Archives par étiquette : croyances

CHOULAGER : La vaisselle et la tirelire de mémé Marthe combattent le zona..?

Ma grand mère Marthe, magnétiseuse traitait avant moi les Zonas
Voici ce qu’elle m’a confié :
.
retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraité BLOC NOTE CHOULAGER
par chou blanc
Série: « La mémoire de mes mains »

LA VAISSELLE ET LA TIRELIRE DE MÉMÉ MARTHE

Avec un titre pareil on pourrait croire qu’il s’agit d’éducation à la solidarité….
il n’en est rien, il s’agit tout simplement de vous conter comment ma grand-mère Marthe, magnétiseuse avant moi, soignait les zonas, eczémas, psoriasis et autres invasions de notre épiderme par des forces intérieures qui  nous débordent…. !

barre bleue

Le chocolat de mémé

Je n’étais pas très grand, quand ma grand-mère Marthe me gardait près d’elle le jeudi. j’aimais mémé Marthe, car quand elle me parlait, j’avais l’impression que sa voix me pénétrait et qu’elle discutait avec quelqu’un en moi … avec un plus grand que moi, un plus grand  qui semblait avoir de l’avance sur moi, car il comprenait tout ce qu’elle disait du premier coup… J’aimais ces instants de conversation avec elle, au point que j’aurais aimé en faire mon prof de math… !:

Mais revenons à ce jeudi là ….

Je suis devant mon bol de chocolat cuit à l’espagnole et la solitude n’envahit, ni lui, ni moi, car le pot de confiture de pastèque, les petits bruns et le chocolat Cémoi  se disputent l’espace avec le pain grillé et le beurre ramollit par la chaleur.

Mémé Marthe sait d’instinct comment aborder les choses….. et pour moi, elle sait qu’on n’attrape pas les mouches  avec du vinaigre….!

Je suis donc ce jeudi là, en train de gagner la bataille de la gourmandise, quand la vieille clochette de la grille du jardin de mémé résonne, créant des ondes sur la surface de mon chocolat…?

Devant son évier où elle torchonne, par-dessus ses petites lunettes rondes à monture métallique, mémé tire son rideau et  jette un coup d’œil en dodelinant de la tête…

–          C’est qui mémé…?
–          Le Bon DIEU.. mon petit… Il veut me faire travailler un peu plus
–           ???
Je m’apprête à  lui demander une explication, lorsque pénètrent  dans la cuisine deux grand-mères que je ne connais pas, car elles ne sont pas du village….

 Bien le bonjour monsieur le zona

A la mémoire de pépé

A la mémoire de pépé

–          Bonjour Marthe, comme je te l’avais dit l’autre jour au marché, ma sœur a besoin de toi… Comme tu  vois Suzanne a  eu du mal pour prendre le bus et venir jusqu’ à toi…!

–          Bonjour Suzanne…. Noémie se trompe.. ! Tu es venue voir le Bon Dieu … Pas moi… !

Disant cela ,  elle lève les yeux sur son crucifix en plâtre doré où le christ a  depuis  longtemps perdu ses traits de souffrances sous les couches de dorure bon marché…. du temps où  Papy  lui peinturait la gueule de temps en temps.

–                     J’ai un zona ma pauvre Marthe dans le dos jusqu’ à la ceinture..!
Comme si je n’existais pas,  elle soulève son corsage, défait  la ceinture de son tablier à carreau, et montre à mémé ses plaques,  boutons,  rougeurs d’une couleur plus violacée que rouge…!

J’avoue que j’apprends d’un coup , quelle  est la couleur de la colère … Mémé me dira plus tard la couleur de la colère intérieure… !

–   Je sais que vous faites partir le feu des zonas Marthe … J’ai besoin de vous …. et de lui… !

Suivant son regard vers le crucifix,  je constate l’humilité du Christ en croix car il baisse la tête de confusion… Ah si Papy avait eu le pinceau  plus léger…. j’aurais su s’il rougissait comme nous.
–          Viens Suzanne assieds toi à cette table

Mémé viens vers moi … je sais qu’elle est magnétiseuse.. ! Même si personne ne me l’a dit dans la famille… !  Mais à jouer tous les jeudis dans son jardin et voir des personnes entrer chancelantes et sortir chantantes, on a beau être petit, on finit par regarder à la fenêtre sans y être invité… !

Là , je crois qu’elle va m’inviter à partir… mais  non…? c’est la surprise …? Elle regarde mon bol vide, et se met à ranger la table. Je regarde ses mains agir et je me dis que si elles font aussi bien le ménage sur cette table que dans le corps de Suzanne …..
Le diable n’est pas sauvé ….!
–          Assieds toi là bas petit,  il est grand temps que tu ne meures pas idiot, et que j’assure la relève.
Je vais  m’asseoir sur la chaise en paille près de la cheminée, sans comprendre le reste de sa remarque ? (elle avait tout son sens …. ! Je l’ai comprise le jour où moi même j’ai  du poser , des années plus tard , les mains sur des corps meurtris)

Et la vaisselle commence..!

les assiettes originales de mémé... son héritage pour accompagner le don transmis

Mémé installe devant Suzanne les assiettes bleues que je conserve encore aujourd’hui….et qui illustrent mon propos.

–          Tu vois Suzanne ces assiettes  sont de plus en plus petites

Deux grands plats, une assiette, une assiette à dessert et une soucoupe de tasse à café sont posées devant Suzanne

–          Marthe, je ne suis pas venue de loin, pour voir ton service de table, mais pour mon zona qui me fait encore plus souffrir ….. depuis que tu me parles …

Je savais que la voix de Mémé était pénétrante et bouleversante …. et quand Suzanne le dit, je la comprends,  car dans mon dos, à l’endroit  du zona de Suzanne, je démange moi aussi… ?
–          Reste calme Suzanne nous allons nous en occuper … Note bien seulement que ces assiettes entrent les unes dans les autres et que leurs cercles sont concentriques…jusqu’au plus petit,  le fond de la soucoupe de la tasse à café.

Alors je la vois sortir sa bouffe …un porte monnaie dont elle sort  6 pièces également de plus en plus petites qu’elle aligne à côté des assiettes

monnaie francs

5 francs ( eh oui je ne suis plus tout jeune, et quand je vous parle de mémé, sachez qu’ elle est morte depuis  bien longtemps….. depuis que mes mains se sont mises en activité.. !) 2 francs –  1franc – ½ Francs   5 centimes et 1 centime

–          Tu vois Suzanne ces pièces ont également…. si nous les entrons les unes dans les autres,  des cercles extérieurs concentriques, de la grande de 5 francs à  celle de 1 centime

–          Tu attends le boulanger ou tu soignes mon zona…. ? Parce que là… il brule.. !

De fait, je ressens dans mon dos plus qu’une démangeaison…. Une chaleur s’installe sur la zone montrée par Suzanne

– On se calme Suzanne…Dis moi … quand ce zona a commencé, nous devons le savoir, car le mal ne peut sortir que par la porte où il est entré..(je suis toujours demandé comment mémé sans culture pouvait appliquer les théories d’Hippocrate qui de manière imagée appelait ;  « la porte d’entrée »,  le lieu exact de l’agression initiale sur le corps.)

–  C’était jeudi en revenant du cimetière ….. La douleur a commencé dans le dos devant sa tombe….Voilà dix ans, jour pour jour, que ma pauvre fille est morte … Vous voyez, c’est dur pour une mère de survivre à son seul enfant

Je crois voir mémé Marthe sourire…? Alors que c’est triste de voir cette vieille dame essuyer une larme de plus … ? Je ne comprends  rien…? Mais mon interrogation est brève…

–          Tu as réveillé la douleur de son décès… Vois-tu Suzanne le zona est un nerf, qui extériorise ta douleur et ta colère de cette injustice…
Qui es-tu Suzanne pour juger DIEU qui décide, de ce qui est bien ou mal… !
Après ma séance, tu vas revenir au cimetière… Tu prendras une poignée du gravier blanc de l’allée devant la tombe de ta fille… et tu le rejetteras un peu plus loin…!

–          AH Bon…. tu crois ???
–        OH OUI….!

Et le zona se met à table
J’écoute mémé et ses paroles sont devenues justes à mes yeux, et ma chaleur diminue dans mon dos… je comprends mémé… Mais pas le Bon DIEU… !

–          Allez Suzanne… ! On va rendre le feu de ton zona à la terre.
Prenons d’abord la plus grande assiette…. !

Elle s’assoie en face de Suzanne, et pose l’assiette aux fleurs et arabesques bleues entre elles… La grande table de bois ciré les sépare… Mémé lève ses mains,  paumes dirigées vers Suzanne, ferme les yeux en prononçant des prières à voix basse ( Elle se protégeait … elle…. ! Elle me l’a dit bien plus tard)

–          Nous prenons ensemble ton zona à quatre mains et nous allons le faire entrer dans le cercle extérieur de cette assiette … Nous le poussons à droite, Nous le poussons à gauche… et je ferme le cercle extérieur d’acier de cette assiette

J’observe Suzanne  son regard en dit long sur son incrédulité, à être venu de si loin pour voir cette femme ne pas passer ses mains au dessus de son zona… Progressivement entre les deux sourcils son front se met à battre légèrement et elle ferme les yeux …son visage se décrispe s’apaise… ? En face d’elle mémé dit

–          Ce zona est désormais prisonnier de ce cercle d’acier, jamais au grand jamais, il n’en sortira  et ne prendra plus d’ampleur dans ce corps
  Elle me dira un jour qu’elle voulait qu’a minima au sortir de chez elle les choses n’empirent pas    elle ajouta ce jour là « Primum non nocere » mon petit – locution latine qui signifie : « d’abord, ne pas nuire » – mémé où as-tu appris le latin… ????

 –          – Je place la deuxième assiette plus petite dans la première….. Nous prenons ensemble ce qui reste ton zona à quatre mains et nous allons le faire entrer dans le cercle extérieur de cette deuxième assiette …nous le poussons à droite, nous le poussons à gauche… nous le plions en deux, en quatre et je ferme le cercle extérieur d’acier de cette deuxième assiette

–          Ce zona est maintenant prisonnier de ce cercle d’acier jamais au grand jamais il n’en sortira et ne prendra plus d’ampleur dans ce corps…

les assiettes originales de mémé... son héritage pour accompagner le don transmis

De cercles concentriques en cercles concentriques

Elle ajoute en levant le ton
–          De cercles concentriques en cercles concentriques ton zona Suzanne perd de sa force de sa vigueur perd sa chaleur, perd ses brulures perd de son épaisseur, perd de sa surface sur ton corps, et se rétracte jusqu’à sa source

–          Je vois mémé continuer à empiler les assiettes en répétant ces phrases lorsqu’elle arrive à la soucoupe de la tasse à café, on entend Suzanne dire :
–           ça chauffe moins

Bien le bonsoir monsieur le zona

Je vois mémé prendre les pièces de monnaie, et positionner la pièce de 5 francs puis successivement les autres pièces s’empilent  et les phrases reprennent lancinantes usantes pour le zona comme pour nous tous qui vivons avec tension le regard sur Suzanne qui dit :

–          Je ressens des rétrécissements dans le zona … il semble diminuer de surface
Comme elle n’entend personne  mémé dit :

–           Des trois grandes assiettes, de l’assiette à dessert, à la soucoupe de la tasse à café de la pièce de 5 francs à  la pièce de 2 francs, de la pièce de 1 francs, à la pièce de 1/2 francs, jusqu’à  la pièce de 5 centimes  …
–          Elle ajoute en levant le ton
–          De cercles concentriques en cercles concentriques ton zona Suzanne perd de sa force de sa vigueur perd sa chaleur, perd ses brulures perd de son épaisseur, perd de sa surface sur ton corps, et se rétracte jusqu’à sa source
–          Voila la dernière pièce de 1 centime elle est chauffée à blanc je la tiens avec des pinces ( elle la tiens dans ces doigts ?) retire toi Suzanne le feu contre le feu 

Je vois une escarbille qui sort de ce qui reste de ton zona, elle s’envole dans le ciel…
Ce soir, si le soleil est bienveillant, il l’éclairera peut être dans le ciel étoilé et si tu as bonne vue Suzanne, tu pourras la voir se perdre dans les méandres de l’univers ainsi on pourra dire:
IL Y  AVAIT UN ZONA DANS LE CORPS DE SUZANNE… ET IL A DISPARU

–          J’AI PLUS MAL MARTHE…. C’est juste chaud…
–          Vas toi et ta chaleur …. ! Elle partira ce soir , et les traces du zona dans quelques jours.
–          Suzanne et Léonie se lèvent, Suzanne plonge les mains dans son cabas et en retire un saucisson et une bouteille de vin sans étiquette
–          Tu ne me dois rien à moi …. remercions ensemble le BON DIEU
Elles se mettent à prier et moi respectueux du moment,  je baisse ma tête pour regarder le bout de mes espadrilles..!
–          Le Bon Dieu est remercié…. alors maintenant Marthe, je veux que tu gouttes à mon cochon et au vin de ma treille … Il faut toujours partager et donner ne fusse qu’un œuf à la magnétiseuse.. là il y a plus parce que tu es désormais  mon amie… !
–           Nous repartons par le bus suivant  dit Noémie
Elle entraine Suzanne qui part, à reculons, tenant la main de mémé à la meurtrir….( car elle ne l’a même pas touchée)

Je les vois encore aujourd’hui partir dans l’allée de lauriers fleuris Suzanne se retournant régulièrement vers cette étrange maison … la mienne…!

La relève face au zona
Aujourd’hui bien des années après … sous mais cheveux blanc … Chaque fois que sors les assiettes de mémé pour soigner un zona comme elle.  J’entends toujours sa voix qui me dit comme ce jour là :
–          Maintenant tu sais soigner les zonas mon petit …. mais surtout  ne doute jamais et dis toi que c’est quand on ne sait  pas que c’est impossible qu’on arrive  à le faire
En me montrant le crucifix  d’un mouvement de la tête elle ajouta …
–          …. avec lui bien sûr 
Il doit être avec moi, car je pratique cela, même à distance, au téléphone,comme elle, sans toucher  la personne….!!

Il n’y a pas un jour sans que je les remercie tous les deux…
–  MERCI MON DIEU…MERCI MÉMÉ
– Vous voyez rien n’a changé… Euh… si …..je n’ai pas gardé les francs  de mémé.. le tout est en euros…!

barre bleue

Chou Blanc est  effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez retour sur la rubrique du même tabac

CHOU BLANC
200

 RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button