouverture sur le côté d’un navire.
Ouverture par laquelle passent les canons, les avirons ou simplement une prise d’air.
L’origine de ce mot n’est pas établie avec précision mais elle est liée à l’apparition de l’artillerie à poudre sur les navires aux XIVe et  XVe siècles.

chouette-prof– On va essayer d’aider cette pet’ite..
et les pet’its bouts de chou..!!!

De la même famille que le verbe saborder :
Faire des ouvertures dans les parois d’un navire pour le faire couler .

Le sabordage désigne le fait de couler volontairement un navire en pratiquant des ouvertures ( des sabords ) sous la ligne de flottaison pour créer des voies d’eau .

Pour que l’expression soit tout à fait exacte il faut ajouter à mille milliards de mille sabords  »
de tonnerre de Brest  »
.

Le tonnerre de Brest vient du coup de canon faisant un bruit identique au tonnerre , coup de canon qui était tiré du Bagne de Brest pour annoncer à la population qu’un prisonnier s’était évadé , et qu’une prime récompenserait celui qui le capturerait .

Cette expression a perduré lorsque un coup de canon annonçait chaque jour l’ouverture et la fermeture des portes de l’arsenal à 6h et à 19h, au pied du château de Brest .

Pour votre culture, voici les différents sabords présents sur un navire:

  • le « sabord de chasse » est situé à l’avant du bateau pour l’attaque
  • le « sabord de retraite » est à l’arrière.
  • le « sabord de charge » est une ouverture dans la carène destinée à l’embarquement des marchandises ou des chevaux
  • le « sabord de nage » est quant à lui un trou permettant le passage d’un aviron.
  • la porte réservée à l’entrée des voyageurs est aussi appelée sabord.

Sources

fr.wikipedia.org/wiki/Sabord
www.universalis…lopedie/sabord/

www.tusavaisque.com

FLONFLON ADORE

Share Button

Le bonnet d’âne du pote H

Print pagePDF pageEmail page

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …

– OH purée va y avoir du boulot …. Merci monsieur excusez nous…… c’est une erreur il n’y a aucune fuite chez nous…..

Mais si on pète les plombs…. C’est noté votre entreprise fait aussi l’électricité…
si on pète un cable …. SUPER…..

Vous faites aussi…. Alors à bientôt….!


Connaissez-vous l’histoire du
bonnet d’âne ?

On a tous entendu parler du bonnet d’âne pour les mauvais élèves à l’école, quelle terrible punition !

Si cette pratique a définitivement disparu, il n’en reste pas moins que pour ne pas rester dans l’ignorance concernant ce couvre-chef un peu particulier, il convient de s’intéresser un peu plus aux légendes et histoires du bonnet d’âne, bien que certaines ne soient pas justifiées.

Alors, pourquoi ? A quelles fins ? Et comment fut utilisé le bonnet d’âne ? Voici ces quelques petites anecdotes…

Entre encouragement et punition

Si dans la majorité des cas on associe le bonnet d’âne à la punition du mauvais élève, il est très intéressant de savoir que cela n’a pas toujours été le cas, bien au contraire !

Effectivement, avant d’être cet abominable objet de la honte, redouté de tous les élèves, et surtout du plus cancre de la classe ; le bonnet d’âne fût aussi un symbole d’encouragement…Bien que la thèse ne soit pas toujours confirmée, elle reste intéressante à aborder.

En effet, il est estimé que l’âne n’a pas toujours été considéré comme cet animal plutôt stupide et surtout têtu, ce qui d’ailleurs, dans la réalité, s’avère plutôt totalement injustifié par ceux et celles qui connaissent bien cet animal. Chaque âne dispose de son propre caractère et si certains peuvent être difficiles, d’autres sont à contrario très dociles et attachants…

Il paraît donc, d’après certaines légendes qu’au XVIIIe siècle, le bonnet d’âne était plutôt utilisé comme référence de choix à acquérir la sagesse et l’intelligence de cet animal aux grandes oreilles.

Cette image valorisante de l’âne était, à cette époque, influencée de la religion,  qui faisait référence à cet animal qui a pu à la fois, réchauffer le Christ et lui servir de moyen de transport. L’âne était alors considéré comme un animal, patient, sage et très humble.
Ainsi, on prétend donc et également, que ce bonnet d’âne aux élèves aurait pu leur être mis sur la tête en vue de pouvoir leur faire acquérir ces belles qualités.

Au fil du temps, des encouragements d’antan, on peut donc se rendre compte très vite que ce misérable bonnet d’âne fût devenu cet accessoire de la honte et de l’humiliation, et donc, pour les mauvais élèves cette terrible punition !

Le professeur pouvait alors ridiculiser le cancre de la classe en l’affublant de ce méprisable couvre-chef : le bonnet d’âne.
Le cancre pouvait porter le bonnet toute la journée et voir même parfois, il pouvait être contraint à rentrer chez lui avec !

Le bonnet d’âne et fort heureusement fût bannit par l’Éducation Nationale qui l’a vite jugé comme accessoire de mauvais traitement.

 

Les punitions d’antan…

Entre la retenue, le piquet, la baguette et donc, parmi les punitions de l’école de l’époque, le bonnet d’âne eut aussi sa place.

Bien souvent fabriqué par le maître lui-même et tout simplement en papier, il servait à humilier le plus mauvais élève. On peut le dire, bien souvent plus pour les garçons que les filles qui, elles, pouvaient arborer dans leur dos une langue rouge de boeuf, faite de papier, pour tout simplement signaler leur passe-temps favori, le bavardage !

Finalement c’est au cours du XXe siècle que la punition s’est transformée en lignes à recopier ou exercices à faire, verbes à conjuguer, tables de multiplications à réciter…

Plutôt un soulagement quand on peut imaginer l’humiliation que devait représenter ce terrible bonnet d’âne vis-à-vis des camarades…

Bref, il compte désormais, et heureusement, parmi les objets des musées de l’école et ainsi nous pouvons aujourd’hui, en toute sérénité, devenir, au gré du savoir, un bon comme un mauvais élève !


– Ben voyons …! Comme un fait du hasard il a oublié les piquets …
de grève….! Eh oui on punit encore la bête humaine..!!!

 

SOURCE :

site top famille .fr


POTACHE

.

.barre bleue

Share Button

L’affaire est dans le sac

Print pagePDF pageEmail page

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …

– OH purée va y avoir du boulot …. Merci monsieur excusez nous…… c’est une erreur il n’y a aucune fuite chez nous…..

Mais si on pète les plombs…. C’est noté votre entreprise fait aussi l’électricité…
si on pète un cable …. SUPER…..

Vous faites aussi…. Alors à bientôt….!

L’expression
« L’affaire est dans le sac »
a pour origine des affaires de justice
 
Dans la série ‘on en apprend tous les jours’ : ” le sac à procès “:

Un sac à procès plus rarement appelé sac de procès, était un sac en toile de jute, de chanvre ou en cuir qui était utilisé sous l’Ancien Régime,

lors des affaires judiciaires, et qui contenait tous les éléments du dossier à des fins d’archivage.
Ces sacs étaient placés dans le cabinet de l’avocat ou les greffes de chaque juridiction.

L’expression « l’affaire est dans le sac » signifiait donc que le dossier judiciaire était prêt et que l’ensemble des pièces était archivé dans le sac scellé.

 

le sac contenait : Dépositions et requêtes ;

Copies signées des procureurs des pièces ;

Pièces à conviction.

Une fois l’affaire terminée, ces différentes pièces étaient rassemblées et suspendues dans le sac fixé par un crochet à un mur ou une poutre

(d’où l’expression « une affaire pendante ») pour que les parchemins ne soient pas détruits par les rongeurs.

Pour l’audience, le sac était descendu et le procureur (avocat) pouvait plaider devant la cour et « vider son sac » en sortant les pièces nécessaires à sa plaidoirie.

– Aujourd’hui, cette expression est utilisée lorsqu’une personne dit tout ce qu’elle a sur le cœur, toutes les choses non dites qu’elle gardait jusque là pour elle Autrefois, dans les tribunaux, les dossiers étaient de simples feuilles de papier que l’on enroulait sur elles-mêmes.
Pour les transporter facilement, il fallait utiliser des sacs. Chaque avocat avait le sien et arrivé devant le juge, il sortait un à un ses rouleaux et lisait chacun des arguments de sa plaidoirie.
Autrement dit, il « vidait son sac ».

L’avocat ou le procureur rusé qui savait bien exploiter toutes ces pièces est à l’origine de l’expression

« avoir plus d’un tour dans son sac ».

 

Partiellement vrai gamin….. c’est effectivement
Savoir faire preuve de ruse et de malice quand la situation l’exige…
Mais faux sur l’origine car cette expression, couramment utilisée depuis la première moitié du XXème siècle, est empruntée au vocabulaire de la magie.
En effet, cette locution trouve son origine dans le «  »sac à malices » » que les magiciens utilisaient pour en faire sortir les objets les plus improbables. ».


– Ben voyons …! Comme y roupillent tous…
L’avocat peut toujours raconter des conneries..!

SOURCE :

wikipedia et le dessin d’Honoré DAUMIER sur la justice


POTACHE

.

.barre bleue

Share Button