Archives par étiquette : developpement personnel

Je perds tout…. j’en ai assez…!! – MON MOBILE


Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline– BLOC NOTE de Choucaline

– « Les capacités de notre cerveau:

j’ai perdu la tête … Où est donc passé  ma veste

Je perds tout…. j’en ai assez…!! où est mon mobile

Il nous est tous arrivé de perdre toute sorte d’objets de notre quotidien. Téléphone portable, lunettes, clés de voiture ou de maison, tous ces objets semblent parfois prendre un malin plaisir à disparaître – temporairement ou définitivement- de notre vie.

Essayons ensemble de comprendre le sens de ces désagréments aussi agaçants que courants.

Il faut savoir que le sens révélé des événements qui nous touchent, quels qu’ils soient, exprime ce que nous avons à mettre en conscience.
Regardez de plus prêt… Le fait de perdre propose « de se détacher de », de changer la façon de vivre la fonction de ce que nous avons perdu.

Perte d’un téléphone mobile

La fonction d’un téléphone mobile est de nous permettre de communiquer avec toute personne -ayant un autre téléphone- où qu’elle se trouve sur n’importe quelle partie du globe.

Pour la plupart d’entre nous, cet appareil est devenu incontournable dans la vie de tous les jours : on l’utilise en permanence pour communiquer mais aussi jouer, écouter de la musique et s’informer.

Donc, le téléphone mobile est un intermédiaire dans la communication, transférant une information d’une personne à une autre, au travers des signaux hertziens.

Ce qui nécessite une grande quantité de stations relais pour réactiver l’information.

En d’autres termes, cette communication, pour pouvoir être reçue, est transformée artificiellement. Ainsi, perdre son téléphone ne nous permet plus de communiquer par des voies artificielles.

Selon la loi du Principe, cette perte nous propose donc de retrouver une communication vraie. C’est à dire une communication réelle, possible uniquement lorsque chacun est dans le respect de soi ; sans attente ni intention vis-à-vis- de l’autre, dans la rencontre véritable.

 

– En résumé, et pour conclure, d’une façon générale, notons que perdre un objet nous renvoie toujours à une proposition de retrouver notre identité sans passer par des références extérieures.

 

« SOURCE :

Auteur et conférencier international, Jean-Philippe Brébion a développé le concept original de Bioanalogie, laquelle propose des outils qui rendent réaliste et concret l’éveil de la conscience.

– Son best-seller « l’Empreinte de naissance » (Éd. Quintessence) est devenu une référence dans le domaine du développement personnel.

Dans « L’Evidence » (Ed. Dauphin Blanc) il énonce la Loi du Principe qui conduit à un constat qui transforme radicalement et définitivement notre relation aux événements qui nous touchent. contact@bioanalogie.com– www.bioanalogie.com

Choucaline plus proche de toi tumeur CHOUCALINE

Share Button

LE CONCOURS ENTRE LES DEUX BUCHERONS


hypnose-002ba.jpgChoucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucalineBLOC NOTE
de Choucaline

“ »Les Capacités de notre cerveau et
ses pensées positives »

LA PUISSANCE DE L’ESPRIT
                     POUR LE CŒUR ET LE CORPS RÉUNIS

Le concours entre les deux bûcherons

«Apprenez des experts; vous; ne vivrez jamais; assez vieux pour tout apprendre tout seul.»

 

Dans la vie, plus nous sommes intelligents, moins nous avons à travailler fort et plus nous produisons.

C’est l’histoire d’un célèbre bûcheron qui vieillissait, mais dont la renommée s’étendait très loin dans les villages avoisinants.
Un jour, un jeune et solide bûcheron l’a défié.
Ce jeune homme avait la moitié de son âge.
Il déclarait qu’il pouvait couper plus de
bois que le bûcheron plus âgé, et ce, dans le même laps de temps.
Le bûcheron plus âgé a accepté de relever le défi, et ils se sont mis d’accord sur les conditions de l’épreuve. Chacun devait travailler six heures, après quoi les bûches seraient comptées.

À l’annonce de cette nouvelle, les gens ont accouru des villes
et des villages environnants pour assister au concours. Évidemment, beaucoup de paris ont été pris ce matin-là.
Le concours a
donc commencé. La sueur luisait sur les fronts et les corps des deux participants.
L’acier des haches réfléchissait les rayons du so
leil.
La forêt tout entière résonnait de bruits sourds et cadencés.

Les coups de hache des deux bûcherons faisaient voler les copeaux de bois de tous les côtés.

Après cinquante minutes, il s’est produit quelque chose d’inhabituel. À la grande surprise de tous, le bûcheron plus âgé s’est arrêté et il s’est éloigné dans la forêt pour en revenir dix minutes
plus tard.
Le jeune, lui, n’arrêtait pas de travailler. Ce comporte
ment s’est répété tout au long de l’épreuve. Le bûcheron plus âgé, s’absentait dix minutes chaque heure pour aller dans la forêt.

Lorsque le juge a déclaré que le temps était écoulé et a ordonné que l’on compte les bûches, le jeune bûcheron a regardé son adversaire en arborant un large sourire.
Le juge a annoncé alors le
résultat.
L’ainé avait coupé plus de bois et gagnait ainsi le concours.

Le jeune bûcheron et la foule étaient stupéfaits.

Ils criaient :
«Le
plus vieux n’a travaillé que cinq heures et le plus jeune en a travaillé six.
Comment est-ce possible?»

Et le bûcheron plus âgé, après avoir calmé la foule, a pris la parole :

«Vous avez cru que j’allais me reposer quand je me retirais dans la forêt. Eh bien non, vous aviez tort, j’allais simplement, aiguiser ma hache! »

LE CHOURISTEFaire de la formation continue – c’est-à-dire continuellement apprendre, étudier, lire, améliorer ses compétences et ses habiletés, c’est faire comme le bûcheron plus âgé et aiguiser votre hache.
L’important dans la vie, ce n’est pas nécessairement de travailler fort, mais plutôt de travailler intelligemment et efficacement.
Et étudier en apprenant des erreurs des autres à travers des

livres, des séminaires et des cassettes ou des CD de formation, c’est
justement travailler intelligemment.

Rappelez-vous :

– N’oubliez jamais ce grand principe:

« Dans la vie, plus nous sommes intelligents, moins nous avons à travailler fort et plus nous produisons.
Dites-moi, votre hache est-elle bien aiguisée? »

 

– %@@@@§§§§??####gggggrrr…..???????

SOURCE:

Patrick Leroux
(Livre : Pour le cœur et l’esprit)

Description :

Les histoires émouvantes et exaltantes m’ont toujours fasciné. Déjà tout petit, je prenais un réel plaisir à écouter mes parents et mes grands-parents m’en raconter pour m’endormir.
Puis enfant, elles servaient à me transmettre leurs valeurs, et à éveiller mon imaginaire et à stimuler mon apprentissage.
Je suis persuadé que vous découvrirez dans ce recueil plusieurs histoires qui vous réchaufferont le coeur et stimuleront votre esprit.

retour sur la rubrique du même tabacChoucaline plus proche de toi tumeurCHOUCALINE

RETRO :
C’est du même tabac…..

 

Share Button

Je perds tout…. j’en ai assez…!! – MES CLÉS

Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline– BLOC NOTE de Choucaline

– « Les capacités de notre cerveau:

J’ai perdu le sommeil … Où est donc passé ma chance

Je perds tout…. j’en ai assez…!! où sont mes clés

Il nous est tous arrivé de perdre toute sorte d’objets de notre quotidien. Téléphone portable, lunettes, clés de voiture ou de maison, tous ces objets semblent parfois prendre un malin plaisir à disparaître – temporairement ou définitivement- de notre vie.

Essayons ensemble de comprendre le sens de ces désagréments aussi agaçants que courants.

Il faut savoir que le sens révélé des événements qui nous touchent, quels qu’ils soient, exprime ce que nous avons à mettre en conscience.
Regardez de plus prêt… Le fait de perdre propose « de se détacher de », de changer la façon de vivre la fonction de ce que nous avons perdu.

Perte de clés

Une clé est un instrument qui sert à faire fonctionner un mécanisme dans le but de déclencher l’ouverture ou la fermeture d’une porte ou de faire démarrer un engin. (voiture, moto, etc.) Il s’agit d’un outil externe – à autre chose – permettant une action sur cette chose. Nous utilisons des clés à tout moment de notre vie quotidienne. Clés de notre domicile, de notre voiture, de la boîte à lettres, du bureau, etc.

Selon la loi du Principe, perdre ses clés est une invitation à cesser de chercher à l’extérieur de soi, « la Clé miracle » qui remédierait à tous nos maux.
Suivant l’utilisation de ces clés, une fois de plus la loi du Principe nous permet d’affiner le sens de leur perte :

a) Perdre les clés de son domicile :
je ne peux plus rentrer chez moi. Il m’est proposé de prendre conscience que je ne peux plus vivre mon être en cherchant des solutions externes pour me réaliser.
La façon dont se résout la situation nous donne également des indications :
J’appelle un serrurier : je choisis d’accueillir l’aide des autres pour me retrouver moi-même.
Je rentre par une fenêtre : je change ma façon – conventionnelle – de fonctionner pour me retrouver moi-même.
Je demande à une personne qui vit avec moi ou près de moi (conjoint, enfants, parents, voisin) et qui a le double des clés de me les confier : je sors de l’identification à l’autre et j’apprends à me respecter en considérant aussi l’autre dans sa différence, pour me retrouver moi-même.

b) Perte des clés de sa voiture
Notre voiture représente notre autonomie. Si je perds mes clés de voiture, je ne peux plus l’utiliser. Selon la loi du Principe, cela signifie qu’il m’est proposé de trouver une autre façon de vivre mon indépendance, tout en découvrant que tout est interdépendant.
Il arrive aussi assez souvent de se retrouver à l’extérieur de sa propre voiture, les clés à l’intérieur avec les portes verrouillées. De l’extérieur, il est possible de voir les clés dans la voiture et c’est souvent l’intervention d’un dépanneur qui apporte la solution en ouvrant les portières par un système de crochets. Le sens proposé dans ce cas est que les clés sont à l’intérieur de soi et que, sans doute, il est nécessaire de tenir compte des autres – ou de faire appel à l’autre- pour accéder au cœur de soi -même.

c) Perte des clés de sa valise
Un jour, un ami ayant perdu les clés de sa valise, a dû casser les serrures qui la verrouillaient pour pouvoir accéder à ses affaires. Selon la Loi du Principe, je lui ai proposé la lecture suivante : personne ne peut résoudre ce que tu portes à ta place. Toi seul peux le faire !

 

– En résumé, et pour conclure, d’une façon générale, notons que perdre un objet nous renvoie toujours à une proposition de retrouver notre identité sans passer par des références extérieures.

 

SOURCE :

Auteur et conférencier international, Jean-Philippe Brébion a développé le concept original de Bioanalogie, laquelle propose des outils qui rendent réaliste et concret l’éveil de la conscience.

– Son best-seller « l’Empreinte de naissance » (Éd. Quintessence) est devenu une référence dans le domaine du développement personnel.

Dans « L’Evidence » (Ed. Dauphin Blanc) il énonce la Loi du Principe qui conduit à un constat qui transforme radicalement et définitivement notre relation aux événements qui nous touchent. contact@bioanalogie.com– www.bioanalogie.com

Choucaline plus proche de toi tumeur CHOUCALINE

Share Button