Archives par étiquette : couleurs

Octobre .. Un morceau de saison

Print pagePDF pageEmail page

De Choubert à Choumann en passant par Choupin

LA PARTITION DE MA2

La Partition de MA2

MUSIQUE A DEUX

Je vous fais découvrir une chanson de saison
Octobre


– Nous avons entendu Agnès sur le net nous dire :
le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deux
– « Voici une  chanson très douce qui est de saison et de circonstance, j’aime beaucoup Francis Cabrel, il est un poète comme il en n’existe peu dans la chanson française, auteur compositeur interprète, artiste talentueux, simple, réservé, gentil »


– Nous avons entendu Minouche elle aussi nous dire :

le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deux– « L’été s’en va tout doucement, et l’automne, le bel automne arrive, avec ses magnifiques couleurs pour nous faire oublier le mauvais temps de ces derniers mois.
Les jours sont plus courts, le soleil est moins fort, mais la nature est si belle qu’elle nous réchauffe le coeur »

– Toutes les deux aiment Francis Cabrel … et vous …?

le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deux
M A 2
Ma musique à deux
Mise en page et sonorisation réalisée avec la complicité de CHOU BLANC

 

Share Button

VIBRATIONS: Le rouge qui excite les TOROS

Print pagePDF pageEmail page


Bloc note
du Pote
MAESTRO


« Non seulement le taureau ne distingue pas les couleurs, ….
Mais en plus, il voit flou. »

Alors qu’est ce qui l’excite dans cette  cape rouge…?


La corrida offre un festival de couleurs, mais le taureau, lui, n’y est pas sensible.
Certains disent que c’est  le mouvement et les bruits qui l’excitent.
Bien qu’utilisé en tauromachie, le rouge n’est pas une couleur qui excite les taureaux:
ceux-ci ont une vision floue en noir et blanc et n’importe quel tissu agité les exciterait.

Le rouge a juste été choisi pour son caractère guerrier et pour masquer les éventuelles tâches de sang de l’animal.

Erreur nous dit Chou blanc notre
magnétiseur ….  Ambiance Ambiance…

ILS L’ONT DIT SUR LE NET

Habit doré du matador, le papier coloré des banderilles, la muleta de flanelle rouge… … Ce festival de couleurs qu’est la corrida n’est pourtant pas perceptible par tout le monde.
A commencer par… le taureau !
Celui-ci est très peu sensible aux couleurs. Comme d’ailleurs la plupart des vertébrés.

La vie en noir et blanc des mammifères

La plupart des mammifères ne voient pas en couleur, ou alors de façon très rudimentaire, car leurs rétines sont composées majoritairement de bâtonnets, une famille de cellules sensibles à la lumière (photorécepteurs). Or, les bâtonnets contiennent tous le même pigment dont le maximum d’absorption est situé entre le vert et le bleu. Le taureau, la souris ou encore du lapin confondent donc le rouge et le noir.
Bref, inutile d’agiter spécifiquement un tissu rouge devant un taureau. Un drap blanc remuant et quelques cris l’exciteraient de la même façon. Alors pourquoi avoir choisi le rouge ? Avec cette couleur sanguine, l’homme entretient un rapport à la fois effrayé et fasciné : finalement, l’animal le plus sensible à la couleur rouge, c’est l’homme !

ILS L’ONT DIT DANS LA CHOUETTE

Avis de Chou blanc notre magnétiseur qui pratique la chromothérapie

Tel un peintre, nous choisissons plus ou moins consciemment les couleurs et les ambiances colorées qui nous correspondent psychologiquement à la fois dans notre lieu de vie mais également au quotidien dans le choix des vêtements que nous portons, la couleur des aliments que nous mangeons ou la couleur des objets que nous touchons….

Le pouvoir de chaque couleur

Mais ce dont il faut se souvenir aussi, c’est que l’influence des couleurs ne s’exerce pas sur nous uniquement parce que nous les voyons, les touchons les mangeons…
Il y a  mieux encore, car qu’il n’est même pas utile de les voir pour en bénéficier.
Dès lors, le pouvoir de chaque couleur prend une tout autre dimension: il s’exerce à travers l’énergie qu’elle dégage, la vibration spécifique qu’elle émet influençant au moins autant les êtres vivants que sa seule vision. En voici la preuve….

La vibration spécifique du rouge

On comprend  pourquoi la muleta agitée devant le mufle du taureau pendant les corridas est toujours rouge. « Elle pourrait tout aussi bien être jaune ou verte », prétendent certains, qui font observer, à juste titre, que le taureau est incapable de distinguer les couleurs et ne perçoit que différentes nuances de gris. Mais si le constat est exact, la conclusion est erronée.
L’impact de la couleur rouge – excitante, énergisante, représentant la force et le défi ­ s’exerce en effet pleinement au travers de la vibration qu’elle dégage. La simple présence de la muleta lui permet de faire effet, puisque pour bénéficier des apports d’une couleur il suffit de s’en imprégner en la côtoyant.


MA2
VOUS
LE DIT  EN
MUSIQUE


C’est dans le contexte des corridas (qui existent
Espagne depuis le XVIIe siècle)
qu’il faut situer les origines du paso-doble.

EN VOIR PLUS CLIQUEZ

Photo Jacques Sévenier « Photographe Auteur » Culture Traditions Aficion

L’entrée des toreros dans l’arène était accompagnée d’une musique au rythme marqué et au style martial. Au début du XIXe siècle, une danse se développa sur cette musique et dans cet esprit de corrida, lutte entre l’homme et le taureau.
L’ensemble de la danse consiste donc en un jeu entre le danseur, sa danseuse et le taureau de combat imaginaire.

SOURCE :
www.linternaute…e-taureau.shtml

MAESTRO
retour sur la rubrique du même tabac
   RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

Dialogue avec mon peintre jardinier

Print pagePDF pageEmail page

logo art et palette peinture 2016

L’ART ET LA PALETTE AUX CHOUX

« Le beau est dans la nature, et se rencontre dans la réalité sous les formes les plus diverses.
Dès qu’on l’y trouve, il appartient à l’art, ou plutôt à l’artiste qui sait l’y voir. »


Ainsi s’exprimait Courbet le jour de noël 1861 devant l’auditoire de jeunes artistes de son atelier éphémère de la rue Notre-Dame-des-Champs à Paris.

Aujourd’hui l’art et la palette aux choux est entre cinéma et peinture car l’ouverture de l’exposition  de notre ami Gérard FALLY peintre jardinier nous donne l’occasion de revoir quelques unes de ses toiles en invitant ceux qui sont proche de  Meung sur Loire à nous représenter pour les admirer.

La peinture  de GERARD FALLY C’est un Hymne au potager

Tout ceux qui croient que Gérard et moi sommes de vieux potes et que je ne loupe aucune occasion d’entretenir mon amitié avec lui  se trompent….

Je ne connais pas Gérard Fally …!!
Je suis simplement tombé amoureux de ses toiles exposées dans un restaurant de TOURS où j’étais en vacances.
Ce jour là, ce sacré peintre jardinier m’a gâché mon entrecôte… j’ai dévoré tous les légumes qui étaient autour de moi…..

Ma germaine m’a dit…Tu dois le remercier de t’avoir fait apprécier les fruits et légumes sans lui….
Tu serais  déjà mort….!!

Alors merci docteur FALLY..!

porteur de bonheurchou et tomates      Art pictural-art potager, une relation existe-t-elle entre ces deux démarches qui, au premier abord, semblent étrangères l’une à l’autre.
Regardant les œuvres de Gérard Fally, l’on comprend un tel rapprochement. Avec intelligence et créativité, il assemble sur la toile fruits et légumes vivants et tentants, il exalte leur beauté simple et naturelle. Sous la lumière vibrent les couleurs, rouge et orangé lorsque le peintre assemble des tomates et poivrons en farandole ; vert nuancé pour des poires aux courbes élégantes, sagement rangées sur une étagère nappée de blanc. Elles semblent se parler ou, au contraire, s’ignorer ; l’artiste leur confère une réelle personnalité. Ou encore ce sont des fleurs à la lumineuse blancheur, éclatantes de pureté. Loin d’évoquer platement ce thème, Gérard Fally communique une grande présence à ces fruits et légumes.
Avec minutie, il peint un peu à la manière du trompe-l’oeil, s’attarde au détail entre un réalisme évident et poésie. D’une botte de raves, il compose un bouquet multicolore, élégant et il nous tente avec des fraises à l’apparence si savoureuse dans une composition rustique et délicate à la fois, dans laquelle la lumière irrigue fruits et pots. A travers ces propositions, on devine l’attirance du peintre pour la nature et ses produits révélés en une matière raffinée et une palette rutilante ou atténuée. Hymne au potager, cette oeuvre sereine réjouit par sa fantaisie et sa rigueur conjuguées.

Nicole Lamothe. Univers des Arts, mai 2009
cibler d’autres œuvres – cliquez pour d’autres œuvres
Pour aider mes potes âgés à entrer dans le régime fruits et légumes voici une visite guidée des oeuvres de.. de .. de.. l’ami GERARD.
     

barre verte

« Parce que c’était lui parce que c’était moi »

Le cinéma a dit maintes fois cette phrase de Montaigne à son ami La Boétie…
Mais jamais comme  JEAN BECKER  dans dialogue avec mon jardinier où
Daniel Auteuil et Jean Pierre Darroussin sont deux amis….. NATURE… !

bestiole des potagers resistant et inépuisableA revoir en VOD …. entre amis..!!!

L’ histoire…

Ayant acquis une honnête réputation de peintre parisien, un quinquagénaire fait retour aux sources et revient dans le centre de la France profonde prendre possession de la maison de sa jeunesse.
Autour de la bâtisse s’étend un assez grand terrain qu’il n’aura ni le goût ni le talent d’entretenir. Aussi fait-il appel à candidature, par voie d’annonce locale.
Le premier candidat (qui sera le bon) est un ancien complice de la communale, perdu de vue et ainsi miraculeusement retrouvé.
Il sera le JARDINIER.
Le côtoyant au long des jours le PEINTRE découvre par touches impressionnistes un homme qui d’abord l’intrigue puis l’émerveille par la franchise et la simplicité de son regard sur le monde.
Sa vie est jalonnée de repères simples.
Bonheur sans éclat. Aucune aigreur, nulle jalousie chez le jardinier. Et ses héros sont toujours des gens modestes.

 

Son système de valeurs passe par un unique critère qui, consciemment ou non, lui tient lieu d’étalon pour juger des choses et des gens : le bon sens. L’art lui-même que pratique son ami ne trouve grâce à ses yeux qu’après des heures d’observation discrète…

 

Ainsi ils poursuivent une sorte d’adolescence tardive et fraternelle, qui mêle tout ensemble leurs familles, leurs savoirs, les carottes, les citrouilles, la vie, la mort, le voyage en avion, les groseilliers, les goûts et les couleurs. Et de tout revoir avec les yeux de l’autre, chacun renouvelle le spectacle du monde.

Sans tapage, ils nous invitent dans leur découverte du quotidien à «partager», autre sésame du jardinier qui fait pousser pour offrir, comme le peintre peint pour montrer.
Henri Cueco, peintre lui-même et chroniqueur radio sensible à la vie des humbles nous offre là une histoire d’amitié attachante et simple comme une histoire d’amour.

barre verte

 CHOU BLANC

Share Button