Archives par étiquette : contes

PAPY JANOT : kolobok… un conte Russe


C
onte russe

Kolobok

 

 

– C’est quoi un
kolobok
Papy Janot

– Le kolobok, mon petit, c’est une sorte de pain en forme de boule, parfois frit, parfois cuit au four.

    Kolobok

(Ce conte est voisin de « Roule-galette » que les enfants apprennent souvent en maternelle.)

logo du livre sonore dans cette page

Kolobok

Il était une fois un vieux et une vieille. Un jour, le vieux demande:
– Fais-moi cuire un kolobok , bobonne!

– Mais avec quoi puis-je le faire? On n’a pas de farine.
– Eh, vieille! Va dans la réserve, essaie de gratter pour ramasser la farine restante.

La vieille prit une aile de poule, gratta et balaya avec et ramassa deux poignées de farine.
Elle pétrit la pâte avec de la crème aigre, fit frire le kolobok dans de l’huile et le posa sur le rebord de la fenêtre afin qu’il refroidisse.


Le kolobok resta un peu sur place mais ensuite se mit à rouler: de la fenêtre sur le banc, du banc sur le sol, du sol vers la porte, puis sauta par-dessus le seuil dans l’entrée, de l’entrée sur le perron, du perron dans la cour, de la cour derrière le portail, de plus en plus loin.

Le kolobok roule sur le chemin et rencontre le lapin.

– Kolobok, kolobok! Je vais te manger!

– Ne me mange pas, lapin – longues oreilles! Je te chanterai une chanson, – dit le kolobok et il se mit à chanter:

« Je suis Kolobok, Kolobok,
J’ai été gratté et balayé,
Pétri avec de la crème aigre,
Frit dans l’huile,
Refroidi près de la fenêtre,
Je me suis sauvé du vieux,
Je me suis sauvé de la vieille,
Et de toi, lapin, il est facile de se sauver! »

Et le kolobok continua à rouler et disparut en un clin d’oeil. Il roule et rencontre le loup:

– Kolobok, kolobok! Je vais te manger!

– Ne me mange pas, loup gris! Je te chanterai une chanson, – dit le kolobok et il se mit à chanter:

« Je suis Kolobok, Kolobok,
J’ai été gratté et balayé,
Pétri avec de la crème aigre,
Frit dans l’huile,
Refroidi près de la fenêtre,
Je me suis sauvé du vieux,
Je me suis sauvé de la vieille,
Je me suis sauvé du lapin,
Et de toi, loup, il est facile de se sauver! »

Et le kolobok continua à rouler et disparut en un clin d’oeil. Il roule et rencontre l’ours:

– Kolobok, kolobok! Je vais te manger!

– Bof, toi, ours, tu ne peux pas me manger!

« Je suis Kolobok, Kolobok,
J’ai été gratté et balayé,
Pétri avec de la crème aigre,
Frit dans l’huile,
Refroidi près de la fenêtre,
Je me suis sauvé du vieux,
Je me suis sauvé de la vieille,
Je me suis sauvé du lapin,
Je me suis sauvé du loup,
Et de toi, ours, il est facile de se sauver! »

Il continua à rouler et disparut en un clin d’oeil. Il roule et rencontre la renarde:

– Bonjour, kolobok! Que tu es beau!

Le kolobok chanta:

« Je suis Kolobok, Kolobok,
J’ai été gratté et balayé,
Pétri avec de la crème aigre,
Frit dans l’huile,
Refroidi près de la fenêtre,
Je me suis sauvé du vieux,
Je me suis sauvé de la vieille,
Je me suis sauvé du lapin,
Je me suis sauvé du loup,
Je me suis sauvé de l’ours,
Et de toi, renarde, je me sauverai sans peine! »

– Quelle jolie chanson! – dit la renarde. – Mais, kolobok, je me fais vieux et j’entends mal. Assieds-toi sur ma gueule et chante ta chanson encore une fois.

Le kolobok sauta sur la gueule de la renarde et chanta la même chanson.

Merci, kolobok! Une si belle chanson, j’ai envie de l’écouter encore! Assieds-toi sur ma langue et chante une dernière fois, dit la renarde en sortant sa langue. Le kolobok sauta dessus, et la renarde – ham! – le mangea.

SOURCES :
http://www.russievirtuelle.com/mythologie/contesf/kolobok.htm

PAPY JANOT

 

Share Button

Cet éléphant se trompe énormément

Propolis 60 gélules
Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline BLOC  NOTE
de Choucaline

– « Les capacités de notre cerveau:

Cet éléphant se trompe énormément

 

ON SE CALME     ……Voici pourquoi..   Lire ce petit conte

 

L’éléphant se trouvait au bord d’un ruisseau.
L’eau coulait claire et transparente.
Il eut envie de boire.
Il se pencha au-dessus de l’eau, trempa sa trompe et … plouf!
« Quoi! Que? … mais qu’est-ce que … AAAaaaarrrrggggghh j’ai
perdu mon oeil ! » s’écria l’éléphant au comble de la panique.
Effectivement, son oeil droit s’était détaché de son orbite et
était tombé au fond du ruisseau.
Le mastodonte chercha
à retrouver son précieux globe.
Il ne vit rien. Très inquiet
, il agita sa trompe dans tous les
sens, cherchant
à saisir son œil dans le lit du ruisseau.
Il remua tant et si bien que l’eau devint trouble. Plus il
agitait sa trompe et plus le sable remontait
, compromettant ses
chances de retrouver une vue complète.
Soudain, l’éléphant entendit rire
à gorge déployée.
Furieux, il releva la tête et vit
, sur un rocher au bord de
l’eau, une petite grenouille verte. Elle riait, elle riait….
la bouche grande ouverte:

– coaAH ! coAH ! coAH ! coAH !. ..
– Tu trouves ça drôle. J’ai perdu mon œoeil et ça te fait rire ?!
– Ce qui est drôle, c’est de voir
à quel point tu t’agites.
Calme-toi
,
tout ira mieux!
L’éléphant, un peu honteux, suivit le conseil de la
grenouille. Il se calma et cessa d’agiter sa trompe.
L’eau redevint calme, peu
à peu le sable retomba.
Tout au fond du ruisseau, l’éléphant vit son œœil, intact.
Il le saisit avec sa trompe, le remit dans son orbite,
à sa place.
Sans oublier
de remercier la grenouille verte.

 



Ce petit conte apparemment simpliste renferme une grande sagesse.
L’éléphant perd un œoeil et ce n’est pas anodin:
Cette cécité soudaine, cette eau troublée, cette agitation, ce désespoir, c’est ce qui nous arrive lorsque nous perdons pied et que notre précipitation nous rend aveugles.

Nous sommes momentanément incapables d’interpréter avec lucidité ce qui nous entoure. Pour éviter cette désorientation, il existe une solution:
Attendre que la situation s’éclaire, que les nuages noirs se dissipent.

 

Choucaline plus proche de toi tumeur

CHOUCALINE
( source:
club positif)

« La précipitation vient du Diable; Dieu travaille lentement. »

2373

Share Button

Bonne nuit mon petit Marcel… LEDUN

Sommeil plus (mélatonine) 120 gélules
Marcel Ledun,
le marionnettiste créateur
de Nounours

de « Bonne nuit les petits », est mort le 02 09 2019
Nicolas, Pimprenelle, le marchand de sable et donc le fameux Nounours sont en pleurs
….


– MARCEL EXPLIQUE MOI….
C’ÉTAIT COMMENT TON ÉMISSION

MARCEL:   Je te résume; 3 petites notes de musique jouées par Ulysse, le marchand de sable.
– NOUNOURS et ULYSSE se penchent par-dessus le nuage, se demandant s’il y a quelqu’un dans la maison, au-dessous d’eux.
PIMPRENELLE et NICOLAS, attirés par le bruit, regardent par la fenêtre.
– ULYSSE se présente : il est le Marchand de Sable, l’ami de tous les enfants du monde.
Chaque nuit, il survole la terre entière pour voir si tous les petits enfants vont sagement se coucher. Et il sème son sable, qui donne envie aux enfants d’aller se coucher.
– NICOLAS, 5 ans et PIMPRENELLE, 4 ans, se présentent à leur tour. Ils affirment être très sages.
– Dans ces conditions, ULYSSE décide de passer les voir tous les soirs. Il présente NOUNOURS, son compagnon, qui emmène au lit les garnements qui ne veulent pas y aller.
– C’est l’heure d’aller se coucher. NOUNOURS descend du nuage par l’échelle, pénètre chez PIMPRENELLE et NICOLAS et les emmène au lit. Puis il remonte sur le nuage alors qu’ULYSSEE envoie du sable.
– Les étoiles scintillent dans le ciel alors qu’ULYSSE et NOUNOURS, sur leur nuage, partent voir d’autres enfants.

Bonne Nuit Les Petits « Les amis de tous les enfants du monde » – Archive INA

Le marionnettiste devenu célèbre avec la télévision s’est éteint
à Lille à 90 ans.

« Bonne nuit les petits… » : ces mots qui ont bercé l’enfance de bon nombre de Français, sortaient de la bouche d’un célèbre ours en peluche, Nounours.
Son créateur, le marionnettiste Marcel Ledun, s’est éteint le
31 août 2019 à l’âge de 90 ans.

Né en 1930, Marcel Ledun découvre très vite, dans le Nord de la France, qu’il sera marionnettiste : un art qu’il apprend au début des années 50 au contact d’abord de la troupe des « Petits Comédiens de chiffon », puis de Louis Pajot, descendant d’une illustre dynastie,
la Compagnie Pajot-Walton’s, qui perpétue la tradition de la marionnette à fils depuis deux siècle

La télévision va offrir à Marcel Ledun une magnifique vitrine.

En 1962, le réalisateur Claude Laydu fait appel à lui pour animer une émission quotidienne pour la petite enfance.
Ce sera « Bonne nuit, les petits ! », avec Nicolas, Pimprenelle, le marchand de sable et donc le fameux Nounours, qui ont invité une génération de petits à se coucher de bonne heure.
Ledun a animé Nounours dans ce programme très populaire pendant deux décennies jusqu’en 1976.

SOURCES : FRANCE INFO – INA


MAMY RACONTE

Share Button