Archives par étiquette : developpement personnel

Profitez de nous….. Apprenez de nous….

Sommeil plus (mélatonine) 120 gélules


LE BLOG NOTE

de PAPY QUISÉ

Choupinet a demandé à son PAPY QUISÉ :

Comment faisiez vous avant
PAPY,  avec aucune technologie:

Pas d’avions
Pas d’Internet
Pas d’ordinateurs
Pas de drames

Pas de téléviseurs
Pas d’argent
Pas de voitures
Pas de téléphone portable?

PAY QUISÉ a répondu :
« Tout comme votre génération vit aujourd’hui :
Pas de prières
Pas de compassion
Pas d’honneur
Pas de respect
Aucune personnalité
Pas de honte
Pas de modestie

Nous, les gens nés entre 1940-1980 sommes les bienheureux …

Notre vie en est une preuve vivante.

En jouant et en faisant du vélo, nous n’avons jamais porté de casque.

Après l’école, nous avons joué jusqu’au crépuscule; nous n’avons jamais regardé la télé.

Nous avons joué avec de vrais amis, pas des amis sur internet.

Si jamais nous avions soif, nous buvions de l’eau du puits et non de l’eau embouteillée.

Nous ne sommes jamais tombés malades en partageant le même verre de jus avec quatre amis.

Nous n’avons jamais pris de poids en mangeant des assiettes de pâte tous les jours.

Rien n’est arrivé à nos pieds malgré l’errance aux pieds nus.

Nous n’avons jamais utilisé de suppléments pour rester en bonne santé.

Nous avions l’habitude de créer nos propres jouets et de jouer avec ceux-ci.

Nos parents n’étaient pas riches. Ils ont donné l’amour .. pas le matériel.

Nous n’avons jamais eu de téléphone portable, de DVD, de console de jeux, de Xbox, de jeux vidéo, d’ordinateurs personnels, d’Internet, de chat, mais nous avions de vrais amis.

Nous rendions visite à nos amis sans y être invités et avons partagé et apprécié la nourriture avec eux.

Des parents vivaient à proximité pour profiter du temps passé en famille.

Nous avons pu avoir des photos en noir et blanc, mais vous pouvez trouver des souvenirs colorés dans ces photos.

Nous sommes une génération unique et la plus compréhensive, car nous sommes la dernière génération à écouter ses parents …

Et nous sommes aussi les premiers qui ont dû écouter leurs enfants.

Nous sommes une édition limitée!

Profitez de nous.

Apprenez de nous.

Nous sommes des trésors appelés à disparaître.

La philosophie du porteur de lanterne

« On ne peut donner que deux choses à ses enfants: des racines et des ailes. »
Proverbe juif.

 

LE CHOURISTE

Bonjour à toutes et à tous,

j’adore le texte de mon pote  Papy Quisé…. je souhaiterai cependant qu’il mène, dès demain, un réflexion moins passéiste, en s’appuyant sur une philosophie de la vie dont voici la teneur :
Lorsque l’âge avance et que vous vous interrogez sur votre utilité à continuer votre chemin de vie dans ce  » nouveau monde » qui ne vous ressemble plus, je vous invite à suivre la logique  du proverbe chinois qui dit :
 » L’expérience est une lanterne que l’on porte pendue dans le dos et qui n’éclaire que le chemin parcouru. »
Même si je considère, à titre personnel, que mon expérience est utile pour moi et pour mon comportement de demain, il n’en demeure pas moins que si j’accepte de suivre cet adage, je le fais pour cette raison :

Ceux qui marchent derrière moi….  Mes fils, mes petits enfants, vont en suivant mon sillage, voir leur chemin éclairé par la lanterne de mon dos.
Ainsi, ils pourront mieux voir les difficultés de leur propre chemin et ne pas faire les mêmes erreurs que moi, et surtout s’inspirer ou agir de façon identique quand j’ai pu au cours de mon parcours leur montrer de belles choses dont je suis fier…!
Alors oui, je suis content de poursuivre mon chemin…. et si Dieu met du chemin sous mes pas, j’aspire à être, pour encore longtemps, d’une grand utilité pour eux.
Plus je marche et plus leurs pas sont assurés….!
Moins j’ai peur de la mort et plus ils sont sereins…!

Croyez bien que tel est mon devoir et aussi celui de tous ceux qui me lisent aujourd’hui et qui se reconnaissent dans cette philosophie de fin de vie…!
Bonne et longue route à tous mes potes âgés….




PAPY QUISÉ

Share Button

MON POTE LE FACTEUR : Ferdinand Cheval … Le facteur Cheval – (1836-1924)

Restez svelte 160pxBannière ruedesplantes 468/60px

OH HE LES MUCHACHOS ...J'APPORTE LE COURRIERLE BLOC DES TIMBRÉS

Mon pote le facteur

et son Muchacho Philochou

« Fils de paysan, je veux vivre et mourir pour prouver que dans ma catégorie, il y a aussi des hommes de génie et d’énergie »

Ferdinand Cheval (1836-1924)

– Philochou….. C’est moi de mon vrai nom Philippe ATHELISTE …
Mes copains m’appelle Phil…ATHELISTE

Musique d’ambiance

Ferdinand Cheval (1836-1924)

« Le travail d’un seul homme….. Le rêve d’un paysan »

 Joseph Ferdinand Cheval, plus connu sous le nom de facteur Cheval, né le à Charmes-sur-l’Herbasse (Drôme) et mort le à Hauterives (Drôme) à 88 ans, est un facteur français célèbre pour avoir passé 33 ans de sa vie à édifier un palais qui se nomme « Palais idéal » et huit années supplémentaires à bâtir son propre tombeau tous deux considérés comme des chefs-d’œuvre d’architecture naïve.

Liaisons le parler..!

« Fils de paysan je veux vivre et mourir
pour prouver que dans ma catégorie
il y a aussi des hommes de génie
et d’énergie.
Vingt-neuf ans je suis resté

facteur rural.
Le travail fait ma gloire

et l’honneur mon seul bonheur;
à présent voici mon étrange histoire.
Où le songe est devenu,
quarante ans après, une réalité.

Ferdinand Cheval, 15 mars 1905

 

Seul avec sa fidèle brouette .. sa « fidèle compagne de peine »

Il occupe ses heures de randonnée à de longues rêveries au cours desquelles il imagine un « palais féerique », rêveries qui ne commenceront à être concrétisées qu’une dizaine d’années plus tard, après maints voyages avec sa fidèle brouette qu’il appelle sa « fidèle compagne de peine ».

En 1879, une pierre le fait chuter sur le chemin de sa tournée et le fait transposer son rêve dans la réalité. Il rapporte dans ses cahiers l’importance de cet événement :

« Un jour du mois d’avril en 1879, en faisant ma tournée de facteur rural, à un quart de lieue avant d’arriver à Tersanne, je marchais très vite lorsque mon pied accrocha quelque chose qui m’envoya rouler quelques mètres plus loin, je voulus en connaitre la cause. J’avais bâti dans un rêve un palais, un château ou des grottes, je ne peux pas bien vous l’exprimer… Je ne le disais à personne par crainte d’être tourné en ridicule et je me trouvais ridicule moi-même. Voilà qu’au bout de quinze ans, au moment où j’avais à peu près oublié mon rêve, que je n’y pensais le moins du monde, c’est mon pied qui me le fait rappeler. Mon pied avait accroché une pierre qui faillit me faire tomber. J’ai voulu savoir ce que c’était… C’était une pierre de forme si bizarre que je l’ai mise dans ma poche pour l’admirer à mon aise. Le lendemain, je suis repassé au même endroit . J’en ai encore trouvé de plus belles, je les ai rassemblées sur place et j’en suis resté ravi… C’est une pierre molasse travaillée par les eaux et endurcie par la force des temps. Elle devient aussi dure que les cailloux. Elle représente une sculpture aussi bizarre qu’il est impossible à l’homme de l’imiter, elle représente toute espèce d’animaux, toute espèce de caricatures.

Je me suis dit : puisque la Nature veut faire la sculpture, moi je ferai la maçonnerie et l’architecture »

Pour son voisinage, le Facteur Cheval devient alors un être étrange, un « pauvre fou » qui durant sa tournée met des pierres en tas, revient le soir les chercher en s’aidant de sa brouette, pour en remplir son jardin. Il commence la construction de son monument qu’il n’appelle pas encore Palais Idéal en 1879.

Portrait de son palais idéal

Le Palais Idéal  1879 – 1912
EN QUELQUES CHIFFRES
93 000 heures

10 000 journées
33 ans d’épreuves

EN QUELQUES MOTS
« Plus opiniâtre que moi se mettre à l’œuvre »
Travail d’un seul homme
Le rêve d’un paysan
Pablo Picasso a découvert le Palais en 1937. Subjugué, il en a fait de nombreux croquis. Même André Breton, le pape du surréalisme, fut conquis d’emblée.
Ce “temple de la nature” faisant sans cesse référence à la mythologie hindoue et égyptienne, mêle faune et flore exotiques, des géants de pierre, mais également des inspirations bibliques.

 

Mon bonus télévision
Mon bonus  cinéma

 

SOURCES:


http://rene.centerblog.net/rub-facteur-cheval.html

Santa Cruz et Philochou
« Nous finirons tous timbrés »retour sur la rubrique du même tabac cliquez vous y allez - le titien

RETRO: C’est du même tabac…..

Share Button

Un âne sortant du puits … Quelle vérité….!


Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucalineBLOC  NOTE
de  Choucaline

Les bons sentiments


L’âne au fond du puits

Un jour, l’âne d’un fermier est tombé dans un puits.

L’animal gémissait pitoyablement pendant des heures,et le fermier se demandait quoi faire.
Finalement, il a décidé que l’animal était vieux et le puits devait disparaître de toute façon, ce n’était pas rentable  pour lui de récupérer l’âne.
Il a invité tous ses voisins à venir et à l’aider.
Ils ont tous saisi une pelle et ont commencé à
enterrer l’âne dans le puits.

Au début, l’âne a réalisé ce qui se produisait et se
mit à crier terriblement.
Puis à la stupéfaction de chacun, il s’est tu.

Quelques pelletées plus tard, le fermier a finalement
regardé dans le fond du puits et a été étonné de ce
qu’il a vu.

Avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui,
l’âne faisait quelque chose de stupéfiant.
Il se secouait pour enlever la terre de son dos et
montait dessus.

Pendant que les voisins du fermier continuaient à
pelleter sur l’animal, il se secouait et montait dessus.

Bientôt, chacun a été stupéfié que l’âne soit hors du
puits et se mette à trotter !

La vie va essayer de t’engloutir de toutes sortes d’ordures.
Le truc pour se sortir du trou est de se secouer pour avancer.

Chacun de tes ennuis est une pierre qui permet de progresser.
Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n’arrêtant jamais.
Il ne faut jamais abandonner!

Secoue-toi et fonce!
Rappelle-toi, les cinq règles simples! À ne jamais oublier, surtout dans les moments les plus sombres.

Pour être heureux / heureuse :

1. Libère ton coeur de la haine.
2. Libère ton esprit des inquiétudes.
3. Vis simplement..
4. Donne plus.
5. Attends moins.

Merci d’être là…
Ce texte m’a été envoyé, je l’ai trouvé beau je n’ai pas pu le garder pour moi et j’ai voulu le partager à mon tour avec vous.
Bonne journée

Choucaline plus proche de toi tumeurChoucaline


2854

Share Button