Archives par étiquette : expressions

PAPY JANOT : Comment on fabrique les vélos Papy

Print pagePDF pageEmail page

logo dis papySi vous avez le bonheur d’être Papy
Vous ne pouvez pas avoir échappé au
« C’est quoi..?  » et
« Comment on fait ça .. ? »

Pour que vous soyez pas en panne et que vous preniez même de l’avance
sur vos choupinets et choupinettes …

La Chouette a créé la rubrique de
Papy JANOT


« Dis Papy JANOT ….
Comment on fait..? »

Aujourd’hui : Comment on fait les vélos

LOGO PAPY JANOTTu vois Lapinou avant de savoir comment on fabrique les vélos de nos jours , il faut revenir un peu en arrière pour découvrir ensemble l’histoire du vélo

Tous commence avec la draisienne…

Le 12 juillet 1817, un allemand de 32 ans, le baron Drais assis à califourchon sur une poutre en bois reliant deux roues parcourt avec sa machine 14,4 km en une heure par action de ses pieds sur le sol.

Cette machine appelée communément en France draisienne est brevetée en 1818 sous le nom de « vélocipède » puisque son but est « de faire marcher une personne avec une grande vitesse » (véloce = rapide, pède = pied).

Son succès fut éphémère. Le vélocipède ne retrouva les faveurs du public que le jour où les inventeurs comme Michaux le dotèrent de pédales.

– y a de modèle plus sophistiqués… Ce vélo pour escalier par exemple..!!!

– Ah ouais super..!

Le premier vélocipède à pédales

Paris, mars 1861 : un chapelier apporte à Pierre Michaux, serrurier, une draisienne à la roue avant défaillante pour réparation.
L’un de ses fils Ernest l’essaye et se plaint du désagrément qu’il éprouve une fois lancé pour garder les jambes levées.

Pierre suggère alors de poser des repose-pieds, ou plutôt « un axe coudé dans le moyeu de la roue » qui le fera « tourner comme une meule ».

Ainsi une invention simple mais primordiale vit le jour : la pédale.

petit-janot-super-truc


– C’est depuis cette époque que les Papys pédalent dans la choucroute

 

 Tu as tout faux  :    Expression populaire et ironique, venant du monde du cyclisme. S’emploie quand le coureur est à bout de force et ne trouve plus d’énergie pour poursuivre la course.
 L’expression « pédaler dans la choucroute », qui signifie être à la traîne, aurait pour origine le cyclisme : lors des premiers Tours de France, la voiture balai, qui ferme la course et ramasse les coureurs qui abandonnent, aurait eu des panneaux publicitaires pour des marques de choucroute.


LOGO PAPY JANOTDepuis les premiers tours de France… La fabrication des vélos à beaucoup progréssé

REGARDEZ……

LOGO PAPY JANOTPAPY JANOT

Share Button

LADY LADINDE : Est elle est la coqueluche du poulailler..?

Print pagePDF pageEmail page

– Eh camarade… on dit dans la rédaction que media mestriques donne Lady ladinde comme la coqueluche des lecteurs de la CHOUETTE…..

– Pour sûr on va aussi lui expliquer que la coqueluche c’est aussi un bonnet.. peut être un bonnet d’âne

– Arrête elle va nous faire porter le chapeau et nous rendre responsable de tous ses malheurs

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs « – Messieurs Messieurs…. un peu de respect pour les monuments historiques….
Pour la troisième fois nous confirmons que LADY LADINDE n’est ni blonde… ni cloche et bien la coqueluche de M Meetic à qui nous répondons qu’elle n’ a pas vingt ans …!
Euh en fait si …… elle les a eu même trois fois  »

dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote… Aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part…. De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

« Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture... » Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

AUJOURD’HUI LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

 » Etre la coqueluche de quelqu’un »


Signification :

  • Être l’objet d’un engouement.
  • Être en vogue, admiré (au sein du  groupe de nos lecteurs).

 

 

– C’est normal ma Lady elle est irrésistible

 

dinde

– Arrête nigaud tu vois pas que c’est gênant pour ces dames de…. se faire damer le croupion…!!!!

 

Origine

Bien évidemment, vous connaissez le bacillus pertussis, bacille responsable de la coqueluche, cette maladie fort contagieuse qui provoque des toux secouantes.
Mais cette connaissance ne fait que rajouter au mystère apparent de l’origine de notre expression, sauf si on évoque l’idée que la maladie est aussi contagieuse que l’engouement qui peut s’emparer des membres d’un groupe dont un objet ou une personne devient la coqueluche, ce qui expliquerait la métaphore.
Mais il semble que cette idée ne soit pas la bonne, même si elle semble tenir la route.

Il faut savoir que lorsque le mot apparaît au XVe siècle, il désigne un capuchon porté sur la tête des femmes.

La coqueluche, ce douillet bonnet pointu très à la mode chez les femmes au XV e siècle, devint un incontournable quand, en 1414, un étrange rhume s’empara de la population.
Pour se prémunir de cette infection respiratoire, le peuple enfonça la coqueluche jusqu’aux oreilles et la noua autour du cou pour garder la chaleur.
Le capuchon donne alors rapidement son nom à la maladie, aujourd’hui encore violente et contagieuse.
Par extension, la coqueluche prend les traits de celui ou de celle que l’on dévore du regard, l’objet que l’on convoite pour se tenir chaud.

Pour le comprendre, on se rappellera qu’à la même période, existait la locution être coiffé de… qui signifiait quelque chose comme « être entiché de… » ou « raffoler de… ».
Or, un capuchon ne coiffe-t-il pas la tête ? Et les dames ne s’entichent-elles pas du bellâtre qui devient leur coqueluche ?

Ce serait donc de ce rapprochement entre cette ancienne locution aujourd’hui désuète et le capuchon que coqueluche aurait pris le sens qu’il a dans notre expression.
Pour terminer, on ajoutera qu’un dictionnaire, pour être coiffé de, donne comme définition « avoir le béguin pour ». Or, qu’était autrefois un béguin, sinon également une coiffe

 – je le savais bien moi que j’étais pour rien dans tout ça …. Euh si.. si.. si…  si… je reste la coqueluche de tout mon poulailler.

 

dinde LADY LADINDE

retour sur la rubrique du même tabac “La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours”

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

Lady Ladinde : Avec elle, c’est mi figue mi raisin

Print pagePDF pageEmail page

– Eh camarade… on dit dans la rédaction que media mestriques donne à Lady ladinde un score d’audience mi figue mi raisin…..

– Pour sûr que cette vieille figue sèche va rester au fond de lavallée…! .

– Tu parles de la vallée après le mont de venus….. ou d’Alphonse Lavallée….?

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs « – Messieurs Messieurs…. un peu de respect pour les monuments historiques….
Pour la troisième fois nous confirmons que LADY LADINDE n’est ni blonde… .ni cloche et répondons à M Meetic qu’elle n’ a pas vingt ans …!
Euh en fait si …… elle les a eu même trois fois  »

dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote… Aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part…. De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

« Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture... » Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire 

AUJOURD’HUI LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

« Mi figue Mi raisin »

Signification

Entre l’’agréable et le désagréable.
D’un air à la fois satisfait et mécontent, ou à la fois sérieux et en plaisantant

Origine

Le rapprochement de ces deux fruits n’’est pas anodin. La figue a en effet toujours eu une connotation négative. De plus, au XIVe siècle, les figues et les raisins étaient les fruits secs préférés au moment du carême, ce qui explique leur apparition et leur rapprochement dans une locution.
Mais cela n’explique pas pourquoi les deux fruits y sont opposés. Les raisins ayant toujours été plus appréciés.

A la fin du XVe siècle, on disait d’’une personne ou d’une chose qu’elle était “mi figue – mi raisin“, pour signifier qu’’elle avait à la fois du bon et du mauvais. Avec ‘moitié’ au lieu de ‘mi’, voulait dire soit ‘mêlé de bon et de mauvais’, soit ‘tant bien que mal’.

Au fil du temps on utilisait cette expression pour le partage des taches l’un s’occupant de la figue, l’autre du raisin puis l’’on ajouta aussi la signification ‘moitié forcé, moitié consentant’


Même si elle est sans preuves écrites et supposée imaginée à posteriori…
La CHOUETTE aime cette version… plus raisin que figue … mais bigrement roublarde…!

Voici cette explication actuellement réfutée de l’origine de la locution :
Elle serait liée aux corinthiens qui, de temps en temps, lorsqu’ils livraient des raisins à Venise, y mélangeaient ‘par inadvertance’ des figues, moins chères et plus lourdes, histoire de gruger un peu leurs clients.

Depuis, cette expression reflète une situation ou une personne ambiguë.

dinde LADY LADINDE

retour sur la rubrique du même tabac “La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours”

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button