Archives par étiquette : developpement personnel

Si je pouvais vivre ma vie à nouveau…

BLOC DU BÉTON DÉSARMÉ…!!
A l’heure où le médecin est en cabinet fermé…. où le barman de fin de soirée arrosée est aux 35 heures….
La parole semble prisonnière….
Allez voir le curé…? Oui.. Mais il y a si longtemps que vous n’avez pas vu un confessionnal que vous avez peur de vous tromper de porte …!
Alors … « Entrez sans frapper » …. est fait pour vous ….
Soufflez, sur les braises si vous le voulez…
Ainsi jaillira la lumière..!
L
a parole est à vous….. Soyez les rédacteurs d’un jour pour vous exprimer ….
Pour nous parler…!
ALLEZ Y ON VOUS ÉCOUTE….
La Chouette est sur votre épaule pour mieux vous entendre..!


Si je pouvais vivre ma vie à nouveau…

« Si je pouvais vivre ma vie à nouveau,
j’essaierais dans ma suivante de commettre davantage d’erreurs.

Je ne m’acharnerais pas à être tellement parfait ; je me détendrais davantage. Je serais plus simple que je l’ai été ; je prendrais très peu de choses vraiment au sérieux. Je serais moins propre. Je prendrais davantage de risques, entreprendrais plus de voyages, regarderais plus de couchers de soleil, escaladerais plus de montagnes, nagerais dans plus de rivières. Je rechercherais davantage d’endroits où je ne suis jamais allé, mangerais plus de glace et moins de haricots, aurais plus de problèmes réels et moins de problèmes imaginaires.

Je faisais partie de ces gens qui passent chaque instant de leur vie de manière réfléchie et utile. J’étais de ceux qui ne vont nulle part sans un thermomètre, une cruche d’eau chaude, un parapluie et un parachute.

Bien sûr qu’il y avait aussi des moments pleins de joie ; mais si je pouvais retourner en arrière, j’essaierais de vivre uniquement de beaux moments. Car des fois que vous ne le sauriez pas, c’est de cela que la vie est faite: uniquement de moments. Ne perdez pas le maintenant.

Si je pouvais vivre encore une fois, je voyagerais de façon plus insouciante.

Si je pouvais vivre encore une fois, je commencerais à courir pieds nus dès le printemps, et je continuerais à courir ainsi jusqu’à la fin de l’automne.
Je ferais plus de rondes sur le carrousel, contemplerais plus de couchers de soleil, jouerais plus souvent avec les enfants, si j’avais encore une fois la vie devant moi.

Mais vous voyez bien que j’ai 85 ans et que je suis mourant ». 

– Il a raison … C’est de cela que la vie est faite: uniquement de moments.
Ne perdez pas le maintenant.

 SOURCE : https://www.facebook.com/MonsieurMindfulness/
– Auteur inconnu

AVIS AUX LECTEURS CONTRIBUTEURS

Si vous avez un texte à nous soumettre voici nos coordonnées
SI vous devez encore l’écrire ….
Alors laissez les plumes de la chouette tranquilles, Prenez plutôt une alouette elle a l’habitude d’être plumée … En chantant..!

choublanc@mafeuilledechou.fr

AVERTISSEMENT CAMARADES :
– j’en suis le modérateur.. Aussi pour que la Chouette ne se fasse pas voler dans les plumes et que les autorités du web et ne la fasse tomber de son clocher, nous ne publierons rien qui ne soit dans l’esprit de notre ligne éditoriale ou qui soit contraire aux bonnes mœurs, au respect de la vie privée etc etc…
« Expression libre comme le vent » OUI mais le vent peut tourner et dans ce cas c’est pas la girouette qui tournera mais le vent…. pareil que dans les ronds points..!
Débat donc… mais pas déballage..!

retour sur la rubrique du même tabacChou Blanc

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

Lady Ladinde veut séparer le bon grain de l’ivraie


VETEMENTS ET ACCESSOIRES SANTÉ ET SOINS DU CORPS VOYAGES VALISES

hypnose-002ba.jpg dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

« Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture... » Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

AUJOURD’HUI LADY LADINDE PROPOSE DE SÉPARER LE GRAIN DE L’IVRAIE

– « Tu vois, je te le dis GASTON……. Là on touche à une sujet brulant …!
LADY LADINDE risque de nous voler dans les plumes

– Si elle vole dans les plumes de la Chouette aussi, 0n va devoir marcher sur des oeufs ….
– Elle va s’apercevoir à la fin de la rubrique qu’il y a de la mauvaise graine dans ce bas monde
– si elle a peur que l’ivraie soit présente dans le grains qu’elle mange elle et toute la basse cour… C’est sûr qu’elle va dire que l’on empoisonne les bêtes pour mieux empoisonner les hommes..!

dinde– Ooohhhh vous deux …! On dérange pas là…? Parce que moi? je bosse ….
 » Je souhaite m’instructionner….!  » Alors vos histoires de plumes au derrière moi je connais j’en ai plein le cul… buto


– Allez du calme allons y pour la petite expression du jour :  SÉPARER LE GRAIN DE L’IVRAIE

C’est éliminer les mauvaises graines

Son Origine:

L’ivraie est une graminée sauvage et nuisible qui est censée provoquer une sorte d’ivresse (le mot dérive indirectement du latin populaire ‘ebriacus’ qui signifiait ‘ivresse’).
Au début de sa pousse, son aspect est assez peu différent de celui du blé au milieu duquel elle peut croître.

Graminée aux épis aplatis et distiques, qui envahit les champs de céréales, dont elle est difficile à extirper. (Les graines de l’ivraie commune sont vénéneuses, mais d’autres espèces constituent d’excellents pâturages [ray-grass].)

– Vous m’avez appelé Gaston…. ça ressemble à ça l’ivraie.. mais le père DODU il peut nous en donner sans le savoir…!!!! N’en parlez pas à ma Lady… déjà qu’elle croit que toutes les poules boivent de trop…. Pensez de l’ivresse par graminée …!

– Hé oh monsieur on respecte mes poules…! il se croit tout permis….
il trimballe tout son asmala de moukères dans ma basse cour….
je vais devoir séparer le grain de l’ivraie

dinde

– On n’est pas des moukères …. mais des ladies…

– Tais toi donc grand cooo…. coq
Laisse causer Gaston qui nous explique l’origine de cette expression

L’ivraie est présente dans les champs de blé depuis des siècles les chinois parlaient ainsi de l’ivraie

Mencius« Ce ne sont pas les mauvaises herbes qui étouffent le bon grain, c’est la négligence du cultivateur »

 

D’autres disaient :
« 
Le grand défaut des hommes est d’abandonner leurs propres champs pour ôter l’ivraie de ceux des autres. »


dinde
– Ooohhhh vous deux …! Arrêtez de critiquer les agriculteurs car c’est eux qui nous nourrissent

Laissez moi vous dire ce qui se dit sous mon toit .. et foi de girouette c’est « profond » accrochez vous :

Séparer le bon grain de l’ivraie, c’est aussi séparer les bons des méchants, le bien du mal.

On comprend alors que, selon Matthieu, Jésus ait pu désigner l’ivraie comme le symbole des méchants, car c’est bien là une « mauvaise graine ».

Dans cette parabole (NDLR: cherchez pas le satellite), alors qu’un ennemi a semé de l’ivraie dans un champ de blé, le maître dit à ses serviteurs de ne surtout pas chercher à l’enlever tant que la moisson n’est pas prête, sinon ils risqueraient d’arracher également le bon grain.
Il leur demande donc d’attendre le bon moment, de ramasser alors l’ivraie pour la faire brûler puis de moissonner le blé pour le ranger dans le grenier.

Lorsque Jésus, à leur demande, explique à ses disciples le sens de cette parabole, il leur explique que :

  • Le champ représente le monde ;
  • Celui qui sème le blé est le Fils de l’homme (Jésus lui-même) ;
  • Les bons grains sont les sujets du Royaume ;
  • L’ivraie représente les sujets du Mauvais ;
  • Celui qui la sème est le Diable ;
  • La moisson, c’est la fin du monde ;
  • Les moissonneurs sont les anges.

Ainsi, les bons et les méchants sont condamnés à vivre ensemble, mais au moment du Jugement Dernier, le Fils de l’homme enverra ses anges qui élimineront tous les méchants pour les jeter dans la fournaise ardente (l’enfer), alors que les justes iront dans le Royaume des cieux (le paradis).

– je ne souffre pas mon lapin…….. j’ai juste une coq..ueluche qui me fait tousser dès que rentre au poulailler

dinde

Ce coq là, tu t’en fais une girouette …. envoi le prendre l’air….
– et bon vent…..

 


– ZUT …! Ces deux là, ils peuvent pas me voir en peinture … j’ai l’air de quoi peint en bleu turquoise

 

dinde

LADY LADINDE
“La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours”retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

 

Share Button

Fais moi un dessin… Tiens voilà….

hypnose-002ba.jpgChoucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucalineBLOC NOTE
de Choucaline

CHOULAGER :

« Les Capacités de notre cerveau et ses pensées positives »

LA PUISSANCE DE L’ESPRIT POUR GUÉRIR LE CORPS

  Fais moi un dessin… Tiens voilà… Le petit garçon à la fleur rouge et à la tige verte

«Évitez les gens négatifs. Ils sont les plus grands destructeurs de confiance en soi

Il était une fois un petit garçon qui allait à l’école pour la première fois: Un bon. matin quelques jours après le début des classes, la maitresse a dit: «Aujourd’hui, nous allons faire un dessin.»

   «C’est bien», a pensé le petit garçon. Il aimait beaucoup dessiner. Il pouvait dessiner toutes sortes de choses: des lions, des  tigres, des éléphants, des girafes. Il a ouvert alors sa boîte de crayons et s est mis à dessiner.

Mais la maîtresse a dit alors : «Attendez! Je n’ai pas dit de commencer!» et elle l’a fait patienter jusqu’à ce que tout le monde soit prêt.
«Maintenant»
, a dit la maîtresse, «nous allons dessiner des fleurs. »

Mais la maîtresse a dit: «Attendez! Je vais vous montrer comment.» Et elle a dessiné une fleur sur le tableau noir. Elle était rouge, avec une tige verte.
«Voilà», a dit la maîtresse, maintenant vous pouvez commencer. »

Le petit garçon a regardé la fleur de sa maîtresse puis il a examiné ses propres fleurs.
Il préférait  ses fleurs à celles de sa maîtresse, mais il n’a rien dit, il a retourné sa feuille de l’autre côté et a dessiné une fleur comme celle de son enseignante.
Elle était rouge avec une tige verte.

Un jour, la maîtresse a dit:
« Aujourd’hui, nous allons faire quelque chose avec de la glaise.»
«C’est bien»
, a pensé le petit garçon.
Il aimait beaucoup la glaise. Il pouvait faire un tas de choses avec de la glaise: il pouvait faire des trains, des autos, des camions, des avions, etc.
Et il s’est mis à pétrir sa boule de glaise.

Mais la maîtresse a dit: «Attendez! Je n’ai pas dit de commencer!» Et elle l’a fait patienter jusqu’à ce que tout le monde soit prêt.
«Maintenant», a dit la maîtresse, «nous allons faire une assiette.»
«C’est bien»,
a pensé le petit garçon.
Il aimait bien faire des assiettes. Il pouvait en faire de très belles: des rouges, des roses, des bleues, des orangées, des jaunes, etc. Et il a commencé à en réaliser quelques-unes de toutes les formes et de toutes les grosseurs.

Mais la maîtresse a dit:
«Attendez! Je vais vous montrer comment [aire
Et elle leur a montré comment faire une assiette creuse.
«Voilà», a dit la maîtresse, «maintenant vous pouvez commencer.»
Le petit garçon a examiné l’assiette de sa maîtresse, puis il a regardé les siennes. Il préférait les siennes. Mai il n’en a rien dit, il a pris sa glaise, l’a remise en boule et a fait une assiette comme celle de son institutrice.
C’était une assiette creuse.  

Le petit garçon a vite appris à attendre, à regarder et à faire les choses comme sa maîtresse. Et bientôt, il n’a plus rien fait à sa manière à lui.

Un jour, le petit garçon a emménagé avec sa famille dans une autre ville et s’est retrouvé dans une autre école avec une nouvelle maîtresse.

Dès le premier jour, sa nouvelle maîtresse a dit: « Aujourd’hui, nous allons faire des dessins!»
«C’est bien»,
a pensé le petit garçon,
et il a attendu que sa maîtresse lui dise quoi faire, mais elle ne disait rien. ne se promenait tout simplement dans la classe.

Quand elle est arrivée près du petit garçon, elle lui a dit: «Tu ne veux pas faire un dessin?

Oui», a dit le petit garçon, «mais un dessin de quoi? »

Je ne peux pas savoir tant que tu ne l’as pas fait», a dit la maîtresse.

Comment dois-je dessiner? », a demandé le petit garçon?
Mais comme tu veux», a-t-elle dit.

Avec quelles couleurs?» a-t-il demandé.

– N’importe quelle couleur», a répondu la maîtresse. «Si tout le monde faisait le même dessin, en prenant les mêmes couleurs, comment pourrais-je les différencier, et savoir qui a fait quoi?

– Je ne sais pas», a dit le petit garçon. Et il s’est mis à dessiner :
Une fleur rouge avec une tige verte!

LE CHOURISTE

Rappelez-vous :
Faites attention de ne pas imposer vos idées aux autres. Vos mots et vos gestes exercent une influence majeure sur
l’estime et la confiance des gens qui font partie de votre cercle d’influence, particulièrement sur vos enfants.

Pour ceux qui possèdent une haute estime d’eux-mêmes et qui ont confiance en eux, rien n’est impossible. Par contre, pour ceux dont l’estime d’eux-mêmes est médiocre et qui ont perdu confiance en eux, même le plus petit accomplissement devient impossible.

– j’ai pigé…! Il faut encourager les autres à exploiter leur créativité et n’accordez aucune importance à l’opinion des gens qui se permettent de critiquer la vôtre.

SOURCE:

Patrick Leroux
(Livre : Pour le cœur et l’esprit)
Description :
Les histoires émouvantes et exaltantes m’ont toujours fasciné. Déjà tout petit, je prenais un réel plaisir à écouter mes parents et mes grands-parents m’en raconter pour m’endormir. Puis enfant, elles servaient à me transmettre leurs valeurs, et à éveiller mon imaginaire et à stimuler mon apprentissage. Je suis persuadé que vous découvrirez dans ce recueil plusieurs histoires qui vous réchaufferont le coeur et stimuleront votre esprit.

ACHETER..? : https://amzn.to/2txQaKI

retour sur la rubrique du même tabacChoucaline plus proche de toi tumeurCHOUCALINE
RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button