Archives par étiquette : expressions

Se tenir par la barbichette


VETEMENTS ET ACCESSOIRES        SANTÉ ET SOINS DU CORPS     VOYAGES VALISES

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques (la maladie est grave… !) on m’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur donner du vocabulaire de ma grand-mère impotente.

Vu leur sénilité précoce ( non y a que ça qui est précoce ) nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des mots ….. aujourd’hui enrichissons notre vocabulaire

 

 

Se tenir par la barbichette
c’est être contraints à l’entente, en raison de compromissions communes ; procéder à un chantage mutuel.

 

Je te tiens, tu me tiens, par la barbichette, le premier de nous deux qui rira aura une tapette
(une petite tape ! j’en aperçois certains qui déjà salivent…).

Le jeu de la barbichette est un jeu d’enfants dans lequel les deux adversaires se tiennent par le menton, récitent une comptine (« Je te tiens, tu me tiens par la barbichette, le premier de nous deux qui rira aura une tapette ») et doivent se retenir de rire tout en se regardant dans les yeux.

Métaphoriquement, tenir quelqu’un par la barbichette, c’est posséder sur lui des informations un peu confidentielles qui risqueraient de lui nuire si elles étaient connues.
Du chantage ? Oui, en quelque sorte, à ceci près que le maître-chanteur peut rester muet comme une carpe…
L’autre balise à mort. rien que d’imaginer la découverte du pot-aux-roses…

Faire la barbe (à quelqu’un)
Se moquer (de quelqu’un), le narguer.

L’emporter, avoir l’avantage (sur quelqu’un).

Cette expression tombée en désuétude semble dater du XVIIIe siècle.
Les avis sur son origine diffèrent.

Selon certains elle viendrait des pratiques du Moyen-Âge lorsque les vainqueurs avaient pour habitude de raser la barbe des vaincus pour les humilier et s’en moquer (premier sens) après avoir eu l’avantage sur eux (deuxième sens).

Pour d’autres, le premier sens, d’origine populaire, viendrait d’un geste fait avec le majeur et l’index réunis frottant le dessous du menton (la barbe) du bas vers le haut, geste comparable à celui que les gamins pouvaient faire encore récemment avec le pouce, en l’accompagnant d’un « bisque, bisque, rage ! »

À partir du XVe siècle, « faire la barbe » voulait aussi  dire ‘couper la tête’ ou ‘décapiter’.

si on vous barbe arrêtez vous là

sinon voici un cours sur les barbes à papa

La barbiche ou bouc est une barbe ou petite barbe constituée exclusivement d’une touffe de poil sur le menton.

Lorsque la barbiche est courte, on parle de barbichette.

   ci contre
1 : la barbe de trois jours,
2 : la moustache,
3 : la barbiche,
4 : le bouc
 5 : les favoris,
6 : Souvarov,
7 : Impériale,
8 : Complète.

Lorsqu’il s’agit d’une touffe de poils réservée sous la lèvre inférieure, la barbichette est appelée mouche. Adoptée par les officiers de la maison royale de Louis XIII, la mouche est dénommée la Royale.
La même mode, sous Napoléon III, se nomme l’Impériale. Tombée en désuétude, la barbiche a connu une renaissance dans les années 1990 avec l’apparition d’une variante avec une moustache intégrée, le bouc, qui a été popularisée par les chanteurs comme Johnny Hallyday, Pascal Obispo, Florent Pagny, acteurs comme Brad Pitt, Will Smith.

Le « bouc » peut également être porté sans moustache dans différentes variantes, en ligne, en mouchet ou encore en ancre. Le mot « bouc » vient sûrement de la touffe de poil visible sur le menton du bouc adulte.


Dans l’Égypte antique, la barbe postiche des pharaons et des dieux anthropomorphes ressemblait à une longue barbiche (respectivement droite ou recourbée)

POTACHE

Share Button

Enrichir son vocabulaire….c’est mieux que d’enrichir son banquier

 les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

 Dans mes chroniques (la maladie est grave… !) on m’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur donner du vocabulaire de ma grand-mère impotente.

 Vu leur sénilité précoce ( non y a que ça qui est précoce ) nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser,  et de bien comprendre le sens des mots ….. aujourd’hui enrichissons notre vocabulaire

Les mots que vous employez communiquent bien plus que vous ne le pensez. Ils sont le reflet de votre esprit.
Ils communiquent votre attitude, votre personnalité et vos idées. 

Apprenez à respecter les autres par votre vocabulaire et le choix de vos mots.


Voici ci -dessous quelques expressions destinées à enrichir votre vocabulaire

Suppositoire :
Invention qui restera dans les annales

Je me suis fait un bleu :
Expression couramment utilisée par Zahia

« Oui chérie » :
Gain de temps

Soutien-gorge :
Synonyme : flamby. Tu tires la languette et tout tombe

Les ex :
C’est comme la prison, si tu y retournes c’est que tu n’as pas compris la leçon

OU EST DONC MON RICARD :
Conjonction de coordination

La beauté intérieure :
Concept inventé par les moches pour pouvoir se reproduire

Pruneau :
Synonyme de personne âgée. Qui est ridé et qui fait chier

Aides internationales :
Aides payées par les pauvres des pays riches pour aider les riches des pays pauvres

Pharmacie :
Confiserie pour vieux

Mozart :
Célèbre compositeur que l’on écoute le plus souvent dans les pizzerias car on sent bien que mozzarella

Jardiland :
Seul endroit ou si tu prends trois râteaux tu as une pelle offerte

Blonde :
Concept pour faire croire que les autres femmes sont intelligentes

Un meurtre de sang froid :
Un ice crime

Sentiments partagés :
Quand votre belle-mère est en train de reculer dans le ravin avec votre voiture toute neuve

Archipel :
Outil pour creuser des archi trous

Cellulite :
Couche graisseuse qui enveloppe souvent les femmes mais emballe rarement les hommes

Les ciseaux à bois :
Les chiens aussi

Femme :
C’est comme le café, au début ça excite mais rapidement ça énerve

Carte bleue :
Viagra féminin

Masochisme :
Concept proche de la politesse : frapper avant d’entrer

L’amour :
C’est comme un jeu de cartes, si tu n’as pas un bon partenaire, il vaut mieux avoir une bonne main

Le Gospel :
C’est quand ton gamin a pris un coup de soleil

Femme facile :
Femme ayant les même besoins sexuels qu’un homme

Homme riche :
Celui qui gagne plus d’argent que ce que sa femme en dépense

Grand amour :
Expression datant du 15ème siècle, lorsque l’espérance de vie était de 35 ans.

POTACHE
avec la contribution de 
Super Papy
931

Share Button

ON CANONISERA LE SAINT FRUSQUIN A LA SAINT GLINGLIN

LE CHOURISTEJ’ai vu ma grand mère prier Saint Frusquin

J’ai vu ma grand mère prier pour que j’améliore mes tenues vestimentaires…
C’est vrai qu’elle avait connu les zazous et les blousons noirs avant mes chemises à fleurs.

SAINT FRUSQUINLa « pooovrette » elle en appelait à saint Frusquin ….s on livre de catéchisme devait être soldé, car il n’ y a ni saint Glinglin, ni saint Frusquin au paradis.

C’est une expression qui vient bien des frusques… On disait dans le passé « tout le saint frusquin »  ce terme argotique « frusquin » désignait au XVIIe siècle tout ce qu’un homme possédait : ses habits, ses biens personnels et avoirs.

On lui ajouta par la suite, le terme saint par analogie avec Saint-Crépin, qui désignait l’ensemble des outils du cordonnier.

L’expression naquit ainsi, désignant tout ce que l’on possède avec un sens quelque peu péjoratif.
À la fin d’une énumération, « tout le Saint-Frusquin » prend le sens de « et tout le reste. »

TU VOIS MÉMÉ …  IL N Y A PAS DE SAINT FRUSQUIN ……
NI DE SAINT GLINGLIN

– « Eh minute….. il y a  pourtant une place pour eux dans le calendrier… ! »

Selon le dictionnaire de M.Rat, la saint Glinglin existe juridiquement car…

Un débiteur particulièrement astucieux s’était engagé à rembourser son créancier le jour de la saint Glinglin. Le créancier ne voyant rien venir avait fini par porter l’affaire en justice.
Le tribunal   rendit le jugement suivant :

« Attendu que la Saint-Glinglin ne figure pas dans le calendrier, mais qu’il existe à la date du 1er novembre une fête collective de tous les saints qui n’ont pu y trouver place ; Attendu, en conséquence, qu’il y a lieu de fixer au 1er novembre la date de la Saint-Glinglin ; Par ces motifs, contradictoirement et en dernier ressort, condamne le débiteur à payer la somme réclamée avant le 1er novembre. »

Mais avec un tel raisonnement on n’échappera pas à la saint frusquin,  la saint phonie et bien sûr l’inévitable saint thèse.

 CHOU FRISEretour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button