Archives par étiquette : dessins humoristiques

Le salon où l’on blague….

Print pagePDF pageEmail page

Bloc note fricole et gai
BLOC NOTE FRIVOLE
par
Chou Frisé

« Pas de sots sans sottises

Pas de sottises sans sots
Pas de saucisses sans rots»

Dans mon salon de coiffure… ces dames se font des confidences et j’écoute … j’entends et je répète tout aux clientes suivantes…..
L’autre jour, j’ai eu 4 clientes, 4 bigotes en même temps… ( c’est pas très catholique de les appeler comme ça mais soit….! Ainsi soit t il)
C’était trop..! La nuit suivante je rêvais .. que je me noyais dans un bénitier plein de grenouilles…!

Elles parlaient de leurs fils respectifs ( j’ai eu du pot, elles m’ont évité le père et le « sain » d’esprit)

– NON MAIS… ! écoutez le parler ce mécréant ….
Dans quelques temps il s’en prendra aux P.D..!
Bloc note fricole et gai
– JAAAAAMMMAAAIIIISSSS..! je les adooooooooorree

Bigotes en bigoudis..!

Quatre mères catholiques très bigotes discutent de leur fils respectifs.
La 1ère dit fièrement
– Moi mon fils est évêque, quand les gens le voient ils disent « Monseigneur »
La 2ème, non moins arrogante
– Le mien il est archevêque, quand les gens le croisent ils disent « Votre grâce »
La 3ème, souriante
– Mon fils est cardinal, quand les gens le rencontrent ils disent « Votre éminence »
La 4ème réfléchit un peu…
– Mon fils fait 2,20 mètres de haut pour 110 kilos de muscles. Quand les gens le voient passer ils disent tous « Oh Mon Dieu ! »

Bloc note fricole et gai – je l’ adooooooooorree .. pas la blague… son fils …
Oh là là.. Un sportif…2.20 mètres de muscles… Rien que pour moi….
Seigneur – LAISSEZ MOI JOUER AVEC LUI
..!

La solidarité entre collègues

Bloc note fricole et gai
Une secrétaire est en arrêt de travail depuis 15 jours.
Une de ses collègues lui demandait devant moi, comment elle allait et lui donnait des nouvelles.

Comment ça va au bureau..?
demande notre malade.

– Bah, tout le monde y met un peu du sien pour te remplacer, Sylvie fait le café, Amélie lit tes magazines et….
Monique couche avec le patron..!

– Si vous ne comprenez pas la chute… pensez à la chute des reins.. si vous êtes bouchés de ce coin là.. je vous ferais un « des-seins » de la bête à deux dos

SOURCES: Merci à mes contributeurs..
Rappelez vous que pour les blagues
 » il y a plus de joie à donner qu’à recevoir »

CHOU FRISÉ

 

Share Button

LE MEILLEUR ACCUEIL : L’éloquence verbale

Print pagePDF pageEmail page

je remets ma gueule parce qu’avec le temps, plus personne ne se rappelle de l’original – le vrai, le beau, le BIO TEA FULL : CHOU VERT

portadaimgvert.JPGBLOC NOTE
par CHOU VERT

CHOU VERT « LE RETOUR » diront certains.!
Avec lui c’est du vécu qu’il nous relate …
C’est même du vrai cul…!


barre verte
ÉLOQUENCE VERBALE

Un prix pourrait être attribué à cette guichetière d’un bureau de
poste parisien pour son élégance et son humour !
Cette guichetière se trouvait face à une longue file de clients
mécontents, lassés d’attendre pour pouvoir enfin déposer un chèque,
retirer un chéquier ou envoyer du courrier.
C’est alors qu’un client excédé, se taillant un chemin jusqu’au guichet,
jette son bordereau sur le comptoir et dit :
–  JE DOIS encaisser ce chèque TOUT DE SUITE !
– Je suis désolée, Monsieur. Je serai heureuse de vous aider tout à
l’heure; je dois d’abord m’occuper des autres clients, mais soyez sûr que
votre tour viendra.
Le client ne s’en laisse pas conter. Il crie très fort de manière à ce
que tout le monde l’entende :
– EST-CE QUE VOUS SAVEZ QUI JE SUIS ?
Alors sans aucune hésitation, la préposée se lève et s’adresse à tous
les clients présents:
– Puis-je avoir votre attention s’il vous plaît ?
Sa voix résonnant dans tout le bureau.
– Nous avons au guichet un client qui NE SAIT PLUS QUI IL EST. Si vous êtes en mesure d’aider cette personne à trouver son identité, nous vous prions de bien vouloir l’en informer, merci.

Alors que toute la file d’attente éclate de rire, le client furibard
s’exclame:
– Je T’ENCULE !
Sans broncher, la guichetière sourit et dit:
– Je suis désolée, Monsieur, mais pour cela aussi il faut être capable de faire la queue ! ! !

barre verte

CHOU VERT
– A bientôt … peut être…!

 

Share Button

L’expression « Mentir comme un arracheur de dents »

Print pagePDF pageEmail page

les potes doivent être éclairés CHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques (la maladie est grave… !) on m’a demandé de cultiver les potes âgés ……..
Me parlant tous de leurs maux de dents, nous avons voulu en savoir plus sur une expression encore très utilisée


Mentir comme un arracheur de dents…..
C’est mentir avec effronterie

Un arracheur de dents, se croyait jadis quelquefois obligé de dissimuler la vérité pour affermir la résolution d’un malade qui se résignait à une douloureuse opération, en lui disant, quoiqu’il ne le pensait pas, que la souffrance serait courte et légère.
De là l’expression caractérisant les gens ayant l’habitude de trahir la vérité.

On ne va pas vous expliquer ce que ça signifie, vous imaginez bien qu’être dentiste au Moyen-Âge impliquait un certain talent de persuasion.

L’expression fait référence aux soins douloureux prodigués par les dentistes au XIXe siècle. A l’époque, les dentistes exerçaient dans la rue et la plupart des interventions se faisaient à vif.
Pour couvrir les cris des patients et ainsi ne pas dissuader d’éventuels nouveaux patients, les « arracheurs » engageaient des musiciens pour jouer de la musique.

L’expression a parcouru les siècles : malgré les progrès de la médecine, personne n’aime se faire arracher une dent.

 chouette-profA une certaine époque, la même pensée a été reproduite dans cet autre dicton : Mentir comme une gazette.  Les Anciens disaient : Mentir comme un poète par allusion soit aux louanges exagérées que donnent les versificateurs, soit aux créations imaginaires qu’ils inventent. L’expression était déjà en usage au XVIIe siècle.

En fait, ce qui est vraiment intéressant ici, c’est de savoir pourquoi on ne dit pas, justement, mentir comme un dentiste.

En fait, le mot dentiste n’est apparu que dans les années 1720.
Avant, on parlait d’arracheur de dents, car à l’époque on n’avait pas le choix pour soigner une dent pourrie.

Pour ne pas faire fuir le « client », le brave homme affirmait que l' »opération » ne faisait pas (trop) mal. Sans anesthésie, je vous laisse imaginer la chose…

Du coup vous avez aussi, maintenant, une idée de l’ancienneté de cette expression…

 

SOURCE :
r.saintaubin.fr…/arracheurs.htm


POTACHE

retour sur la rubrique du même tabac

 

Share Button