Archives par étiquette : expression

Lady Ladinde veut séparer le bon grain de l’ivraie


VETEMENTS ET ACCESSOIRES SANTÉ ET SOINS DU CORPS VOYAGES VALISES

hypnose-002ba.jpg dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

« Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture... » Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

AUJOURD’HUI LADY LADINDE PROPOSE DE SÉPARER LE GRAIN DE L’IVRAIE

– « Tu vois, je te le dis GASTON……. Là on touche à une sujet brulant …!
LADY LADINDE risque de nous voler dans les plumes

– Si elle vole dans les plumes de la Chouette aussi, 0n va devoir marcher sur des oeufs ….
– Elle va s’apercevoir à la fin de la rubrique qu’il y a de la mauvaise graine dans ce bas monde
– si elle a peur que l’ivraie soit présente dans le grains qu’elle mange elle et toute la basse cour… C’est sûr qu’elle va dire que l’on empoisonne les bêtes pour mieux empoisonner les hommes..!

dinde– Ooohhhh vous deux …! On dérange pas là…? Parce que moi? je bosse ….
 » Je souhaite m’instructionner….!  » Alors vos histoires de plumes au derrière moi je connais j’en ai plein le cul… buto


– Allez du calme allons y pour la petite expression du jour :  SÉPARER LE GRAIN DE L’IVRAIE

C’est éliminer les mauvaises graines

Son Origine:

L’ivraie est une graminée sauvage et nuisible qui est censée provoquer une sorte d’ivresse (le mot dérive indirectement du latin populaire ‘ebriacus’ qui signifiait ‘ivresse’).
Au début de sa pousse, son aspect est assez peu différent de celui du blé au milieu duquel elle peut croître.

Graminée aux épis aplatis et distiques, qui envahit les champs de céréales, dont elle est difficile à extirper. (Les graines de l’ivraie commune sont vénéneuses, mais d’autres espèces constituent d’excellents pâturages [ray-grass].)

– Vous m’avez appelé Gaston…. ça ressemble à ça l’ivraie.. mais le père DODU il peut nous en donner sans le savoir…!!!! N’en parlez pas à ma Lady… déjà qu’elle croit que toutes les poules boivent de trop…. Pensez de l’ivresse par graminée …!

– Hé oh monsieur on respecte mes poules…! il se croit tout permis….
il trimballe tout son asmala de moukères dans ma basse cour….
je vais devoir séparer le grain de l’ivraie

dinde

– On n’est pas des moukères …. mais des ladies…

– Tais toi donc grand cooo…. coq
Laisse causer Gaston qui nous explique l’origine de cette expression

L’ivraie est présente dans les champs de blé depuis des siècles les chinois parlaient ainsi de l’ivraie

Mencius« Ce ne sont pas les mauvaises herbes qui étouffent le bon grain, c’est la négligence du cultivateur »

 

D’autres disaient :
« 
Le grand défaut des hommes est d’abandonner leurs propres champs pour ôter l’ivraie de ceux des autres. »


dinde
– Ooohhhh vous deux …! Arrêtez de critiquer les agriculteurs car c’est eux qui nous nourrissent

Laissez moi vous dire ce qui se dit sous mon toit .. et foi de girouette c’est « profond » accrochez vous :

Séparer le bon grain de l’ivraie, c’est aussi séparer les bons des méchants, le bien du mal.

On comprend alors que, selon Matthieu, Jésus ait pu désigner l’ivraie comme le symbole des méchants, car c’est bien là une « mauvaise graine ».

Dans cette parabole (NDLR: cherchez pas le satellite), alors qu’un ennemi a semé de l’ivraie dans un champ de blé, le maître dit à ses serviteurs de ne surtout pas chercher à l’enlever tant que la moisson n’est pas prête, sinon ils risqueraient d’arracher également le bon grain.
Il leur demande donc d’attendre le bon moment, de ramasser alors l’ivraie pour la faire brûler puis de moissonner le blé pour le ranger dans le grenier.

Lorsque Jésus, à leur demande, explique à ses disciples le sens de cette parabole, il leur explique que :

  • Le champ représente le monde ;
  • Celui qui sème le blé est le Fils de l’homme (Jésus lui-même) ;
  • Les bons grains sont les sujets du Royaume ;
  • L’ivraie représente les sujets du Mauvais ;
  • Celui qui la sème est le Diable ;
  • La moisson, c’est la fin du monde ;
  • Les moissonneurs sont les anges.

Ainsi, les bons et les méchants sont condamnés à vivre ensemble, mais au moment du Jugement Dernier, le Fils de l’homme enverra ses anges qui élimineront tous les méchants pour les jeter dans la fournaise ardente (l’enfer), alors que les justes iront dans le Royaume des cieux (le paradis).

– je ne souffre pas mon lapin…….. j’ai juste une coq..ueluche qui me fait tousser dès que rentre au poulailler

dinde

Ce coq là, tu t’en fais une girouette …. envoi le prendre l’air….
– et bon vent…..

 


– ZUT …! Ces deux là, ils peuvent pas me voir en peinture … j’ai l’air de quoi peint en bleu turquoise

 

dinde

LADY LADINDE
“La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours”retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

 

Share Button

Attention à ne pas passer l’arme à gauche…..!

Crème anti-douleur 200ml
les potes doivent être éclairés

 

CHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur donner du vocabulaire de ma grand-mère impotente.

Vu leur sénilité précoce ( non y a que ça qui est précoce ) nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des mots….

comme aujourd’hui …. SCEPTICISME…!

Le père Etienne va bientôt passer l’arme à gauche, et Monsieur le curé est à son chevet pour lui donner l’extrême onction.

Le curé lui dit à l’oreille:
Avant de mourir, dis ta foi en Notre Seigneur Jésus Christ et renie le Démon!

Mais le père Etienne se tait.

Le curé lui demande:
Allons père Etienne, quand on quitte ce monde, il faut se préparer et renier le mal pour rejoindre le seigneur aussi pur que possible…

Pourquoi ne veux-tu pas renier le Démon?

Alors le vieux, d’une voix chevrotante:
Tant que j’sais pas chez qui j’vais aller, j’veux vexer personne

PASSER L’ARME A GAUCHE

L’expression passer l »arme à gauche est souvent
utilisée sans que nous en connaissions le sens….


En voici deux versions :

Cette locution provient du langage militaire. Au XVIIe siècle, quand les soldats devaient charger leur fusil, ils le tenaient de la main gauche, afin de pouvoir utiliser leur main droite et être plus à l’aise.
Cependant, les mouvements à effectuer étaient longs et nombreux, laissant les soldats très vulnérables. « Passer l’arme à gauche » pouvait donc à ces occasions être synonyme de mourir.
De plus, lors des funérailles avec les honneurs militaires, les soldats passaient leur arme à gauche, canon vers le sol, en signe de deuil et de respect envers le défunt.

Pour ma part, j’ai entendu une histoire que l’on retrouve par ci par là sur Internet. J’étais chez un ami de Carcassonne, et c’est son père, féru d’Histoire, qui m’a raconté celle-ci.

Visualisez bien. Vous tentez d’envahir Carcassonne.
Vous avez votre épée à la main droite, votre bouclier à la main gauche. Le chemin sur lequel vous êtes mène à l’entrée de la Cité par la gauche, donc vous avez les remparts sur votre droite.
Les défenseurs vous envoient des volées de flèches. Bien sûr, vous avez un bouclier pour vous en protéger. Mais est-il très efficace, là où il est, c’est à dire à votre gauche ? Certainement pas. Vous êtes donc forcés de passer votre bouclier à droite, et donc, votre arme à gauche… Très bien. Mais si vous avez pu échapper aux flèches, vous devez à présent combattre des soldats, épée contre épée.
Pas de bol, vous tenez la vôtre avec la main gauche….
Pas le temps de changer de main, vous êtes déjà mort.

Bien des Cités étaient ainsi quasiment imprenables grâce à des détails anodins mais relevant d’une remarquable ingéniosité.
Il en était ainsi des escaliers en colimaçon étroits qui étaient tournés de telle manière, qu’ils obligeaient les assaillants à passer leur épée à la main gauche ce qui les rendaient vulnérables à l’arrivée à l’étage supérieur où ils étaient attendus.


Voilà pour la minute culturelle, grâce à laquelle vous pourrez briller en société. On dit merci qui ?

Restez svelte 160px

pote HPOTE H ( vous pouvez suivre mes rubriques dans la catégorie les potes H)

barre bleue

Share Button

LADY LADINDE : Le grand jeu à tire larigot

banniere 468px 60px ruyedesplantes
VETEMENTS ET ACCESSOIRES     SANTÉ ET SOINS DU CORPS   VOYAGES VALISES

 LA CHOUETTE LORS  DE  SON  CONCERT  D’ORGUE  A  APPRIS  QUELQUES  EXPRESSIONS   COMME   –  LE GRAND  JEU –     ET   –   A TIRE LARIGOT  –   COMME D’HABITUDE LADY LADINDE NE LES  CONNAISSAIT PAS…!!!
ELLE A PROMIS D’EN FAIRE PROFITER LE PLUS GRAND NOMBRE

Ces Expressions françaises
puisent leurs origines dans le domaine de la musique et plus particulièrement celui des instruments de la famille des flûtes et bien sûr de l’orgue


– Eh camarade… écoute un peu la dame qui te cause dans le poste car il est question d’une grosse  cloche ….

– Ah pourquoi tu me dis ça à moi…?.

– Eh flute … Il est vraiment fêlé…! .

dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote… Aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part…. De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

« Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture... » Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

AUJOURD’HUI LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

« Le grand jeu » et  à « tire larigot »

LE GRAND JEU

orgue de Saint Bertrand de COMMINGESSignification :
Déployer de grands moyens

Il semblerait que l’expression vienne du registre musical, plus particulièrement de la famille des flûtes.
« Le grand jeu » était l’ensemble des flûtes de registre grave, que l’on ne sortait que dans des occasions solennelles, au contraire du « petit jeu », formé de flûtes plus aigües, et plus populaires.

Selon d’autres interprétations, l’origine musicale semble attestée mais viendrait plutôt de l?orgue dont les ensembles de tuyaux sont appelés jeux dont les timbres sont différents et le fait de sortir le grand jeu va correspondre à un registre grave utilisé dans les représentations musicales de qualité.

Origine :
Expression française familière qui puiserait ses origines dans le domaine de la musique et plus particulièrement celui des instruments de la famille des flûtes.
En effet dans les orchestres, le grand jeu se définirait comme étant l’ensemble des flûtes de registre grave utilisé uniquement dans  certaines occasions solennelles. 


L’orgue de Saint Bertrand JEAN PATRICE BROSSE -FANTAISIE sur l'orgue de saint bertrand de Comminges
Musique d’ambiance
visite de St Bertrand de Comminges

 A TIRE LARIGOT

Signification :
En grande quantité, énormément ou même excessivement.
Le Larigot est un jeu d’orgue appartenant à la famille des mutations. Il est spécifique de l’orgue français et fait partie de la nomenclature standardisée par Dom Bedos

Les tuyaux constituant le jeu de Larigot appartiennent à la famille des flûtes (taille large).
Bien qu’il soit l’un des jeux les plus aigus de l’orgue, il n’est ni perçant, ni agressif

Cette expression semble apparaître au début du XVIe siècle et n’était associée à l’époque qu’au verbe ‘boire’.

Ici, tirer veut dire « faire sortir un liquide de son contenant » (donc du vin de sa bouteille ou de son fût, par exemple).
A tire voulait dire « sans arrêt, d’un seul coup ».

Reste à comprendre le pourquoi du larigot. Mais là, l’origine reste controversée.
La seule certitude, c’est que cette chose était une sorte de flûte, un petit flageolet dont la forme primitive du nom est arigot ou harigot ; l’arigot a donné larigot par agglutination de l’article.

L’expression vient-elle du fait que les flûtistes avaient, depuis très longtemps, la réputation d’être de grands absorbeurs de liquides variés ? .
Quant à tire-larigot, on n’y peut voir qu’une expression populaire imagée représentant quelqu’un qui boit sans s’arrêter avec la même posture que quelqu’un qui jouerait de la flûte. On trouve d’ailleurs l’expression flûter qui signifie la même chose, boire.

 Cette absence de certitude sur l’usage de ce mot ne permet pas non plus d’expliquer pourquoi c’est le larigot qui a été privilégié dans l’expression qui aurait aussi bien pu être à tire-flûte ou bien à tire-pipeau, par exemple.

 

Voici maintenant une autre explication, issue du Larousse du  XXe siècle :

.

Claude MONET - Cathédrale de Rouen, effet de soleil, fin de journée (1892-1894)

Claude MONET – Cathédrale de Rouen, effet de soleil, fin de journée (1892-1894)

Dans la cathédrale de Rouen se trouvait une très lourde cloche nommée ‘La Rigaud’ ou ‘La Rigaude’ (selon certains, parce qu’offerte à la ville par l’archevêque Eude Rigaud au XIIIe siècle).

En raison de ses dix tonnes, elle était extrêmement difficile à mettre en branle et à faire sonner.

Très dure à se mettre en branle, les sonneurs buvaient donc souvent, et beaucoup, pour se donner des forces, d’où l’expression boire à tire la Rigault (d’ailleurs est aussi connue l’expression boire comme un sonneur) transformé en tire-larigot..

Il existe une variante :
Un prélat aimant l’entendre payait grassement les sonneurs de cette cloche qui dépensaient alors l’argent gagné en buvant.

 

« Boire à tire-larigot  » désignait donc le buveur qui passait tout son temps le goulot à la bouche, comme s’il prenait sa bouteille pour une flûte…

Variantes et autres expressions :
 » A gogo « , bien qu’un peu vieilli, reste encore assez courant, ce qui n’est pas le cas de  » à foison « , ou de  » en veux-tu en voilà « ??
De même, la très jolie expression  » A bouche que veux-tu  » n’est plus guère usitée, même pour s’embrasser…
Depuis quelques années en revanche, l’expression  » par pack de douze  » et ses variantes sont de plus en plus employées?.

A noter :
On peut également utiliser  » à tire-larigot  » chez les buveurs baiseurs  pour dire souvent ou sans arrêt « Il la trompe à tire-larigot  » ?.


« – On ne sait pas qui est le plus cloche des deux ..!*

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs « – Pour la deuxième fois nous confirmons que LADY LADINDE n’est ni blonde… .ni cloche »

 

dinde LADY LADINDE

retour sur la rubrique du même tabac « La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours« 

RETRO : C’est du même tabac…..
Crème anti-douleur 200ml

Share Button