Archives par étiquette : cuisine

PAT HISSIER : les beignets de carnaval


le Blog note
de

PAT HISSIER

M HISSIER assure désormais sa rubrique Papisseries…

Bien sûr PATACHOU sera à ses côtés

Une gourmandise de plus dans la Chouette

La gastronomie et la pâtisserie françaises sont réputées à travers le monde. Si le nombre de plats et de desserts français est important, certains sont plus appréciés et plus connus que d’autres …
A eux de vous les faire découvrir…

QUE SAVONS NOUS
DES BEIGNETS DE CARNAVAL..?

 

Un beignet est un mets sucré ou salé fait d’une pâte assez fluide, frite dans l’huile

Le mot « beignet » est un diminutif du mot « beigne », qui date de la France du XIIIe siècle, où il désignait une boule de pâte frite dans du beurre. L’enflement de la pâte lors de la cuisson a donné, au sens figuré, la signification actuelle du mot d’argot français « beigne » : bosse suite à un coup.
Personne ne semble savoir ni où ni quand s’est répandu l’usage de trouer la pâte afin d’en uniformiser la cuisson.

Origines romaine

Le carnaval romain est également accompagné de friandises typiques. Tel est le cas des beignet de carnaval de Rome, castagnole castagnole alla romana, sorte de beignets fris, un peu comme des choux, parfois au rhum, limoncello ou autre alcool,

La coutume des beignets remonte aux fêtes romaines des calendes de mars. Celles-ci célébraient le réveil de la nature par des rites agraires.
À cette occasion, les interdits étaient transgressés et les déguisements autorisés.La première recette d’une pâte à beignet, l’aliter dulcia, est donnée par Apicius, dans son ouvrage De re coquinaria.
Marcus Gavius Apicius (25 av. J  – 37 apr. J.-C° – C’est une figure de la haute société romaine, dont l’existence est signalée sous les règnes des empereurs Auguste et Tibère.
Pline l’Ancien, dans son Histoire naturelle, cite plusieurs idées d’Apicius dans le domaine du raffinement culinaire..!


Dans les pays de religion chrétienne, avant la période de privation du carême, dite période de jeûne et qui dure quarante jours, il est de coutume de faire la fête et de manger « gras ». D’où « Mardi gras », qui est le jour précédant le carême.

Comme la fête rassemblait un grand nombre de personnes, il fallait confectionner des pâtisseries vite préparées et bon marché. Il s’agissait aussi d’utiliser les réserves de beurre, huile, œufs, avant les quarante jours de jeûne qui allaient suivre. D’où la tradition des beignets et également des gaufres et des crêpes.Connaissez vous les Bugnes…?

Image illustrative de l’article Bugne

Les bugnes du Sud-Est, sont originellement une spécialité culinaire du duché de Savoie, qui a fini par s’étendre dans tout le Dauphiné la vallée du Rhône et jusqu’en Auvergne.
Il s’agit d’une petite pâtisserie de la famille des beignets.

Beignets de Carnaval au sucre,

cuisson au four

Des beignets tous ronds et tous sucrés, mais moins gras, car cuisson au four !
Pour Mardi Gras et les festivités du Carnaval !

Ingrédients (5 personnes)

  • 1/2 œuf battu (environ 26g.. )
  • 1 pincée de sel
  • Du beurre fondu et du sucre glace pour la finition
  • 15 ml d’eau de fleur d’oranger
  • 25g de sucre en poudre
  • 1/2 sachet de levure boulangère sèche
  • 60 ml de lait + 1 cs
  • 10g de beurre
  • 160g de farine

Préparation

  1. Étape 1 :

    Faites tiédir le lait dans une petite casserole, à feu doux. Ajoutez le sucre et le beurre. Laissez chauffer jusqu’à ce que tous les ingrédients soient fondus. Retirez du feu.

  2. Étape 2 :

    Mélangez la farine, le sel et la levure, dans un saladier. Faites un puits au centre. Ajoutez l’oeuf, le lait tiède et l’eau de fleur d’oranger. A cette étape : 2 solutions : vous pouvez pétrir la pâte à l’aide votre robot et de la « feuille ». Ou bien, usez votre ‘huile de coude et pétrir à la main. On pétrit 8 – 10 min, jusqu’à ce que la pâte soit souple et élastique. On farine un peu au besoin, tout dépend la farine utilisée…

    Placez la pâte dans un saladier, couvrir d’un linge et laissez reposez 1h dans un environnement assez chaud (pour moi, pas loin du chauffage, par exemple… ). La pâte qui aura ‘poussé’ doit doubler de volume.

  3. Étape 3 :

    Farinez votre plan de travail. Dégazez la pâte à beignets en la pétrissant 3 ou 4 min et en enfonçant vos poings ou vos paumes dedans contre le plan de travail.

  4. Étape 4 :

    Là encore 2 écoles : Vous pouvez soit abaisser la pâte au rouleau à patisserie sur 1.5 – 2 cm d’épaisseur, ou bien former un boudin pas trop épais, découper des tronçons et façonner des beignets ronds applatis, d’environ 2 cm de hauteur. La seconde technique est toutefois moins régulière.

  5. Étape 5 :

    Préchauffez le four à 180°C – 190°C.

    Déposez vos beignets sur la plaque du four munie de papier sulfurisé. Recouvrez d’un linge et laissez à nouveau pousser votre pâte environ 45 min.

    Badigeonnez au pinceau les beignets avec du lait et enfournez pour 9 min. S’ils ne sont pas dorés, laissez les encore 1 ou 2 min (ce que j’ai fait!) mais pas plus, sinon ils seront secs…

  6. Étape 6 :

    Quand les beignets sont sortis du four et refroidis, faites fondre un peu de beurre et badigeonnez l’intégralité du beignet. Roulez-le ensuite dans le sucre glace ou le sucre en poudre !

Epicerie et saveursSOURCE :

https://www.750g.com/beignets-de-carnaval


– Le gâteux vous fait peut être découvrir…?

Restez svelte 160pxLa cardamome est une épice d’origine indienne au parfum intense et à la saveur douce et piquante.
Son fruit, de couleur verte, pousse à proximité du sol seulement et sa maturation est irrégulière, c’est pourquoi la cueillette représente un énorme travail.
Les capsules sont ensuite séchées au soleil et parfois traitées par blanchissage.
La cardamome est l’une des épices les plus chères au monde, après le safran et la vanille. Elle entre dans la composition de nombreux types de curry.
Dans la cuisine européenne, on la retrouve dans les pâtisseries de Noël (p. ex. pain d’épices, spéculoos) comme dans la chair à saucisse, des liqueurs et certains mélanges d’épices.
La cardamome peut aussi agrémenter le vin chaud ou le café.
La poudre de cardamome est très parfumée, il faut donc l’utiliser avec parcimonie.
Poudre de cardamome bio 200gConservation:
pas plus d’un an.

LE GÂTEUX et ses Papisseries

 

Share Button

LE GÂTEUX : Jamais chocolat avec les LÉONIDAS

le Blog note
de

PAT HISSIER

M HISSIER assure désormais sa rubrique Papisseries…

Bien sûr PATACHOU sera à ses côtés

Une gourmandise de plus dans la Chouette

La gastronomie et la pâtisserie françaises sont réputées à travers le monde. Si le nombre de plats et de desserts français est important, nous ne sommes pourtant pas les seuls à câliner les papilles..
Parlons aujourd’hui des chocolats Belges LÉONIDAS … C’est qui lui PAT…?

Pourquoi les chocolats belges s’appellent LÉONIDAS qui est grec ?

Bruxelles est une des capitales du chocolat, la Belgique étant mondialement connue pour son savoir-faire dans la transformation du cacao en chocolat. Elle acquiert cette réputation à la fin du XIXe siècle.

Origine

En 1900, le chypriote-grec LÉONIDAS Georges Kestekides ( 1882 -1948) quitte son pays pour les États-Unis où il devient pâtissier.
Son frère, confiseur en Turquie, lui exporte des fruits confits qu’il enrobe de chocolat. Ses friandises remportent un franc succès.
En 1910 à l’Exposition Universelle et Internationale de Bruxelles où il décroche la médaille de bronze pour ses confiseries au chocolat et la médaille d’or pour ses gâteaux. Il tombe amoureux d’une femme belge, Joanna Teerlinck, l’ épouse en 1912 et s’installe définitivement en Belgique.
Le couple ouvre un tea-room Leonidas à Gand en 1913.

 

Des franchisés partout dans le monde

 

En 1922, son neveu Basilio (ou Basile) Kestekides, 19 ans, quitte la Grèce en pleine guerre contre la Turquie et le rejoint.
C’est cette deuxième génération, emmenée par Basilio, qui multiplie les boutiques de chocolats et ouvre l’ère industrielle de Leonidas.

La marque s’internationalise avec le développement d’un réseau de franchise exclusive.
Elle compte, en 2018, 1 350 points de vente (dont 400 magasins en Belgique et 400 en France) dans 40 pays, la majorité en franchise, la vingtaine de magasins en nom propre servant de tests vitrine.

Mais au fait..! C’est qui ce Léonidas qui trempe sa
bobine dans le chocolat

Léonidas aux Thermopyles par Jacques-Louis David, 1814, musée du Louvre

Il s’agit de
Léonidas Ier
de Sparte

Hoplite casqué dit « Léonidas », début du Ve siècle av. J.-C., Musée archéo Sparte

Léonidas   -540 et mort en -480, est le roi de Sparte . Il est resté célèbre par son opposition héroïque face aux Perses lors de la bataille des Thermopyles, durant laquelle il trouva la mort.

Le logo représentant un soldat spartiate

La police de caractère de la marque et le logo (représentant un soldat spartiate) ont été choisis en 1935 par Basilio Kestekides en l’honneur des racines grecques de son oncle Leonidas Georges Kestekides à qui il associe l’effigie du Roi de Sparte, Léonidas Ier qui trouva la mort à la bataille des Thermopyles en se sacrifiant héroïquement avec ses 300 soldats pour permettre la retraite de l’armée grecque en passe d’être anéantie par les Perses.

Epicerie et saveursSOURCE :


– Le gâteux vous fait peut être découvrir…?

Restez svelte 160pxPépites de chocolat noir bio. Sachet de 300 g  Produit issu de l’agriculture biologique.
  
Certifié par ECOCERT FR-BIO-01
AGRICULTURE NON UE
 
Pépites de chocolat noir BIO 300 g

LE GÂTEUX et ses Papisseries

 

 

Share Button

Le buis et ses vertus oubliées

Restez svelte 160pxBannière ruedesplantes 468/60px


retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraité LE BLOC NOTE

CHOULAGER
par
CHOU BLANC

 

Ma grand mère Marthe, magnétiseuse connaissait avant moi les vertus du buis

Le buis et ses vertus oubliées

Nombre de coutumes sont liées au buis.
Placés aux œillères des chevaux ou dans les cages des oiseaux, les rameaux de buis éloignaient les influences malignes.

Lors de la construction d’une maison, on consacrait la première pierre à l’aide d’un rameau de buis trempé dans de l’eau bénite.

Rameau scellé ensuite dans le mur, en protection contre la foudre, la tempête, les inondations, la vermine…

le buisLa tradition veut que le buis ait un pouvoir divinatoire.
En effet, après avoir émis un souhait, on jette des feuilles de l’arbuste sur le poêle ou la cuisinière et, si celles-ci gonflent et tournent sur elles-mêmes, le vœu se réalisera.

Dans les rites chrétiens, le dimanche des Rameaux (dimanche précédant Pâques), les prêtres bénissent des branches de buis au cours d’une cérémonie religieuse (France, Belgique).
Ce buis bénit aurait de multiples vertus : jeté dans l’âtre, éloignerait l’orage ; planté dans les champs, fixé dans les étables, les maisons, les voitures, sur les crucifix, il aurait le pouvoir de chasser le mauvais oeil, de protéger et de favoriser la prospérité.

Les Chrétiens s’en servaient pour commémorer la Passion et la Résurrection du Sauveur.

Le buis fut l’objet d’un culte archaïque. Dédié par les Hellènes à Hadès, le dieu des Enfers, et surtout à l’Asiatique Cybèle, laquelle, dans le Panthéon grec, incarnait la puissance sauvage de la végétation, jaillie des profondeurs.
Le buis, dont le feuillage ne cesse de se renouveler, représentait non tant la mort que la perpétuelle reviviscence de la nature. Mais ce symbolisme était lui-même austère, telle l’odeur âcre que répand le buis lorsqu’il fleurit et s’auto-féconde avec une remarquable discrétion ; d’ailleurs en septembre, les abeilles viennent faire une de leurs dernières récoltes.

Elles recueillent un exsudat très sucré qui couvre les fruits et donne un miel jaune-clair, d’une saveur excellente.

 Le Buis un bois dur pour les tourneursIl nous a aussi fourni depuis la préhistoire un bois très dur qui nous servit de premiers outils avant le fer comme de percuteur pour la taille des silex.
Cette qualité comme son poli brillant sont d’ailleurs encore appréciés aujourd’hui en sculpture et tournage, notamment pour les instruments de musique à vent et les pièces d’échec .. Les pendules…!

Pour les anciens, le bois du buis, très dur, représentait la fermeté et la persévérance et, c’est dans ce sens qu’il est utilisé encore aujourd’hui pour confectionner les maillets dans les loges maçonniques.

   Objets en buis

 

apothicaire

 

Usages médicinaux

–        Au XVIe siècle, on attribuait des vertus antisyphilitiques au Buis.

–        Les feuilles contiennent de la buxine et servaient à purifier le sang et favorisaient la pousse des cheveux. L’arbre contient de la buxine G (alcaloïde) qui inhiberait le développement des cellules cancéreuses.

–        L’écorce des racines soignait les rhumatismes, la fièvre et les vers. On la considère aujourd’hui comme toxique sauf à dose homéopathique.

–        Le bois est narcotique et sédatif, son huile distillée soignait les douleurs dentaires et les hémorroïdes.

–        Les animaux qui mangent les feuilles peuvent en mourir.

–        Les feuilles et le bois filtrés donnent une teinture auburn pour les cheveux.

FLEUR DE BUIS

Voici un extrait Proposé sur le magazine MERE NATURE.com

Hôte admiré de nos jardins quand il est taillé en topiaire ou en haie
Le buis, de son nom latin Buxus sempervirens L., est un arbuste de la famille des buxacées qui fleurit de mars à mai.

Nous avons pourtant perdu ces autres usages : anciennement officinal, le buis était utilisé contre les rhumatismes et comme substitut de la quinine dans la lutte contre la malaria.

Le buis est l’ennemi n° 1 des virus

Aucun remède de synthèse ne peut être comparé à ce redoutable adversaire quant à son efficacité absente de toute nocivité. Dans la plupart des affections virales, à commencer par la grippe mais également en cas de refroidissement, infection quelconque, un résultat est toujours assuré.
Tout observateur impartial témoin d’un traitement de cette sorte ne peut que reconnaître les vertus de ce remède naturel.
L’action du buis est extraordinaire aussi bien en usage interne qu’externe mais c’est dans ce dernier emploi que son action est la plus spectaculaire et la plus probante.

décoction de buisIl suffit de boire au cours de la journée un litre de décoction et, avec le concours de couvertures et bouillotte, la transpiration ne tarde pas à survenir : le mécanisme de la guérison est enclenché.

Cette opération peut être répétée une ou deux fois par semaine tant que dure une infection interne (urinaire, génitale ou intestinale).

Cette même décoction peut servir au pansement d’ulcères et de toute plaie infectée. Le résultat apparaît très vite : on est généralement stupéfait, en retirant la compresse, de constater qu’il n’y a plus aucune trace de pus, que les tissus sont propres et nets !
La cicatrisation apparaît encore plus rapidement si vous faîtes alterner ces compresses avec des cataplasmes d’argile.

Mais il fait aussi merveilles pour…

Il soulage également rhumatismes, goutte et éruptions cutanées ! Si la tisane est indiquée, n’hésitez pas également, quand la localisation le permet (pied, coude, main), à pratiquer des bains tièdes de cette même décoction.

Le buis est également un actif antiparasitaire qui peut être utilisé en brumisation sur vos animaux de compagnie ou vous-même.

Comment faire une décoction ?

Faîtes bouillir quarante grammes de feuilles par litre d’eau pendant dix à quinze minutes, ensuite laisser tiédir voire refroidir avant de la boire ou de l’utiliser en compresse.

SOURCES :
https://www.mr-plantes.com/2011/04/buis-buxus-sempervirens/
http://quetedesoi.unblog.fr/2017/07/05/les-vertus-oubliees-du-buis/

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez retour sur la rubrique du même tabac

CHOU BLANC

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button